Articles

Les effrois du frère cadet Raúl Castro

[Par Jacobo MACHOVER]

Guillermo Fariñas, récompensé en 2010 par le prix Sakharov pour les droits de l’homme décerné par le Parlement européen, est l’un des dissidents cubains les plus déterminés à mettre fin au régime des frères Castro, au pouvoir depuis bien plus d’un demi-siècle.

Guillermo Fariñas ©elpais.com

Guillermo Fariñas ©elpais.com

Il a effectué vingt-cinq grèves de la faim pour appuyer ses revendications, afin de rétablir la démocratie dans le pays. En 2010, il avait réussi à obtenir, par son action résolue, la libération de près d’une centaine de prisonniers politiques. Récemment, il a exigé l’arrêt de la répression contre les opposants et contre les travailleurs indépendants soumis à un harcèlement constant par les autorités. Cette tentative a failli lui coûter la vie. Il a dû arrêter son jeûne après plus de cinquante jours sans voir ses demandes satisfaites. Cependant, il a obtenu le droit de défendre sa position, qui est aussi celle de la plupart des dissidents et des exilés, devant les instances européennes, à savoir que l’UE ne doit pas supprimer la « position commune », en vigueur depuis 1996, qui conditionne le rétablissement des aides communautaires à des avancées réelles du gouvernement cubain en matière de respect des droits de l’homme et de progrès dans les libertés démocratiques. C’est aussi une manière pour lui de dénoncer la complaisance de la communauté internationale vis-à-vis du castrisme, depuis le rapprochement, à partir de décembre 2014, entre Cuba et les États-Unis, qui n’a pas apporté la moindre ouverture politique au peuple cubain. Celui-ci continue à tenter d’émigrer massivement pour échapper à la dictature.

Ancien militaire, Guillermo Fariñas (surnommé « el Coco » par ses amis) a étudié la psychologie. Il a exercé sa profession dans différentes institutions hospitalières. Il a été emprisonné de longues années pour ses activités dissidentes. Auteur de nombreux articles publiés essentiellement en dehors de Cuba, il a écrit un ouvrage intitulé Radiografía de los miedos en Cuba (« Radiographie des peurs à Cuba »), édité à Madrid en 2010. Parmi ces peurs, qui touchent pour la plupart la population cubaine, il en est une, cependant, qui affecte le sommet du pouvoir, en l’occurrence Raúl Castro, depuis que son frère lui a délégué le commandement suprême en juillet 2006. C’est cet effroi que dissèque ici Guillermo Fariñas.

Les effrois du frère cadet

Guillermo Fariñas

Extrait de « Radiographie des peurs à Cuba »

Traduit de l’espagnol (Cuba) par Jacobo Machover

Guillermo Fariñas ©Jacobo Machover

Guillermo Fariñas ©Jacobo Machover

  « L’image permanente que le peuple cubain a de Raúl Castro provient d’une anecdote devenue une légende populaire. Les frères Beatón, qui avaient acquis un grand prestige comme guérilleros en lutte contre la dictature de Batista, se soulevèrent plus tard à nouveau contre la fratrie constituée par Fidel et Raúl Castro. Fidel envoya son frère écraser la rébellion de la famille Beatón dans la Sierra Maestra. Pour neutraliser les rebelles, Raúl fit fusiller publiquement plusieurs dizaines de leurs partisans. La presse qui, à cette époque-là, n’était pas encore muselée, provoqua l’émoi de l’opinion publique par sa description des faits.

Voyant cela, Fidel envoya un message à son frère : « S’il te plaît, Raúl, retiens-toi, ne fais pas fusiller publiquement les gens, cela nous fait du tort, personne n’aime qu’on verse ainsi le sang. » Le cadet des Castro lui répondit, avec une bonne dose de cynisme, de cruauté et d’impertinence : « Ne t’inquiète pas, Fidel, je vais les pendre, pour que personne ne puisse plus nous reprocher de verser une seule goutte de sang. »

Lorsque Fidel Castro tomba subitement malade, en juillet 2006, la vérité manifeste, qu’aucune rhétorique ne peut plus occulter, fut dévoilée : ce qu’on appelle la révolution cubaine est, avant tout, une révolution népotiste. Ce ne sont pas les mérites réels de ses partisans qui prévalent, mais l’adhésion aveugle, vénale et sans limites de ceux qui composent le cercle d’adulateurs le plus proche du clan familial des frères Castro.

Suite à l’insolite « Proclamation au peuple de Cuba », destinée à organiser la succession de Fidel, nous, les Cubains, sommes demeurés entre les mains d’un Castro, Raúl, le frère cadet toujours inconditionnel, le ministre qui occupa le plus longtemps le même poste. Depuis 1959, en effet, il dirige les troupes stratégiques qui constituent son fief personnel, les Forces armées révolutionnaires, au sein du ministère du même nom, le MINFAR, en abrégé.

Ce fut un poste inamovible. Même lorsqu’il essuya un échec retentissant avec le « premier nettoyage de l’Escambray », l’offensive gouvernementale menée contre les guérilleros anticastristes qui s’étaient soulevés dans ce massif montagneux au début des années soixante, il ne perdit pas son fauteuil de ministre. Plus tard, en 1968, eut lieu le procès dit de la « micro-fraction », dont les accusés étaient pour la plupart des officiers du ministère des Forces armées révolutionnaires. Ce fut le ministère de l’Intérieur qui dut prendre le contrôle, de fait, de l’armée régulière. Tous les principaux responsables de celle-ci furent limogés, à l’exception de celui que l’on surnomme le « Chinois », Raúl Castro.

Mais le pire était encore à venir au cours de la terrible année 1989. Prenant les devants de quelques mois face à la chute, qu’ils pressentaient imminente, des gouvernements socialistes d’Europe de l’Est, les deux frères firent juger et condamner, comme dans un cirque romain, le vainqueur de la guerre de l’Ogaden, en Somalie, aux côtés de l’Éthiopie de Mengistu : le général Arnaldo Ochoa.

Tout cela pourrait faire penser que la figure de Raúl Castro est devenue politiquement intouchable. Il s’agit en fait de perpétuer l’équilibre de la dynamique de contrôle par la peur qu’exercent les innombrables organes militaires et paramilitaires qui font partie de ce système qu’on nomme « le castrisme ».

Cependant, l’un des deux hommes qui sont les seuls à exercer leur commandement sur le pays, usant et abusant de toutes les peurs -le seul Général d’Armée existant à Cuba-, Raúl Castro, a peur lui aussi. Peur de ne pas être aussi subtil et prudent que son frère aîné pour détecter les dissidents en puissance, avant qu’ils ne fendent l’armure, pour prendre les devants et les placer sous une stricte surveillance.

Bien qu’il ait à ses côtés l’ensemble de l’appareil de la terreur créé par Fidel, Raúl est toujours paralysé par la peur. Il n’a jamais été que le second dans la chaîne de commandement et il craint que les gens ne veuillent pas être ses subordonnés, par mépris envers ses faibles talents oratoires. Il n’a jamais réussi à acquérir les méthodes d’exaltation et de culte de la personnalité dont a été capable son frère aîné.

Il est aussi hanté par la peur que les généraux qu’il a obligés à se salir les mains devant l’ensemble du peuple cubain qui a dû voir le procès à la télévision, en faisant fusiller le général Arnaldo Ochoa, ne réalisent un coup d’État contre lui, car ce serait lui la principale figure à exécuter. Devant un tribunal international, il pourrait être accusé de génocide pour son action contre les guérilleros anticastristes de l’Escambray.

Il pourrait également être condamné pour crimes contre l’humanité du fait des massacres commis par ses hommes contre des villages, des tribus, des ethnies entières en Angola, au Congo ex-belge, en Guinée-Bissau, en Éthiopie, au Mozambique, en Namibie ou au Nicaragua. Fidel étant désormais absent physiquement, l’ancien ministre des Forces armées révolutionnaires est devenu de facto la figure la plus importante, à laquelle il revient d’exiger des comptes pour les exactions perpétrées par la révolution cubaine.

Bien qu’il essaye de montrer un visage affable face au monde qui l’observe, Raúl n’a pas abandonné ses pratiques récurrentes, visant à considérer les habitants de l’île comme des pions à maintenir sous sa domination, car il est toujours envahi par les effrois provoqués par sa condition de frère cadet. »

 

 

 

Exilé du paradis, l’écriture devient un refuge et un combat

[Par Lisa Viola ROSSI]

« Un voyage d’un endroit à l’autre, en tant qu’exilé d’abord, en tant que fugitif ensuite, plus tard comme simple observateur ». C’est le voyage d’ « Exilé du paradis », de Jacobo Machover (Lemieux éditeur, 2015) universitaire, écrivain et journaliste cubain né à La Havane en 1954 et exilé en France depuis plus de cinquante ans. L’auteur nous emmène dans le conte de sa vie de dissident, tissée à la fois au périple de sa famille, juive, persécutée par le nazisme, à l’Histoire de son peuple, des cubains, oppressés et exilés, comme lui. Un voyage sans retour où le témoignage autobiographique devient le cœur de ce que Machover lui-même appelle une « littérature d’urgence ».

L'exilé du paradis de Jacobo Machover  (source: livre.fnac.com)

Exilé du paradis de Jacobo Machover (source: livre.fnac.com)

Une littérature d’urgence, lieu de refuge et appel à la justice. L’écriture, explique l’auteur, « devient un refuge, un endroit situé loin de l’île et, le plus souvent, des grandes maisons d’édition, pour chuchoter, insinuer, ce qu’il leur [aux exilés cubains ndr] est impossible de crier sur la place publique, en espérant qu’un jour ces paroles parviendront à leur public naturel, celui qui pourra peut-être les faire entièrement siennes, et qui leur rendra un minimum de considération et de justice ».

 Une histoire personnelle qui se reflète et s’enlace à l’Histoire commune. Exilé du paradis est structuré en deux parties : la première, est intitulée  « La fuite, l’initiation », et la deuxième, « Les nôtres, in memoriam ». La narration commence dans l’automne 1963. « L’enfant (moi) vient d’arriver à Paris, à la gare de l’Est, après un long voyage et d’inconcevables détours. J’ai traversé un pan de l’Histoire sans m’en rendre compte, entouré de mes parents, Isaac et Rebecca, et de mon frère ainé, Daniel. Pourtant, je suis seul au monde, sans personne à qui me confier, sans aucun endroit auquel me raccrocher. » A partir de là, l’autobiographie de Jacobo Machover se déroule mêlant l’Histoire aux péripéties d’un jeune inquiète, par ailleurs déserteur de l’armée française et passionné par les femmes et par la vie. Le conte se poursuit en illustrant par images éparses le périple familial de l’auteur et coule finalement, dans la deuxième partie du livre, dans un véritable portrait de l’exil. « L’exil est un territoire étrange, sans véritable centre autre que la mémoire », nous dit l’auteur. La mémoire, qui devient le moteur de l’action littéraire de Machover, est dans ce livre cultivée et gravée. Son but, comme l’explicite l’auteur lui-même, est de « conquérir la liberté, celle de mon île, ou, tout du moins, de perpétuer la mémoire de ceux qui en avaient été expulsé : les exilés, comme moi-même ». Puis que les exilés de l’« île maudite », précise l’écrivain, ne sont pas tout à fait comme les autres : « eux [d’autres exilés, d’ailleurs ndr], ils étaient perçus comme des héros qui avaient combattu les dictatures, pas comme nous, les Cubains, qui avions fui la révolution. Inutile d’expliquer quoi que ce soit. Nous, nous n’étions pas légitimes ».

La douleur d’un exil, le véritable, sans adjectifs : « On ne peut pas rajouter d’adjectifs à cette douleur, à cette calamité ». L’exil, « sans aucun espoir de retour », dont le goût Machover a « appris à aimer » grâce à l’écriture et l’engagement. « J’ai résolu de suivre la voie qui m’était dictée, depuis toujours, je crois, par cette Histoire délirante, mais unique, presque incroyable, inexplicable en tous cas : écrire, pour ne pas sombrer, dans le désespoir, l’abandon, l’indifférence, la drogue, l’alcool. Mais je n’avais plus pour moi le territoire magique et initiatique de mon île, à partir duquel j’aurais pu construire un univers. Il me fallait récupérer, du moins l’espace d’un instant, le monde de l’enfance perdue».

Jacobo Machover (sources: editions-vandemiaire.com)

Un combat pour la délivrance des cubains. Page après page, la narration de Machover nous accompagne à dévoiler la cohérence d’un parcours erratique ayant pour but le combat pour une légitimité des dissidents cubains, pour lesquels l’auteur se bat sans cesse, depuis toujours : « Pendant près de vingt-cinq ans, je les [les dissidents anticastristes cherchant une protection à l’étranger ndr] ai écoutés répéter les mêmes récits. Ils m’entretenaient d’un univers abstrait auquel seuls les élus ont accès. Je suis allé les chercher aux quatre coins du monde, loin du pays qui les a vus naitre, le plus souvent dans la capitale de notre exil, une copie presque conforme de l’île maudite, mais plus ordonnée, trop impersonnelle. Je n’ai pas compté le temps, ni le mien ni le leur ».

D’un exilé, des exilés. Survivre, pour vivre. Combien de temps encore ? « La vie en exil n’est pas la mort. C’est autre chose, en équilibre non seulement entre deux géographies, mais aussi entre deux temps. Ceux qui ont échappé au malheur sont pris d’une frénésie de vivre […] ils étaient capables de tout affronter pour fuir, mais ils se sont retrouvés désarmés face aux tracas de la vie quotidienne dans un environnement non pas hostile, plutôt indifférente. Je les vois encore […] Jesús, qu’il a fallu faire sortir de l’île où il avait de fortes chances d’aller croupir pour de longues années en prison, du fait qu’il tentait simplement d’écrire, de décrire, la réalité de ce qu’il vivait dans des articles que pratiquement personne ne pouvait lire sur place : il était journaliste indépendant, c’est-à-dire sans entraves, non reconnu, non officiel. Il a du partir en avion, laissant sa femme et sa fille, en pleurant sans cesse leur absence, sans espoir de les revoir avant longtemps. Combien de temps ? »

 

Appel contre la visite en France de Raúl Castro

[Par Jesus ZUNIGA, en collaboration avec Jacobo MACHOVER et Laurent MULLER]

Le dictateur cubain Raúl Castro, invité par François Hollande, sera en visite officielle à Paris à partir du 1er février 2016. Président du Conseil d’Etat, du Conseil des ministres et premier secrétaire du Parti communiste, Général d’armée (quelques-unes de ses fonctions officielles), le frère cadet de Fidel Castro est un tyran de la pire espèce, qui exerce le pouvoir depuis 57 ans, bien plus d’un demi-siècle.

Raul Castro (source : globalresearch.ca)

Raul Castro (source : globalresearch.ca)

Raúl Castro est celui qui, dès la prise du pouvoir, en janvier 1959, fait, le premier, fusiller des dizaines de prisonniers en une seule nuit à Santiago de Cuba après un « procès » inique de moins d’une demi-heure. Tout au long de son mandat à la tête des Forces armées et de la répression interne, il fait exécuter, emprisonner, et pousse à l’exil des dizaines de milliers d’opposants, d’accord avec son frère et Che Guevara, par le biais des tristement célèbres « Tribunaux révolutionnaires » et autres juridictions militaires, toujours en activité. Il en est ainsi lorsque le gouvernement décide de se débarrasser de potentiels rivaux, comme lors du « procès Ochoa » en 1989, lorsque des officiers supérieurs sont passés par les armes, ou quand des jeunes voulant abandonner le pays sont condamnés à mort en 2003, lors du « printemps noir », après une parodie de procès. Il est aussi l’homme qui fait abattre, en 1996, des avions de tourisme pilotés par des exilés, dont la mission était de porter secours aux innombrables fugitifs en mer, les balseros, qui tentent de quitter Cuba au péril de leur vie.

Oswaldo Payá (source : nytimes.com)

Oswaldo Payá (source : nytimes.com)

En 2012, Raúl Castro étant alors chef de l’État, l’un des dirigeants de l’opposition, Oswaldo Payá, prix Sakharov pour les droits de l’homme, et le militant Harold Cepero, sont victimes d’un « accident » de la route -sans doute l’œuvre des sbires du pouvoir- qui provoque leur mort. Toute opposition continue à être harcelée et réprimée. Pas un jour ne passe sans son lot d’intimidations, de passages à tabac, de détentions arbitraires, d’humiliations et de condamnations contre tous ceux qui sortent de la ligne officielle.
Pourtant, malgré ce bilan des plus obscurs, l’administration américaine du Président Barack Obama a initié, en décembre 2014, un rapprochement qui a conduit au rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays et à de multiples gestes d’amitié dans le but de convaincre le Congrès, à majorité républicaine, de voter la levée de l’embargo. En échange, Raúl Castro, malgré quelques mesures visant à une libéralisation en trompe-l’œil de l’économie de Cuba, n’a fait que renforcer la répression.

Hollande et Castro à l'Havana, 2015 (source:  dailymail.co.uk)

Hollande et Castro à l’Havana, 2015 (source: dailymail.co.uk)

François Hollande s’est engouffré dans la brèche, allant même au-delà en rencontrant à La Havane, en avril 2015, un Fidel Castro réduit à l’état de vieillard gâteux. Il oubliait, ce faisant, ses déclarations passées condamnant sans ambages, en 2003, « un pouvoir personnel, voire dynastique, refus d’élections libres, censure, répression policière, enfermement des dissidents, camps de travail, peine de mort, bref, l’arsenal complet d’une dictature ». Celle-ci est toujours en place. Son but est de se perpétuer à l’infini en portant aux postes-clés du pouvoir les héritiers de la famille Castro qui ne se cachent même pas lorsqu’ils profitent des plaisirs « capitalistes » à l’étranger (vacances méditerranéennes sur des yachts de luxe, par exemple), affichant leur indifférence totale au sort d’un peuple soumis au rationnement et à la répression.
Les plus cyniques ou naïfs continuent à justifier la perpétuation de ce régime par des avancées dans les domaines de la santé et de l’éducation, des mesures prises il y a plus de 50 ans et dont la réalité est bien éloignée de la propagande et des résultats de pays pauvres qui ont obtenu les mêmes avancées sans ruiner l’économie et supprimer les libertés. D’autres justifient le rapprochement par des perspectives économiques, occultant la réalité d’un pays sans justice et sans aucune volonté de se développer. C’est pourquoi la dette de Cuba auprès du Club de Paris, dont la plus grande partie envers la France, a été tout simplement annulée.
Des milliers de Cubains continuent à fuir la terreur et leurs déplorables conditions de vie en traversant le détroit de la Floride ou bien -ce qui est encore plus dangereux- en s’aventurant vers d’innombrables pays d’Amérique latine, avant d’être bloqués en Amérique centrale sur leur route vers les États-Unis.
L’accueil de Raúl Castro en France n’entraînera que le renforcement de son pouvoir. C’est pourquoi nous appelons tous les démocrates à dénoncer cette invitation. Rien ne justifie ce séjour, qui est une insulte à l’idée même des droits de l’homme à Cuba et une lourde faute morale du gouvernement et du Président de la République, insensibles aux souffrances du peuple cubain et à ses aspirations à la liberté.