Algérie : Le métier de figurant dans les élections présidentielles

[Par Larbi GRAÏNE]

La figuration dans les processus électoraux pour plébisciter le Président de la République en Algérie est devenue une constante depuis l’avènement du multipartisme. En effet depuis que le système politique algérien s’est trouvé dans l’obligation d’organiser des élections présidentielles avec plusieurs candidats afin de les revêtir de la légitimité démocratique et de la dimension pluraliste qui leur sied, on assiste à des candidatures à la figuration, qui proposent de jouer la scène de la rivalité avec le candidat de l’armée. Au temps du parti unique où seul le Front de libération national (FLN) régentait le pays, les choses étaient plus simples, puisqu’il suffisait de faire élire le candidat du parti préalablement coopté par le haut commandement militaire. Seconds couteaux ou lièvres, ces figurants qui ont pour mission d’habiller de l’apparence de la pluralité les scrutins de l’unicité, se recrutent pour certains parmi les leaders issus de la première vague de partis politiques de l’opposition (qu’ils soient islamistes, berbéristes ou laïcs) agrées durant la période précédant l’arrêt des élections gagnées par le FIS, Front islamique du Salut (entre 1989 et 1992), et pour d’autres parmi les vagues plus tardives des années 2000. Au demeurant Ali Benflis est la seule personnalité du sérail à s’être prêté au jeu de la figuration électorale.

Wingz

Wingz

1999 : une élection sans figurants
Toutes les élections présidentielles sous le régime multipartite ont été animées par des figurants, à l’exception cependant de la présidentielle de 1999 qui a vu le retrait à la veille des élections des six candidats opposés à Abdelaziz Bouteflika (Hocine Aït Ahmed, Youcef Khatib, Mokdad Sifi, Mouloud Hamrouche, Abdellah Djaballah, Ahmed Taleb Ibrahimi). En fait ces élections-là sont dans l’absolu des élections sans figurants. Malgré la bonne volonté affichée par le général Zeroual quant à garantir un scrutin transparent, ces hommes n’ont pas voulu se laisser piéger par un processus électoral grandement miné. Ils ont donc laissé Bouteflika remporter l’élection mais sans lui offrir les avantages d’une élection multipartite.

1995 : acte fondateur de la figuration
La fabrique des figurants avant de prendre le caractère qu’on lui connait aujourd’hui, visait au départ des personnalités plus aptes à jouer la comédie, plus rompues au jeu du déguisement. Dans le cas algérien, l’acte fondateur de la figuration électorale a été signé lors de la présidentielle de 1995 qui devait mettre fin aux institutions transitoires nées de la guerre civile. Copté par ses pairs de l’armée, le général Liamine Zeroual, alors chef d’une présidence collégiale, dénommée Haut comité d’Etat (HCE), quêtait la légitimité nécessaire à même de lui permettre de présider aux destinées d’un pays traversant une des phases les plus chaotiques de son histoire. Il fut donc décidé de l’adouber en tant que président de la République par le recours au suffrage des électeurs. Liamine Zeroual a eu en face de lui trois figurants en les personnes de Mahfoud Nahnah, (le figurant malgré lui), alors chef du parti islamiste, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) qui avait désavoué l’insurrection armée du FIS, Saïd Sadi, dirigeant du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), parti berbériste, principalement implanté en Kabylie, et Noureddine Boukrouh (futur ministre du Commerce), mais leader d’une formation sans ancrage : le Parti du renouveau algérien (PRA). Le véritable rival du général fut à vrai dire Mahfoud Nahnah. Le cas Nahnah rappelle celui de Benflis car l’organisation de la présidentielle avec des figurants implique la présence parmi eux de la tête d’affiche créditée d’être en mesure de concurrencer le candidat du régime. Dans ce type d’élection la tête d’affiche est évidemment abusée et appâtée par la singularité du contexte dans lequel se déroule le scrutin. Pour Nahnah, c’est la guerre civile où l’on peut espérer l’effondrement du système et pour Benflis, c’est l’exacerbation des luttes claniques sur fond d’infirmité d’un chef d’Etat, qui se présente comme candidat à sa propre succession. On peut supposer que les têtes d’affiche sont approchées par des personnalités du sérail qui leur souffleraient à l’oreille que c’est le moment ou jamais de descendre dans l’arène. Maquiller un scrutin fermé en scrutin ouvert a revêtu du reste une importance cruciale pour le pouvoir en place. L’ancien wali (préfet) d’Oran, Bachir Frik, a révélé récemment qu’il fut instruit quand il était en fonction, de collecter les signatures et des parrainages au profit de Saïd Sadi et de Noureddine Boukrouh afin qu’ils puissent se présenter à l’élection présidentielle face à Zeroual. Ouvrons cette parenthèse pour dire que c’est Saïd Sadi à qui revient la palme de la figuration en ceci que son jeu a été le plus difficile à percer du moins à ses débuts. Bénéficiant de la militance berbère en Kabylie, où il avait pris coutume de sortir ses crocs face au pouvoir oppresseur d’une culture minorée, l’ancien dirigeant du RCD peut aisément en sous main pactiser avec ceux qu’il n’arrête pas publiquement de dénoncer.

Fléchissement
On note cependant un certain infléchissement dans le camouflage électoral depuis la gifle de 1999. Le pouvoir en place ne se donne plus la même peine pour y impliquer des personnalités représentatives des courants de pensée qui traversent la société. Le pouvoir militaire attend des partis politiques auxquels il vient d’accorder l’agrément qu’ils produisent désormais des leaders – figurants afin d’accompagner l’homme qu’il s’est choisi. A travers ces procédures d’agrément, on assure entre autres le renouvellement du personnel d’ornementation et l’entretien d’une clientèle malléable et corvéable à merci.

 

Les figurants dans l’élection de 2014

La présidentielle algérienne du 17 avril 2014 qui vient de reconduire pour la quatrième fois consécutive Abdelaziz Bouteflika à son poste de chef d’Etat, procède de la même architecture. A l’exception d’Ali Benflis, les autres candidats censés croiser le fer avec le président sortant, ont tous enfourché volontairement le cheval de la figuration, qu’il s’agisse d’Abdelaziz Belaïd, de Louisa Hanoune, d’Ali Fawzi Rebaïne ou de Moussa Touati. Pour service rendu, le figurant voit par la suite son parti rétribué en sièges au parlement, ou au niveau des collectivités locales et en divers autres avantages.

 

Abdelaziz Belaïd
1
Médecin de formation, ce transfuge de 51 ans du FLN, dont il était le plus jeune membre du comité central fut député pendant dix ans et occupa le poste de secrétaire général de l’Union nationale de la jeunesse algérienne (UNJA), une organisation satellite du même FLN. En février 2012, il fonde le Front Moustakbal (FM) (Front de l’Avenir). Agrée au cours de la même année, il obtient quelques mois plus tard et ce, à l’issue des législatives de mai 2012 deux sièges à l’assemblée algérienne, venant ainsi renforcer la pléthore des formations ornementales existantes. Il est l’un des rares sinon le seul parti à disposer et ce, dès sa fondation d’un siège national flambant neuf acquis dans le « privé ». Le FM suscite l’intérêt des petits patrons qui ambitionnent d’avoir leur entrée au cœur du système prébendier algérien.

 

Ali Benflis
2
C’est le figurant malgré lui. Ancien ministre de la Justice avant de devenir chef de gouvernement d’août 2000 jusqu’à mai 2003. Il était donné favori lors de la présidentielle de 2004. Et pour cause il eut le soutien du général de corps d’armées Mohamed Lamari, alors chef d’Etat-major. Une partie de la presse et de la classe politique ont cru vraiment à sa victoire. Du reste Benflis paraissait pavoiser. En 2001 il est intronisé secrétaire général d’un FLN décidé de rompre avec les défaites électorales. Quand en janvier 2003, Benflis, alors chef de gouvernement s’était rendu en visite officielle à Paris, Saïd Sadi, dirigeant du RCD relevait qu’il a eu droit à un accueil digne d’un chef d’Etat. Un tel commentaire suffisait à faire de lui un présidentiable, et soit disant en passant, Saïd Sadi ne s’était pas privé une nouvelle fois de jouer aux côtés de Benflis le rôle de figurant lors de la présidentielle de 2004, savourant à l’avance le score qu’il lui serait attribué après la débâcle de Bouteflika. Mais c’est ce dernier qui l’emporta avec 84,99 % des voix. Ali Benflis, 58 ans à l’époque, en était sorti avec le score humiliant de 6,42 %. Le général Lamari a quitté son poste quatre mois plus tard « pour des raisons médicales » signant ainsi l’acte de sa défaite face au Département du renseignement et de la sécurité (DRS) qui avait laissé Bouteflika gagner son second mandat. Benflis s’est retiré sur la pointe des pieds. Il ne se représentera pas à la présidentielle de 2009 qu’il sait être taillée sur mesure pour Bouteflika qui a déjà procédé à la révision de la constitution en retranchant l’article limitant le nombre de mandat présidentiel à deux. Ceux qui mettront le pied à l’étrier électoral à l’image de Louisa Hanoune, Moussa Touati, Djahid Younsi, Ali Fawzi Rebaine et Mohamed Saïd, futur ministre de la Communication, savent que les jeux sont déjà faits et que leur mission consiste à faire de la figuration. Pour autant, du point de vue du pouvoir Benflis concentre en lui toutes les qualités d’un présidentiable. Il est issu des Aurès dans l’Est du pays, dans la région qui a enfanté la majeure partie des officiers supérieurs de l’armée. Il aurait pu assurer l’alternance du pouvoir entre l’Ouest et l’Est, dès lors que Bouteflika est originaire de l’ouest. Pur produit du sérail, au moment où il aspire à monter sur le trône, Ali Benflis n’a aucun passif avec un clan particulier du pouvoir. Si on aime à pointer son opposition à Bouteflika, l’homme n’en a pas été moins son directeur de campagne pour l’élection présidentielle de 1999 avant d’assumer tour à tour les fonctions de secrétaire général de la Présidence de la République et de Chef de cabinet de la Présidence sous le même Bouteflika, lequel le désignera comme on l’a vu chef du gouvernement.

 

Louisa Hanoune
3
Seule femme ayant gagné sa place de figurante parmi un casting exclusivement masculin, Louisa Hanoune, 60 ans, est à la tête du Parti des travailleurs (PT) depuis sa fondation en 1989. Il y a loin de la coupe aux lèvres entre son statut actuel et son passé militant à l’époque de la clandestinité où engagée dans l’Organisation socialiste des travailleurs (OST), elle fait preuve d’une combativité et d’une audace inouïes en assumant des positions qui lui valurent un séjour en prison au milieu des années 80. Native de Jijel, dans l’est algérien, Hanoune s’était illustrée pendant la guerre civile, en prônant la réconciliation avec les islamistes du FIS et en se posant comme la championne de la lutte contre l’intervention étrangère, se démarquant des appels à l’envoi de commissions internationales d’enquête sur les massacres de civils. Peu à peu, son discours politique perdit ses référents à l’extrême-gauche. Ses fans l’adoptèrent moins pour sa thématique trotskyste que pour sa faconde et son franc-parler que l’équivocité de sa situation de femme, a rendu encore plus percutants. Louisa Hanoune a compris d’après ce que lui renvoie l’imagerie populaire sur sa propre personne que la virilité n’a pas de sexe. Dans un message subliminal adressé aux Algériens, elle se pose comme le seul « homme » parmi les candidats à la magistrature suprême, promettant d’être le « Chavez de l’Algérie ». Tout au long des années 2000, le PT a pris part à toutes les élections législatives et Louisa Hanoune à toutes les présidentielles qui devaient consacrer le triomphe d’Abdelaziz Bouteflika. Elle s’est donc représentée trois fois, comme s’il eût été de son devoir de coller comme une ombre à l’omnipotence de Bouteflika.
Embourgeoisés, ses députés roulent aujourd’hui carrosse. Dans ses conférences de presse fustigeant le « pouvoir » où elle met assez d’allusions pour faire comprendre qu’elle ne vise pas Bouteflika, mais certains de ses ministres, Louisa Hanoune s’empresse de les corriger en croyant sérieusement à sa mission de maitresse d’élèves pris en faute et à l’égard desquels elle se sent en devoir de distribuer les bons et les mauvais points. Emportée par ses élans doctrinaux, elle attribue tous les mérites à tous ceux qui n’en ont pas. A commencer par l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), le syndicat étatique, dont le chef ventripotent est devenu son affidé en tout. La cheffe inamovible du PT ne défend les travailleurs qu’en théorie. Objectivement, elle y est contre. Quand les syndicats autonomes arrachent de nouveaux droits, c’est l’UGTA, qui passe le plus clair de son temps à tenter de mettre en échec l’action des syndicats autonomes, qu’elle félicite. Quant aux familles de disparus, dont longtemps elle avait semblé défendre la cause, elle n’a pris leur parti que pour contrôler la situation par crainte du reste que le dossier ne s’internationalise. Mais lorsqu’elle a compris que pour faire valoir leurs droits, les familles étaient prêtes s’il le fallait à aller jusqu’au bout du monde, elle les a mises à la porte du siège national du PT. Pour autant la question des disparus n’en reste pas moins un thème de campagne, sans plus, qui est remis à l’honneur à la veille de chaque rendez vous électoral.

 

Ali Fawzi Rebaïne
4
Natif d’Alger, Ali Fawzi Rebaïne, 59 ans, peut se targuer d’avoir eu un passé militant des temps héroïques. Qu’on en juge : fils de parents maquisards qui ont fait la guerre d’indépendance, il eut à subir des tortures dans la cellule même où quelques années plus tôt son père périt sous la torture coloniale. Et pour cause, il prit part en 1983 à un mouvement armé conduit par un certain Benchenouf (dont à vrai dire, on connait peu de choses). Aussi cet opticien de profession a-t-il participé à la création de la première ligue algérienne des droits de l’Homme en juin 1985. Accusé d’atteinte à la sureté de l’Etat pour avoir contribué à la constitution d’association illégale, il est déféré devant la Cour de sureté de l’Etat qui le condamne à 13 ans de prison. En 1987, il fut libéré, lui et ses camarades suite à une grâce présidentielle. Co-fondateur de l’association des fils et filles de martyrs dans le département d’Alger en février 1985, il en devint le premier responsable jusqu’en 1990. De ce noyau associatif qui voulait disputer la rente révolutionnaire au pouvoir en place, naquit le parti Ahd 54 (Le serment de 1954) dont Ali Rebaïne fut élu secrétaire général en 1991, puis reconduit en 1998 avant d’en être élu président successivement en avril 2002 (à l’occasion de la tenue de son congrès constitutif) puis en mars 2007. La dénonciation des harkis, (Algériens supplétifs de l’armée française) qui auraient pris après le départ des Français les leviers de commande en Algérie, est le principal thème dont s’est emparé à ses débuts Ahd 54. Ce parti qui n’a jamais osé désigner directement du doigt le pouvoir militaire, s’est contenté de concentrer ses attaques sur la personne du Président de la République qui serait entouré de harkis. Ali Fawzi Rebaïne en est à sa troisième représentation à la présidentielle après avoir pris part à celles de 2004 et 2009.
Toujours est-il que l’audience de ce parti reste insignifiante, et sa ligne politique se résume à des protestations épisodiques qui se concluent toujours par une adhésion à l’opération électorale en cours. Un des militants de ce parti, Mohamed Seddiki en l’occurrence, a été élu à deux reprises par ses pairs pour présider la Commission de surveillance des élections lors des législatives du 12 mai 2012 et des locales du 29 novembre de la même année. Cependant son action fut sujette à caution. Alors que la nouvelle loi électorale enregistrait un progrès en supprimant le principe de rémunérer les membres de la Commission de surveillance, Mohamed Seddiki montait au créneau pour réclamer de l’argent à l’Etat afin de rembourser les frais occasionnés par les différentes activités de la Commission. Pour comprendre ce qui se passe il faut avoir à l’esprit que la commission ayant élu Seddiki était composée de 52 partis aux locales et de 44 aux législatives sans compter les indépendants. Du reste 21 nouvelles formations politiques y ont fait leur entrée depuis la promulgation en 2012 des textes ayant découlé des « réformes politiques » de Bouteflika. Au fait au sein de cet aréopage de partis majoritairement éprouvettes, aucune formation de véritable opposition n’a de chance d’émerger.

 

Moussa Touati
5
Chef d’un petit parti à scandale, le Front national algérien (FNA), qui se voulait à ses débuts comme un FLN épuré de ses dérives népotiques et corruptives, Moussa Touati, 60 ans a finalement produit une forme originale de militance. Celle-ci consiste en le monnayage des candidatures pour devenir députés ou maires sur les listes de son parti. Moussa Touati est le prototype même de l’opposant-client sous l’ère bouteflikienne. Il est le pur produit du système algérien dans ce qu’il a de plus éloigné de la politique, de plus dévitalisé en termes partisans. Fils d’un martyr de la révolution algérienne, ce natif des Beni Slimane dans la wilaya de Médéa, fut tour à tour adjudant dans l’armée, agent des douanes avant d’opter en 1980 pour la police. Il ne s’y plaira que le temps de dénicher une autre chapelle que du reste il bâtira de ses propres mains à la faveur d’un assouplissement de la loi sur les associations en créant en 1986 l’Onec, une organisation pour enfants de martyrs de la guerre d’indépendance. C’est en 1988 qu’il démissionne de la police afin d’être en conformité avec ses nouvelles fonctions. Aidé par le FLN, alors parti unique, lequel a le contrôle sur les mouvements liés aux anciens combattants, Moussa Touati structure son réseau mais sans toutefois réaliser son désir d’autonomie par rapport au parti dont il redoutait les velléités d’hégémonie. Tout compte fait le FLN finit par le détrôner. Après une galère qui va durer quelques mois, Touati trouve le moyen de rebondir lorsque l’armée interrompt les législatives de 1992 remportées par les islamistes. Il crée alors une nouvelle organisation d’enfant de martyrs, la Cnec (Coordination nationale des enfants de chouhada) à qu’il s’empresse de forger une identité reposant sur une allégeance au pouvoir des militaires qui « ont écarté la menace islamiste». Après un mandat à la tête de la Cnec, il fonde en 1999, le FNA, un parti politique qui se définit comme nationaliste dont il devient du reste le président en 2000. Sa première participation aux législatives de 2002 lui vaut huit sièges à l’assemblée populaire nationale (APN). Mais une législature plus tard, soit en 2007, il améliore son score en se tirant avec 13 sièges. Une belle affaire car l’année suivante, Bouteflika triple le salaire des députés en le ramenant à pas moins de 300 000 dinars algériens (2700 euros environ), soit 25 fois le Smig. Ceci n’est pas étranger à cela, des crises récurrentes ont secoué le FNA durant l’année 2012. Moussa Touati était acculé par ses opposants à partir et il s’est vu refuser l’accès au congrès extraordinaire qu’il avait lui-même convoqué. Il se tira d’affaire en avalisant un second congrès dans un autre endroit sans que l’administration ne bronche. Se posant comme un label de la députation, le FNA négocie des places d’élus à l’APN avec le premier venu qui désire se porter candidat en tant que tête de liste pour peu qu’il renfloue la caisse du parti de quelques millions de dinars . Adepte d’un populisme mâtiné d’indigence politique, le FNA est allé jusqu’à vouloir démocratiser la médiocrité. Aux journalistes qu’il reçoit au lendemain des opérations électorales entachées de fraude, il leur déclare sans ciller regretter qu’on n’ait pas gonflé les résultats pour tout le monde s’offusquant ainsi de voir uniquement certains partis avantagés par rapport à d’autres.

 

 

Situation de la liberté de presse en Iran : Discours de Rasoul Asghari, journaliste iranien

Par Saida HUSEYNOVA

ASGHARI2

L’intervention de Rasoul Asghari, journaliste iranien, dans le cadre de la 25e session du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies à Genève

Dans le cadre de la 25e session du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies à Genève, Rasoul Asghari, journaliste iranien et analyseur de la situation politique en Iran, a prononcé un discours sur la situation de la liberté de la presse en Iran.
Rasoul Asghari, en s’appuyant sur ses propres expériences journalistiques au cours des 18 dernières années, a donné un aperçu de la situation des journalistes et des médias en Iran depuis 1992.

 

D’après lui, durant ces années, la liberté d’expression et le droit d’être informé et d’avoir accès à une information libre, ont été les premières victimes du « changement » qui n’a jamais été réalisé, tout comme la liberté de la presse et des médias sociaux l’ont été. La propagande du gouvernement a été modernisée, mais le paysage politique et social est de plus en plus réprimé et la liberté des journalistes de plus en plus limitée.

 

En attirant attention sur la gravité de la situation, M. Asghari a cité l’exemple de ses propres expériences : il a travaillé dans 11 journaux iraniens, dont certains n’ont pu exister qu’un seul jour car ils ont été fermés juste après la première sortie, alors que d’autres ont pu continuer leur travail pendant des mois ou peut-être des années.

 

En un seul jour, en Avril 2001, 20 journaux ont été fermés, des centaines de personnes ont perdu leur emploi et certaines ont été arrêtées. La répression sur les journaux a continué sans arrêt jusqu’à atteindre à l’été 2009 son point le plus élevé quand il n’y avait presque plus de voix opposées. Elle a été ensuite poursuivie par l’administration de Rohani : depuis son accession à la présidence 13 journaux ont été fermés. Certains d’entre eux n’avaient même pas sorti leur premiere publication. Dans le rapport annuel des « Reporters sans frontières » l’Iran est identifié comme l’une des cinq plus grandes prisons de journalistes dans le monde. C’est le 173e pays sur 180 pour l’Indice de liberté de la presse 2014. Le rapport indique: «Il n’a eu aucun changement dans la situation de la liberté de la couverture des nouvelles par rapport à l’année précédente. Les autorités iraniennes continuent de contrôler la couverture des nouvelles strictement. Les rapports sur la question nucléaire, les droits de l’homme et les prisonniers d’opinion, sont également censurés. À la fin de 2013, l’Iran a continué d’être l’une des plus grandes prisons du monde pour les professionnels des médias, avec 50 journalistes et net-citoyens détenus ».

 

Rasoul Asghari

Rasoul Asghari

Dans son discours M. Asghari a mis en évidence un autre point problématique dans le travail des journalistes, celui de l’espionnage. « L’espionnage et le contact avec les gouvernements étrangers sont des crimes communs que vous avez à affronter si vous décidez d’être journaliste en Iran. La raison donnée pour cela est la coopération avec les sites Web non-gouvernementaux ou d’opposition ou les chaînes de télévision étrangères qui sont les choses les plus normales que chaque journaliste fait dans le monde entier. Cependant, c’est considéré comme de l’espionnage dans mon pays ».
Parlant de la situation d’internet en Iran, M. Asghari a mentionné que l’autorisation pour une publication ou l’ouverture d’un nouveau site ne sera même pas accordée à un citoyen neutre. « Seuls ceux qui représentent les intérêts des gouverneurs peuvent obtenir une autorisation. La censure officielle a été intensifiée avec l’aggravation de la crise nucléaire et l’augmentation des difficultés avec l’Occident au point que les autorisations officielles sont maintenant délivrées par les plus hautes autorités comme « Le Conseil de sécurité nationale». « Une Cyber Army avec des tonnes d’autres institutions contrôlent les activités des utilisateurs d’Internet et surveillent le filtrage des sites, des blogs et des réseaux d’information ».

 

« Avant, les journaux étaient ciblés après la publication de quelque chose que le gouvernement n’aimait pas, mais depuis le début de la deuxième administration d’Ahmadinejad et surtout après le soulèvement du peuple en 2009, il est devenu normal de contrôler les publications avant leur impression. Le régime veut créer des fantômes qui ne sont ni vus ni entendus, des hommes et les femmes qui ont perdu leur voix: des personnes sourdes ».

 

Le discours complet de M. Rasoul Asghari vous pouvez trouver ici en anglais.

 

 

T’es mal barré, p’tit frère blanc ! Et nous aussi !

[Par Djamaleddine BENCHENOUF]

 

Oui, t’es vraiment mal barré ! Et nous aussi ! Mais le pire est que tu ne le sais pas toi-même. T’as les yeux sur le guidon, ou plutôt sur l’écran qui te fourgue ton prêt-à-penser, ton prêt-à-bouffer, ton prêt-à-haïr, ce que doit être ta mode, tes idoles, tes émotions, et même tes boucs émissaires, en guise de soupape pour évacuer le trop plein qui pourrait faire péter le carcan où t’as laissé enfermer ton ciboulot.

om
Tu es là, la bouche ouverte, le regard hagard, les yeux rivés sur les images qui défilent, à absorber ta grosse portion de tartakon. T’es accroc, tu ne peux plus t’en passer ! T’as besoin de ta dose, que tu achètes sous des emballages divers et variés, télé, radio, journaux, internet. Les emballages foisonnent, ils pullulent, jusque dans ta boîte à lettres, dans ta boite mail, jusque dans tes sms.

 

T’es mal-barré mon gars ! Ta télé, ton téléphone, tes nippes, tes meubles, ta bagnole, et tout ce que tu as payé avec le salaire qu’on te consent, ils sont encore en bon état de fonctionnement, mais on te demande d’en changer, d’en acheter de nouveaux, dont on te dit qu’ils sont meilleurs, plus compétitifs, et tu fais ce qu’on te demande. Tu passes ton temps à courir après l’argent, pour pouvoir satisfaire ces étranges besoins qu’on t’inocule, tu travailles de plus en plus, et même que tu t’endettes, mais tu ne peux pas ne pas exécuter les ordres des magnétiseurs. Et eux, pour parer à toute velléité de ta part, ils font en sorte que tous tes bidules, et tous tes gadgets ne puissent pas fonctionner trop longtemps, même si tu le voulais. Alors ils les produisent de façon à ce qu’ils tombent en panne, et que pour les réparer ça te coûterait plus cher que d’en acheter d’autres tout neufs. Et tu marches ! Et même que tu applaudis à ton Président quand il te harangue de travailler plus pour gagner plus.

 

Tu pourrais travailler moins longtemps, prendre le temps de vraiment vivre, et consommer moins, sans que ça ne te rende moins heureux. Tu laisserais ainsi la place aux cohortes de chômeurs qui ne trouvent pas de boulot, et tu épargnerais un peu cette planète dont nous avons largement entamé le capital naturel. Mais malgré tes études, toute l’info que tu ingurgites par gros paquets, tu ne vois même pas qu’on a pillé les entrailles de la Terre, et pollué son atmosphère. Mais non ! Tu ne vois ni n’entends. Ce n’est pas de ta faute. T’as pas le choix, tu es sous contrôle, et on veut que tu détruises le monde où tu vis. Et tu fais ce qu’on te dit de faire.
T’es mal barré p’tit frère blanc ! Tu n’as besoin que d’une petite quantité de viande, ou même pas du tout, mais on t’en fait bouffer des quantités énormes, venues d’animaux qui sont élevés dans des conditions atroces. On t’empiffre de l’angoisse de pauvres bêtes qui sont bourrées aux hormones et aux antibiotiques, qui sont privées de l’affection et du lait de leurs mères, qu’on fait grossir dans des espaces confinés, où elles pataugent dans leurs excréments, parfois sans jamais voir la lumière du jour.

 

Et tu ne sais même pas ce que cet élevage intensif génère de souffrances. Ni ce que ton MacDo coûte à l’humanité entière. Pour nourrir ces milliards de pauvres bêtes, il faut leur faire consommer 7 kilos de céréales et 16000 litres d’eau pour obtenir un seul kilo de viande. Et tu ne sais pas que c’est autant de céréales et autant d’eau qui auraient pu nourrir et abreuver les milliards d’êtres humains qui crèvent la dalle, et qui crèvent de soif. Juste pour que tu puisses bouffer 100 kg de viande par an.

 

Et tu ne veux même pas savoir ce qu’est la souffrance de la pauvre oie qu’on gave, pour qu’elle te donne ce foie gras dont tu te délectes. Tu ne sais même pas que tu manges le foie d’une bête obèse, qui a souffert toute sa vie, trois fois par jour, pour te donner un organe malade.
Et t’es là, p’tit frère blanc, à courir dans tous les sens, rêvant de posséder mieux que les autres, de consommer mieux que les autres, de pouvoir parader, pétarader, mettre la marque de tes nippes en gros, sur ton dos, pour qu’on sache qui tu es, ce que tu peux te permettre !
Sur l’écran de tes plus beaux rêves, ce ne sont plus que carrosseries rutilantes, Rolex et black-berry. Tu es malheureux de ne pas pouvoir te les offrir. Et quand tu les as, tu les montres, tu les hisses au sommet de tes pathétiques illusions.

 

Ceux qui te formatent, qui modèlent ta matière grise, qui dessinent tes rêves en kit, ont presque fini par se lasser de tant de docilité. Ils ont tout essayé avec toi, et tu marches à tout. Comme un seul homme. Tu ne résistes à rien. Alors eux, pour s’amuser un peu, et varier le plaisir, ils se sont mis à essayer sur toi des trucs complètement hallucinants. Ils ont été au bout du bout de leur imagination la plus débridée, pour espérer te voir enfin te cabrer, un tout petit peu, pas trop, pour pouvoir eux-mêmes retrouver de l’enthousiasme pour ce qu’ils font, et inventer de nouvelles méthodes pour te re-domestiquer, mais peine perdue. Tu gobes tout !
Tu as quand même obéi, comme un vrai zombie, à leurs suggestions les plus hilarantes. Ils t’ont inventé des modes de clowns pour marchés à bestiaux, et tu les as adoptées dans l’enthousiasme le plus délirant. Ils t’ont demandé de porter des pantalons à mi-fesses, des cordes en guise de slip, des chaussures à lacets qui pendent, des casquettes improbables, des couleurs de cheveux fluo, de te faire mettre des seins en silicone, et tu as dépensé tout ce que tu avais pour te mettre aux normes décrétées. Ils n’en sont pas revenus eux-mêmes, de ta fièvre acheteuse, de ta malléabilité.
Ils t’ont demandé de te tatouer, de te mettre des boucles d’oreilles, des anneaux aux naseaux, et même des breloques sur le sexe. Tu l’as fait !

 

Ils t’ont dit de gribouillis que c’étaient des œuvres d’art, et tu t’es extasié. Ils t’ont ordonné de considérer du bruit comme le nec plus ultra de la musique, et tu as obtempéré, d’aller faire du tourisme dans des bateaux-ville, et tu as pris ton appareil photo pour t’immortaliser dans les grandes surfaces de la croisière de masse, pour bétail humain. Ils t’auraient suggéré de balancer ta mère dans la flotte que tu l’aurais fait.

 

Eux-mêmes, ces gens qui agitent tes ficelles, ne savent plus pourquoi ils font tout ça. Ils ont oublié, puis la machine s’est mise à tourner toute seule, ou presque. Eux-mêmes sont devenus des marionnettistes-automates, dont d’autres marionnettistes tirent les ficelles, dans une chaine infinie de manipulateurs qui manipulent des manipulateurs, qui manipulent des manipulateurs.

 

Ils savent confusément que cela leur donne le pouvoir sur toi, mais à la longue, ils ont acquis le sentiment qu’avoir le pouvoir sur toi, où sur les poulets de batterie qu’ils engraissent pour toi, c’est presque kif-kif.

 

Ils auraient voulu que tu résistes un peu, pour mettre du sel dans la fadeur de leur sale boulot. Mais la dose était trop forte, et il n’est plus possible de la réduire. Tu casserais la baraque. Tu ne te révolteras contre rien, contre aucune injustice, aucune oppression, pas même contre la destruction inexorable de ta propre planète, mais si jamais ils décidaient de te ramener à plus de conscience, parce qu’ils se rendent compte maintenant qu’ils sont allés trop loin, et qu’ils sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont eux-mêmes assis, alors là tu te rebifferais.
Tu es devenu un esclave shooté à son propre esclavage. Un esclave accro à ses chaînes. Pas question pour toi de te libérer, ni même de te faire libérer malgré toi. Tu deviendrais incontrôlable. Alors, ils continuent ! Et même qu’ils multiplient ta dose, parce que celle que tu as ne te suffit plus, et parce qu’il faut l’augmenter chaque jour.

 

T’es mal barré p’tit frère blanc ! T’es mal barré ! Et nous aussi ! Et le comble du comble, et que non seulement tu ne mesures pas l’état déplorable où tu as été mis, mais qu’en plus, tu l’ériges en valeur suprême, et tu es révolté, oui, oui, révolté, au plus profond de toi, que les autres peuples n’aient pas pu se hisser au niveau de ta déchéance, à ce que tu crois être des valeurs suprêmes.

 

T’es mal barré, mon gars ! Paumé, halluciné, mais non moins béat d’admiration pour l’image que renvoie de toi-même ton miroir déformé. Tu ne sais même pas que tu n’es plus qu’un mouton carnivore, bouffeur de saloperies innommables, au milieu d’un troupeau qui a perdu le sens même de son humanité, qui a dilapidé l’héritage immémorial que ses ancêtres lui ont si généreusement légué, de valeurs créées de haute lutte, contre la barbarie, les instincts premiers, les penchants malsains. Tu t’es délesté, avec le sentiment que tu t’en es libéré, de ce qui faisait de toi le fruit d’une civilisation.

 

Tu n’as plus que mépris pour le mariage et la famille. Pour toi, il n’y a plus que les péquenots qui se marient, et les bobonnes qui font des gosses. Pourtant, tu es particulièrement indigné que quiconque puisse se poser des questions sur le mariage entre gens d’un même sexe, où l’adoption d’enfants par ces couples.

 

T’es mal barré, p’tit frère blanc ! Et nous aussi ! Tu prétends être un citoyen vigilant, et tu ne vois pas que même ton vote est orienté, qu’on te dit pour qui et pourquoi voter, que ta démocratie n’est qu’une grosse farce enrobée d’oripeaux fallacieux, que c’est l’argent, et seulement l’argent qui sert de trébuchet, pour décider qui sera ton représentant, et qui sera ton dirigeant.
Tu crois qu’ Internet est une libération, un pouvoir qui a échappé à ceux qui l’ont conçu et vulgarisé. Dans le meilleur des cas, quand ta conscience balbutie, et qu’elle parvient à émerger, le temps d’un battement de cils, des couches successives de cendres et de mensonges où elle a été ensevelie, tu crois qu’Internet sera le recours contre l’Empire qui te domine, contre sa presse, ses politiciens et ses banquiers. Peuchère ! Tu ne vois même pas qu’Internet n’a été inventé que pour t’attacher encore plus serré dans la toile où tu as été pris.

 

Maintenant, avec Internet, tout ce que tu émets de pensée, serait-ce un bêlement, est stocké dans l’espace qui t’a été personnellement aménagé. Tout ce qui te concerne, y compris ce que disent les gens de toi, est quelque part, archivé, agencé avec une technique imparable, en attendant d’être utilisé, si le besoin s’en fait sentir.

 

Il ne manque plus que de te marquer, de te mettre une puce électronique sous la peau, ou dans la tête, pour te pister, pour savoir même dans quel état de santé tu te trouves, et ça ne saura tarder. C’est déjà dans les tablettes.

 

Mal barré, p’tit frère blanc ! Mal barré ! Et nous aussi !

 

Tu te prétends humaniste, progressiste, altermondialiste, et tous ces trucs passés de mode, mais tu ne veux même pas entendre parler de ces milliards de gens qui sont marginalisés, dans leurs pauvres pays de là-bas, les noirs, les gris, les basanés, les bridés, les crève-la-dalle !
Tu as bien voulu qu’on te les importe, à un certain moment, pour qu’ils bâtissent ta maison, ton métro, tes routes, pour qu’ils vident tes ordures, faire les sales boulots dont tu ne veux pas.
Quand ils sont arrivés chez toi, tu les as parqués dans des cités à part, tu as mis la misère avec la misère, l’ignorance avec l’ignorance, dans des quartiers qui ne disposent que du minimum de mobiliers et de services urbains. Des quartiers sans boulot, sans considération, que tu fuis comme la peste. Que tu nommes Les Quartiers, ou Les Cités, comme du temps béni des colonies, quand on disait les Villages nègres.

 

Et si d’aventure un de ces esclaves d’esclaves s’aventure dans tes quartiers à toi, tu le toises de haut, comme s’il te polluait l’air que tu respires. Et lui, l’immigré, même s’il a pris ta nationalité, même s’il rase tes murs, même si lui aussi est devenu comme toi, drogué par vos maîtres communs, il se ressent un peu comme un privilégié, quand il pense à ceux de ses frères qu’il a laissé au bled, pourrir sur pied, dans une indicible misère. Sa plus grande joie, et sa seule satisfaction, est quand il rentre une fois l’an, au bled, pour écraser de sa superbe, et de son français à peu près châtié, et tout à fait châtré, ses anciens compatriotes et désormais blédards. Chacun a les indigènes qu’il peut !

 

Oui, au fond de lui il voudrait tellement que tu l’adoptes, que tu lui donnes un tout petit chouiya de respect. Il a tout essayé pour faire partie de ta société, pour être accepté, avoir un peu de considération, non pas de la part de tes propres maitres, mais de toi, parce qu’il pensait que lui et toi vous aviez un sort commun d’esclaves. Mais sa couleur de peau, sa religion, son accent, ses coutumes ancestrales, qu’il ne peut pas, du jour au lendemain, jeter par-dessus l’épaule, et surtout le conditionnement que tu as subi, pour l’exclure, le mépriser, et même le haïr, ont creusé un fossé infranchissable entre toi et lui. Au point où il n’a même pas la possibilité d’avoir un boulot comme toi, pour pouvoir, comme toi, entrer dans la logique de consommation de tes maitres et des siens. Il faut bien qu’il y ait des populations pour manger les restes des esclaves, pour recevoir leur aumône, porter leurs fripes, fouiller dans leurs poubelles.

 

Parmi ces damnés de chez Damné, certains ont tout fait pour forcer la chatière, la porte de la niche, resquiller le petit strapontin.

 

Ils ont occidentalisé leurs prénoms, voire même les noms de leurs ancêtres, ils se sont mis à parler votre langue avec leurs propres enfants, à adopter vos mœurs, à célébrer vos fêtes, à vous singer jusque dans vos mimiques, à mépriser leur propre communauté, parce que ça les rassurait, dans leurs efforts pathétiques de vous ressembler. Mais peine perdue. Ils sont restés à l’orée de votre estime, et ils se sont mis en dehors de leur communauté. Le cul sur deux chaises, ils sont là, ne sachant même plus qui ils sont.

 

D’autres, aigris, révoltés, la haine en bandoulière, ont cru ne pouvoir retrouver leur dignité qu’avec leur retour à une identité perdue. Ils ont alors adopté des attitudes ouvertement hostiles. Ils se sont rappelés qu’ils étaient musulmans, et ils ont cru que revenir à leur identité-source, c’était s’accoutrer comme des bédouins, se parfumer d’ambre synthétique, à faire tomber les mouches, c’était de décréter le djihad tous azimuts, entre taf de shit et prédication sur la façon d’entrer ou de sortir des toilettes.

 

Ces gens ont été une aubaine pour vos marionnettistes. Du pain bénit ! Ils ont été les meilleurs atouts, l’argument inespéré, pour attiser votre haine latente contre l’autre, ils ont été les épouvantails idéaux pour agiter les peurs, semer la confusion, entretenir un climat d’angoisse propice au contrôle des masses.

 

Et tu n’as pas d’idée, p’tit frère blanc, et on fait tout pour que tu ne le saches pas, jusqu’à chercher à te faire ingurgiter le concept de colonialisme positif, que si ces gens-là viennent chez toi, de plus en plus nombreux, c’est parce que ton pays a colonisé le leur, qu’il l’a vampirisé, qu’il a réduit ses populations à l’ignorance, à l’hébétude. Il a pompé leurs richesses, sans lesquelles vous n’auriez jamais atteint un tel niveau de prospérité, si tant est que votre succédané de paradis peut être qualifié de prospérité.

 

Et ce que tu feins d’ignorer, p’tit frère blanc, ou qui ne t’intéresse pas, c’est que même après la décolonisation , tes dirigeants ont tout fait, et souvent étouffé des crimes et des carnages, pour placer des despotes à leur solde, à la tête de ces pays, pour continuer à les exploiter, à les vider de leurs richesses. Et non seulement, ils protègent ces tyrans, mais ils vont jusqu’à tout faire pour empêcher que leurs peuples s’en libèrent.

 

Lorsqu’à la suite de circonstances extraordinaires, et tout à fait confidentielles, et pour cause, puisqu’elles cachent de bien sombres desseins, ils jouent aux sauveurs des peuples, en intervenant militairement pour abattre les régimes qu’ils ont eux-mêmes installés, et qui ne sont plus dans leurs bonnes grâces, souvent pour des raisons inavouables, il ne faut surtout pas douter que ce n’est certainement pas pour le bien de ces peuples opprimés qu’ils le font. Ça se saurait !

 

Aujourd’hui, si des milliards de gens du sud ne rêvent que d’émigrer dans vos paradis artificieux, ce n’est pas par plaisir masochiste de s’arracher à leurs familles, à la terre de leurs aïeux, de se jeter sur les routes amères de l’exil, de s’exposer aux brimades, au racisme, à l’exclusion.
C’est juste qu’ils n’ont pas le choix.

 

C’est juste parce qu’ils rêvent de ce qui est vraiment un eldorado pour eux, dans vos pays où les gens mangent à leur faim, où il y a de l’eau qui sort des robinets, où il y a de la lumière quand on appuie sur un bouton, où même les poubelles regorgent de nourriture qu’ils n’imaginaient même pas en rêve.

 

Pourtant, et c’est tout le problème, c’est de leurs malheureux pays, du moins en grosse partie, que vient cette prospérité de cet occident qui les attire comme des phalènes fascinés par la flamme qui leur brulera les ailes.

 

Le processus est enclenché. Il va aller crescendo désormais. Et il sera difficile de le contrôler. Parce que ces milliards de gens qui croupissent dans la misère et l’oppression, dans leur pays respectifs, ne rêvent que de venir dans cet occident de Cocagne. Ils n’ont plus le choix, puisqu’ils meurent de faim, de maladies d’un autre âge, d’une violence barbare. Vous aurez beau tout faire pour les en empêcher, ils déferleront sur vos pays, et rien ne les arrêtera. Parce que dans leur esprit c’est de l’enfer qu’ils vont s’échapper, pour rejoindre l’Eden. Les graves troubles qui menacent d’exploser un peu partout dans ces pays de misère vont accélérer et amplifier les flux migratoires. Bientôt, les clandestins ne se compteront plus.

 

Une solution existe pourtant, P’tit frère blanc, une solution juste, juste humaine. C’est que tes dirigeants et tes garde-chiourmes comprennent enfin que leur penchants esclavagistes vont maintenant se retourner contre eux, après avoir broyés des milliards et des générations entières d’êtres humains.

 

Ils ont pressuré ces pays pendant trop longtemps, ils les ont saignés à blanc.
Le temps est venu de laisser ces peuples profiter de leurs propres richesses, de ne plus soutenir leurs despotes, de ne plus encourager la grande corruption qui y fait rage, de ne plus pomper les cerveaux que ces pays ont formés au prix de grands sacrifices.
Le meilleur moyen, cher frère p’tit blanc, est que nos populations restent chez elles. Que tes dirigeants arrêtent de les exploiter, et d’imposer à leurs têtes vos caporaux, maréchaux de pacotille et autres présidents à vie.

 

Mais cela ne suffira pas ! Tes dirigeants ont profondément dévasté ces pays, mis à mal leurs équilibres vitaux. Ils leur ont maintenu trop longtemps la tête sous l’eau. Ils ne pourront pas s’en sortir tout seuls .
Il faudra les aider, construire avec eux des relations fraternelles, de peuples à peuples.

 

Le temps est peut-être venu, p’tit frère blanc, que non seulement tu secoues tes propres chaînes, mais aussi que tu demandes à tes dirigeants d’arrêter de nous pomper le sang, s’ils ne veulent pas que nous déferlions sur vos terres. Elle est bien gentille la Marine, d’agiter le bonnet phrygien, et de hurler haro sur le baudet, de nous tomber dessus à couilles rabattues, de chercher à tous nous bouter hors de ses terres. Mais qu’elle commence à regarder le passé de son pays dans les yeux, à faire la part des choses, à mesurer tout le mal qui nous a été fait, et si elle est douée de la plus petite conscience, à réfléchir aux moyens de réparer ce qui a fait de nous des mendiants qui toquent à la porte de ceux qui ne veulent pas de nous, après avoir construit leur maison avec nos deniers et notre sang.

 

Tes dirigeants, p’tit frère blanc, sont la cause première et essentielle de l’état dans lequel ces pays du sud se débattent.

 

En Algérie, aujourd’hui même, Hollande, Ayrault et Cie, en plus des nombreux requins qui fraient dans les eaux troubles du régime, sont partie prenante, voire complices, dans une farce de quatrième mandat pour un mourant, parce que non seulement son clan arrange leurs affaires, mais qu’en plus il sait glisser de belles enveloppes dans certaines poches.
A cause de cette grosse arnaque, où la France officielle joue un rôle très pesant, voire décisif, l’Algérie pourrait entrer dans une spirale de violence que je n’ose même pas imaginer. Une tragédie qui pourrait coûter très cher au peuple algérien, et pousser un grand nombre de gens à traverser la méditerranée.

 

Auquel cas, nous serions tous mal barrés ! Toi, comme nous !

 

J’espère que cette longue lettre que je te fais t’aura un peu sorti des vapes subliminales où tes garde-chiourmes t’enfoncent chaque jour, mais si ce n’est pas le cas, c’est que tu es vraiment mal barré frère p’tit blanc. Et nous aussi ! Nous surtout !

 

 

Tous les chemins mènent à la prison !

[Par Rebin RAHMANI]
 
Traduit de l’anglais vers le français par : Saida Huseynova et Françoise Serrero
 

Cartoon_Koolbar_4_En

Kulbar


 
Durant l’été 2002, pendant mes vacances universitaires, j’étais à la recherche d’un emploi pour vivre. Mais dans cette petite ville, du Kurdistan, il n’y avait pas d’autre emploi que de travailler comme « courrier de frontière » : Kulbar (mot persan pour désigner celui qui transporte des boîtes sur son dos jusqu’à la frontière), ou comme commerçant : Kasebkar (celui qui reçoit des produits à la frontière, les charge dans le camion puis les amène au centre des villes pour les vendre).
 
Avec plusieurs amis, tous les soirs, à 23h00, nous montions à Kamyaran dans un camion, pour nous rendre à la frontière de l’Iran avec l’Irak, à Marivan.
A 03h00, à l’entrée de Marivan, nous prenions livraison des boîtes de thé produites à étranger, des courriers qui les apportaient sur leurs épaules de la frontière, et nous les mettions dans le camion. Puis, nous retournions à Kamyaran.
 
Nous étions cinq en charge de soixante boîtes de thé. Deux d’entre nous devaient charger les boîtes de thé dans le camion et rester sur le toit tout au long du voyage, ce qui était très dangereux. Nos cœurs battaient vite de peur de rencontrer la police ! Si nous étions arrêtés, il nous faudrait fuir à tout prix, car la seule chose qui nous attendait était l’arrestation, la prison et des amendes.
 
Nous avons évité les embuscades et les balles de la police plusieurs fois. Chaque jour, nos vies étaient mises en danger afin de gagner assez pour acheter de la nourriture.
Chaque fois, comme si on allait à un champ de bataille, nous n’étions pas sûrs de pouvoir rentrer à la maison. Trois mois ont passé comme ça…
 
Un jour, à l’entrée de la ville de la Kermashan, j’ai été arrêté avec trois compagnons à bord d’un camion et accusé de transporter soixante-cinq boîtes de thé de contrebande. Nous avons passé un certain temps dans la prison Awa Dizel de Kermashan et avons finalement été relaxés par le juge après avoir payé les amendes.
 
Quatre ans ont passé et je me suis retrouvé à la prison de Awa Dizel une fois de plus, cette fois-ci pour mes activités politiques.
 
Il semble que dans mon pays, tous les chemins pour gagner sa vie et pour obtenir l’égalité des droits et la justice sociale mènent à la prison.
 
L’existence d’un commerce et de passeurs transfrontaliers est un problème dont les causes sont économiques, politiques et sociales. Malheureusement, sous prétexte de lutter contre les importations illégales, la République islamique d’Iran a adopté la solution de l’élimination physique au lieu de trouver les racines et de créer des emplois. Pendant des années, la méthode dure et inappropriée de la confrontation violente a conduit la police locale à assassiner des dizaines de jeunes et de chefs de familles et à rendre une partie de la population invalide.
 
Aujourd’hui dans la région, des milliers de familles perdent le sommeil chaque fois que le chef de famille va au travail, craignant d’apprendre son assassinat par la police, sa mort dans l’explosion de mines terrestres, par noyade dans une rivière ou à cause du froid pendant les nuits glaciales du Kurdistan.
 
Personne ne nie l’énorme dommage financier qu’inflige la contrebande à l ‘économie du pays, mais connaissant les maladies sociales que sont le chômage et la pauvreté, les autorités de la République islamique d’Iran se sont-elles jamais posé la question de savoir pourquoi certains choisissent un métier si dangereux pour nourrir leurs enfants affamés ?
Devrait-on vraiment mourir pour cela ?
 
 

8 Mars : Un quart d’heure de faiblesse pendant lequel j’ai failli haïr les femmes

[Par Johnny BISSAKONOU – johnnybissakonou @ gmail . com]

 

En général la date du 8 Mars ne me dit rien.  Est-il important de consacrer une journée à la femme ? Bof, si cela les amuse de se prendre pour le nombril du monde…Du moment qu’elles célèbrent cette journée entre elles,  de quoi je me mêle ? Il existe bien une journée internationale de l’homme mais qui passe quasiment inaperçue. Cependant, les récents évènements que j’ai vécu m’ont poussé à réfléchir plus longuement à cette question.

Catherine Samba-Panza (Photo de www.terrafemina.com)

Catherine Samba-Panza (Photo de www.terrafemina.com)

 

 

Il m’est même arrivé de haïr les femmes parce qu’elles ont le droit de pleurer, et le droit d’être faible. Moi je ne le peux pas, parce que chez moi un homme, un vrai circoncis n’affiche pas sa faiblesse devant les gens. Quand mon oncle me racontait au téléphone l’assassinat de mon petit-frère, j’ai eu un moment de faiblesse…Quelques secondes de sanglots qui ont suspendu son récit. Je n’ai pas eu droit à cette consolation qu’une de mes sœurs aurait eue. Il m’a reprit sévèrement : « Mo yeke ouali ? ….» Je traduis presque mot à mot : « T’es une femme ou quoi ? Arrêtes de sangloter dans mes oreilles, ce sont des hommes comme toi qui nous ont fait ça, nous irons à Bouca leur montrer notre virilité »…Il me demandait de payer son transport jusqu’au village, de payer des féticheurs pour régler leur compte aux assassins…

 
Une femme aurait eu raison de fuir et se réfugier en France si elle était dans mon cas. Mais comment un homme au-lieu de rester se battre a choisi de fuir comme un lâche? Quand je discute avec certains compatriotes, c’est à-peine s’ils me traitent de poltron, parce qu’eux sont restés et affrontent la mort…Chez moi un homme, un vrai ne recule jamais devant le danger. L’homme est celui qui défend sa maison face à l’ennemi, c’est encore celui qui peut fièrement brandir son coutelât ou sa machette et être aux premières loges lorsqu’il y a du danger.

 
Il y a cette tradition, je crois qu’elle existe partout même en France, qui veut à ce que l’homme soit l’être fort. C’est la femme qui a droit à la faiblesse, aux sentiments. La femme c’est le sexe faible…Moi je suis un homme, pleurer ne m’est pas permit.

 
Quand j’étais petit, pendant les grandes vacances grand-père nous réveillait à l’aube pour aller aux champs. Malheur à moi si je n’étais pas debout au premier appel de mon nom. L’homme ne dort pas comme les femmes. Au moindre bruit, l’homme doit pouvoir du plus profond de son sommeil demander qui va là ? Pauvre homme, la privilégiée, le bourreau c’est la femme ai-je pensé…

 
Alors je me suis permit de rêver, je me suis vu en patriarche établissant les règles de fonctionnement de la société que j’ai créé. Je me suis fait un film pour me consoler et me satisfaire de mon sort…Pourquoi être triste ? Je suis un homme et l’homme est le chef de la femme. L’homme est le chef du foyer c’est lui qui crie sur la femme il a toujours le dernier mot.

 
Je suis fier d’être un homme car c’est le garçon qui a le droit d’aller à l’école. La place de la fille est au foyer aux côtés de sa mère pour apprendre à devenir une bonne ménagère et à s’occuper d’un mari. A l’école, c’est le garçon qui est censé avancer de part ses propres efforts et la fille ne peut réussir que moyennant quelque chose…

 
Dans l’administration, une femme même si elle a le profile adéquat ne peut occuper un poste administratif réservé à la junte masculine. L’homme c’est le PDG, et la femme sa secrétaire. Si cette dernière est docile, soumise pourquoi pas une promotion ? (Canapé bien-sûr)…En un mot l’homme est un dieu c’est lui qui commande et c’est lui qui donne : Des coups à la femme battue, la femme violée l’est par l’homme, la femme réduite en esclave, celle qui n’a pas le droit d’avoir un point de vue, la moins que rien. J’ai aussi eu une pensée pour la femme qui souffre les douleurs de l’enfantement, après avoir porté une grossesse pendant neuf mois. J’ai pensé à celle qui allaite et éduque, celle qui nourrit les enfants et qui ne dort pas quand le bébé tombe malade. J’ai pensé à ma mère, à celles qui donnent la vie, j’ai pensé à mes sœurs…Quand j’ai pensé à toutes ces femmes, j’ai eu honte de moi, honte d’avoir pensé toutes ces choses. Heureusement qu’on est au 21e siècle et que plus personne (?)  n’a ce genres de pensée…

 
Et quand je pense à mon pays, je suis plutôt content qu’une femme soit à la tête de l’Etat Centrafricain comme Présidente de la transition.

 
Septième chef de l’Etat depuis l’indépendance de la RCA, Madame Catherine Samba Panza est la 3e femme Présidente en Afrique, après  Joyce Banda au Malawi et Elen Johnson Sirleaf au Liberia.  La première Cheffe d’Etat en Afrique francophone. Elle n’a pas été élue à l’issue d’une élection normale dira t-on. Mais tous les centrafricains sont unanimes sur la volonté de rupture. Les hommes politiques centrafricains, tous sans exception ont mis le pays dans cet état grabataire. Peut-être qu’une femme réussira là où ils ont tous échoué et montré leur limites.

 
Sur ce, je souhaite bonne fête du 8 Mars à toutes les femmes du monde et en particulier à toutes les femmes de Centrafrique. Que les femmes apportent la paix dans le pays, dans les foyers et dans les cœurs.

 
 

Journée internationale de la Femme : Du Maghreb à l’Occident

[Par Larbi GRAINE, journaliste algérien – larbigra @ gmail . com]

 

Cette année l’ONU célèbre le 8 mars, journée internationale de la femme sous le slogan de « l’égalité pour les femmes, c’est le progrès pour toutes et tous ».  Outre son aspect rituel – rappeler ce que l’Humanité tout entière doit à la  gente féminine- le 8 mars est aussi une halte pour évaluer à l’échelle du monde les progrès et les régressions en la matière. C’est forcément le temps des plaintes et des rapports mondiaux sur la question. Et souvent, ce sont les Etats, investis par leur rôle de mauvais pères qui prennent pour leur grade car la mondialisation n’est pas encore parvenue à imposer le même statut de la femme partout dans le monde.  La femme est plus ou moins libre selon les cultures. A cette occasion, on aime à se référer à diverses agences spécialisées, qu’elles soient des organisations humanitaires ou même des structures de police dont on s’évertue à citer les chiffres relatifs au nombre de femmes violentées par leur mari, de victimes du harcèlement sexuel, des mariages forcés, de mutilation génitale, etc.

Photo prise par le site : http://euro-mediterranee.blogspot.fr/

Photo prise par le site : http://euro-mediterranee.blogspot.fr/

 

La cause des femmes progresse

 

Dérogeons un peu à cette règle pour dire  que, la cause des femmes progresse, et que sous des dehors de reculade, se cachent parfois des percées notables.  D’ailleurs ces statistiques souvent sont rendues publiques afin de mettre au pilori un gouvernement jugé trop répressif envers sa population. L’Egypte par exemple a dégringolé dans le classement en termes de respect des droits des femmes, dès lors qu’on avait compté les femmes qui ont été battues sur la place Tahrir dans ce que les médias appellent le Printemps arabe. Ces statistiques omettent par exemple de faire allusion aux tueries d’hommes comme si les femmes étaient les seules concernées par la violence. Or, c’est connu, il faut du temps pour que le fruit d’une révolution soit cueilli. Retenons plutôt l’appropriation par les femmes égyptiennes de la place publique et des réseaux sociaux. Les organisations humanitaires ne sont pas les seules à manipuler les statistiques. Les gouvernements pour des raisons diamétralement opposées font de même. Ils en usent et abusent pour la consommation interne et aussi pour séduire les instances internationales. Nombre de pays (ils sont parait-il 87 aujourd’hui) ont souscrit au principe des quotas des femmes au niveau du Parlement.  Mais souvent ces pays qui se targuent d’avoir tel pourcentage de personnalités féminines dans leur représentation nationale, ont conservé les mêmes mœurs et coutumes, en se gardant d’apporter tout correctif à la matrice idéologique à l’origine de l’asservissement des femmes. Souvent le Parlement en question ne possède aucun pouvoir législatif. Du fait  d’institutions démocratiques de façade, la femme se retrouve alors prisonnière du même système. L’Algérie illustre bien ce cas.  Quand Abdelaziz Bouteflika projetait de briguer un nouveau mandat, il a engagé une révision constitutionnelle qui introduisait une  disposition faisant obligation de faire représenter les femmes par un  système de quotas qui, à terme parviendrait à la parité hommes-femmes. Or concomitamment à cette mesure qui donnait pleine satisfaction à l’Occident, le pays connaissait une vague d’islamisation sans précédent, car d’un autre côté, le régime était soucieux de satisfaire  l’opinion interne. Il faut dire que les progrès ne découlent presque jamais d’actes volontaristes ou délibérés. C’est l’évolution économique, la diffusion des nouvelles technologies, les progrès de la scolarisation, le salariat qui créent de nouveaux rapports de force dans la société. Un exemple : Vers 2005, le gouvernement algérien avait instruit les banques à l’effet d’accorder des crédits aux  salariés (hommes et femmes) justifiant d’un certain revenu pour l’achat de véhicules. Les femmes dont un nombre impressionnant de jeunes filles ont alors souscrit à cette formule. Quelques temps plus tard on allait assister à un phénomène jamais vu auparavant. Des jeunes filles à bord de leur voiture personnelle viennent klaxonner au bas des immeubles pour prendre leurs copines avant  de partir en promenade et ce, même en fin de journées. Or ce privilège n’était pas longtemps l’apanage des seuls garçons dont les pères tenaient à mettre à leur disposition leur propre voiture.

 

L’islam politique  a des racines plus profondes

 

L’œil occidental a tendance à percevoir l’islamisation de la société maghrébine comme un mouvement religieux stricto sensu alors qu’il plonge ses racines dans un fond socioculturel très ancien qui puise ses valeurs dans le système patriarcal. La féminité au Maghreb est associée du reste à des valeurs ancestrales faisant référence au code de l’honneur et au prestige du lignage.

 

Certes les révolutions et les guerres créent les conditions du dépassement de l’ordre établi. On l’a vu déjà, que ce soit pendant la guerre d’indépendance algérienne ou pendant la seconde guerre mondiale comment les femmes en Europe vont gagner leur liberté en se retrouvant investies par de nouveaux rôles. En Europe, ce mouvement préfigurera d’ailleurs la révolution sexuelle des années 60 qui fera tomber en désuétude le tabou de la virginité qui soit dit en passant est toujours en vigueur sous beaucoup de latitudes, notamment au Maghreb et au Moyen-Orient.

 

Dans ces sociétés qui pourfendent l’individualisme, sont exaltées les valeurs inhérents au  collectif et au communautaire, de sorte que même l’homme est pris dans les rets de l’oppression sociétale. Certes l’homme a tous les pouvoirs, mais il en a moins lorsque par exemple il est célibataire. Le contrôle sexuel étant de mise, les relations hors mariage sont interdites. Il en résulte que l’homme qui demeure dans le célibat, se sentira tout aussi dans la peau d’un être mineur que la femme. S’il possède un chez soi individuel, il devient un danger pour le voisinage qui se croit en devoir de le surveiller. Lorsque parlant de la construction de logements, le chef de l’Etat algérien s’écrie qu’il ne veut plus entendre parler de F1, il ne fait que se ranger à l’avis de la majorité conservatrice pour qui F1 rime avec studio et tout ce que cela peut invoquer comme déviation par rapport à la norme.

 

La femme-démon

 

Lorsque l’on pense femme au Maghreb, on pense diable. Passons sur la filiation biblique avec le péché originel, qui valut à Eve et à Adam d’être chassés du paradis. Du reste la fascination pour la femme démoniaque garde tout son sens au plus fort des soulèvements en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. La révolution tunisienne, ce n’est pas uniquement la chute de Ben Ali mais également de son épouse Leila Trabelsi que les chroniques locales ont décrite comme la véritable instigatrice de toutes les conspirations contre le peuple tunisien. Suzanne Moubarak, épouse du raïs égyptien n’a pas échappé au même procès. Femmes manipulatrices, vicieuses et malicieuses, ces reines déchues avaient tenu en laisse leur mari ! Dans la même veine, quoique plus tempérée, les médias français notent « le sens politique » de Carla Bruni  dans l’affaire des extraits choisis des enregistrements de Nicolas Sarkozy. « Sarkozy et Carla Bruni, entre mépris du peuple et vulgarité ? » titre le site d’information le Plus, Le Nouvel observateur.

 

Au Maghreb la femme ne vaut que par la famille

 

Le chanteur Idir déclame que la femme est une « bombe ». Pour la désamorcer, il faut diluer son individualité, la dissoudre complètement dans la famille. Quand on parle de famille, ça passe mieux  car ça alimente un imaginaire de la procréation, où la femme est parée de ses vertus de mère nourricière dont le destin se confond avec celui de ses enfants et de son époux. Point donc de femmes en dehors de la famille. En Algérie, le ministère chargé de gérer les affaires de la femme est dénommé Ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la condition de la femme. Au Maroc, son équivalent est dénommé Ministère de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du développement social. Mais celui de Tunisie se mêle de sport ! Il est dénommé Ministère de la Jeunesse, du Sport, de la Femme et de la Famille. Signe tout de même que le pays de Habib Bourguiba a une longueur d’avance sur ses voisins, un secrétariat d’Etat chargé de la Femme et de la Famille a été nouvellement crée. En France c’est plus simple : le département ministériel chargé de la même fonction s’appelle Ministère des droits des Femmes.  La détentrice du portefeuille, Mme Najat Vallaud Belkacem, également porte-parole du gouvernement, passe pour être la ministre la plus populaire du gouvernement français.

 

Le voile, c’est la voile

 

Vu du dehors les régimes politiques du Tiers-monde paraissent être les principaux obstacles à  l’émancipation des femmes alors que les choses ne sont pas aussi simples. Les pesanteurs culturelles sont telles que les Etats sont obligés d’en tenir compte. Les polices politiques s’y maintiennent d’autant plus durablement qu’elles ont développé la capacité de compréhension du système patriarcal dans lequel elles se positionnent en tant que tutrices veillant au bien être général. Ces polices y trouvent donc un terreau fertile  pour exercer la tutelle sur des populations qu’elles jugent immatures pour prendre leur destin en main.

 

L’œil occidental du reste ne distingue guère le foulard kabyle ou la capuche oranaise du hidjab. Tout est amalgamé sous un générique exotique. Si les femmes conduisent et vont au travail et se marient  elles le font selon des critères relationnels très anciens. Le voile traditionnel, aujourd’hui quasi abandonné au profit du hidjab, était jadis porté par les citadines et était la marque de l’aristocratie. Toute femme habitant la campagne devait arborer le voile en venant en ville. On le constate aujourd’hui, le hidjab est devenu l’habit qui permet à la femme maghrébine d’aborder la modernité. (Encore qu’il faille faire une autre lecture du voile dans les diasporas).

 

Or cette fameuse preuve de religiosité qu’est le voile pour les Occidentaux (pourtant métaphore de l’hymen et de la chasteté. Passons sur ses ramifications chrétiennes) ; est devenu au Maghreb, l’alpha et l’oméga d’une évolution inéluctable qui se fait tout de même en sourdine. Tout y est permis pourvu qu’on mette le voile (la voile ?).

 

 

 

 

La démocratie dans le monde est-elle en recul?

Par Nahed BADAWIA (nahedbada @ gmail . com)

Avec l’aide du professeur de français de la Maison des journalistes, Guillaume Tournier.

 

La démocratie dans le monde est-elle en recul? De nos jours, est-ce que la volonté d’un peuple d’avoir la démocratie suffit pour réussir? Le résultat actuel de la révolution syrienne tend à prouver que non, et nous conduit vers notre question principale: Est-ce que la démocratie, maintenant, dans le monde se porte bien ?

 

DSC_0009

En effet, chaque pays est sous l’influence de la communauté internationale. Et les institutions internationales ce qu’on appelle la communauté internationale, ne sont pas démocrates. Car elles convenaient pour gérer la guerre froide. Et elles sont les enfants de la deuxième guerre mondiale et ont été fondées par les cinq vainqueurs, qui se sont donné le droit de véto. Celui de la Russie est toujours utilisé contre la volonté de la majorité des états membres de l’ONU quand ils veulent soutenir la révolution Syrienne. C’est pourquoi le rôle de communauté internationale peut être soit un soutien soit un obstacle, dépend la volonté d’un de ces cinq pays « Vétoieux ».

 

Par ailleurs, le monde témoigne d’un changement radical dans les dernières décennies. Celui dont parle le politologue français Bertrand Badie dans son livre le « retournement du monde ». Il observe que « les identités sont de plus en plus culturelles et de moins en moins universelles ». Or comme la démocratie et la liberté sont des valeurs universelles, elles sont, de fait, en recul.

 

Mais je pense, au contraire, que les valeurs universelles de liberté et la démocratie ont diffusé et traversé les frontières européennes. Elles sont sorties du monopole de l’Occident. Parce que L’ère de l’information, Internet et satellite transforme monde en un espace commun et ouvert. Mais ce processus est plus rapide que celui des transformations culturelles qui sont toujours caractérisés par une lente. En témoignent les réactions conservatrices et réactionnaires de certains groupes dans tous les pays. Et c’est pourquoi l’extrémisme prévaut partout. On assiste ainsi à un retour aux valeurs anciennes,(prémoderne), à une croissance de l’extrême droite en Europe et une montée de l’extrémisme islamiste dans d’autres pays. Les deux dernières tendances expriment la peur de l’ouverture aux autres, considérée comme une invasion culturelle. Mais le changement viendra et ces groupes adapteront avec les valeurs de diversité et avec le monde ouvert et coloré.

 

La révolution syrienne a reflété la volonté de l’homme du peuple d’embrasser les valeurs démocratiques de la modernité Alors que ces valeurs étaient jusque-là réservées aux élites politiques et culturelles. Profitant de la méfiance de certains à l’égard des porteurs de ces valeurs modernes, le régime syrien les a décrits comme terroristes et extrémistes islamistes dès le premier cri de liberté des millions de jeunes qui aspirent à une société libre et démocratique et juste. Cela afin de convaincre le monde de le soutenir quand il massacre son peuple.

 

En fait le combat pour la démocratie et la liberté doit continuer partout et toujours. Et les Syrien luttent, en ce moment, pour la démocratie pas seulement en Syrie. Ils se battent pour renouveler et relancer la démocratie internationale parce qu’ils ont révélé l’incapacité du monde actuel d’agir pour défendre ses acquis humains et démocrates.