Articles

Les particularités encourageantes du mouvement populaire en Iran

Dans cet article, nous examinerons certaines différences entre l’actuel soulèvement en Iran et les mouvances protestataires précédentes. Ces indications sont déterminantes dans l’évaluation des protestations récentes. Elles révèlent de nouveaux facteurs qui modifient les analyses traditionnelles et les préjugés qui risquent d’en découler.

Une volonté de se démarquer des tensions dans le sérail

Dans le passé, les révoltes en Iran ont souvent été spontanées, imprévisibles et liées à un événement politique précis. Par exemple, la révolte de 1999 a été déclenchée par l’interdiction de la publication d’un journal puis par l’assaut qui a été donné contre la cité universitaire. Comme le cas des révoltes de 2009, déclenchées par des fraudes électorales. Elles étaient aussi souvent la conséquence des tensions à l’intérieur du sérail et qui donnaient naissance à une faille dans laquelle pouvait s’exprimer la gronde sociale.

Cependant, pour des raisons diverses, ces mouvements n’ont pas pu représenter les revendications authentiques du peuple iranien et n’ont pas déclenché une mobilisation politique de tout le pays. Le rôle joué par les soi-disant « réformistes » liés eux-mêmes au sérail contribuait notamment à une récupération de l’équilibre du régime. De même, la communauté internationale a chaque fois délaissé ces révoltes, contribuant à une déception qui freinait le mouvement.

Les révoltes actuelles n’ont eu rien de spontanées. Elles n’étaient pas non plus liées à une lutte à l’intérieur du sérail. Bien avant le soulèvement, diverses couches de la société occupaient déjà le pavé malgré une répression sans merci de la dictature. Il s’agissait des travailleurs qui n’avaient pas touché de salaire depuis des mois, des retraités et des enseignants qui criaient l’insuffisance de leurs pensions et revenus, de plus d’un million de familles qui ont été spoliées par des établissements bancaires affiliés aux gardiens de la révolution ou aux cartels dirigés par les religieux, etc.

Les protestations pré-révolutionnaires n’avaient donc rien à voir avec la lutte des clans du pouvoir et suivaient un acheminement indépendant des clivages internes du régime. Elles ont commencé par des revendications d’ordre économique, finissant par constituer une mosaïque qui s’exprimait par des revendications politiques. On peut en quelque sorte comparer cette révolte à des ruisseaux qui se sont joints dans les flots d’un fleuve. Le débit devient puissant et ne s’interrompra pas.

Une révolte aussi bien en ville qu’en campagne

Les soulèvements qu’avait connu l’Iran auparavant se limitaient à Téhéran et à quelques autres grandes agglomérations.

Dans les événements récents, plus de 140 villes ont été prises par la vague révolutionnaire, incluant les villes les plus démunies et même des villes qui paraissaient acquises par la cause religieuse, comme Qom et Machhad. Cette superficie de la révolte a mis un point final au mythe de la popularité du régime dans les milieux ruraux.

Cette fabulation revient souvent dans les analyses des experts occidentaux qui divisent la société iranienne en deux portions : l’une aisée et moderniste, installée dans les grandes agglomérations et acquise au mode de vie occidental, soutenant l’idée d’une réforme à l’intérieur de la République islamique ; et l’autre, une grande majorité de la population rurale soutenant le pouvoir actuel et constituant la base sociale des conservateurs.

La révolte de décembre et janvier a prouvé que le pouvoir est rejeté dans son ensemble par tous les Iraniens, quelque soient leur appartenance ethnique et religieuse, et leur partition géographique.

Une réaction internationale différente

Les soulèvements des Iraniens dans le passé, se butaient toujours à une réaction faible et tardive d’une communauté internationale qui se cadrait dans une politique de complaisance à l’égard des crimes de la République islamique, avec une préférence pour son aile « modérée ».

Alors que les révoltes de 2009 touchaient à leur apogée, le Président américain était en train d’échanger des lettres avec le Guide suprême de la dictature religieuse ; une approbation à peine cachée du pouvoir en place. Cette volonté de complaisance a même dépassé les limites de la connivence. En cause, toute une série de tueries effectuées contre les principaux opposants du régime iranien par les Moudjahidine du peuple qui se trouvaient alors dans le camp Achraf, en Irak. Les Américains ont fermé les yeux.

Dans les révoltes récentes, les pays européens et américains ont eu une réaction plus responsable. Le soutien amené par les États-Unis aux revendications du peuple iranien et les discours intransigeants de l’Administration US contre les auteurs de la répression, a soulevé la préoccupation des dirigeants de Téhéran quant aux conséquences de mater la révolte dans le sang.

Cette réaction rapide de la communauté internationale a contredit la thèse des adeptes de la politique de complaisance qui prétendent qu’un soutien à la révolte offrirait plus d’alibis à la répression. Au contraire, cela a largement renforcé la société iranienne dans sa mouvance.

Des slogans qui annoncent une nouvelle ère

Les mots d’ordre repris dans les manifestations récentes sont révélateurs d’une tendance généralisée qui a le dessus dans la société iranienne. Des slogans comme « réformistes, conservateurs, le jeu est bien fini », sont une traduction du rejet de tous les clivages du pouvoir en place, ce qui laisse surgir la solution finale qui est le renversement du régime.

Les dirigeants de la théocratie n’ont pas cessé de répéter que ces slogans sont ceux des Moudjahidine du peuple qui visent le pouvoir dans sa totalité. C’est ce qui explique d’ailleurs pourquoi plus que les conservateurs, les soi-disant « réformistes » sont soucieux d’une attitude ferme contre les insurgés. L’ancien Président Mohammad Khatami et plusieurs autres figures de proue des « réformistes » ont qualifié les manifestants d’«ordures ».

Cette unanimité du sérail dans la répression a définitivement mis hors-jeu les « réformistes ».

Une machine de répression sans efficacité

Toutes les révoltes qui ont eu lieu dans le passé, avaient entraîné une contre-attaque du pouvoir en place qui avait conduit à un rétrécissement des mouvances sociales. Par exemple, après chacun des grands mouvements de gronde, le régime aggravait la pression sur les femmes, multipliait les patrouilles de la police des mœurs, accélérait les mises à exécutions des peines de pendaison, de flagellation et d’amputation en publique ; tout autant d’actes de vengeance contre la population. Alors que dans les récentes émeutes, ce sont au contraire les mouvances sociales qui se sont multipliées.

L’un des signes de cette progression, est le phénomène appelé « les filles de l’Avenue Enghelab », un mouvement qui a pris son élan au début des révoltes et dans lequel, les jeunes femmes iraniennes défient en pleine rue, la loi du port obligatoire du voile. Chose inconcevable il y a encore quelques mois de cela et qui prouve que le régime est de plus en plus incapable de régner par la terreur.

Ces mouvements sont autant de ruisseaux qui vont encore rejoindre un jour un fleuve en plein effervescence : un flot sans interruption qui est un cauchemar pour le dictateur de Téhéran.

Article par Rasoul ASGHARI