HAÏTI – Les assassinats continuent alors que le président appelle à fêter Noël

Plus d’une trentaine d’actes d’assassinats, environ une vingtaine d’enlèvement contre rançon ont été recensés depuis le commencement de l’année 2020. Des cas de trafic d’organes ont été egalement constatés. Malgré ce carnage, le président d’Haiti Jovenel Moise invite la diaspora à venir fêter Noël avec leur proche.

L’année 2020 est un moment de deuil qui touche tous les secteurs de la vie nationale.

Le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, professeur et juriste, Me Monferrier Dorval, a été tué par deux projectiles à la poitrine le vendredi 28 août 2020 dans la rue Pomier, Pèlerin 5, non loin de la résidence privée du président de la République Jovenel Moïse. Cet assassinat interpelle la conscience collective sur le véritable problème d’insécurité en Haïti, sans compter plus d’une dizaine de policiers de différentes unités assassinées. Parmi eux, des commissaires du gouvernement.

Un escadron de la mort qui frappe fortement les écoliers et les universitaires

Evlyne Sincère est une jeune écolière de 22 ans. Elle a été kidnappée au dernier jour des examens de philosophie le jeudi 29 octobre 2020. Les ravisseurs ont exigé une somme de 100.000 dollars haitiens (l’équivalent de 7932 euros) avant d’accepter 15.000 dollars haitiens (soit 220 euros). Mais cela n’a pas empêché les ravisseurs d’assassiner et violer (probablement selon les constats). On a retrouvé son cadavre abandonné dans une décharge.

Il ne faut pas oublier également la mort de Jimmy Telson âgé de 17 ans après une tentative de kidnapping qui a mal tourné le mardi 17 novembre 2020. Il a été assassinée en sortant de l’école.

Grégory Saint-Hilaire, étudiant à l’École Normale Supérieure, a été tué le vendredi 2 octobre 2020 atteint au dos par un projectile d’un des agents de l’Unité de sécurité générale du Palais national. Cet assassinat a eu lieu au moment où un groupe d’étudiants tenaient un mouvement pour réclamer l’application d’un protocole d’accord signé avec le Ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP) concernant leur stage et leur nomination dans différents établissements publics. Différentes sources fournies par d’autres étudiants protestataires confirment les faits.

En parrallèle de ces meurtres, les policiers ont incendié la bibliothèque de l’École Normale Supérieure.

Insouciance du chef de l’Etat et trafic d’organes

Pendant que le président continue à faire des promesses anodines et ferme les yeux sur le grave problème d’insécurité qui ravage le pays, le trafic d’organes commence à regagner du terrain.

Rappelons qu’un policier connu sous le nom de Wildophe appartenant à un gang opérant dans le kidnapping et dans le prélèvement d’organes a été arrêté en essayant d’enlever le coeur d’une jeune fille pendant qu’elle est encore vivante. « Si je suis encore vivante c’est parce que le coeur servira à rien si on me tue avant de l’enlever. » Heureusement, ces agresseurs n’ont pas eu le temps de le faire. Le policier a été arrêté et a fourni le nom de ses complices.

Le jeudi 12 novembre 2020, on a retrouvé le corps d’un hougan (prêtre vaudou) dans des toilettes. Son ou ses agresseurs l’avaient dépecé de son coeur, de ses bras, de son foie et d’autres organes. Il ont été retrouvés chez un dénommé Pikan qui semble être l’auteur de cet horrible meurtre.

Ce Noël nous prend tout et ne donne rien. Certe Noël arrive, mais cela ne change rien à la situation politique, économique et sociale du pays. Il y a un cas de kidnapping quasiment toute les douzes heures, ainsi que des assassinats. Le père Noël ferait mieux de passer ailleur s’il tient à sa vie car cette annee les cadeaux prennent la forme de projectiles.

D’autres articles

HAÏTI – La liberté d’informer n’existe pas, jouralistes en danger

En 2019, le sénateur haïtien Jean-Marie Ralph Fethière a tiré plusieurs coups de feu en direction d’un photojournaliste. Loin d’être des coups tirés en l’air, il a touché le photojournaliste au niveau de la mâchoire. Voilà un fait qui résumé la situation actuelle d’Haïti. Pour honorer la mémoire des journalistes assassinés dont les auteurs sont impunis, ainsi que le rôle des politiques, notre journaliste haïtien réfugié à la Maison des journalistes, nous livre cet article passionant.  

La liberté d’informer en Haïti a coûté la vie à plus d’une dizaine de journalistes depuis le début du siècle.

« Le journaliste exerce librement sa profession dans le cadre de la loi » stipule la constitution haitienne de 1989, article 28.1.

Le choix d’informer dans le cadre du métier de journaliste en Haïti a toujours été dangereux. Pourtant il y a eu un espoir après la chute du régime dictatorial des Duvalier (1957-1986) qui a causé la mort de plusieurs journalistes haïtiens et poussé bon nombres d’entre eux à l’exil après avoir été maltraités, emprisonnés et violés par les bras armés du régime qu’on appelait à l’époque “Tonton macoute”.

En effet, la fin de cette dictature en 1986 conjuguée à une nouvelle Constitution, celle de 1989 qui favorise la liberté de presse, donna de l’espoir à toute l’île. Les journalistes avaient alors l’ambition de faire leur travail en toute quiétude sans risquer leur vie et celle de leur proche.

Une période cauchemardesque et angoissante pour la presse haïtienne…

Le 3 avril 2000, Jean Dominique, journaliste, commentateur politique et grand défenseur de la démocratie, est assassiné dans la cour de la station radio Haïti Inter.

Cet assassinat n’est pas anodin car Jean Dominique était l’un des journalistes les plus célèbres du pays. Ce meurtre montre a quel point tous les journalistes sont menacés et à quel point ces crimes restent impunis. Est-ce parce que la démocratie haitienne est une dictature ?

3 décembre 2001 à Petit-Goâve, c’est au tour du journaliste Brignol Lindor de radio Echo 2000 d’être assassiné. Cette fois-ci, c’est à coups de hache et de machettes. Brignol Lindor s’était engagé pour la liberté de la presse au-delà de sa passion pour la culture. 

A qui le tour ? Au journaliste et poète Jacques Roche, le 14 juillet 2005 à Delmas. Après 4 jours de kidnapping, son corps gisait par terre, troué de balles, les bras menottés, en short, torse nu.  Son cadavre portait aussi des traces de coups et de brûlures. 

En 2007 tout s’accélère, trois journalistes sont tués :

  • Le photographe indépendant Jean-Rémy Badiau le 19 janvier à Port-au-Prince
  • Alix Joseph, le 16 mai aux Gonaïves
  • L’animateur de radio François Latour, enlevé et exécuté le 22 mai à Port-au-Prince, après une demande de rançon d’environ 100.000 dollars américains.

Journalistes tués, politiques complices

De 2007 à 2020, plus de 40 journalistes sont victimes de crimes impunis. Parmi eux, il y en a qui ont été assassinés, agressés, battus, dans le cadre de leur métier de journaliste.

En Haîti, c’est finalement rien de nouveau. Cela fait plus d’un demi siècle que les politiques organisent des répressions sur les journalistes et des caballes contre certains médias.

Espoir Emmanuel Cledanor est un ancien présentateur de radio en Haïti. Témoin oculaire du meurtre de son ami Brignol, il a accepté de nous parler de ce qui a précédé le crime. C’est toute une série de menaces auxquelles son ami faisait face et toutes ces menaces venaient du pouvoir en place.

Nulle surprise de savoir que des partisans du président Jean Bertrand Aristide, selon plusieurs sources, avait lors d’une conférence de presse une semaine avant l’assassinat de Brignol, lister les gens qu’ils allaient assassiner, liste dans laquelle le nom de ce dernier s’affichait.

Jean Oriel, ancien chef de sécurité de l’ex président Jean Bertrand Aristide, nous a laissé un témoignage posthume dans lequel il raconte comment le président Aristide a planifié avec ses proches l’assassinat du journaliste Jean Dominique.

Les rapports d’enquete ont poussé la justice a dressé des mandats a l’encontre de plusieurs proches du pouvoir mais sans suite.

Souvent les journalistes haïtiens font face à des menaces réelles qui viennent des politiques. Dès que les journalistes font leur travail d’analyse et d’information, ils sont menacés. Nous n’avons pas cités tous les journalistes tués, comme Rospide Pétion, assassiné le 10 Juin 2019 ou Néhémie Joseph assassiné le 10 octobre 2019, ou encore Vladimir Legagneur disparu le 4 mars 2018…

49ème en 2013, Haïti est tombé à la 62ème place au classement de la liberté de la presse en 2020. Bien que cette place soit relativement haute puisqu’il y a 179 pays dans ce classement, la vie des journalistes haitiens est menacée dès qu’ils enquêtent et qu’ils défendent la liberté d’informer.

D’autres articles

HAÏTI – La corruption dépasse l’entendement dans l’affaire Petrocaribe

Selon le troisième rapport de la Cour supérieure des Comptes sur la gestion du fonds Petrocaribe publié le 12 août 2020, la corruption au sein des administrations publiques est à son plus haut niveau ! Cette fois, la corruption s’est attaché aux programmes d’aides sociales et éducatives ainsi qu’à des travaux d’infrastructure et de réhabilitation. L’argent du fond Petrocaribe, environ 3.8 milliards de dollars américains, a été dilapidé par les dirigeants haïtiens en toute impunité.

La Cour supérieure des Comptes, jusqu’ici très reservé quand il s’agit de condamenr l’Etat, et dont la fonction se limite à être consultative autour des questions relatives à la législation, les finances publiques et sur tous les projets de contrats, d’accords et de conventions à caractère financier ou commercial auxquels l’Etat haïtien s’engage, a sorti un troisième rapport sur la gestion des fonds Petrocaribe dans lequel le pouvoir est lié profondément à la corruption dans plusieurs dossiers.

Selon l’accord qui a été signé entre le gouvernement haïtien et le gouvernement vénézuélien en mai 2006, sous la gouvernance de l’ancien président d’Haïti René Préval de regretté mémoire, ce prêt est estimé à une somme d’environ 3,8 milliards de dollars américains sous forme de baril de pétrole qui était destinée à Haïti.

Ce capital devrait être réinvesti afin de faciliter le développement du pays et à la croissance économique. Puisqu’il s’agit d’un prêt, l’État, bénéficiaire de cet accord, se doit de rembourser au Venezuela ce montant sur 25 ans, avec un taux d’intérêt de 1% et deux ans de sursis avant le premier versement, tout en sachant qu’il y a 18 pays des caraïbes qui font partis de ce programme d’aide.


[Ils – Les plus hauts responsables politiques d’Haïti] ont créé des programmes d’aide à caractère social, éducatif et économique à travers lesquels ils ne font que détourner l’argent du fond Petrocaribe.


Au lieu de mettre cette somme au service du développement et de la croissance économique d’Haïti comme le contrat le mentionnait, les dirigeants sous la gouvernance de l’ex-président Joseph Michel Martelly (2011-2016) et de l’actuel président Jovenel Moïse (au pouvoir depuis le 7 février 2017), deux membres actifs du parti PHTK (Parti haïtien Tèt Kale), ont créé des programmes d’aide à caractère social, éducatif et économique à travers lesquels ils ne font que détourner l’argent du fond Petrocaribe.

La corruption institutionnalisée du programme maternel Ti manman cheri, un exemple parmi d’autres…

Ti manman cheri est un programme d’assistance sociale en faveur de plusieurs milliers de mères à travers tout le pays. Créé par l’ancienne administration Martelly-Lamothe, Kore Pèp, géré par le fond d’assistance économique et sociale (FAES), il fait l’objet d’une grande corruption institutionnalisée.

Selon la ministre des Affaires sociales et du Travail, Élise Gelin, sur les 121.000 mamans inscrites à ce programme, seulement 21.000 sont connues, c’est à dire référencées.

Alors, qui sont les 100.000 autres mères de famille introuvables ?

Le programme ti manman cheri a été mis sur pied en faveur des femmes ayant au moins un enfant inscrit dans une école nationale ou communautaire. La somme allouée à chaque maman dépendait du nombre d’enfants enregistrés dans les écoles affiliées au programme, et non pas du nombre d’enfants au foyer.

Le montant minimum qu’une famille pouvait recevoir par mois est de 400 HTG et le maximum 800 HTG ( soit entre 4€ et 8€ par mois).

En ce qui concerne le programme PSUGO essentiellement éducatif, selon plusieurs médias, l’ancien directeur adjoint du bureau de l’Éducation nationale, M. Ancidonis Henry, a fait passer un groupe d’adolescents pour des «directeurs d’école» afin d’obtenir des chèques de 200.000 HTG (1 500€ ) ou de 300.000 HTG (2300 €).

Le directeur impliqué dans ce scandale a pris la fuite en traversant la frontière haitiano-dominicaine grâce à la complicité d’un ancien sénateur en fonction.

A noter qu’il y a plus d’une vingtaine de programmes qui ont été institués, non dans l’idée d’apporter un peu de changement dans la vie sociale et économique, mais qui ont servi à un espace de détournement de grosses sommes d’argents (caravane, changement, de pep, gouvman an lakay et ebaucoup d’autres).

De nombreuses manifestations ont secoué le pays et des artistes et écrivains ont pris part à ces mobilisations massives (le 6, 7 et 8 juillet 2018 ainsi que le 6 et 7 février 2019) pour demander que le procès soit fait sur le dossier Petrocaribe. Mais aucune poursuite juridique n’a été initiée contre ses dirigeants corrompus.

Doit-on attendre l’arrivée d’un messie à la tête du pouvoir pour qu’un procès puisse voir le jour ?

D’autres articles

MONDE – Le Glas sonne pour les peuples

La suppression de la Loi Obamacare (Loi sur la Protection des Patients et les Soins Abordables) promulguée par Barack Obama le 23 mars 2010, le retrait des U.S.A. de l’Organisation mondiale de la santé (O.M.S.) suivi par plus d’un Etat (Madagascar, Guinée équatoriale, Burundi, Brésil), interdiction des vols aériens chinois entre la Chine et les U.S.A dès le 16 juin 2020, tweets et déclarations menaçants, discriminatoires, discourtois, mensongers ainsi que des discours contradictoires constatés notamment dans la gestion de la crise de la Covid-19, manipulations, etc.

Donald Trump et de nombreux gouvernants de la planète terre ne cessent d’inquiéter et deviennent très dangereux pour la gestion de la cité. Que doivent faire les populations et les journalistes?

Pour reprendre les propos de David Mongoin, aux U.S.A, la liberté de manifestation est une liberté constitutionnelle dont le fondement juridique est celui de la liberté de «rassemblement pacifique» et dont le régime juridique répond essentiellement à celui de la liberté d’expression.

La garantie constitutionnelle de manifester : une supercherie ? 

La manifestation conçue comme une «expression agissante», est bien une liberté, alors qu’en France et dans plusieurs pays, elle est bien d’avantage un « droit ».

Le premier amendement de la Constitution des U.S.A ratifié en 1791, stipule: « Le Congrès n’adoptera aucune loi relative à l’établissement d’une religion, ou à l’interdiction de son libre exercice ; ou pour limiter la liberté d’expression, de la presse ou le droit des citoyens de se réunir pacifiquement ou d’adresser au gouvernement des pétitions pour obtenir réparations des torts subis.« 

Fort conscient de cet amendement, bon nombre d’Américains descendent dans les rues depuis l’assassinat de George Floyd qui est une victime de trop de la police.

Depuis douze jours, les Américains manifestent presque dans tous les Etats, contre le racisme et toutes sortes de violences (politique, physique, économique, sociale, spirituelle et psychologique).

Malheureusement, quelques-uns parmi eux confondent liberté au libertinage comme nous l’avions vu il y a quelques mois avec les «gilets jaune» en France, s’en prendre aux symboles, casser et piller plusieurs bâtisses.

A propos, Idris Fassadi, Maitre conférencier à l’université Panthéon – Assas Paris II nous rappelle que si les libertés d’expression et de manifestations sont fondamentales dans une société démocratique, cela ne signifie pas que chacun puisse exprimer ses opinions dans n’importe quel lieu public et à n’importe quel moment.

Les garanties constitutionnelles de la liberté impliquent l’existence d’une société organisée, maintenant l’ordre public sans lequel la liberté elle-même serait perdue dans les excès de l’anarchie.

Conséquences, l’Etat peut imposer des restrictions raisonnables quant aux moments, lieux et modalités de l’expression protégée, dès lors que les restrictions ne portent pas sur le contenu de l’expression sont étroitement circonscrites pour servir un intérêt d’Etat important et qu’elles laissent subsister des canaux alternatifs pour la communication de l’organisation et l’encadrement policier.

C’est ce qui a poussé certainement Donald Trump et bien avant lui d’autres chefs d’Etats à vouloir faire recours à la force publique pour contenir les manifestants.

Dictatures, libertés et libertinages s’entremêlent

Il sied de dire que le comportement de Donald Trump depuis son arrivée à la Maison Blanche a révélé qu’il gère la plus grande nation des libertés comme un commerce privé à l’image de plusieurs dictateurs qui marchent sur les droits fondamentaux des peuples. Nonobstant qu’il soit accro des tweets (4481 messages pour la seule année 2020), le 27 mai 2020, suite aux dénonciations de ses twitters mensongers mis à nu, Donald Trump a menacé le réseau social Twitter et autres: « …en tant que président des U.S.A, je ne les laisserai pas faire.« 

Le 28 mai, il a menacé de réguler sévèrement les médias sociaux (sans distinction) ou de les fermer.

Le 29 mai 2020, il a mis sa menace à exécution en prenant un décret qui restreint la liberté d’expression. Il a limité la protection judiciaire dont bénéficient les réseaux sociaux aux U.S.A.

Bien avant cela, il n’avait cessé de pointer du doigt des journalistes et médias qui ne courbent pas l’échine devant lui.

April Ryan, correspondant de la Maison blanche depuis 1997, Jim Acosta correspondant en chef à la Maison blanche de CNN et une dizaine des médias de renom ont payé un lourd tribu à l’administration Trump.

Retrouvez notre article sur les "Lanceurs d'alerte" aux USA sous l'administration Obama

La somme des attaques frontales contre les médias par Donald Trump se solde par l’arrestation de divers journalistes à la frontière, des saisies et fouilles de matériels y compris des agressions physiques tels que signalés par Tv5, C.P.J, RSF, etc.

La mort de George Floyd le 25 mai 2020 et toutes sortes de violences rendent plus d’une personne allergique.

Quelle attitude adoptée ?

Sur mille Américains tués par la police chaque année, il est établi un taux de 2,5 fois plus élevé de victimes afro-américaines que blanches.

A la place d’apaiser, Donald Trump, par le truchement des mêmes réseaux sociaux qu’il attaque, a qualifié de tous les maux et menacé les manifestants. Il feint que ces derniers réclament une vraie justice devant les chiffres très inquiétants des morts et les inégalités sociales.

Le président américain est parti très loin jusqu’à intimer l’ordre de mater «les hordes de délinquants qui manifestent» et opposer les forces spéciales au peuple comme le font chaque fois des présidents africains (Denis Sassou Nguesso, Paul Biya, Idriss Itno Déby, Alpha Condé, Faure Gnassigbé).

Le Secrétaire d’Etat à la défense Mark Esper et plusieurs officiers supérieurs ont refusé officiellement d’obtempérer à l’ordre de la hiérarchie de mettre l’armée dans la rue pour contenir les manifestants. La plupart des gouverneurs et pasteurs se sont associés aux manifestants.

D’où cette question que certains se posent à savoir: est-ce normal que les « Bergers des fidèles » (Guides du troupeau) entrent en politique et se comportent ainsi ?

Ghy Fortune DOMBE BEMBA

D’autres articles sur l’Afrique

Interview de Mago Torres : « La menace contre les journalistes existe, notre travail y répond »

Mago Torres est à la fois journaliste et chercheuse, elle fait partie d’une équipe de journalistes mexicains et américains qui ont enquêté sur les fosses non répertoriées au Mexique. Ce travail d’investigation de plus d’un an et demi répertorie plus de 2.000 « fosses » clandestines au Mexique entre 2006 et 2016. Un site a été créé adondevanlosdesaparecidos.org : « Où vont les disparus? », ainsi qu’une carte interactive pour géolocaliser ces fosses. Leur approche du terrain et le travail d’équipe dans ce pays extrêmement dangereux pour les journalistes, ont été récompensés le 3 mai 2019 par le prix Breach/Valdez, créé en mémoire de deux reporters assassinés en 2017 au Mexique. A l’occasion de la remise d’un prix à la Mairie de Paris, Mago Torres a rendu visite à la MDJ et nous a accordé cette interview. 

Le plan interactif sur le site permet de naviguer à travers les états du Mexique et de lire les reportages associés à chaque fosse. Il permet aussi de voir l’évolution sur ces dix annéess, entre le début de l’offensive militaire contre la drogue, lancée en 2006 par l’ex-président Felipe Calderon, et le lancement de cette enquête journalistique.

Depuis, près de 250.000 personnes ont été assassinées à travers le pays, selon les chiffres officiels. « En 2006, il y avait deux fosses, l’année suivante on est passé à 100, puis on n’est pas descendu sous les 250 fosses » découvertes par an, a expliqué à l’AFP Marcela Turati, journaliste. Selon les estimations du gouvernement, un peu plus de 1.100 fosses clandestines ont été localisées et il y a environ 26.000 cadavres non identifiés dans les morgues.

Qu’est ce qu’une fosse ? 

Une fosse sert de tombe ou de charnier.

Au Mexique, la « fosse » est majoritairement composée de plusieurs corps (et non pas d’un seul), souvent de simples fragments d’os en décomposition.

Ces fosses ne sont pas que dans des endroits reculés, elles sont aussi en pleine ville. ​Plusieurs d’entre elles ont été découvertes lors de démolition d’immeubles, un mur de séparation peut avoir été utilisé pour camoufler un ou plusieurs corps. 

Outre Marcela Turati, les reporters mexicains Alejandra Guillen, Mago Torres, Marcela Turati, Erika Lozano, Paloma Robles et Aranzazu Ayala, ainsi que le journaliste américain David Eads ont travaillé avec 15 autres collaborateurs pour mettre en place cette plateforme.

La remise du prix Breach/Valdez, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse le 3 mai 2019, intervient le jour même de l’annonce d’un nouvel homicide de journaliste au sud du Mexique. Telesforo Santiago Enriquez, qui animait une émission sur une radio communautaire, est le quatrième journaliste assassiné au Mexique depuis le début de l’année 2019.

En 2018, c’est la journaliste mexicaine Daniela Rea, auteur de nombreux reportages sur la violence déchirant son pays, qui avait reçu la première édition du prix Breach/Valdez, retrouver son interview ici.

La journaliste Mago Torres à la Maison des journalistes #MDJ

C’est avec Mago Torres que nous avons rendez-vous. Chercheuse et journaliste, elle est venue rencontrer les journalistes de la MDJ et apporter son soutien à notre association.

Nous en avons profité pour l’interviewer et comprendre comment une équipe de journalistes a pu enquêter dans ce pays si dangereux pour les journalistes et avec autant de données à traiter. 

Maison des journalistes : Mago Torres, qui êtes-vous et avec qui avez-vous travaillé pour cette enquête des 2000 tombes clandestines au Mexique? 

Mago Torres : Je suis journaliste d’investigation et chercheuse. Je suis également membre d’un collectif de journalistes indépendants qui s’est confronté au phénomène des personnes disparues au Mexique.

Nous avons décidé de nous réunir en faisant collaborer différentes disciplines: la recherche de données, l’expérience du terrain, les méthodologies, les accès aux archives publiques et la collecte de graphiques, les photographies, les videos…

C’est cet ensemble de compétences qui nous réunit et qui fait notre force d’investigation.

#MDJ : Quel était votre rôle dans cette équipe d’investigation ?

[MG] J’ai appris le journalisme (ou plus précisemment à faire du journalisme), non pas en suivant un cursus traditionnel, mais en collectant des données. J’ai ensuite été intéressée par les différentes méthodologies et les outils de recherche à notre disposition. C’est donc devenu mon rôle au sein du groupe de journaliste.

Je dois penser ma recherche des faits à partir de la documentation. Où sont les documents que nous pouvons interroger et à partir desquels nous pouvons construire, comprendre, raconter puis publier une histoire ?

En en tant que chercheuse, je travaille surtout en arrière-plan. Donc je n’échange pas avec les gens, je ne leur parle presque pas. Mon travail, c’est d’interroger les documents. 

Dans cette équipe de journalistes, mon rôle met en lumière les différentes manières de faire une enquête. 

Pour mener à bien ces investigations, qui subissent dissimulations et fausses pistes, la collaboration entre les disciplines est vitale. C’est dans cette interdisciplinarité que je situe ma contribution au journalisme.

Quel fut le point de départ de cette enquête ? 

Cette enquête n’a pas commencé par un fait précis en particulier, c’est le fruit d’une accumulation d’expériences.

Pendant des années, les journalistes ont mis à jour la présence de fosses communes dans le pays et ont décrit la peine que les familles de disparus endurent tous les jours.

A partir de toute cette expérience accumulée et de la compréhension du terrain que nous possédons, nous avons voulu avoir d’autres perspectives. Par exemple, que se passe-t-il lors du processus d’identification des personnes retrouvées dans ces fosses ?

C’est ce qui nous a conduit à enquêter sur les archives publics et à publier nos travaux à la fin de l’an dernier. C’est l’aboutissement d’un lent processus.

Pouvez-vous nous décrire cette méthodologie d’investigation ?

Tout d’abord nous voulions savoir quelles données étaient disponibles concernant la découvertes de ces tombes clandestines.

Nous avons donc utilisé l’expérience des membres de l’équipe sur le terrain et de tous ces journalistes au Mexique, et nous nous sommes demandés quelles étaient les données à notre disposition ?

Afin d’obtenir ces données, nous avons utilisé la loi d’accès à l’information (freedom of information act) du Mexique. Nous avons donc soumis des requêtes auprès du gouvernement fédéral mais aussi auprès des 32 états et entités du pays. Au fur et à mesure que nous recevions les documents, nous avons commencé à créer une base de données nationale en les organisant pour leur donner du sens.

Au cours de notre travail, nous avons rencontré quelques difficultés car sur les 32 états, seulement 24 ont reconnu la présence de tombes clandestines sur leur territoires; 8 ont donc nié leur existence.


Nous parlons d’un pays où environ 40.000 personnes ont disparu.


Nous avons décidé de nous en tenir au niveau des données du gouvernement fédéral, et c’est ce que nous utilisons dans notre enquête et dans la carte nationale que nous avons publiée.

Ensuite, il s’agissait d’organiser et de trier ces données. Nous avons pu constater ce qu’observaient les familles de disparus depuis bien longtemps : l’absence d’une méthodologie commune utilisée par les autorités pour documenter les découvertes des tombes clandestines.

Je tiens également à préciser que notre enquête s’étend de 2006 à 2016. C’est la période sur laquelle nous travaillons. A partir de là, nous avons soulevé plus de questions.

  • Pourquoi n’existe-t-il pas une méthodologie commune ?
  • Pourquoi n’utilisent-ils pas systématiquement les mêmes catégories ?
  • Pourquoi utiliser des critères différents ?
  • Pourquoi tant de lacunes dans les informations ?

Par exemple, dans certains endroits où des corps ont été trouvés, nous n’avons pas de données précises: est-ce un corps entier ou un fragment d’os ?

C’est ce manque d’information que nous essayons de résoudre. En fin de compte, ce que nous essayons de déterminer se résume facilement ; Combien de personnes ont été trouvées ? Quels procédés utilisent les autorités pour identifier les corps ?

Nous parlons d’un pays où environ 40.000 personnes ont disparu. Vous comprendrez que pour résoudre cette enquête nous avons besoin d’une méthodologie!

Tandis que nous organisions les données et les placions sur une carte, nous avons commencé à identifier des cas dont nous connaissions déjà l’existence. C’est là où l’expérience sur le terrain prend toute son importance, tout comme le travail de visualisation des données (data visualisation).

L’interdisciplinarité de notre équipe journalistique nous a permis de rassembler tous ses éléments ensemble en travaillant efficacement.

Quel impact votre enquête a eu au Mexique ?

L’apport principal de cette enquête est la création d’une base de données nationale qui n’existait pas avant. Au nom des familles des victimes et aussi en tant que citoyen, je pense que c’est ce qui fait la différence.

Et maintenant, les autorités, après notre publication mais aussi après le changement de gouvernement, sont prêtes à présenter des rapports concernant l’amélioration des processus d’identification et la tenue de ces registres nationationaux.

Le gouvernement a aussi annoncé que notre enquête avait constitué avec d’autres publications les principales références concernant les processus de documentation des fosses communes.


Plus les données dont nous disposerons et dont la société disposera, seront de qualité, plus les avancées dans les étapes d’identification des affaires de personnes disparues seront importantes.


L’un des problèmes que nous avons constaté concernant ce manque d’information, est qu’il impacte directement les familles de disparus et les fait souffrir. Je pense donc que le plus grand apport de notre enquête est de fournir des informations à propos de l’état des recherches au Mexique. Et je dirais que nous allons voir ce qui va arriver.

Je ne pense pas que les familles devraient attendre plus longtemps. Plus les données dont nous disposerons et dont la société disposera, seront de qualité, plus les avancées dans les étapes d’identification des affaires de personnes disparues seront importantes.

Avez-vous été menacée durant cette enquête ? 

A ma connaissance, nous n’avons pas reçu de menaces directes. Mais je pense que le travail d’équipe et l’ensemble de compétences qui nous a réuni est une façon de nous protéger.

Quand nous ne pouvons pas aller sur le terrain, quand nous avons identifié que certaines régions pouvaient représenter un danger, nous avons décidé d’utiliser d’autres moyens d’informations.

Lors de l’exploration de certaines zones, nous avons bien eu droit à quelques remarques comme «c’est mieux que vous partez». Mais cette réalité présente au Mexique depuis longtemps, est aussi ce qui nous pousse à travailler ensemble, à collaborer dans un effort collectif et interdisciplinaire et de développer de nouvelles techniques afin de traiter au mieux les sujets sur lesquels nous travaillons. 

La menace contre les journalistes existe, notre travail y répond.

« CNN sucks » : le coup de grâce de Donald Trump

Mardi 18 juin, Donald Trump lance sa campagne pour les élections de 2020 à Orlando. Après six minutes de discours dont quatre de critiques envers les médias, la chaîne d’information continue CNN décide de couper le président américain et de reprendre l’antenne. Un acte qui se place dans la continuité d’une mésentente entre Trump et CNN qui ne fait qu’empirer depuis le début du mandat. Retour sur une guerre des nerfs.


Le doigt pointé vers les caméras, Donald Trump déclare « Au fait, ça, c’est un tas de fake news!« .


 

« CNN sucks, CNN sucks, CNN sucks« . Les supporters de Donald Trump n’ont cessé de clamer leur colère durant de longues minutes envers la chaîne. Cette scène se déroule lors du discours de campagne du président américain en Floride, mardi 18 juin. Il n’a pas fallu attendre longtemps, deux minutes précisément, pour que sa prise de parole dérive vers des critiques anti-médias.

Le doigt pointé vers les caméras, Donald Trump déclare « Au fait, ça, c’est un tas de fake news!« . S’en suivent des huées envers les journalistes présents sur place de la part des supporters. La chaîne d’information en continue CNN fait alors le choix d’arrêter la diffusion du discours.

Le présentateur John Berman reprend la parole et explique que le président « est sur scène depuis maintenant six minutes. Pendant deux minutes, il a parlé de l’économie. Et puis pendant quatre, ce n’étaient que des attaques envers les médias ».

Ce nouvel épisode rompt définitivement toutes relations cordiales entre le président et la chaîne, déjà bien écorchées par le passé.

  • L’usage de la violence : le combat de catch

Dimanche 2 juillet 2017, Donald Trump publie sur son compte Twitter un montage de lui frappant un homme au visage recouvert d’un logo CNN renommant la rédaction « Fraud News CNN« . On y voit le dirigeant prendre par le cou un homme au bord d’un ring de catch, le plaquer au sol et lui asséner plusieurs coups de poing avant de se relever et de partir. La séquence est authentique puisque elle date de 2007 et est extraite d’un match de catch intitulé « la bataille des milliardaires ».

« Nous continuerons à faire notre travail. Il devrait commencer à faire le sien », a répondu la chaîne américaine suite à cette attaque sur ses réseaux tout en dénonçant un président qui « encourage la violence contre les journalistes« .


« Mon nom est CNN et j’ai été agressé par le président des États-Unis« .


D’un ton humoristique, CNN publie une réponse via le compte de Mark Humphries. On y voit un personnage représentant CNN se confesser sur les agressions répétées du président des Etats-Unis. « Mon nom est CNN et j’ai été agressé par le président des États-Unis ». Une réponse qui a été largement relayée sur Twitter avec plus de 35.000 partages.  

  • Sarah Murray, l’ »horrible journaliste » de CNN

Sarah Murray, reporter pour la chaine américaine n’a pas échappé au déferlement de haine de Donald Trump envers les médias durant sa campagne présidentielle.

En septembre 2015, le candidat s’en prend violemment à la journaliste, sans jamais la nommer. Il l’accuse de mentir sur le nombre de personnes se rendant à ses meetings. « C’est une journaliste horrible. Oh, regardez, la pièce est vide! La pièce n’était pas vide, tout le monde était debout juste à côté de moi. »

Deux mois plus tard, le président récidive, cette fois ci directement sur le plateau de CNN dans l’émission New Day. « Elle est vraiment mauvaise, votre reporter, […] J’ai les plus grandes foules! […] Si on écoute Sarah Murray, on a l’impression qu’il n’y a que trois personnes à la Trump Tower ». L’animateur Chris Cuomo essaye tant bien que mal de défendre sa collègue devant le président, en vain.

  • Les dérapages de la rédaction de CNN

En mai 2017, une polémique secoue la chaine américaine. Kathy Griffin, co-présentatrice depuis 10 ans d’une émission pour le réveillon publie un cliché pris par Tyler Shields. On y voit l’animatrice poser avec une fausse tête de Donald Trump décapitée et pleine de sang. Très vite, l’image devient virale. Kathy Griffin est renvoyée, et le président américain affirme que son fils de 11 ans, Barron, a du mal à se remettre de cette photo.

Le 22 juin 2017, la publication d’un article sur le site de CNN plonge la rédaction dans une nouvelle polémique. L’article affirme qu’un proche du président, Anthony Scaramucci, a discuté avant l’élection de Trump avec le Russian Direct Investment Fund, un fonds d’investissement russe. Après relecture, de nombreuses erreurs sont relevées par Sputnik News et Breitbart, des médias pro-Trump et pro-Poutine.

Le jour suivant sa mise en ligne, l’article est supprimé. Suite à ça, l’auteur de l’article, Thomas Frank, l’un des membres de l’équipe d’édition, Eric Lichtblau et le responsable de la cellule d’enquête Lex Haris démissionnent de la chaîne américaine.

Donald Trump a réagit à ses départs sur son compte Twitter en accusant le « faux média CNN » d’avoir publié des « articles russes bidons ». « Ils ont pris le faux média CNN la main dans le sac » a-t-il poursuivi.

LA CHAINE D’INFORMATION AMERICAINE CNN

Cable News Network (CNN) a été fondée en 1980 par Ted Turner, un magnat des médias américains. Depuis 1996, la chaine est aux mains de WarnerMedia, deuxième plus grand groupe de production télévisuelle, cinématographique, et de divertissements au monde en termes de chiffre d’affaires.

CNN devient un réseau mondial grâce à la couverture en direct de l’accident de la navette spatiale Challenger en janvier. La chaîne est la première à définir les codes de l’information en continu, avec les « breaking news », les longs plateaux sur le terrain et les débats d’opinion entre invités. On parle même d’ »effet CNN » qui désigne l’influence des médias. CNN est l’un des seuls média international à être financé par des recettes publicitaires. La chaine dépassera d’ailleurs le milliard de dollars de bénéfices cette année, selon son président Jeff Zucker. Les profits s’élèvent à des centaines de millions de dollars.

Aujourd’hui, CNN est largement dépassée par sa rivale Fox News, qui attire 800 000 téléspectateurs américains en audience moyenne quotidienne, contre seulement la moitié pour CNN. Mais son audience bondit dès que les Américains cherchent à connaître les dernières nouvelles d’un fait d’actualité de première importance.

Procès contre Trump: la liberté d’expression en danger ?

[LIBERTÉ D’EXPRESSION] PEN America accuse M. Trump de: « diriger ses menaces et ses représailles sur des médias spécifiques dont il considère le contenu et les points de vues, hostiles. En conséquence, les journalistes qui couvrent le président ou son administration croient de manière raisonnable qu’ils font face à une menace crédible de représailles du gouvernement.