Le tabou républicain de la petite muette : violence des surveillants sur les prisonniers

Laurence Delleur est journaliste et documentariste. Elle a notamment travaillé plusieurs années sur la violence des surveillants de pénitencier envers les prisonniers. Laurence Delleur a décidé de développer ce sujet dans un documentaire «Matons violents, la loi du silence» qui a été diffusé sur France 5 le dimanche 11 juin 2018 à 22h30.

L’occasion pour nous de revenir sur la genèse du projet et des difficultés rencontrées pour développer un sujet si délicat, dans un lieu si tabou.

Pourquoi avoir décidé de faire ce documentaire ?

Je pense que la réinsertion qu’on met en avant est totalement illusoire, c’est une grande hypocrisie. On a choisi de parler de la violence physique mais il y a aussi une maltraitance institutionnelle. Cela peut être un refus de parloir par exemple. Parfois lorsque tu es transféré, tu perds toutes tes affaires et on ne te les rend jamais. Ce sont les injustices du quotidien qui font que les détenus ne sont pas dans un état d’esprit qui leur permet de construire une sortie et de se réinsérer.

C’est aussi un sujet dont on parle peu. On parle parfois de la violence dans un article de presse régionale parce qu’il y a un procès, mais ces derniers aboutissent très rarement. Les surveillants sont très peu condamnés, beaucoup moins que lorsqu’il y a du trafic de stupéfiants ou lorsqu’ils tombent amoureux d’une détenue. Pour cela par contre, on les condamne.

Pour l’administration pénitentiaire, la violence est un tabou. Ce qui m’intéressait au départ, c’était de voir la démarche d’un détenu qui ne cherchait pas à se venger, ni à frapper, mais à saisir la justice pour faire reconnaître ses droits. Cela veut dire qu’il croit en la justice. Cette même justice,  qui l’a punie puisqu’il est en prison. Intellectuellement, je trouvais cela sain.

En tant que journaliste, quelles difficultés peut-on rencontrer lorsque l’on aborde le thème des prisons ?

Tout dépend de l’angle choisi. Pour raconter les ateliers culture et le théâtre en prison, il n’y a pas de problème. Quand j’ai contacté les services de communication de l’administration pénitentiaire, ils voulaient me vendre le module respect. Ce sont des prisons où les détenus disposent des clés de leur cellule. C’est une relation assez différente qui s’instaure entre les gardiens et les détenus. Il faut savoir que ce sont des détenus sélectionnés pour leur bon comportement. Du coup, ils ont une vie plus agréable, plus responsable. Ils prennent un peu plus leur vie en main en prison, ils sont moins passifs.

Avec ma productrice, nous avons rencontré la responsable du service communication qui n’a pas nié que le problème existait, mais qui l’a minimisé et surtout ne nous a jamais accordé d’interviews. On souhaitait une interview de Nadine Piquet, directrice de Fleury-Mérogis, mais on ne l’a pas eu. Il y avait une dizaine de plaintes là-bas et c’est aussi la plus grande maison d’arrêt d’Europe. On avait également demandé à faire des images de la prison, mais il faut des autorisations pour cela. J’ai reçu un mail qui expliquait que je n’avais même pas le droit de filmer les prisons. Pourtant quelques mois plus tard, il y a eu l’affaire Abdeslam et les télés du monde entier ont pu faire des images sans que ça ne pose de problèmes à personne. Donc on a dû ruser.

Comment ?

On a choisi un député engagé dans la cause des détenus. On est rentré avec lui à Fleury. Les parlementaires peuvent rentrer en prison et être suivis par un journaliste. C’est très important pour les journalistes. Après… ces visites ont leurs limites car les parlementaires ne sont pas toujours très inquisiteurs. Ils ne cherchent pas toujours «la petite bête» donc ça peut ressembler à des visites de courtoisie où on ne voit pas grand-chose. Mais Noel Mamère a joué le jeu, on ne lui a pas dicté quoi que soit. Il connaissait notre sujet. Ce qui a été intéressant pour nous c’est que Nadine Piquet est venue à sa rencontre puisque c’était un député médiatisé. On a ainsi pu lui poser quelques questions.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées pour faire parler les surveillants ?

J’ai eu beaucoup de personnes différentes au téléphone : le personnel médical, des aumôniers, des visiteurs de prison….mais ils n’ont pas voulu s’exprimer publiquement. Ils ont peur. Étrangement, soit ils ne voient rien, soit ils minimisent ou alors ils ne veulent pas en parler. Ils ont peur de perdre leur poste et je pense qu’ils le perdraient. J’ai vu un visiteur de prison à Valenciennes qui rencontrait régulièrement les détenus. L’un d’entre eux lui avait parlé des violences qu’il subissait avec d’autres détenus. Je lui ai demandé des détails pour crédibiliser le témoignage. Il en a parlé par la suite à la direction interrégionale. Son permis de «visiteur de prison» n’a pas été renouvelé et il a subi des représailles. On lui a reproché de raconter ce qu’il se passait. Pourtant les lanceurs d’alertes ça existe ! On devrait le féliciter pour avoir dénoncé une situation anormale, illégale et punissable par la justice.

Comment sont perçus les détenus qui osent s’exprimer ?

Il y a beaucoup de détenus qui ne savent pas qu’ils peuvent porter plainte. La plupart ne connaissent pas du tout les procédures. Alors quand ça leur arrive, ils ne savent pas quoi faire. Parfois lorsqu’ils demandent à avoir un certificat médical pour porter plainte, on les en dissuade. L’ancien Contrôleur général des lieux de privation de liberté m’a raconté qu’il y avait un détenu qui voulait porter plainte et qui avait demandé en même temps son transfert pour se rapprocher de sa famille. Un surveillant est venu le voir, avec sa plainte et le papier pour son transfert à la main. Il lui a demandé de choisir entre les deux. Du chantage quoi !

Ces détenus sont aussi très mal perçus par l’administration pénitentiaire et par les surveillants. Une fois leur plainte déposée, ils subissent généralement des représailles à l’intérieur même de la prison.

Comment avez-vous rencontré le surveillant Éric ?

Je m’intéressais à plusieurs cas de violences supposées et plus particulièrement un cas suivi par la Commission nationale de la déontologie de la sécurité. Elle avait émis un avis sur le sujet, je savais que c’était un cas vérifié. J’ai retrouvé le surveillant sur internet et on a commencé à discuter ensemble. Finalement on a collaboré pour écrire un livre puis pour le film.

J’ai découvert par la suite que la Commission avait rencontré deux autres surveillants, mais leurs témoignages sont restés vraiment anonymes. Ils avaient été protégés jusqu’au bout. Éric, lui, a été convoqué par les enquêteurs et le Procureur. Ce dernier est venu pour le faire témoigner. S’il refusait, il risquait d’être impliqué pour complicité.

C’était un vrai dilemme: soit il ne parlait pas et il risquait d’être poursuivi, soit il parlait et cela risquait d’avoir des conséquences dans sa prison. Je pense que c’était un soulagement pour lui de s’exprimer après tant d’années.

Quel a été le moment le plus difficile dans la construction de ce documentaire ?

Il y en a eu beaucoup… Ce qui est difficile, c’est que la parole des détenus n’est pas souvent jugée crédible. On n’a pas de preuves formelles, on n’était pas quand cela s’est passé, il n’y a pas d’images… Après, mon travail depuis plusieurs années sur ce sujet fait qu’il y a des témoignages que je sais crédible. Ma plus grande préoccupation, c’était qu’on les écoute.

C’est très rare d’avoir des photos de ces violences. Pour un détenu à Rennes nous avons obtenu des photos par l’intermédiaire d’une avocate. Ce détenu a été accusé d’avoir frappé des gardiens. Je ne sais pas s’il tentait de se défendre ou s’il les a attaqués. Il a été placé en garde à vue et il a eu le droit à un avocat. C’est comme ça que cette dernière s’est rendue compte qu’il était gravement blessé et elle a eu le réflexe de prendre des photos.

Comment pourrait-t-on décrire la liberté de parole du détenu?

Il n’y en a pas. Un syndicat de prisonnier vient de se créer mais je pense qu’ils sont encore peu nombreux à l’avoir intégrer. Il faut être courageux pour s’exprimer sur ces sujets lorsque l’on est détenu. Cela ne devrait pas.

Le problème c’est qu’à la sortie de prison, les détenus ont d’autres chats à fouetter. Ils doivent se reconstruire.

En prison, il y a un lieu justement où les détenus sont supposés avoir droit à une défense: c’est la commission de discipline. Quand le détenu fait quelque chose d’illégal, quand il frappe quelqu’un, ou lorsqu’il trafique, il passe devant cette Commission. Il est alors défendu par un avocat. Sauf que les avocats ne sont pas toujours présents et lorsqu’ils viennent c’est généralement des avocats commis d’office qui ne connaissent pas le dossier. La Commission est dirigée par le directeur de l’établissement. Je ne comprends pas comment on peut avoir un avis juste et indépendant si c’est l’administration qui dirige la séance. Je pense que cela devrait se passer à l’extérieur de la prison. C’est un simulacre de démocratie !

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

Makaila Nguebla: un journaliste tchadien devant la justice française

Ancien résident de la Maison des Journalistes, Makaila Nguebla doit comparaître devant la justice française le 17 septembre prochain. Son tort? Avoir diffusé un article dénonçant les dérives financières et le clientélisme d’Abbas Tolli, neveu du président tchadien Idriss Deby et actuel gouverneur de la banque des états de l’Afrique centrale.

Des publications remettant en cause Abbas Tolli et ses agissements, il en existe beaucoup. Mais c’est cet article, « Tchad : le décrété gouverneur Abbas Tolli », qui est dans la ligne de mire du neveu du président tchadien.


«On vous taxe de délinquant pour avoir publié un article»


En diffusant l’article sur son blog Makaila.fr, son rédacteur en chef, Makaila Nguebla, s’est attiré les foudres de l’homme d’affaires, lui valant ainsi une comparution devant la justice française le 17 septembre 2019.

Rédigée le 10 novembre 2017 par un anonyme, la publication incrimine Abbas Tolli d’avoir accumulé de l’argent, et d’avoir ainsi contribué au pillage de l’état tchadien. L’écrit dénonce également les pratiques de clientélisme du gouverneur de la banque des états de l’Afrique centrale qui «a déjà débarqué les DG (directeur général) de la Banque de l’Habitat pour mettre son cousin un certain Hassaballah et à la CBT pour mettre un certain Ali Timan» selon l’auteur.

Abbas Tolli aurait aussi fait du favoritisme en ayant pris «des Congolais et des centrafricains comme ses secrétaires». Pour Makaila, ces abus «devaient être révélés à l’opinion publique tchadienne».

Son blog étant l’un des sites les plus lus du Tchad, le journaliste «{se devait} de relayer l’information». Makaila pensait aussi que son statut de réfugié politique le protégerait d’une quelconque menace…

Malgré la diffusion d’un droit de réponse, demandé par l’entourage d’Abbas Tolli, Makaila reçoit le 20 décembre 2017 une mise en demeure de la part de l’avocat de Monsieur Tolli: Makaila a 48 heures pour retirer l’article de son blog. «Si je retire l’article, cela veut dire que je retire également le droit de réponse» rétorque le journaliste.

Bien que les deux écrits aient été retirés en temps et en heure, Makaila Nguebla est tout de même convoqué le 28 novembre 2018 à la Brigade de Répression de la Délinquance contre la personne. Le journaliste est entendu pour la première fois par un officier de la police: il est auditionné en «qualité de suspect» pour «diffamation publique envers particulier», et risque une amende.

La situation le dépasse: «On vous taxe de délinquant pour avoir publié un article».

Makaila Nguebla participe régulièrement à l’opérationRenvoyé Spécial en partenariat avec le CLEMI

L’affaire s’étend au-delà des murs de la Brigade de Répression de la Délinquance. Le 3 juin 2019, Makaila est entendu par un juge des instructions au Tribunal de grande instance de Paris. Aux accusations de «diffamation publique envers particulier» qui pesaient déjà contre lui, viennent s’ajouter des accusations «d’injure publique envers particuliers».

Mme Mylène Huguet, la Vice-présidente chargée de l’Instruction, ordonne le renvoi de l’affaire devant le tribunal correctionnel. Déterminé à rétablir la vérité des faits et à faire valoir ses droits de journaliste, Makaila a constitué sa défense. Pour plaider sa cause, il a fait appel à William Bourdon, avocat spécialisé, entre autres, dans le droit de la presse et de l’édition, et grand défenseur des droits de l’Homme.

Parallèlement, la Maison des journalistes soutient elle aussi le journaliste: à travers une attestation de témoignage, elle a fait état de la moralité de Makaila, de ses engagements journalistiques et a rappelé le contexte politique de son pays.

Si le journaliste tchadien semble «plutôt confiant» face à sa convocation devant le tribunal correctionnel, le 17 septembre prochain, l’ampleur que prend cette affaire suscite son incompréhension et lui laisse un goût amer: «Saisir la justice française pour attaquer en justice un journaliste réfugié politique, il y a de quoi s’interroger sur la motivation réelle de cette poursuite… Ca ressemble à de l’acharnement». 

  • MADAGASCAR – Etat de la presse, les journalistes en danger13/10/2020 - 1:54

    Abus des lois, menaces de mort, corruptions et salaires de misère, les journalistes malgaches peinent à faire leur métier dans de bonnes conditions malgré les interventions des ONG. Madagascar dispose d’un large éventail de médias, dont près de 250 stations de radio, une trentaine de chaînes de télévision, une vingtaine de quotidiens, une dizaine de […]

  • CENTRAFRIQUE – Comment la Russie influence les médias ?07/10/2020 - 3:43

    Un article co-écrit par Eliott AUBERT et Alexandre GARNIER pour l’Oeil MDJ. Officiellement présente en République Centrafricaine, officieusement omniprésente dans les médias, la Russie développe un nouveau réseau en Centrafrique depuis trois ans. Moscou met en place des campagnes médiatiques agressives en faveur de ses intérêts dans le pays. Enquêter sur ces nouveaux réseaux expose […]

  • Bangladesh – La liberté d’expression captive du gouvernement17/07/2020 - 2:57

    Les journalistes bangladais vivent une période mouvementée. Les atteintes à la liberté de la presse se multiplient. Quels sont alors les leviers utilisés par le gouvernement dirigé par la Première ministre Sheikh Hasina pour museler la presse au Bangladesh? Shariful Chowdhury, Shelu Akand, Mostafizur Rahman Suman, la liste d’attaques à l’encontre des journalistes s’amplifie chaque mois.

  • Guinée Conakry – Quelle éducation quand le taux d’alphabétisme est de 25% ?16/07/2020 - 2:20

    Dans un pays où la méthodologie de l’éducation nationale, la formation des professeurs et la corruption généralisée n’aident pas les élèves à trouver les chemins de l’école, le taux d’analphabétisme représente 75% de la population. A cela s’ajoute le manque de considération que subit les enseignants en Guinée Conakry. Les enjeux sont importants car l’impact dépasse les enjeux de l’instruction.

  • Soudan – La transition vers la démocratie bénéficie à la presse10/07/2020 - 1:58

    «Plus jamais dans le nouveau Soudan, un journaliste ne sera réprimé ou emprisonné.» Mercredi 25 septembre 2019, l’annonce du Premier ministre soudanais, Abdallah Hamdok, promet aux journalistes une liberté jamais acquise auparavant.

  • Guinée – La liberté de la presse sombre à nouveau10/07/2020 - 12:59

    Selon le site Guineedirect, les députés guinéens fraichement élus ont adopté ce 3 juillet 2020, un texte de loi qui limite une fois de plus la liberté de la presse en Guinée. Ainsi, le Président de l’institution HAC (Haute Autorité de la Communication – équivalent du CSA pour la presse guinéenne)) sera désormais nommé par […]

  • EGYPTE – Episode 3 – La dictature s’attaque aux familles des prisonniers26/06/2020 - 12:56

    C’est l’histoire d’une famille qui se bat pour communiquer avec Alaa Abd El Fattah, militant emprisonné dans les geoles égyptiennes. Seif, sa soeur, a été enlevée par des forces de sécurité en civil devant le bureau du procureur général dans le quartier de Rehab au Caire ce mardi 23 juin 2020. Seif était venue déposer […]

  • EGYPTE – Episode 2 – Au-delà des privations de liberté25/06/2020 - 10:04

    Dans son reportage biannuel sur la détention en Egypte, le Detention Watch Project a compté 932 disparitions forcées, 638 détentions arbitraires, 320 meurtres équivoques dans la première moitié de l’année 2019. En décembre 2019, l’Institut International de la Presse a comptabilisé 61 journalistes emprisonnés dont 25 arrêtés entre octobre et décembre.

  • Egypte – Épisode 1 – D’une simple promenade à la détention12/06/2020 - 3:55

    « Tout individu a le droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne », la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (1948), Art. 3 déclame. Ce n’est pas le cas actuellement en Egypte où les mesures renforcées de sécurité ont de plus en plus restreint la vie publique, la liberté et […]

  • Afrique – L’Observatoire 19, informer librement sur la crise sanitaire du COVID-1929/04/2020 - 10:33

    Le 11 mars dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé qualifie le COVID19 de pandémie. Les premiers cas ayant été détectés en Chine, l’Afrique est identifiée comme le plus grand foyer à risque de propagation de la maladie. En effet, il existe de nombreux échanges commerciaux entre le continent asiatique et le continent africain. Le 14 […]

  • Guinée Conakry – Récit du referendum chaotique, entre répression et coronavirus24/03/2020 - 5:37

    Ce dimanche 22 mars 2020 s’est tenu le double scrutin organisé pour valider le 3ème mandat du président Alpha Condé qui pour l’obtenir doit changer la Constitution. Même avant la pandémie de coronavirus, ce referendum a été décrié autant par les organisations internationales que par les régions guinéennes, les parties politiques, la société civile et […]

  • Guinée – Comme à chaque campagne électorale, les journalistes sont menacés01/03/2020 - 12:54

    Pour briguer un troisième mandat présidentiel, le président guinéen en exercice Alpha Condé a lancé un référendum. Il aura lieu le 1er mars 2020, en même temps que les élections législatives. Une partie de la population est opposée à ce référendum.

  • RD Congo: une radio attaquée et fermée par la police10/12/2019 - 10:32

    Au Bas-Uele, la « Radio Liberté Buta » a été attaquée par la police en pleine nuit avant d’être fermée.  Journaliste en danger JED et l’Observatoire des médias congolais OMEC, dénonce vigoureusement l’incursion nocturne d’un groupe de policiers dans les installations d’une station de radio, la confiscation de ses matériels de diffusion ainsi que l’arrestation d’un régisseur […]

  • «Ni le Congo du Sud, ni du Nord, mais le Congo du cœur» – Présentation du livre de Ghys Fortuné Bemba Dombe, résident à la MDJ04/12/2019 - 2:39

    Malgré les efforts, certaines conférences se transforment en meeting politique. Il aura fallu toute l’énergie du journaliste Ghys Fortuné pour rappeler l’objectif de cette rencontre: la sortie de son livre «de l’enfer à la liberté». De nombreuses personnes sont venues l’écouter. Parmi eux, d’éminents représentants dont d‘anciens ministres congolais. Les propos du journaliste sontt donc […]

  • La photo comme témoignage: entre action et réactions10/10/2019 - 10:28

    Au cours de leurs carrières, les photojournalistes prennent un nombre incalculable de clichés. Alors parmi ce nombre impressionnant de photos, quelles sont celles qui vont retenir l’attention du public, celles qui vont faire le tour du monde et celles qui vont recevoir des prix ? Quel rôle voient-ils à la photo? Réponses de photographes. Selon […]

  • Le dessin de presse aux portes du marché de l’art08/10/2019 - 8:59

    A quand une grande vente aux enchères de dessins de presse comme le font les maisons Drouot ou Sothebys pour des artistes tel que Picasso ? Autour de Martine Mauvieux, conservatrice du dessin de presse à la Bibliothèque de France, une cinquantaine de dessinateurs venus des 4 coins du monde (Portugal, d’Inde, d’Ecosse, de Jordanie, […]

  • Interview de Mago Torres : « La menace contre les journalistes existe, notre travail y répond »25/09/2019 - 9:42

    Mago Torres est à la fois journaliste et chercheuse, elle fait partie d’une équipe de journalistes mexicains et américains qui ont enquêté sur les fosses non répertoriées au Mexique. Ce travail d’investigation de plus d’un an et demi répertorie plus de 2.000 « fosses » clandestines au Mexique entre 2006 et 2016. Un site a été créé adondevanlosdesaparecidos.org : […]

  • Hong Kong: comprendre la crise par la liberté de sa presse11/09/2019 - 10:07

    Alors que la Chine est classée 177 sur 180 dans le classement de la liberté de la presse de Reporters sans Frontière (RSF), la presse de la région administrative spéciale de Hong Kong a elle, pendant longtemps, bénéficié de son système libéral. Mais depuis la rétrocession en 1997, la donne a drastiquement changé. Hong Kong […]

  • Liban, un lieu de transit pour les journalistes en exil?03/09/2019 - 2:16

    Bien-connu dans la région pour sa tolérance en matière de liberté de la presse, le Liban accueille de nombreux journalistes en exil des pays voisins. Pourtant, de nombreux défis à plusieurs niveaux entravent le travail des journalistes en exil. Conséquence, ils arrivent au Liban mais ils ne souhaitent pas s’installer. Situé dans une région où […]

  • Recrudescence des attaques contre les journalistes en RD Congo03/09/2019 - 9:15

    Journaliste en danger (JED), s’insurge contre le regain d’attaques enregistrées depuis quelques semaines contre des journalistes et des médias. Le JED appelle les nouvelles autorités de la République Démocratique du Congo à prendre des mesures immédiates pour que cessent ces attaques répétées. En l’espace de deux semaines, le JED a enregistré au moins 6 cas […]

Les confessions du braqueur Rédoine Faid évadé de prison

[PORTRAIT] La réussite de sa cavale, il la doit en partie aux flics de la BRB qui, à son avis, décident carrément d’être aveugle en sous-estimant les mecs de la Cité. “S’ils avaient mis en place une petite surveillance, ils auraient pu m’attraper. Pour eux, le voyou ne peut-être qu’un gaulois, passer par la centrale. Cela ne peut pas être le Rédoine de Creil. Cet algérien de banlieue de merde. A leurs yeux, on est de la racaille”.

La justice camerounaise ébranlée par l’ONU dans l’affaire Marafa

[Par René DASSIÉ] Le Groupe de Travail de l’ONU qui s’est penché sur la détention arbitraire de l’ancien ministre camerounais de l’Intérieur, demande sa libération immédiate. La Rapporteuse de l’ONU sur l’indépendance de la justice et des avocats va également être saisie. C’est la première fois que le gouvernement camerounais est obligé de présenter sa défense devant cet organe […]

Afrique : l’heure de la justice a-t-elle sonné ?

[Par Jean-Jules LEMA LANDU] L’heure de la justice, en Afrique, contre les crimes impunis, a-t-elle sonné ? Les deux procès qui viennent de s’y dérouler semblent l’indiquer. Le 30 mai, à Dakar, au Sénégal, c’est Hissène Habré, l’ancien président du Tchad, qui était devant les juges, tandis que le 31 mai, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, […]

Pourquoi il faudra lire, « Revenge porn », de Nathalie Koah, quand il sera autorisé à sortir

[Par René DASSIE] Le livre expose un cas d’école de l’insécurité judiciaire qui règne au Cameroun. « Revenge porn *», un livre autobiographique dans lequel Nathalie Koah, une jeune Camerounaise accuse son ex-amant, le footballeur international Samuel Eto’o d’avoir diffusé ses photos intimes sur internet, ne sortira pas officiellement le jeudi 18 février comme annoncée. En cause, […]