OPINIONS : Prise de conscience sur le Bangladesh

Par Kabir Md. REZAUL

La gestion du gouvernement a entraîné une grande crise économique au sein du pays.

kabim

Certaines personnes s’emparent progressivement des propriétés et privent le peuple de ses terres. Pour ce faire, ils utilisent les bienfaits de la guerre de libération qui a donné naissance au Bangladesh. Ces mêmes individus sont arrivés au pouvoir étape par étape.
Pour y rester, ils multiplient la pression sur le peuple en essayant de posséder des biens. Ils s’approprient le pouvoir, deviennent très puissants, pillent tout, transfèrent des biens nationaux aux mains des Etats impérialistes pour des profits personnels, importent en tuant l’économie et la production nationale, augmentent les prix – ce qui aggravent le problème de chômage – de façon continue depuis quarante-deux ans. Oui, la liste de leurs actes délibérés est longue !
Pourtant, aucun gouvernement qui soit patriotique et représentant du peuple n’a pu être mis en place. Ainsi, même si le pays dispose d’énormes capacités, le revenu moyen reste encore de 750 à 800 dollars. Les partis politiques qui détiennent une influence dans ce pays quêtent seulement le pouvoir mais pas le développement du pays. Ils cherchent leur bonheur personnel et pour ce, pillent la propriété du Bangladesh par l’assistance des maîtres impériaux. Leur plan : tirer profit au maximum des ressources minières de la patrie en exploitant le gaz et le charbon sous prétexte d’installer des centrales électriques. Leur profits s’avèrent équivalents ou supérieurs au budget de l’état. Ils continuent d’amasser les richesses du marché avec les groupes et banques puissants du pays qui « réquisitionnent » 17% du budget tel que le groupe ‘Hallmark & destiny’.
Mais en dépit de la baisse du prix du pétrole sur le marché mondial, le montant de cette denrée a augmenté au Bangladesh sous l’effet de la main de fer de l’Inde. La raison ? Le pétrole est kidnappé aux frontières.
Ils s’associent pour s’enrichir davantage. La victoire du peuple ne peut venir que de la révolte de milliers et de milliers de personnes contre ce monde corrompu.

Ils ne pensent ni au sol de la patrie, ni au peuple du pays ni aux générations futures. En revanche, comploter avec les maîtres de l’étranger pour mettre en place des centrales électriques paraît tout naturel. Ces mêmes centrales détruiront nos mangroves de Sundarbans et du Bangladesh dans son ensemble par l’exploitation des mines de charbon de Pulbari, causant d’énormes troubles humains et environnementaux.

L’honneur de la patrie leur est inconnue. Ils souillent le sens de la guerre d’indépendance. Pourtant, de nombreuses autres possibilités et alternatives existent pour un vrai développement du Bangladesh. Protégeons notre sol, notre peuple et notre environnement tout en construisant notre pays par la technologie et une vraie volonté politique. Luttons pour la liberté et le bonheur des personnes démunies.

La corruption doit disparaître de ce pays à jamais en renforçant le pouvoir politique populaire propre. Le peuple doit participer à son économie pour son propre intérêt. Le développement de l’industrie s’avère indispensable. La quasi-disparation du chômage également. Les propriétés nationales doivent être préservées et le plan de production d’énergies respecté pour la sécurité de l’environnement et des populations.
Pour finir, je dirais que notre devoir principal et suprême consiste à soutenir une politique réfléchie qui défend notre sol et sous-sol, l’environnement et les gens de ce pays. Notre politique doit penser à dépasser la crise de l’énergie en favorisant le développement des énergies renouvelables.
Prenons conscience des enjeux afin de sauver notre environnement pour l’intérêt de nos prochaines générations, de nos enfants.

Témoignages sur les prisons syriennes

3255974Par Omar ALASAAD

Ce texte ne décrit qu’une partie de ce que l’auteur a pu vivre et voir lors de deux périodes de détention dans les prisons syriennes. Ce qu’il n’a pas constaté de ses propres yeux est sans doute pire encore.

Docteur Mohamed examine sa nouvelle carte d’identité, puis il jette un coup d’œil à son codétenu allongé sur le lit voisin et part d’un fou rire : la nouvelle carte du Docteur détenu à Aadra porte mention de son crime : « atteinte au sentiment national ». Son acolyte, qui occupe le lit au-dessus, se nomme Firas. Selon le Docteur : « Ce garçon est comme on dit chez nous, un « darwich » (benêt). Il n’est ni fou ni arriéré mentalement, mais il n’a pas d’appréhension logique de ce qui se déroule autour de lui. Il a même du mal à parler et, si on veut parler médicalement, les traits de son visage laissent voir qu’il n’est pas normal. »

« La question n’est pas de savoir si Firas

est un être normal ou pas,

car, en réalité, il n’est qu’un chiffre

parmi les autres détenus

dans les prisons syriennes »

La question n’est pas de savoir si Firas est un être normal ou pas, car, en réalité, il n’est qu’un chiffre parmi les autres détenus dans les prisons syriennes. Les vagues d’arrestations arbitraires menées par les forces de sécurité ne l’ont pas distingué des autres. Malheureusement, certains juges ne l’ont pas différencié non plus. Aujourd’hui, il ne constitue pas un cas unique dans les prisons du pays et chacun de ces détenus a son histoire.

La Syrie qui saigne depuis des mois a mis sous les verrous beaucoup de ses enfants et les fait croupir dans les geôles où même les noms de ces détenus pour les besoins de l’enquête finissent par être oubliés, car on ne les appelle plus que par un de ces sobriquets qu’on leur colle tout le temps que durera leur détention et qui font qu’il est superflu d’avoir un nom.

Radhouan, 18 ans, affirme qu’il n’a même pas participé aux manifestations, pris qu’il était par la préparation de son baccalauréat. Il a été arrêté dans une rafle. Lors de l’interrogatoire dans les salles de torture, on l’a accusé de « terroriser la ville ». Il considère que cette accusation a été portée contre lui juste pour sa parenté avec un des opposants syriens vivant à l’étranger. Pour lui, c’est « un acte de vengeance non justifiée et sans fondements. »

Aile politique

Dans la prison centrale de Damas, plus connue sous le nom de prison de Aadra, du nom du quartier où elle est située, une aile entière a été réservée aux détenus des derniers événements. On cherche à isoler ces 400 à 600 personnes des autres prisonniers dont le nombre s’élève à 6800 détenus pour divers motifs, criminel, économique, mœurs …

prison_3Dans l’aile politique, l’ambiance est différente du reste de la prison. Ceux qui y sont détenus se déclarent « défenseurs d’une cause » et refusent d’avoir les mêmes attitudes que les autres. Aussi essaient-ils de pallier les conditions de détention dont se plaignent tous les détenus : manque d’hygiène, surpopulation dans les dortoirs, sans parler des carences en soins médicaux, des maladies et infections des voies respiratoires et autres problèmes cutanés affectant un grand nombre d’entre eux. A quoi il convient d’ajouter la privation des visites. Limitées à une seule par semaine, elles coïncident avec le jour des visites des détenus de droit commun, sans parler des restrictions imposées aux mouvements des prisonniers, des fouilles et du racket dont il sont victimes de la part des ripoux qui perçoivent des pots de vins.

Pour passer le temps, les détenus ne peuvent que parler de la révolution que connaît le pays. Ils n’ont aucun autre moyen de d’échapper à l’univers carcéral. Il n’y a dans cette prison qu’une seule bibliothèque à laquelle les politiques n’ont pas le droit d’accéder. Ils sont donc obligés de recourir à une personne qu’ils chargent, quand cela est possible, d’emprunter des livres pour eux.

« De nombreux citoyens ont passé trois ou

quatre mois sans passer devant un juge »

Les détenus se sentent reconnaissants envers leur révolution qui a mis fin à l’état de siège le plus long qu’ait connu l’humanité : près de 50 ans. L’état de siège aura été le corollaire du parti Baath au pouvoir depuis 1963. Avant la levée de l’état de siège, la garde à vue n’était pas limitée à deux mois. Les autorités pouvaient maintenir un citoyen en détention indéfiniment, en renouvelant la garde à vue tous les six mois. Mais cela ne signifie pas que les détenus sont libres au terme de deux mois. On a relevé de nombreux cas de disparition pendant la révolution. La police a maintes fois procédé à l’enlèvement de personnes dont on ne sait pas encore ce qu’elles sont devenues.

Charges sans fondement

La souffrance des détenus ne se limite pas aux violences subies dans les commissariats ou dans les bureaux d’interrogatoires, elle concerne aussi les charges retenues contre eux. Bien que la cour de sûreté de l’Etat ait été dissoute, les chefs d’accusation portés contre les opposants n’ont pas changé et ils les mènent

devant les juridictions civiles ou militaires. Il s’agit de charges comme : atteinte au sentiment national, atteinte à la dignité de l’Etat, troubles des structures de l’Etat, divulgation de fausses nouvelles, incitation à la haine confessionnelle, appartenance à une association non reconnue et autres charges pouvant aller jusqu’à la rébellion et le terrorisme…

De nombreux prisonniers affirment que les charges qui pèsent contre eux n’ont aucun fondement, qu’elles ne sont que des mesures sécuritaires s’appuyant sur des aveux extorqués sous la torture ou sur des délations mal intentionnées. Il suffit que le téléphone portable comprenne une seule vidéo d’une manifestation ou même une chanson comme « Ya Hayf » (O injustice) pour qu’on soit accusé de diffusion de fausses nouvelles. Cette accusation est suivie de la mention « de nature à affaiblir le sentiment de fierté nationale. » ce qui peut entraîner une condamnation allant jusqu’à trois ans de prison ferme. Il suffit également qu’un jeune écrive un slogan sur le mur d’une coordination sur facebook pour que cela constitue une preuve de son appartenance à une « association non reconnue cherchant à changer la nature du régime. »

Le code pénal syrien stipule que les civils ne peuvent être soumis à des juridictions militaires qu’en cas de démêlées avec une partie militaire ou alors si la victime est un militaire. Mais cette loi est souvent transgressée et la police défère l’accusé devant la juridiction qu’elle choisit elle-même. Les avocats et les militants des droits de l’Homme estiment qu’il existe aujourd’hui près de 10 000 procès relatifs aux derniers événements et qu’ils œuvrent à ce que ces affaires soient transférées vers les tribunaux civils, car la cour martiale est incompétente en la matière.

a lire

Détention arbitraire, « disparitions » et torture en Syrie, le rapport 2011 de Human rights watch

Les multiples services de sécurité de la Syrie continuent d’arrêter des personnes sans mandat d’arrestation et refusent fréquemment de révéler pendant des semaines et parfois des mois les lieux où elles sont détenues -ce qui revient de fait à leur disparition forcée. Le sort de Nabil Khlioui, un homme de la région de Deir Al Zawr détenu en 2008 à cause de liens supposés avec les islamistes, demeure inconnu. Les autorités ont aussi gardé le silence quant au sort d’au moins 20 Kurdes détenus depuis 2008 à cause de liens supposés avec un mouvement séparatiste kurde.

Human Rights Watch a reçu de nombreux signalements de mauvais traitements et d’actes de torture commis par des agences de sécurité. Le Comité contre la torture des Nations Unies a exprimé en mai sa « profonde préoccupation à propos des allégations nombreuses, persistantes et cohérentes relatives à l’utilisation systématique de la torture par des agents et des enquêteurs de la force publique ».
Au moins cinq prisonniers sont morts en détention en 2010, sans qu’il y ait eu d’enquête sérieuse sur leurs décès de la part des autorités. En juin, les services de sécurité ont rendu le corps de Muhammad Ali Rahman à sa famille. Selon des défenseurs syriens des droits humains, son corps présentait des signes de torture. Le droit syrien accorde aux services de sécurité du pays une large immunité pour les actes de torture.

Comme les années précédentes, le gouvernement n’a pas reconnu l’implication des forces de sécurité dans la « disparition » d’environ 17 000 personnes, membres pour la plupart de l’organisation des Frères musulmans, et d’autres militants syriens détenus par le gouvernement à la fin des années 70 et au début des années 80, ainsi que de centaines de Libanais et de Palestiniens détenus en Syrie ou enlevés au Liban.
Plus de deux ans après que les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des détenus qui avaient participé à une émeute dans la prison de Sednaya, en tuant au moins neuf, le gouvernement n’a divulgué aucune information sur les victimes. Les autorités n’ont pas relâché Nizar Rastanawi, militant éminent des droits humains qui a fini de purger une peine de quatre ans d’emprisonnement à Sednaya le 18 avril 2009, et il n’y a aucune information quant à son état de santé.

Daesh Menace sur l’Asie Centrale

Chronique / L’oeil de l’exilé : Altermondes n° 43 / Septembre 2015

Par Sadegh Hamzeh

Djihadistes appelant à la « purifi cation de [leur] territoire des incroyants », manifestations à Grozny (Tchétchénie) revendiquant les attentats de Paris… Depuis l’attaque contre Charlie Hebdo, les anciennes républiques de l’Union soviétique voient augmenter, en leurs frontières, le nombre de sympathisants de Daesh. Au Tadjikistan, les médias diff usent les messages des djihadistes qui ne cherchent même plus à rester anonymes. L’islam radical n’est plus tabou, il est désormais invité sur les plateaux télé. […]

Pour lire l’article, cliquez sur l’aperçu ci-dessous.

Publication Sadegh HAMZEH