Trump s’occupera-t-il de l’Afrique ?

[par Jean-Jules LEMA LANDU]

Comme partout ailleurs, l’Afrique a suivi assidûment le déroulement de la présidentielle américaine. Dans l’imaginaire collectif, l’Amérique, parée de sa grandeur économique et militaire, est perçue comme une sorte de puissance tutélaire universelle.

photo-trump-le-point-afrique

Donald Trump élu 45ème président des Etats-Unis. (crédits photos: Mary Schwalm / AFP )

La Chine, la Russie, l’Allemagne, la France ou le Royaume-Uni, chacun a eu son mot. L’idée générale qui s’en dégage se résume à l’interrogation, tant Donald Trump, le nouveau locataire de la Maison Blanche, est un inconnu. Considéré, surtout, comme quelqu’un aux sorties à l’emporte-pièce.

Cela prouve que les Etats-Unis tiennent le manche de plusieurs leviers sur la marche du monde.

Quelle est la place du continent africain, en termes de profits économiques, politiques ou géostratégiques, sur cette plate-forme régissant les relations internationales ?

L’Afrique, en réalité, y est absente. Entre les Etats-Unis et l’ensemble des 54 Etats africains, spécifiquement, les échanges y sont exsangues. Entre 2000 et 2010, les exportations non pétrolières de l’Afrique furent chiffrées à 53,8 milliards de dollars contre 20, 3 milliards de dollars, dans le sens inverse, pour les Etats-Unis. La moyenne, de part et d’autre, est insignifiante !

En 2014, à l’instar de la Chine qui, en matière de financement en faveur de l’Afrique, tient le haut du pavé, l’Amérique a initié le sommet « Etats-Unis – Afrique ». Une sorte d’opération de charme, au cours de laquelle le président Obama a engagé son pays à verser 33 milliards de dollars, à titre d’investissements publics et privés. Deux ans après, la corbeille est encore quasi vide.

Libérer la démocratie

Côté politique, les Etats-Unis (comme le reste des autres puissances occidentales) n’ont jamais véritablement soutenu le continent, dans sa quête pour l’émergence de la démocratie. Les souvenirs liés aux années soixante, début des indépendances africaines, sont amers. Pour empêcher le continent de basculer dans l’escarcelle du communisme, Washington a exercé l’effet de criquet au développement de celui-ci, en favorisant des conflits internes.

En dépit de tout, l’Afrique n’avait cessé de regarder à ce « puissant maître », qui a fait de la démocratie le socle de sa vie. De la Maison Blanche – tout comme de l’Elysée ou de 10 Down Street -, on s’attendait de voir venir, un jour, la planche de salut. C’est ainsi qu’à l’élection de Mitterrand, en 1981, ou à celle de Clinton, en 1992 – supposés « progressistes » -, l’Afrique centrale a dansé de joie. Espoir trahi !

la-joie-de-nkurunziza

Pierre Nkurunziza, président burundais, sable le champagne pour saluer l’élection du 45e président des Etats-Unis, Donald Trump. ( crédits photos : afrique-sur7.fr)

Désabusée, l’Afrique ne vibre plus pour les présidentielles, en Occident. Désormais, elle les regarde, assise au balcon. D’où l’étonnement de certains analystes, face à la joie qu’ont exprimée les présidents Pierre Nkurunziza du Burundi et Joseph Kabila de la RD Congo. Ils sont allés jusqu’à sabler le champagne, en l’honneur de l’« ami Donald ».

Or, le nouvel élu américain reste encore une énigme pour l’Afrique qu’il ne connaît, probablement, que de manière vague. Que cette hypothèse venait à se vérifier ou non, aurait-il à cœur le sort du continent, lui qui privilégie à outrance la notion de l’ « american way of live » ? Le doute est permis. Tout au moins, s’attèlera-t-il à considérer le continent, comme ses prédécesseurs, sous l’angle des intérêts géostratégiques et commerciaux, à travers l’installation des bases militaires et l’importation de matières premières nécessaires à la croissance américaine ?

Que les dirigeants africains quittent leurs illusions ! Le départ d’Obama, leur contradicteur obstiné, et l’arrivée à la Maison Blanche de Trump n’arrangeront en rien leurs ennuis. Car, c’est avec leurs peuples respectifs qu’ils ont affaire. Et, l’affaire est simple : libérer la démocratie.

 

 

Les effrois du frère cadet Raúl Castro

[Par Jacobo MACHOVER]

Guillermo Fariñas, récompensé en 2010 par le prix Sakharov pour les droits de l’homme décerné par le Parlement européen, est l’un des dissidents cubains les plus déterminés à mettre fin au régime des frères Castro, au pouvoir depuis bien plus d’un demi-siècle.

Guillermo Fariñas ©elpais.com

Guillermo Fariñas ©elpais.com

Il a effectué vingt-cinq grèves de la faim pour appuyer ses revendications, afin de rétablir la démocratie dans le pays. En 2010, il avait réussi à obtenir, par son action résolue, la libération de près d’une centaine de prisonniers politiques. Récemment, il a exigé l’arrêt de la répression contre les opposants et contre les travailleurs indépendants soumis à un harcèlement constant par les autorités. Cette tentative a failli lui coûter la vie. Il a dû arrêter son jeûne après plus de cinquante jours sans voir ses demandes satisfaites. Cependant, il a obtenu le droit de défendre sa position, qui est aussi celle de la plupart des dissidents et des exilés, devant les instances européennes, à savoir que l’UE ne doit pas supprimer la « position commune », en vigueur depuis 1996, qui conditionne le rétablissement des aides communautaires à des avancées réelles du gouvernement cubain en matière de respect des droits de l’homme et de progrès dans les libertés démocratiques. C’est aussi une manière pour lui de dénoncer la complaisance de la communauté internationale vis-à-vis du castrisme, depuis le rapprochement, à partir de décembre 2014, entre Cuba et les États-Unis, qui n’a pas apporté la moindre ouverture politique au peuple cubain. Celui-ci continue à tenter d’émigrer massivement pour échapper à la dictature.

Ancien militaire, Guillermo Fariñas (surnommé « el Coco » par ses amis) a étudié la psychologie. Il a exercé sa profession dans différentes institutions hospitalières. Il a été emprisonné de longues années pour ses activités dissidentes. Auteur de nombreux articles publiés essentiellement en dehors de Cuba, il a écrit un ouvrage intitulé Radiografía de los miedos en Cuba (« Radiographie des peurs à Cuba »), édité à Madrid en 2010. Parmi ces peurs, qui touchent pour la plupart la population cubaine, il en est une, cependant, qui affecte le sommet du pouvoir, en l’occurrence Raúl Castro, depuis que son frère lui a délégué le commandement suprême en juillet 2006. C’est cet effroi que dissèque ici Guillermo Fariñas.

Les effrois du frère cadet

Guillermo Fariñas

Extrait de « Radiographie des peurs à Cuba »

Traduit de l’espagnol (Cuba) par Jacobo Machover

Guillermo Fariñas ©Jacobo Machover

Guillermo Fariñas ©Jacobo Machover

  « L’image permanente que le peuple cubain a de Raúl Castro provient d’une anecdote devenue une légende populaire. Les frères Beatón, qui avaient acquis un grand prestige comme guérilleros en lutte contre la dictature de Batista, se soulevèrent plus tard à nouveau contre la fratrie constituée par Fidel et Raúl Castro. Fidel envoya son frère écraser la rébellion de la famille Beatón dans la Sierra Maestra. Pour neutraliser les rebelles, Raúl fit fusiller publiquement plusieurs dizaines de leurs partisans. La presse qui, à cette époque-là, n’était pas encore muselée, provoqua l’émoi de l’opinion publique par sa description des faits.

Voyant cela, Fidel envoya un message à son frère : « S’il te plaît, Raúl, retiens-toi, ne fais pas fusiller publiquement les gens, cela nous fait du tort, personne n’aime qu’on verse ainsi le sang. » Le cadet des Castro lui répondit, avec une bonne dose de cynisme, de cruauté et d’impertinence : « Ne t’inquiète pas, Fidel, je vais les pendre, pour que personne ne puisse plus nous reprocher de verser une seule goutte de sang. »

Lorsque Fidel Castro tomba subitement malade, en juillet 2006, la vérité manifeste, qu’aucune rhétorique ne peut plus occulter, fut dévoilée : ce qu’on appelle la révolution cubaine est, avant tout, une révolution népotiste. Ce ne sont pas les mérites réels de ses partisans qui prévalent, mais l’adhésion aveugle, vénale et sans limites de ceux qui composent le cercle d’adulateurs le plus proche du clan familial des frères Castro.

Suite à l’insolite « Proclamation au peuple de Cuba », destinée à organiser la succession de Fidel, nous, les Cubains, sommes demeurés entre les mains d’un Castro, Raúl, le frère cadet toujours inconditionnel, le ministre qui occupa le plus longtemps le même poste. Depuis 1959, en effet, il dirige les troupes stratégiques qui constituent son fief personnel, les Forces armées révolutionnaires, au sein du ministère du même nom, le MINFAR, en abrégé.

Ce fut un poste inamovible. Même lorsqu’il essuya un échec retentissant avec le « premier nettoyage de l’Escambray », l’offensive gouvernementale menée contre les guérilleros anticastristes qui s’étaient soulevés dans ce massif montagneux au début des années soixante, il ne perdit pas son fauteuil de ministre. Plus tard, en 1968, eut lieu le procès dit de la « micro-fraction », dont les accusés étaient pour la plupart des officiers du ministère des Forces armées révolutionnaires. Ce fut le ministère de l’Intérieur qui dut prendre le contrôle, de fait, de l’armée régulière. Tous les principaux responsables de celle-ci furent limogés, à l’exception de celui que l’on surnomme le « Chinois », Raúl Castro.

Mais le pire était encore à venir au cours de la terrible année 1989. Prenant les devants de quelques mois face à la chute, qu’ils pressentaient imminente, des gouvernements socialistes d’Europe de l’Est, les deux frères firent juger et condamner, comme dans un cirque romain, le vainqueur de la guerre de l’Ogaden, en Somalie, aux côtés de l’Éthiopie de Mengistu : le général Arnaldo Ochoa.

Tout cela pourrait faire penser que la figure de Raúl Castro est devenue politiquement intouchable. Il s’agit en fait de perpétuer l’équilibre de la dynamique de contrôle par la peur qu’exercent les innombrables organes militaires et paramilitaires qui font partie de ce système qu’on nomme « le castrisme ».

Cependant, l’un des deux hommes qui sont les seuls à exercer leur commandement sur le pays, usant et abusant de toutes les peurs -le seul Général d’Armée existant à Cuba-, Raúl Castro, a peur lui aussi. Peur de ne pas être aussi subtil et prudent que son frère aîné pour détecter les dissidents en puissance, avant qu’ils ne fendent l’armure, pour prendre les devants et les placer sous une stricte surveillance.

Bien qu’il ait à ses côtés l’ensemble de l’appareil de la terreur créé par Fidel, Raúl est toujours paralysé par la peur. Il n’a jamais été que le second dans la chaîne de commandement et il craint que les gens ne veuillent pas être ses subordonnés, par mépris envers ses faibles talents oratoires. Il n’a jamais réussi à acquérir les méthodes d’exaltation et de culte de la personnalité dont a été capable son frère aîné.

Il est aussi hanté par la peur que les généraux qu’il a obligés à se salir les mains devant l’ensemble du peuple cubain qui a dû voir le procès à la télévision, en faisant fusiller le général Arnaldo Ochoa, ne réalisent un coup d’État contre lui, car ce serait lui la principale figure à exécuter. Devant un tribunal international, il pourrait être accusé de génocide pour son action contre les guérilleros anticastristes de l’Escambray.

Il pourrait également être condamné pour crimes contre l’humanité du fait des massacres commis par ses hommes contre des villages, des tribus, des ethnies entières en Angola, au Congo ex-belge, en Guinée-Bissau, en Éthiopie, au Mozambique, en Namibie ou au Nicaragua. Fidel étant désormais absent physiquement, l’ancien ministre des Forces armées révolutionnaires est devenu de facto la figure la plus importante, à laquelle il revient d’exiger des comptes pour les exactions perpétrées par la révolution cubaine.

Bien qu’il essaye de montrer un visage affable face au monde qui l’observe, Raúl n’a pas abandonné ses pratiques récurrentes, visant à considérer les habitants de l’île comme des pions à maintenir sous sa domination, car il est toujours envahi par les effrois provoqués par sa condition de frère cadet. »

 

 

 

Quand les cultures de la Maison des Journalistes dialoguent avec celles du musée du Quai Branly

[Par Elyse NGABIRE]

A l’occasion de la célébration du 10e anniversaire du musée du Quai Branly qui porte désormais le nom de Jacques Chirac, ancien président de la République française, les journalistes résidents et anciens de la MDJ n’ont pas manqué à ce grand rendez-vous. Une expérience à la découverte de l’autre visage de l’ancien homme d’Etat.

Des journalistes de la Maison des Journalistes en visite au Musée du Quai Branly Crédits photo : Lisa Viola Rossi

Des journalistes de la Maison des Journalistes en visite au Musée du Quai Branly
Crédits photo : Lisa Viola Rossi

Au 37 Quai Branly, dans le septième arrondissement de Paris, du 21 juin au 9 octobre, le musée du Quai Branly portant désormais le nom de Jacques Chirac, ancien président de la République française,  commémore les dix ans de sa création.

Depuis l’été donc, ses portes restent grandes ouvertes au public et propose une gamme d’événements : expositions, spectacles, conférences, colloques, etc.

C’est en effet dans ce cadre, qu’une équipe d’une dizaine de professionnels exilés des médias composée des résidents et anciens de la Maison des Journalistes (MDJ) en compagnie du personnel du pôle communication ont effectué une visite guidée des lieux.

Ils sont d’origines et de cultures différentes : Syriens, Afghans, Érythréens, Soudanais, Burundais etc. « Ils », ce sont ces journalistes qui ont été accueillis à bras ouverts à la MDJ qui a son siège au 35 rue Cauchy, dans le 15e arrondissement de Paris.

Ils sont du même avis que l’ancien président français : pas de hiérarchie entre les cultures et toutes les civilisations naissent libres et égales. Contents de découvrir ce grand espace culturel et d’apprentissage, ils sont également impressionnés par la petite histoire de sa création, telle qu’elle nous est racontée par l’une des guides du musée : « Tout commence en 1999 lorsqu’un concours de maîtrise d’œuvre aboutit au choix de Jean Nouvel pour la construction du musée qui sera édifié au pied de la tour Eiffel. Le 20 juin, il est inauguré par Jacques Chirac qui fait savoir dans son discours que ce musée doit promouvoir, auprès du public le plus large, un autre regard, plus ouvert et plus respectueux. Et ce, en dissipant les brumes de l’ignorance, de la condescendance ou de l’arrogance qui, dans le passé ont été souvent présentes et ont nourri la méfiance, le mépris et le rejet. »

La façade du Musée du Quai Branly Crédits photo : Lisa Viola Rossi

La façade du Musée du Quai Branly
Crédits photo : Lisa Viola Rossi

Sur cette petite histoire commence alors une grande découverte

Surprises et étonnements s’invitent déjà dès l’entrée de ce grand musée, serti dans un écrin paysage conçu par Gilles Clément et occupant 27 700 mètres carrés en plus des 17 500 mètres carrés réservés au jardin.

Des murs végétaux, imaginations de Patrick Blanc, composés de 15 000 plantes et 150 espèces retiennent notre attention, avant de se diriger vers la Mezzanine Est et Ouest.

Le génie des civilisations africaines, asiatiques, d’Océanie et d’Amérique fascine l’équipe des professionnels des médias et leurs accompagnateurs, soit 300000 œuvres parmi lesquelles 11 000 de la collection « Mondialisation historique et contemporaine ». A travers des photographies, 710 000 collectionnées apprend-on, disposées de part et d’autre du musée, certains journalistes se retrouvent dans leurs différentes civilisations. C’est le cas notamment d’un journaliste burundais qui, en parcourant l’espace réservé à l’Afrique australe, découvre les habits traditionnels, des bijoux, etc. portés par le peuple kenyan, tanzanien, etc. Pourtant, son plus grand regret aura été l’absence du tambour du Burundi alors que c’est un outil culturel très connu. Pendant les années 80, une équipe de tambourinaires burundais ont séjourné à Paris à l’occasion d’une exposition sur la culture africaine.

Le génie des civilisations africaines, asiatiques, d’Océanie et d’Amérique fascine les journalistes Crédits photos : Lisa Viola Rossi

Le génie des civilisations africaines, asiatiques, d’Océanie et d’Amérique fascine les journalistes
Crédits photo : Lisa Viola Rossi

Devant chaque œuvre et chaque photographie, indique une journaliste d’origine « ouzbekistanaise », elle a envie de s’arrêter et de dialoguer avec cette autre civilisation qu’elle n’a jamais rencontré.

« Plus qu’un lieu de visite, le musée Quai Branly-Jacques Chirac doit être perçu comme  un lieu de dialogue et d’apprentissage, un lieu adapté à chacun, que l’on construit et qui nous construit » précise Stéphane Martin, président du musée.

Au cours de cette visite guidée, nous retiendrons enfin ce corridor communément appelé « Rivière » qui donne pour certains des vertiges. La « Rivière » est en effet, une invitation au voyage dans le temps et dans l’espace. Elle conduit à ces lieux remarquables, faisant découvrir toute une série d’installations affleurant tout au long de la rivière, vertigineuses pour certains. La « Rivière » sollicite le sens et l’esprit. On est perdu dans le regard, on a tendance à s’arrêter pour toucher, déchiffrer ou écouter. Et puis, on se perd encore dans ce dialogue de cultures et de civilisations… dont le président Jacques Chirac est fou amoureux… et dont le musée porte désormais son nom, un signe d’un grand honneur…

Ce n’est pas fini

Pour ceux qui veulent toujours y aller, des expositions vous y attendent.

Jusqu’au 9 octobre 2016 : – Jacques Chirac ou dialogue des cultures

– Homme blanc, Homme noir : les représentations de l’Occident dans l’art africain du 20ème siècle

Du 4 octobre au 15 janvier 2017 : The color line, les artistes africains-américains et la ségrégation

Du 22 novembre au 29 janvier 2017 : Plumes, Vision de l’Amérique

Du 22 novembre au 2 avril 2017 : Eclectique, Une collection du 21ème siècle

Du 22 novembre au 2 avril 2017 : Du Jourdain au Congo, Art et Christianisme en Afrique centrale

Du 31 janvier 2017 au 19 novembre 2017 : L’Afrique des routes

Du 28 mars 2017 au 23 juillet 2017 : Picasso Primitif

Du 23 mai 2017 au 8 octobre 2017 : La pierre magique des Maoris

Noam Chomsky : la dissidence comme moyen d’éveil

[Par Johanna GALIS]

Il existe peu d’intellectuels reconnus aujourd’hui et considérés d’entrée de jeu comme des penseurs dissidents. Si l’on regarde le paysage médiatique qui nous entoure, peu d’entre eux sortent du « moule de la position à prendre » envers un sujet donné. Ils préfèrent choisir un camp dans un débat, sans oser publiquement avoir le recul nécessaire pour réfléchir à la fabrique, aux origines-mêmes de ce qui fait que le sujet qui fait tant gloser a été mis sur la table.

Affiche du documentaire Requiem for the American Dream ©kpfa.org

Affiche du documentaire Requiem for the American Dream ©kpfa.org

Noam Chomsky fait partie de ceux qui prennent une certaine distance sur la machine médiatique – étatique, aussi. Il parle de « la fabrication du consentement », dans un essai ainsi nommé, co-rédigé avec le sociologue Edward Hermann. Notre place dans la société occidentale est ainsi vivement critiquée : nous serions modelés par les intérêts des puissants, qui sont à la tête de grands médias, pour que notre manière de vivre aille dans le sens de leurs propres bénéfices.

Un requiem pour une société différente

Le documentaire Requiem for the American Dream des réalisateurs Peter D.Hutchison et Kelly Nyks est actuellement diffusé sur la plateforme de streaming en ligne Netflix. Il propose de nous introduire à certains thèmes majeurs de la pensée de Chomsky, notamment quand celle-ci se fait critique de la société américaine. Sa vision peut cependant s’appliquer à nombre d’Etats occidentaux.

Le sociologue et linguiste commence par dresser un constat terrible. Nous sommes entrés progressivement dans une dyade vicieuse : nous formons de manière complètement passive une alliance néfaste avec ceux qui concentrent à eux seuls la plus grande partie des richesses et des pouvoirs de notre société. Cette infirme partie de la population, celle qui détient de très grosses fortunes, modèle l’idéologie et façonne le consentement d’un peuple dont elle détient les rennes. Elle peut être associée aux institutions financières et aux multinationales par exemple. Dans son essai La Richesse des Nations (1776), l’économiste Adam Smith affirme que « les principaux acteurs du politique sont ceux qui détiennent la société » : et en effet, grâce à un mouvement progressif lancé depuis les années soixante-dix, l’économie a bougé sur un aspect crucial ; elle s’est financiarisée. En 2007, plus de quarante pour cent du PIB (Produit Intérieur Brut) des Etats-Unis est basé sur la spéculation financière.

Noam Chomsky pendant le mouvement Occupy Wall Street en 2011 ©en.wikipedia.org

Noam Chomsky pendant le mouvement Occupy Wall Street en 2011 ©en.wikipedia.org

Il n’est cependant jamais aisé de maîtriser une population par la force. C’est là que l’industrie du marketing et de la publicité interviennent, pour créer de faux besoins chez l’individu qui devient un consommateur passif. Dès les années vingt, des pages de mode ont été insérées dans les journaux et magazines pour distraire le lecteur et prendre l’espace d’importants sujets de société. De quoi laisser son esprit critique en veille et diriger les masses vers des choses plus superficielles, pour que les dirigeants ne soient plus ennuyés par elles. Le peuple doit ainsi être transformé en spectateur pour ne pas participer au fonctionnement du monde qui l’entoure : d’où l’importance de sa relation aux médias qui le happent, quand il est, de manière de plus en plus fréquente, face à un écran d’ordinateur ou la télévision.

Quand le Président Obama remporta la victoire aux élections de 2008, il reçut un prix d’un institut publicitaire pour la meilleure campagne marketing proposée par un politique. Des dirigeants d’entreprise ont déclaré à ce moment là : « Les candidats se vendent comme du dentifrice auprès du public depuis Reagan ».
Et il semble bien que sans une certaine connaissance précise du monde qui nous entoure, nous n’agirons que comme des produits d’une économie qui s’est remodelée ces quarante dernières années au profit des grands. D’où l’intérêt, grâce à ce documentaire, de commencer à prendre du recul sur la manière dont on cherche à nous fabriquer.

Noam Chomsky, professeur émérite à M.I.T et dont la reconnaissance auprès du grand public n’est plus à prouver, nous incite dans Requiem for the American Dream, qui se décline sous la forme de dix principes portant sur la concentration des richesses et du pouvoir aux Etats-Unis, à éveiller notre esprit critique sur les rouages de notre monde – nous sommes incités à consommer encore plus pour nous maintenir dans un état servil. Il s’agit d’avoir un regard critique sur ceux qui manient les ficelles de ce grand spectacle. D’où l’intérêt de prendre la main sur la manière dont nous vivons car, comme disait l’historien et proche de Chomsky Howard Zinn, « Seules importent les innombrables petites actions des inconnus qui posent les bases des évènements significatifs entrant dans l’Histoire ».

La diplomatie française à l’épreuve de la laïcité

[Par Clara LE QUELLEC]

L’affaire très récente du burkini en France a ravivé les interrogations autour du concept de laïcité. L’ONU s’est d’ailleurs exprimée sur la question en estimant que les arrêtés anti-burkini « favorisaient la stigmatisation des musulmans ». Le troisième débat de la journée du mardi 30 août lors de la semaine des ambassadeurs fut consacrée à la thématique « État laïque, fait religieux et diplomatie ». L’occasion de revenir sur les fondements de la laïcité, son application française, sa promotion sur la scène internationale et son influence dans les relations diplomatiques de la France avec des pays étrangers. Le débat a rassemblé Gérard Araud, ambassadeur aux États-Unis, Jean-François Girault, ambassadeur au Maroc, Philippe Zeller, ambassadeur au Saint-Siège, Jean-Christophe Peaucelle, conseiller pour les affaires religieuses et membre de l’Observatoire de la laïcité et Lilian Thuram, grand témoin de la semaine des ambassadeurs et président de la Fondation « Lilian Thuram-Éducation contre le racisme ». La discussion a été animée par Jean-Christophe Ploquin, rédacteur en chef de La Croix.

Femme portant le burkini ( Source : huffingtonpost.fr)

Femme portant le burkini
( Source : huffingtonpost.fr)

« La laïcité n’est pas une opinion, c’est la possibilité d’en avoir une » rappelle Jean-Christophe Peaucelle. S’il est clair que le principe de laïcité repose sur trois fondements : la liberté de conscience et de culte, la séparation entre le politique et le religieux et l’égalité de tous devant la loi, son application pose à beaucoup certaines réserves, au sein même de la société française. La définition défendue par la France n’est pas non plus entièrement comprise autour du monde. Les sujets du débat s’intéressent principalement au rapport de la France entre État et religion, à la manière dont la laïcité est comprise dans les autres pays et aux moyens dont un État laïque mène sa diplomatie alors que la religion est très présente dans de nombreuses régions du monde. Autant de points qui ont permis d’apprécier les différences sociales, culturelles et politiques liées au fait religieux dans différents pays.

Jean-Christophe Peaucelle, conseiller pour les affaires religieuses et membre de l'observatoire de la laïcité (Source : gouvernement.fr)

Jean-Christophe Peaucelle
(Source : gouvernement.fr)

« Au Maroc – explique Jean-François Girault – la laïcité est comprise comme la liberté de croire ou de ne pas croire », précisant néanmoins que ce dernier aspect est le moins bien perçu. Pour les marocains, la religion fait donc partie de la vie et de l’identité et le Roi du Maroc y détient une forte légitimité à tous égards. L’ambassadeur mentionne notamment le travail du souverain dans la condamnation des obscurantismes.

Jean-François Girault, ambassadeur au Maroc (Source : ledesk.ma)

Jean-François Girault
(Source : ledesk.ma)

Au contraire, aux États-Unis où la devise américaine « In God we trust », adoptée en 1956 par le Congrès fait explicitement référence à la religion, le fait religieux est appréhendé de manière très libérale. « La laïcité américaine – commente Gérard Araud – se réfère au concept de religion neutre ». Alors qu’en France, cette dernière n’est pas valorisée, il est très courant dans les entreprises américaines d’afficher ses croyances au vu de tous et de célébrer « Dieu » dans l’absolu. Une promotion du communautarisme ? « Non – répond l’ambassadeur –  on assume tout simplement la diversité ». C’est ainsi que l’affaire du burkini a profondément choqué les Américains. Pour eux, la liberté individuelle des citoyens prime à tous égards. « Aux Etats-Unis, l’État est une menace pour les libertés, c’est l’individu qui doit décider ».

Gérard Araut, ambassadeur aux Etats-Unis (Source : innercitypress.com)

Gérard Araut
(Source : innercitypress.com)

Au sein du Vatican, si la loi française sur le mariage pour tous a heurté de plein fouet la doctrine de l’ Église, il n’est cependant pas question d’ingérence. Philippe Zeller, ambassadeur au Saint-Siège explique que ce dernier n’a « aucun problème avec la laïcité française ».

Philippe Zeller, ambassadeur au Saint-Siège (Source: france-vatican.org)

Philippe Zeller
(Source : france-vatican.org)

Le principe de laïcité en France reposant donc en partie sur la séparation du politique et du religieux, comment comprendre alors la protection de la diplomatie française envers les Chrétiens d’Orient ? Pour Jean-Christophe Peaucelle, interrogé sur ce point, il s’agit de ne pas nier le passé historique des relations et donc à la fois de ne pas abandonner « ses amis qui sont les siens depuis cinq siècles », de ne pas rester passif devant des actes inhumains « sous peine de perdre sa crédibilité » et de promouvoir ainsi « le pluralisme ethnique et religieux » qui constitue « l’avenir du Moyen-Orient ». « Pouvoir questionner sa religion » déclare Lilian Thuram, n’est-ce finalement pas cela qui constitue l’enjeu principal du débat ? Les récents événements terroristes en France mais également dans de grandes parties du monde perpétrés au nom de la religion musulmane ont par exemple révélé, à la différence du catholicisme, des interrogations sur l’absence d’autorité suprême dans l’islam. Dans les pays musulmans, « l’islam structure le politique, le social, l’espace, le temps » rappelle Jean-François Girault. L’ambassadeur note alors l’avancée du Maroc sur cet aspect avec la formation d’un Conseil des Oulémas (docteurs de la loi coranique) présidé par le Roi et l’accord signé entre la France et le Maroc pour la formation des imams qui reviendraient travailler dans l’Hexagone.

Lilian Thuram, président de la Fondation "Lilian Thuram-éducation contre le rascisme" (Source : leparisien.fr)

Lilian Thuram,
(Source : leparisien.fr)

Les relations entre la diplomatie et le fait religieux sous-tendent ainsi des rapports de force complexes. Jean-Christophe Peaucelle rappelle qu’une diplomatie ne doit en aucun cas « négliger le fait religieux » car celui-ci relève « d’une importance capitale dans de nombreuses sociétés » et constitue un facteur essentiel à prendre en compte dans les relations internationales. Ce que l’on peut retenir en tout point de ce débat est la difficulté toujours plus croissante de la libre appréciation d’un juste équilibre entre intérêt diplomatique, affirmation des valeurs de la Nation et mise en œuvre des principes d’égalité, de liberté de conscience et de religion.

 

Tuerie de Dallas, les faits et les médias français

[Par Jean-Jules LEMA LANDU]

Apprendre que les forces de l’ordre ont tué des citoyens américains, aux États-Unis, parfois pour une peccadille, n’est pas loin d’être rangé dans le rayon des faits divers lambdas. Chaque année, mille personnes tombent sous les balles de policiers, tandis que les médias rapportent  l’information chacun à leur manière. Les uns pour y apporter un antidote. Les autres pour en rajouter une couche de tension. Parfois, par mégarde.

Il en va ainsi du drame qui s’est déroulé, jeudi soir, 8 juillet, à Dallas, en marge d’une manifestation contre les bavures policières. Pour avoir bien fait attention au contenu des médias français, on a pu voir se dégager aisément cette ligne de démarcation.  D’un côté, on a enregistré l’emploi des termes généraux, dans un souci clair d’inviter à l’union des cœurs, de l’autre celui du ton de l’ « information brute », avec un relent d’altérité, dans le but de désunir.

(Source : SPENCER PLATT / AFP)

(Source : SPENCER PLATT / AFP)

« Ouest-France », par exemple, dans son édition du week end (9-10 juillet), a titré : « Dallas : le tireur voulait tuer des policiers ». Dans son introduction, le quotidien enchaînait : « Cinq agents ont été tués et neuf personnes blessées, jeudi soir, pendant un rassemblement pour protester contre la mort de deux hommes noirs tués par les forces de l’ordre ». Sans insinuation. A travers le texte, long de 70 lignes (colonnes journal), la même délicatesse dans le choix des mots a prévalu, car on n’y a relevé que deux fois le mot « noir » et trois fois le mot « blanc ».

Savamment dosés, les termes du journal parlent de « l’homme », tout court. Que cet homme soit   blanc ou noir. On y a collectionné, pour ce faire, trois exemples, à valeur pédagogique :  « un tireur » ; « la première victime » ; « un homme de 25 ans »…

Le quotidien « Le Monde » a fait la même preuve de professionnalisme, face à un sujet sensible concernant le vivre ensemble des sociétés multiraciales. C’est sur un ton neutre que le média a ficelé  son titre : « Cinq policiers tués à Dallas par des snipers ». On ne peut mieux dire. Le fond de l’article a épousé la même philosophie de mesure.

Sur l’autre versant, « France Info » et « France 24 », deux chaînes de radio et  de télévision, qu’on a également suivies, y sont allées autrement. Presque de la même façon, elles ont rendu l’information telle quelle, dans sa crudité terminologique : « À Dallas, un Noir armé a déclaré avoir l’intention de tuer des policiers blancs ». C’était brut, dur…

(Source : AFP)

(Source : AFP)

Était-ce une bonne manière  d’informer, en France, où existe une société multiraciale à forger ? Surtout, par ce temps, où les phénomènes des replis identitaires, nourris par la montée des extrémismes de droite, envahissent pratiquement tout le continent européen ?  La posture, à cet égard, de « Ouest-France » et de « Le Monde », a répondu à cette question. À nos yeux, elle est également un message, à la normande, pour dire que la France, dans cet angle, a aussi ses cactus. Comme l’ont démontré les événements dans les banlieues en 2005.

Notre intention n’est point celle de dispenser un cours de journalisme ou de morale, dont nous n’avons pas la moindre qualité, mais de montrer simplement –  s’il en est besoin –  que les temps sont mûrs, pour tous les pays qui ont choisi de vivre avec les immigrés, de déployer à leur avantage une vraie politique d’intégration. Car, la mondialisation ne doit pas se comprendre uniquement en termes économiques. Elle porte également le projet des sociétés multiculturelles, appelées à s’inscrire dans les règles du « village planétaire », dont le but final doit être l’« unité des cœurs ». Si la super puissance outre-Atlantique ne l’a pas encore compris, que la France le comprenne. Et presse le pas. Car, et pour paraphraser Mandela, la vraie puissance appartiendra, demain, « aux pays colorés ». Comme l’arc-en-ciel.

Exilé du paradis, l’écriture devient un refuge et un combat

[Par Lisa Viola ROSSI]

« Un voyage d’un endroit à l’autre, en tant qu’exilé d’abord, en tant que fugitif ensuite, plus tard comme simple observateur ». C’est le voyage d’ « Exilé du paradis », de Jacobo Machover (Lemieux éditeur, 2015) universitaire, écrivain et journaliste cubain né à La Havane en 1954 et exilé en France depuis plus de cinquante ans. L’auteur nous emmène dans le conte de sa vie de dissident, tissée à la fois au périple de sa famille, juive, persécutée par le nazisme, à l’Histoire de son peuple, des cubains, oppressés et exilés, comme lui. Un voyage sans retour où le témoignage autobiographique devient le cœur de ce que Machover lui-même appelle une « littérature d’urgence ».

L'exilé du paradis de Jacobo Machover  (source: livre.fnac.com)

Exilé du paradis de Jacobo Machover (source: livre.fnac.com)

Une littérature d’urgence, lieu de refuge et appel à la justice. L’écriture, explique l’auteur, « devient un refuge, un endroit situé loin de l’île et, le plus souvent, des grandes maisons d’édition, pour chuchoter, insinuer, ce qu’il leur [aux exilés cubains ndr] est impossible de crier sur la place publique, en espérant qu’un jour ces paroles parviendront à leur public naturel, celui qui pourra peut-être les faire entièrement siennes, et qui leur rendra un minimum de considération et de justice ».

 Une histoire personnelle qui se reflète et s’enlace à l’Histoire commune. Exilé du paradis est structuré en deux parties : la première, est intitulée  « La fuite, l’initiation », et la deuxième, « Les nôtres, in memoriam ». La narration commence dans l’automne 1963. « L’enfant (moi) vient d’arriver à Paris, à la gare de l’Est, après un long voyage et d’inconcevables détours. J’ai traversé un pan de l’Histoire sans m’en rendre compte, entouré de mes parents, Isaac et Rebecca, et de mon frère ainé, Daniel. Pourtant, je suis seul au monde, sans personne à qui me confier, sans aucun endroit auquel me raccrocher. » A partir de là, l’autobiographie de Jacobo Machover se déroule mêlant l’Histoire aux péripéties d’un jeune inquiète, par ailleurs déserteur de l’armée française et passionné par les femmes et par la vie. Le conte se poursuit en illustrant par images éparses le périple familial de l’auteur et coule finalement, dans la deuxième partie du livre, dans un véritable portrait de l’exil. « L’exil est un territoire étrange, sans véritable centre autre que la mémoire », nous dit l’auteur. La mémoire, qui devient le moteur de l’action littéraire de Machover, est dans ce livre cultivée et gravée. Son but, comme l’explicite l’auteur lui-même, est de « conquérir la liberté, celle de mon île, ou, tout du moins, de perpétuer la mémoire de ceux qui en avaient été expulsé : les exilés, comme moi-même ». Puis que les exilés de l’« île maudite », précise l’écrivain, ne sont pas tout à fait comme les autres : « eux [d’autres exilés, d’ailleurs ndr], ils étaient perçus comme des héros qui avaient combattu les dictatures, pas comme nous, les Cubains, qui avions fui la révolution. Inutile d’expliquer quoi que ce soit. Nous, nous n’étions pas légitimes ».

La douleur d’un exil, le véritable, sans adjectifs : « On ne peut pas rajouter d’adjectifs à cette douleur, à cette calamité ». L’exil, « sans aucun espoir de retour », dont le goût Machover a « appris à aimer » grâce à l’écriture et l’engagement. « J’ai résolu de suivre la voie qui m’était dictée, depuis toujours, je crois, par cette Histoire délirante, mais unique, presque incroyable, inexplicable en tous cas : écrire, pour ne pas sombrer, dans le désespoir, l’abandon, l’indifférence, la drogue, l’alcool. Mais je n’avais plus pour moi le territoire magique et initiatique de mon île, à partir duquel j’aurais pu construire un univers. Il me fallait récupérer, du moins l’espace d’un instant, le monde de l’enfance perdue».

Jacobo Machover (sources: editions-vandemiaire.com)

Un combat pour la délivrance des cubains. Page après page, la narration de Machover nous accompagne à dévoiler la cohérence d’un parcours erratique ayant pour but le combat pour une légitimité des dissidents cubains, pour lesquels l’auteur se bat sans cesse, depuis toujours : « Pendant près de vingt-cinq ans, je les [les dissidents anticastristes cherchant une protection à l’étranger ndr] ai écoutés répéter les mêmes récits. Ils m’entretenaient d’un univers abstrait auquel seuls les élus ont accès. Je suis allé les chercher aux quatre coins du monde, loin du pays qui les a vus naitre, le plus souvent dans la capitale de notre exil, une copie presque conforme de l’île maudite, mais plus ordonnée, trop impersonnelle. Je n’ai pas compté le temps, ni le mien ni le leur ».

D’un exilé, des exilés. Survivre, pour vivre. Combien de temps encore ? « La vie en exil n’est pas la mort. C’est autre chose, en équilibre non seulement entre deux géographies, mais aussi entre deux temps. Ceux qui ont échappé au malheur sont pris d’une frénésie de vivre […] ils étaient capables de tout affronter pour fuir, mais ils se sont retrouvés désarmés face aux tracas de la vie quotidienne dans un environnement non pas hostile, plutôt indifférente. Je les vois encore […] Jesús, qu’il a fallu faire sortir de l’île où il avait de fortes chances d’aller croupir pour de longues années en prison, du fait qu’il tentait simplement d’écrire, de décrire, la réalité de ce qu’il vivait dans des articles que pratiquement personne ne pouvait lire sur place : il était journaliste indépendant, c’est-à-dire sans entraves, non reconnu, non officiel. Il a du partir en avion, laissant sa femme et sa fille, en pleurant sans cesse leur absence, sans espoir de les revoir avant longtemps. Combien de temps ? »