Qui a dit que nous voulions rentrer en Palestine ?

Article de Mohammed Sha’ban, palestinien-syrien
Traduit de l’arabe au français par Aline Goujon
Article publié en arabe sur www.alaraby.co.uk

La distance qui me sépare de la Palestine me paraît si grande, autant qu’est éloignée la libération de la Palestine des intentions de ceux qui parlent en son nom. Le dernier moyen grâce auquel nous avions une idée de notre éloignement par rapport à la Palestine était celui que nous ont communiqué nos grands-parents : le nombre de nuits qu’ils avaient passées à dos d’âne ou, au meilleur des cas, de cheval.

Cartoonist : Hani Abbas

Cartoonist : Hani Abbas

Jusqu’à un beau jour de l’année 2008 où un ami m’a fait connaître le logiciel Google Earth, qui existait alors déjà depuis environ trois ans. Il se trouve que le logiciel avait récemment été enrichi d’un nouvel outil permettant de mesurer la distance entre un point et un autre de la surface de la Terre.
Je me suis mis à tester cette invention stupéfiante, en choisissant des lieux au hasard, parfois entre plusieurs États, d’autres fois entre plusieurs continents. Jusqu’au moment où j’ai appris, pour la première fois, la distance entre notre maison du campement de Yarmouk, au sud de Damas, et mon village palestinien occupé (Firim, dans la région de Safed) : 97 kilomètres seulement.
Quatre-vingt-dix-sept kilomètres qui m’ont conforté de plus en plus dans l’idée que nous sommes tout aussi colonisés que la terre, et m’ont fait prendre conscience de l’étendue du territoire que nous perdons à la suite de chaque discours ou sommet arabe au cours duquel est évoquée la Palestine.
Nous atteignons aujourd’hui le soixante-sixième anniversaire de la Nakba (défaite palestinienne contre Israël), dans un climat manifeste d’indifférence et de négligence concernant cet événement. Pire, les réfugiés palestiniens sont traités de la façon la plus ignoble, dans les pays frères-ennemis. Leurs pièces d’identité ne sont pas reconnues, voire, dans de nombreux endroits, ceux qui possèdent de tels papiers font l’objet de soupçons ou sont considérés comme des criminels, ce qui les conduit à être expulsés ou emprisonnés. Les exemples de tels cas ne manquent pas.
Oui, cela fait longtemps que nous avons quitté le pays pour la première fois, mais, pour ceux qui n’ont pas encore compris, je déclare à messieurs les acteurs du conflit israélo-arabe (gelé) :
Moi, citoyen palestinien réfugié pour la quatrième fois en 28 ans (en Syrie, Libye, Syrie à nouveau, au Liban, et à présent en France), bien qu’appartenant à la troisième génération depuis la Nakba et ignorant tout de la géographie des pays, je continue à plaisanter avec mon ami en lui disant : « Chez vous, à Safed, le sol de la ville est pavé de dalles », et lui me répond : « Chaque nuit, la mer est criblée de balles, chez nous, à al-Tira ».
Non, nous ne voulons plus rentrer en Palestine, parce qu’en réalité elle ne nous a jamais quittés.

 

Dans la carte ci-dessus, l’itinéraire le plus rapide entra Yarlouk et Safed conseillé par Google Heart. Au même temps, vous pouvez vois le vrai distance entra les deux villes : juste 97 Km.

Dans la carte ci-dessus, l’itinéraire le plus rapide entra Yarmouk et Safed conseillé par Google Earth. Au même temps, vous pouvez voit le vrai distance entra les deux villes : juste 97 Km.

 

 

 

 

Passeport universel : une idée révolutionnaire

[Par Makaila NGUEBLA]

C’était deux jours avant le score « coup de tonnerre » du Front National aux élections européennes. De nombreux militants associatifs et des responsables politiques étaient mobilisés ce vendredi 23 mai afin de plaider pour le passeport de citoyenneté universelle. Cela fait trois ans que la Fondation France Libertés, le mouvement Emmaüs International et le mouvement UTOPIA militent pour ce projet. Loin des programmes nationalistes de l’extrême droite, ce passeport humaniste a pour vocation de résoudre l’épineuse question de la liberté de circulation et de favoriser le droit à la résidence dans le monde.

makaila4

Le ton était ferme et solennel vendredi matin à l’Hôtel de Ville de Paris.
Tour à tour, les intervenants ont pris la parole afin de plaider pour la même cause: le droit au passeport de citoyenneté universelle. Ce document hautement symbolique permettrait de décloisonner les frontières.
Une idée revendiquée par l’Organisation pour une Citoyenneté Universelle (OCU), fondée par Emmaüs International, France Libertés – Fondation Danielle Mitterrand et le Mouvement Utopia. Le projet de ces associations françaises de défense du droit des étrangers est fortement soutenu par la maire de Paris en personne, Anne Hidalgo, ambassadrice de l’OCU. La femme politique est d’ailleurs elle-même originaire d’Espagne et détentrice de la double nationalité française et espagnole. Elle n’a pas pu être là, mais elle était représentée par Hermano Sanchez Ruivo, conseiller de Paris et du 14ème arrondissement.

« La ville de Paris porte en son sein depuis des milliers d’années, cette idée de mobilité et d’accueil. Elle s’implique parce qu’elle est la ville où habitent des milliers de personnes. » a-t-il déclaré au nom d’Anne Hidalgo. Et d’ajouter : «  L’idée de Passeport universel et l’idée de citoyenneté universelle pourraient simplifier tellement la vie de milliards de personnes ».
Plusieurs militants associatifs se sont également exprimés pour expliquer les raisons de leur engagement au sein de l’Organisation pour la Citoyenneté Universelle (OCU).

Jean Christophe de la fondation France Libertés a expliqué que son association visait à favoriser la libre circulation dans le monde entre les personnes.
Dans un contexte où l’ouverture des frontières fait peur en Europe et attise des crispations, David Flacher, porte-parole du mouvement UTOPIA a expliqué que la migration avait des avantages aussi bien pour les pays d’accueil que pour les pays d’origines des migrants. Il a ainsi appellé à la tenue sous l’égide des Nations unies d’une conférence internationale sur la libre circulation et à une politique migratoire humaniste et réaliste.

Les membres de l’Organisation pour la Citoyenneté Universelle (OCU)

Les membres de l’Organisation pour la Citoyenneté Universelle (OCU)

Jean Rousseau, président d’Emmaüs International, a pour sa part fustigé la politique migratoire des pays européens, dénuée selon lui de réflexion et incapable de protéger les personnes.
« Il faut que se construise un espace pour repenser les débats sur les migrations » a ajouté de son côté, Nathalie Pere Marzano, déléguée d’Emmaüs International.

La journée s’est terminée par une remise à titre symbolique de passeports de citoyenneté universelle à des personnalités politiques ou des artistes pour leur engagement en faveur de la citoyenneté universelle. Un moment particulièrement émouvant
Parmi les bénéficiaires: le député européen Daniel Cohn-Bendit. Les larmes aux yeux, il a appelé à l’ouverture de la tête et des coeurs. L’homme politique a vécu une situation d’apatride durant quatorze ans, c’est-à-dire sans nationalité ni pays.
Les autres « citoyens du monde »: l’écrivaine Taslima Nasrin, Rona Hartner, artiste franco-roumaine, Reza Deghati, reporter-photographe, Tiken Jah Fakoly, artiste ivoirien et Miguel Angel Estrella, pianiste argentin.

Tous ont déclaré être honorés et avoir retrouvé leur dignité individuelle et collective par la délivrance de ce passeport de citoyenneté universelle.

Cissokho Ansoumana, porte-parole des sans-papiers

Cissokho Ansoumana, porte-parole des sans-papiers

Cissokho Ansoumana, porte-parole des sans papiers avait reçu l’année dernière ce passeport de citoyenneté universelle, c’était lors de la première édition. « Seul l’Etat de l’Equateur reconnaît ce passeport et autorise à ses détenteurs de rentrer sans visa. » a-t-il fait remarquer, étonné.

Les organisateurs de l’événement ont lancé un appel pour que les participants fassent connaître le passeport de citoyenneté universelle auprès des élus et des mouvements altermondialistes.

Une campagne sera menée à travers le monde auprès des représentants diplomatiques, des institutionnels et des organisations internationales pour étendre l’initiative à l’échelle planétaire.

Altermondes : Partenaire de la MDJ / L’œil de l’exilé

Altermondes : Conférence-débat Médias & Citoyens en images

[Photos de Muzaffar SALMAN, 15 septembre 2014]

Altermondes - Médias&Citoyens [Photo crédit : M. Salman]

Altermondes – Médias&Citoyens [Photo crédit : M. Salman]



larbigraineLe Front National et le vote immigré

[Chronique / L’œil de l’exilé / Par Larbi GRAINE : Altermondes n° 39 / Septembre 2014]

 

cherifdialloAntiijihad : La sécurité et la liberté

[Chronique / L’œil de l’exilé / Par Sékou Chérif  DIALLO : Altermondes n° 40 / Décembre 2014]

 

rm-150x150

Boko Haram : Non au silence !

[Chronique / L’œil de l’exilé / Par Marciano Romaric Kenzo Chembo : Altermondes n° 41 / Mars 2015]

 

MAprofil

Loi sur le renseignement Déception chez les réfugiés

[Chronique / L’œil de l’exilé / Par Marie Angélique Ingabire : Altermondes
n° 42 / Juin 2015]

 

shportrait-150x150

Daesh Menace sur l’Asie Centrale

[Chronique / L’œil de l’exilé / Par Sadegh Hamzeh :  Altermondes n°43 / Septembre 2015]

 

Capture d’écran 2016-07-21 à 12.27.29

Attentats de Paris: la compassion vis-à-vis de la France divise les Africains

[Chronique / L’œil de l’exilé / Par René Dassié :  Altermondes n°44 / Décembre 2015]

 

 

Elyse-NGABIREBurundi : Paroles, paroles de la Communauté Internationale ? 

[Chronique / L’œil de l’exilé / Par Elyse Ngabire :  Altermondes n°45 / Mars 2016]

 

 

Côte d’Ivoire : Le régime Ouattara humilie les journalistes

[Par Carole Attioumou-Sérikpa]

Depuis le 11 avril 2011, la presse ivoirienne est en quête de repères tant ses journalistes sont persécutés, réduits à se justifier, s’humilier, voire à y laisser leur peau, simplement parce qu’ils n’aspirent qu’à exercer leur métier. Pour preuve, le cas Awa Ehoura et de certains autres confrères et tout récemment le cas de cinq journaux suspendus.

actu_image_1021

Il a fallu une collecte de fonds pour venir au chevet de l’ex-présentatrice vedette du 20h sur la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) pour l’aider à supporter la précarité financière dans laquelle l’a plongé les nouveaux dirigeants ivoiriens après leur accession au pouvoir le 11 avril 2011. Awa Ehoura a subi des menaces d’assassinat, le gel de ses comptes bancaires et un licenciement abusif de la RTI. Son péché, en plus de présenter le 20h, elle présentait également une émission intitulée Raison d’Etat sur la première chaîne nationale. Et elle recevait sur le plateau de l’émission des juristes, des hommes politiques et de la société civile pour se prononcer sur le respect des institutions républicaines et de l’Etat, suite à la crise qui prévalait à l’issue du scrutin présidentiel de 2010. Pour mémoire, l’un de ces invités, le français Philippe Remond, a d’ailleurs été assassiné pendant la prise de Yamoussoukro par les forces militaires pro-Ouattara en 2011.

En dépit de son état de santé (diabétique), Awa Ehoura n’a pas pu éviter la furia des nouveaux maîtres de la Côte d’Ivoire, qui n’ont ménagé aucun effort pour la réduire à néant. Aujourd’hui encore, elle continue de payer au prix fort le choix de n’avoir rien fait d’autre que son métier, le journalisme.
Certains hommes de médias dont Pierre Brou Amessan, Débi Dally, Claude Franck About, Yo Claude Armand Virgile, Ben Zahui Degbou, Franck Anderson Kouassi, Franck Dally, Pol Dokoui, Ousmane Sy savané, Herman Aboua, Mambo Abbé, Mireille Abié, pour ne citer que ceux-là se sont retrouvés soit emprisonnés, soit contraints à l’exil.

Dans l’ensemble, ces journalistes ont vu leur domiciles pillés par les miliciens du nouveau régime d’Abidjan. Ils sont licenciés, déchus de leur poste de responsabilité sans droits, leur compte sont gelés et vivent dans le spectre d’être à tout moment assassinés, parce qu’ils ont fait leur métier. Ils sont traqués pour avoir exercé sous Laurent Gbagbo. Ceux qui ont eu moins de chance (Sylvain Gagneteau, Désiré Oué…) ont purement et simplement été assassinés pour avoir fait leur travail.

Pol Dokoui, ex-responsable de Radio Côte d'Ivoire, malade et contraint à l'exil

Pol Dokoui, ex-responsable de Radio Côte d’Ivoire, malade et contraint à l’exil

Un tableau qui traduit fort bien la volonté manifeste de l’homme fort d’Abidjan de réduire au silence et avoir à sa merci la presse ivoirienne en vue de disposer d’elle à sa guise. La situation qu’a connu les journaux Le Temps, Aujourd’hui, Le Quotidien d’Abidjan (opposition) et Soir Info (indépendant), dans la crise qui l’opposait au CNP en est une illustration parfaite.

A l’exception de Bôlkotch, les responsables des autres journaux ont fait patte blanche en présentant leur excuse à Raphaël Lapké pour préserver les emplois et éviter la précarité à leurs journalistes. Du coup ils ont bénéficié de la clémence du CNP qui a levé la sanction qui leur avait été infligée. Tandis que l’hebdomadaire satirique créé par Laurent Gbagbo, continue de digérer sa flagellation pour son insoumission à sa majesté.

Ainsi va la presse ivoirienne après 3 ans de dictature que dis-je, 3 ans de pouvoir d’Alassane Dramane Ouattara.

Côte d’Ivoire : La liberté de la presse en danger

[Par Benson SERIKPA]

La liberté de la presse court un réel danger en Côte d’Ivoire. C’est le cas de le dire, au moment où le monde entier veut commémorer la liberté de la presse ce 3 mai 2014.
En effet, cette année encore à l’instar des deux années précédentes, depuis l’accession au pouvoir d’Alassane Dramane Ouattara (ADO), le Conseil national de la Presse (CNP) présidé par Raphaël Lakpé, mène la presse à la baguette. Les organes de presse sont suspendus tous azimuts pour dit-on «offense au chef de l’Etat».

Presse-ivoirienne

Le tout dernier coup de massue porté à la liberté de la presse date de quelques semaines. Cinq journaux dont quatre de l’opposition et un se réclamant indépendant ont subi le courroux du patron du CNP. Il leur est reproché d’avoir traité le chef de l’Etat ivoirien de DICTATEUR. Ce sont Bôlkotch, Le Temps, Aujourd’hui, Le Quotidien d’Abidjan (journaux de l’opposition) et Soir Info (journal indépendant).

Les premiers cités sont abonnés aux sanctions du CNP. Contrairement à Soir Info qui écope de la première flagellation sous le maître Raphaël Lakpé. Un coup dur qui a fait son effet. D’autant plus que, pour survivre ces organes de presse à l’exception de Bôlkotch (Groupe La Refondation créé par Laurent Gbagbo) ont demandé la clémence de Raphaël Lakpé afin de lever la suspension qui leur a été infligée. Ce qui a été fait comme par enchantement dès que les responsables de ces médias sus-cités ont présenté leurs excuses pour le délit commis.

En refusant de se «déculotter», pour utiliser le même terme que le premier responsable du groupe La Refondation, le journal Bôlkotch continue encore à ce jour de digérer sa peine.

Et pourtant en désignant Alassane Dramane Ouattara comme un DICTATEUR, les organes de presse indexés hormis Soir Info, n’ont fait que dire ce qu’est en réalité celui qui occupe la tête de l’Etat ivoirien depuis 3 ans.

En effet, depuis le coup d’état militaire du 11 avril 2011, qui a renversé Laurent Gbagbo, le président élu et investi par le Conseil constitutionnel, la Côte d’Ivoire traverse une dictature sans précédent. Plus de 800 prisonniers politiques dont Simone Gbagbo épouse du président déchu, croupissent dans les prisons ivoiriennes érigées en camp de torture. Les domiciles de l’ensemble des collaborateurs et proches de Laurent Gbagbo sont occupés par les chefs des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) et dozo, milices armées d’Alassane Dramane Ouattara. Ces forces parallèles, telle la Gestapo de l’époque hitlérienne commettent des exactions, des exécutions sommaires, des enlèvements, violent et pillent en toute impunité. Les comptes bancaires des responsables des principaux partis de l’opposition sont gelés. Ce qui a occasionné l’exil de plus d’un million d’ivoiriens à travers le monde. Toutes les institutions nationales sont aux mains des affidés d’Alassane Dramane Ouattara qui, mènent une véritable chasse aux sorcières aux pro-Gbagbo dans les services publics, au mépris des lois républicaines. Les partis politiques alliés au Rassemblement des républicains (RDR), le parti d’ADO, n’existent que de nom. Les partis de l’opposition avec à leur tête le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de Laurent Gbagbo, sont enchaînés. Les responsables de ces partis politiques sont soit emprisonnés, quand ils dénoncent les agissements inhumains et macabres du régime Ouattara, soit interdits de séjour à l’extérieur. La justice est aux ordres puisqu’elle ne sanctionne que ceux qui ne partagent pas les opinions du régime en place à Abidjan.

Par la force des armes la Côte d’Ivoire file tout droit vers la pensée unique. Ce qui remet gravement en cause les acquis de 1990, notamment le multipartisme, la démocratie, la liberté d’expression et la liberté de la presse.

Dans un tel contexte, dire d’Alassane Dramane Ouattara qu’il est un DICTATEUR n’est rien d’autre que dire ce qu’il est en réalité. Refusant ainsi de cautionner l’arbitraire, l’injustice, l’impunité, les actes anti démocratiques. En informant donc les lecteurs, l’opinion nationale et internationale sur les graves manquements sur les Droits de l’Homme et la liberté d’expression que vivent les populations ivoiriennes au quotidien depuis bientôt trois ans, les journalistes ivoiriens ne font que leur métier, à l’instar de leurs confrères du monde entier. C’est-à-dire, INFORMER ET DIRE LES FAITS RIEN QUE LES FAITS. Les réduire au silence à coups de sanctions, c’est faire peser de graves menaces sur la liberté de la presse, qui, peine déjà à subsister dans cette situation de post crise difficile au plan économique.

Conséquence de cette tentative de musellement et d’assujettissement de la presse de l’opposition qui n’est pas à son coup d’essai, une trentaine de journalistes se retrouvent en exil forcé. Plus d’un millier des professionnels de média d’Etat, présumés proches de Laurent Gbagbo ont été sans fioritures jetés à la rue. Des tentatives d’assassinats et assassinats de certains journalistes dont Sylvain Gagneteau, Desiré Oué, pour ne citer que ceux-là. Au point où, selon le dernier rapport de Reporters sans frontières (RSF) en matière de liberté de la presse, la Côte d’Ivoire est classée 101ème sur 180 pays.

La célébration de la journée internationale de la liberté de la presse est donc une occasion pour lancer un appel à la Communauté internationale sur la détresse de la presse ivoirienne. Au risque de la voir disparaître, ou contrainte à se plier à la volonté du DICTATEUR Alassane Dramane Ouattara.

Liberté : Le fruit défendu des iraniens

[Par Sadegh HAMZEH]

Sans la force des médias, seule puissance capable de poser un regard critique sur la société et ses activités, un pays et son peuple ne peuvent pas continuer à avancer sur un chemin stable.

Dessin tiré par le site www.kayhanpublishing.uk.com/

Dessin tiré par le site www.kayhanpublishing.uk.com/

Quand les dictatures et les régimes fondés sur une idéologie s’emparent du pouvoir, ils plantent leurs griffes acérées dans le cœur de la Constitution. Ils font ensuite du peuple les esclaves d’un système rigide dont le principal objectif est de garder le pouvoir politique. Dans ce système, c’est la santé des médias qui est menacée. La préoccupation première des dictateurs et des idéologues étant de censurer et de s’assurer du contrôle des médias afin de les asservir au profit de leur propagande. En Iran, depuis que la République Islamique a pris le pouvoir en 1979, nous avons été les témoins d’un régime qui n’a pu fonctionner et perdurer uniquement par l’arrestation des personnes susceptibles de dénoncer ou de s’opposer au système. En première ligne, de très nombreux journalistes, dont les publications ont été bien entendus interdites, mais également des avocats et des personnes travaillant pour les Droits de l’Homme. Ils ont été condamnés au silence et à l’isolement en prison, jusqu’à la mise à mort de nombreux journalistes. Le dernier d’entre eux qui a succombé en prison s’appelait Hoda Saber (en juin 2011).
Mashallah Shamsolvaezin, journaliste et consultant au Centre d’Etudes du Moyen Orient, fait un parallèle entre les quatre saisons et les quatre piliers de la démocratie : le droit, le parlement, les partis politiques et les médias. Pour lui, dans le cas de l’Iran, la démocratie ne repose que sur trois piliers, le quatrième ayant été confisqué par le pouvoir. Il manque à la démocratie les médias. Lorsqu’un nouveau journal paraît, il lui est difficile de survivre plus d’un jour dès lors que le gouvernement estime qu’un article ne va pas dans le sens de l’idéologie islamique. Tous les domaines, politiques, économiques, ou les questions de société, sont concernés. La durée de vie des médias en Iran est donc toujours très précaire.
Les journalistes et sociologues iraniens s’interrogent constamment sur les raisons d’une telle précarité des médias : qui en est le responsable ? Les journalistes eux-mêmes ou l’Etat iranien ? En fait, les journalistes ont souvent accusé l’Etat iranien d’être le responsable de cette situation car cet acharnement sur les médias n’est pas nouveau. En effet, lorsque la monarchie était encore en place, avant la révolution, le gouvernement avait déjà cette fâcheuse manie de contrôler, censurer et exterminer tout média susceptible de critiquer le gouvernement. Après la révolution, le terrible héritage paranoïaque est tombé entre les mains du nouveau gouvernement islamique, poursuivant ainsi le travail de censure de son prédécesseur.
Depuis le régime du Shah et durant les présidences successives, jusqu’à aujourd’hui avec Hassan Rohani, nombreux ont été les journalistes emprisonnés et les journaux interdits. Au moment où j’écris cet article, 48 journalistes sont toujours détenus en prison. Il y a trois semaines, le corps des Gardiens de la Révolution Islamique (ou Sepah-e Pasdaran,organisation paramilitaire dépendant directement du Guide de la Révolution, le chef de l’Etat iranien), a envoyé un groupe armé dans la prison Evin section 350 à Téhéran, prison réservée aux journalistes et aux opposants politiques. Ce groupe, qui figure sur la liste officielle des organisations terroristes des Etats-Unis, a été envoyé pour torturer les journalistes et les politiques contestataires. Ils les ont brutalisés gravement à coup de bâtons, leur ont brisé les mains, la nuque et rasé la tête, car en prison, ils continuaient à communiquer avec l’étranger et faisaient la grève de la faim pour dénoncer l’atrocité de leur détention. Lorsque les familles des victimes ont décidé de manifester auprès du procureur, les services secrets les ont arrêtés à leur tour pour les jeter en prison.
Finalement, nous pouvons dire que la liberté d’expression des journalistes est le fruit défendu des iraniens. Comme Dieu a interdit à Adam de manger la pomme, l’Etat Iranien interdit aux journalistes d’exercer leur métier. Si le journaliste se risque à croquer le fruit défendu, tel Adam chassé du paradis, la patte griffue se pose sur sa proie. Le dénouement est presque toujours le même… réduit au silence.​

Algérie : Le métier de figurant dans les élections présidentielles

[Par Larbi GRAÏNE]

La figuration dans les processus électoraux pour plébisciter le Président de la République en Algérie est devenue une constante depuis l’avènement du multipartisme. En effet depuis que le système politique algérien s’est trouvé dans l’obligation d’organiser des élections présidentielles avec plusieurs candidats afin de les revêtir de la légitimité démocratique et de la dimension pluraliste qui leur sied, on assiste à des candidatures à la figuration, qui proposent de jouer la scène de la rivalité avec le candidat de l’armée. Au temps du parti unique où seul le Front de libération national (FLN) régentait le pays, les choses étaient plus simples, puisqu’il suffisait de faire élire le candidat du parti préalablement coopté par le haut commandement militaire. Seconds couteaux ou lièvres, ces figurants qui ont pour mission d’habiller de l’apparence de la pluralité les scrutins de l’unicité, se recrutent pour certains parmi les leaders issus de la première vague de partis politiques de l’opposition (qu’ils soient islamistes, berbéristes ou laïcs) agrées durant la période précédant l’arrêt des élections gagnées par le FIS, Front islamique du Salut (entre 1989 et 1992), et pour d’autres parmi les vagues plus tardives des années 2000. Au demeurant Ali Benflis est la seule personnalité du sérail à s’être prêté au jeu de la figuration électorale.

Wingz

Wingz

1999 : une élection sans figurants
Toutes les élections présidentielles sous le régime multipartite ont été animées par des figurants, à l’exception cependant de la présidentielle de 1999 qui a vu le retrait à la veille des élections des six candidats opposés à Abdelaziz Bouteflika (Hocine Aït Ahmed, Youcef Khatib, Mokdad Sifi, Mouloud Hamrouche, Abdellah Djaballah, Ahmed Taleb Ibrahimi). En fait ces élections-là sont dans l’absolu des élections sans figurants. Malgré la bonne volonté affichée par le général Zeroual quant à garantir un scrutin transparent, ces hommes n’ont pas voulu se laisser piéger par un processus électoral grandement miné. Ils ont donc laissé Bouteflika remporter l’élection mais sans lui offrir les avantages d’une élection multipartite.

1995 : acte fondateur de la figuration
La fabrique des figurants avant de prendre le caractère qu’on lui connait aujourd’hui, visait au départ des personnalités plus aptes à jouer la comédie, plus rompues au jeu du déguisement. Dans le cas algérien, l’acte fondateur de la figuration électorale a été signé lors de la présidentielle de 1995 qui devait mettre fin aux institutions transitoires nées de la guerre civile. Copté par ses pairs de l’armée, le général Liamine Zeroual, alors chef d’une présidence collégiale, dénommée Haut comité d’Etat (HCE), quêtait la légitimité nécessaire à même de lui permettre de présider aux destinées d’un pays traversant une des phases les plus chaotiques de son histoire. Il fut donc décidé de l’adouber en tant que président de la République par le recours au suffrage des électeurs. Liamine Zeroual a eu en face de lui trois figurants en les personnes de Mahfoud Nahnah, (le figurant malgré lui), alors chef du parti islamiste, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) qui avait désavoué l’insurrection armée du FIS, Saïd Sadi, dirigeant du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), parti berbériste, principalement implanté en Kabylie, et Noureddine Boukrouh (futur ministre du Commerce), mais leader d’une formation sans ancrage : le Parti du renouveau algérien (PRA). Le véritable rival du général fut à vrai dire Mahfoud Nahnah. Le cas Nahnah rappelle celui de Benflis car l’organisation de la présidentielle avec des figurants implique la présence parmi eux de la tête d’affiche créditée d’être en mesure de concurrencer le candidat du régime. Dans ce type d’élection la tête d’affiche est évidemment abusée et appâtée par la singularité du contexte dans lequel se déroule le scrutin. Pour Nahnah, c’est la guerre civile où l’on peut espérer l’effondrement du système et pour Benflis, c’est l’exacerbation des luttes claniques sur fond d’infirmité d’un chef d’Etat, qui se présente comme candidat à sa propre succession. On peut supposer que les têtes d’affiche sont approchées par des personnalités du sérail qui leur souffleraient à l’oreille que c’est le moment ou jamais de descendre dans l’arène. Maquiller un scrutin fermé en scrutin ouvert a revêtu du reste une importance cruciale pour le pouvoir en place. L’ancien wali (préfet) d’Oran, Bachir Frik, a révélé récemment qu’il fut instruit quand il était en fonction, de collecter les signatures et des parrainages au profit de Saïd Sadi et de Noureddine Boukrouh afin qu’ils puissent se présenter à l’élection présidentielle face à Zeroual. Ouvrons cette parenthèse pour dire que c’est Saïd Sadi à qui revient la palme de la figuration en ceci que son jeu a été le plus difficile à percer du moins à ses débuts. Bénéficiant de la militance berbère en Kabylie, où il avait pris coutume de sortir ses crocs face au pouvoir oppresseur d’une culture minorée, l’ancien dirigeant du RCD peut aisément en sous main pactiser avec ceux qu’il n’arrête pas publiquement de dénoncer.

Fléchissement
On note cependant un certain infléchissement dans le camouflage électoral depuis la gifle de 1999. Le pouvoir en place ne se donne plus la même peine pour y impliquer des personnalités représentatives des courants de pensée qui traversent la société. Le pouvoir militaire attend des partis politiques auxquels il vient d’accorder l’agrément qu’ils produisent désormais des leaders – figurants afin d’accompagner l’homme qu’il s’est choisi. A travers ces procédures d’agrément, on assure entre autres le renouvellement du personnel d’ornementation et l’entretien d’une clientèle malléable et corvéable à merci.

 

Les figurants dans l’élection de 2014

La présidentielle algérienne du 17 avril 2014 qui vient de reconduire pour la quatrième fois consécutive Abdelaziz Bouteflika à son poste de chef d’Etat, procède de la même architecture. A l’exception d’Ali Benflis, les autres candidats censés croiser le fer avec le président sortant, ont tous enfourché volontairement le cheval de la figuration, qu’il s’agisse d’Abdelaziz Belaïd, de Louisa Hanoune, d’Ali Fawzi Rebaïne ou de Moussa Touati. Pour service rendu, le figurant voit par la suite son parti rétribué en sièges au parlement, ou au niveau des collectivités locales et en divers autres avantages.

 

Abdelaziz Belaïd
1
Médecin de formation, ce transfuge de 51 ans du FLN, dont il était le plus jeune membre du comité central fut député pendant dix ans et occupa le poste de secrétaire général de l’Union nationale de la jeunesse algérienne (UNJA), une organisation satellite du même FLN. En février 2012, il fonde le Front Moustakbal (FM) (Front de l’Avenir). Agrée au cours de la même année, il obtient quelques mois plus tard et ce, à l’issue des législatives de mai 2012 deux sièges à l’assemblée algérienne, venant ainsi renforcer la pléthore des formations ornementales existantes. Il est l’un des rares sinon le seul parti à disposer et ce, dès sa fondation d’un siège national flambant neuf acquis dans le « privé ». Le FM suscite l’intérêt des petits patrons qui ambitionnent d’avoir leur entrée au cœur du système prébendier algérien.

 

Ali Benflis
2
C’est le figurant malgré lui. Ancien ministre de la Justice avant de devenir chef de gouvernement d’août 2000 jusqu’à mai 2003. Il était donné favori lors de la présidentielle de 2004. Et pour cause il eut le soutien du général de corps d’armées Mohamed Lamari, alors chef d’Etat-major. Une partie de la presse et de la classe politique ont cru vraiment à sa victoire. Du reste Benflis paraissait pavoiser. En 2001 il est intronisé secrétaire général d’un FLN décidé de rompre avec les défaites électorales. Quand en janvier 2003, Benflis, alors chef de gouvernement s’était rendu en visite officielle à Paris, Saïd Sadi, dirigeant du RCD relevait qu’il a eu droit à un accueil digne d’un chef d’Etat. Un tel commentaire suffisait à faire de lui un présidentiable, et soit disant en passant, Saïd Sadi ne s’était pas privé une nouvelle fois de jouer aux côtés de Benflis le rôle de figurant lors de la présidentielle de 2004, savourant à l’avance le score qu’il lui serait attribué après la débâcle de Bouteflika. Mais c’est ce dernier qui l’emporta avec 84,99 % des voix. Ali Benflis, 58 ans à l’époque, en était sorti avec le score humiliant de 6,42 %. Le général Lamari a quitté son poste quatre mois plus tard « pour des raisons médicales » signant ainsi l’acte de sa défaite face au Département du renseignement et de la sécurité (DRS) qui avait laissé Bouteflika gagner son second mandat. Benflis s’est retiré sur la pointe des pieds. Il ne se représentera pas à la présidentielle de 2009 qu’il sait être taillée sur mesure pour Bouteflika qui a déjà procédé à la révision de la constitution en retranchant l’article limitant le nombre de mandat présidentiel à deux. Ceux qui mettront le pied à l’étrier électoral à l’image de Louisa Hanoune, Moussa Touati, Djahid Younsi, Ali Fawzi Rebaine et Mohamed Saïd, futur ministre de la Communication, savent que les jeux sont déjà faits et que leur mission consiste à faire de la figuration. Pour autant, du point de vue du pouvoir Benflis concentre en lui toutes les qualités d’un présidentiable. Il est issu des Aurès dans l’Est du pays, dans la région qui a enfanté la majeure partie des officiers supérieurs de l’armée. Il aurait pu assurer l’alternance du pouvoir entre l’Ouest et l’Est, dès lors que Bouteflika est originaire de l’ouest. Pur produit du sérail, au moment où il aspire à monter sur le trône, Ali Benflis n’a aucun passif avec un clan particulier du pouvoir. Si on aime à pointer son opposition à Bouteflika, l’homme n’en a pas été moins son directeur de campagne pour l’élection présidentielle de 1999 avant d’assumer tour à tour les fonctions de secrétaire général de la Présidence de la République et de Chef de cabinet de la Présidence sous le même Bouteflika, lequel le désignera comme on l’a vu chef du gouvernement.

 

Louisa Hanoune
3
Seule femme ayant gagné sa place de figurante parmi un casting exclusivement masculin, Louisa Hanoune, 60 ans, est à la tête du Parti des travailleurs (PT) depuis sa fondation en 1989. Il y a loin de la coupe aux lèvres entre son statut actuel et son passé militant à l’époque de la clandestinité où engagée dans l’Organisation socialiste des travailleurs (OST), elle fait preuve d’une combativité et d’une audace inouïes en assumant des positions qui lui valurent un séjour en prison au milieu des années 80. Native de Jijel, dans l’est algérien, Hanoune s’était illustrée pendant la guerre civile, en prônant la réconciliation avec les islamistes du FIS et en se posant comme la championne de la lutte contre l’intervention étrangère, se démarquant des appels à l’envoi de commissions internationales d’enquête sur les massacres de civils. Peu à peu, son discours politique perdit ses référents à l’extrême-gauche. Ses fans l’adoptèrent moins pour sa thématique trotskyste que pour sa faconde et son franc-parler que l’équivocité de sa situation de femme, a rendu encore plus percutants. Louisa Hanoune a compris d’après ce que lui renvoie l’imagerie populaire sur sa propre personne que la virilité n’a pas de sexe. Dans un message subliminal adressé aux Algériens, elle se pose comme le seul « homme » parmi les candidats à la magistrature suprême, promettant d’être le « Chavez de l’Algérie ». Tout au long des années 2000, le PT a pris part à toutes les élections législatives et Louisa Hanoune à toutes les présidentielles qui devaient consacrer le triomphe d’Abdelaziz Bouteflika. Elle s’est donc représentée trois fois, comme s’il eût été de son devoir de coller comme une ombre à l’omnipotence de Bouteflika.
Embourgeoisés, ses députés roulent aujourd’hui carrosse. Dans ses conférences de presse fustigeant le « pouvoir » où elle met assez d’allusions pour faire comprendre qu’elle ne vise pas Bouteflika, mais certains de ses ministres, Louisa Hanoune s’empresse de les corriger en croyant sérieusement à sa mission de maitresse d’élèves pris en faute et à l’égard desquels elle se sent en devoir de distribuer les bons et les mauvais points. Emportée par ses élans doctrinaux, elle attribue tous les mérites à tous ceux qui n’en ont pas. A commencer par l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), le syndicat étatique, dont le chef ventripotent est devenu son affidé en tout. La cheffe inamovible du PT ne défend les travailleurs qu’en théorie. Objectivement, elle y est contre. Quand les syndicats autonomes arrachent de nouveaux droits, c’est l’UGTA, qui passe le plus clair de son temps à tenter de mettre en échec l’action des syndicats autonomes, qu’elle félicite. Quant aux familles de disparus, dont longtemps elle avait semblé défendre la cause, elle n’a pris leur parti que pour contrôler la situation par crainte du reste que le dossier ne s’internationalise. Mais lorsqu’elle a compris que pour faire valoir leurs droits, les familles étaient prêtes s’il le fallait à aller jusqu’au bout du monde, elle les a mises à la porte du siège national du PT. Pour autant la question des disparus n’en reste pas moins un thème de campagne, sans plus, qui est remis à l’honneur à la veille de chaque rendez vous électoral.

 

Ali Fawzi Rebaïne
4
Natif d’Alger, Ali Fawzi Rebaïne, 59 ans, peut se targuer d’avoir eu un passé militant des temps héroïques. Qu’on en juge : fils de parents maquisards qui ont fait la guerre d’indépendance, il eut à subir des tortures dans la cellule même où quelques années plus tôt son père périt sous la torture coloniale. Et pour cause, il prit part en 1983 à un mouvement armé conduit par un certain Benchenouf (dont à vrai dire, on connait peu de choses). Aussi cet opticien de profession a-t-il participé à la création de la première ligue algérienne des droits de l’Homme en juin 1985. Accusé d’atteinte à la sureté de l’Etat pour avoir contribué à la constitution d’association illégale, il est déféré devant la Cour de sureté de l’Etat qui le condamne à 13 ans de prison. En 1987, il fut libéré, lui et ses camarades suite à une grâce présidentielle. Co-fondateur de l’association des fils et filles de martyrs dans le département d’Alger en février 1985, il en devint le premier responsable jusqu’en 1990. De ce noyau associatif qui voulait disputer la rente révolutionnaire au pouvoir en place, naquit le parti Ahd 54 (Le serment de 1954) dont Ali Rebaïne fut élu secrétaire général en 1991, puis reconduit en 1998 avant d’en être élu président successivement en avril 2002 (à l’occasion de la tenue de son congrès constitutif) puis en mars 2007. La dénonciation des harkis, (Algériens supplétifs de l’armée française) qui auraient pris après le départ des Français les leviers de commande en Algérie, est le principal thème dont s’est emparé à ses débuts Ahd 54. Ce parti qui n’a jamais osé désigner directement du doigt le pouvoir militaire, s’est contenté de concentrer ses attaques sur la personne du Président de la République qui serait entouré de harkis. Ali Fawzi Rebaïne en est à sa troisième représentation à la présidentielle après avoir pris part à celles de 2004 et 2009.
Toujours est-il que l’audience de ce parti reste insignifiante, et sa ligne politique se résume à des protestations épisodiques qui se concluent toujours par une adhésion à l’opération électorale en cours. Un des militants de ce parti, Mohamed Seddiki en l’occurrence, a été élu à deux reprises par ses pairs pour présider la Commission de surveillance des élections lors des législatives du 12 mai 2012 et des locales du 29 novembre de la même année. Cependant son action fut sujette à caution. Alors que la nouvelle loi électorale enregistrait un progrès en supprimant le principe de rémunérer les membres de la Commission de surveillance, Mohamed Seddiki montait au créneau pour réclamer de l’argent à l’Etat afin de rembourser les frais occasionnés par les différentes activités de la Commission. Pour comprendre ce qui se passe il faut avoir à l’esprit que la commission ayant élu Seddiki était composée de 52 partis aux locales et de 44 aux législatives sans compter les indépendants. Du reste 21 nouvelles formations politiques y ont fait leur entrée depuis la promulgation en 2012 des textes ayant découlé des « réformes politiques » de Bouteflika. Au fait au sein de cet aréopage de partis majoritairement éprouvettes, aucune formation de véritable opposition n’a de chance d’émerger.

 

Moussa Touati
5
Chef d’un petit parti à scandale, le Front national algérien (FNA), qui se voulait à ses débuts comme un FLN épuré de ses dérives népotiques et corruptives, Moussa Touati, 60 ans a finalement produit une forme originale de militance. Celle-ci consiste en le monnayage des candidatures pour devenir députés ou maires sur les listes de son parti. Moussa Touati est le prototype même de l’opposant-client sous l’ère bouteflikienne. Il est le pur produit du système algérien dans ce qu’il a de plus éloigné de la politique, de plus dévitalisé en termes partisans. Fils d’un martyr de la révolution algérienne, ce natif des Beni Slimane dans la wilaya de Médéa, fut tour à tour adjudant dans l’armée, agent des douanes avant d’opter en 1980 pour la police. Il ne s’y plaira que le temps de dénicher une autre chapelle que du reste il bâtira de ses propres mains à la faveur d’un assouplissement de la loi sur les associations en créant en 1986 l’Onec, une organisation pour enfants de martyrs de la guerre d’indépendance. C’est en 1988 qu’il démissionne de la police afin d’être en conformité avec ses nouvelles fonctions. Aidé par le FLN, alors parti unique, lequel a le contrôle sur les mouvements liés aux anciens combattants, Moussa Touati structure son réseau mais sans toutefois réaliser son désir d’autonomie par rapport au parti dont il redoutait les velléités d’hégémonie. Tout compte fait le FLN finit par le détrôner. Après une galère qui va durer quelques mois, Touati trouve le moyen de rebondir lorsque l’armée interrompt les législatives de 1992 remportées par les islamistes. Il crée alors une nouvelle organisation d’enfant de martyrs, la Cnec (Coordination nationale des enfants de chouhada) à qu’il s’empresse de forger une identité reposant sur une allégeance au pouvoir des militaires qui « ont écarté la menace islamiste». Après un mandat à la tête de la Cnec, il fonde en 1999, le FNA, un parti politique qui se définit comme nationaliste dont il devient du reste le président en 2000. Sa première participation aux législatives de 2002 lui vaut huit sièges à l’assemblée populaire nationale (APN). Mais une législature plus tard, soit en 2007, il améliore son score en se tirant avec 13 sièges. Une belle affaire car l’année suivante, Bouteflika triple le salaire des députés en le ramenant à pas moins de 300 000 dinars algériens (2700 euros environ), soit 25 fois le Smig. Ceci n’est pas étranger à cela, des crises récurrentes ont secoué le FNA durant l’année 2012. Moussa Touati était acculé par ses opposants à partir et il s’est vu refuser l’accès au congrès extraordinaire qu’il avait lui-même convoqué. Il se tira d’affaire en avalisant un second congrès dans un autre endroit sans que l’administration ne bronche. Se posant comme un label de la députation, le FNA négocie des places d’élus à l’APN avec le premier venu qui désire se porter candidat en tant que tête de liste pour peu qu’il renfloue la caisse du parti de quelques millions de dinars . Adepte d’un populisme mâtiné d’indigence politique, le FNA est allé jusqu’à vouloir démocratiser la médiocrité. Aux journalistes qu’il reçoit au lendemain des opérations électorales entachées de fraude, il leur déclare sans ciller regretter qu’on n’ait pas gonflé les résultats pour tout le monde s’offusquant ainsi de voir uniquement certains partis avantagés par rapport à d’autres.