Soutien en Syrie et frilosité bancaire: quelle excuse pour confondre terrorisme et humanitaire?

La bombe a été lancée en avril par le Collectif de Développement et de Secours Syrien (CODSSY) dans un rapport sur leur site internet. Relayé par le Canard Enchaîné, l’indignation est totale. “Défense d’aider? Comment les institutions financières françaises entravent l’action humanitaire en Syrie”. L’intitulé est violent, le problème tout autant.

“Solidarité”, “Soutien”, “Aide aux civils”: tant de mots répétés qui, tout d’un coup, perdent un peu de leur prestance. Les accusés? Le Crédit Agricole, la Banque Postale, la Société Générale ou encore des plateformes de collecte telles que Lemon Way ou Hello Asso. 

Les chefs retenus 

Une série de gels de fonds, refus d’ouverture de compte et autres blocages bancaires qui limitent l’action humanitaire en Syrie. L’enquête souligne: que ce soit des comptes personnels, professionnels ou associatifs, l’important est que ces comptes ferment. La Société Générale, épinglée en 2014 (puis condamnée trois ans plus tard à 5 millions d’euros d’amende) pour insuffisance dans son dispositif de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, s’active tout particulièrement à clôturer ses comptes clients en lien avec la Syrie. 

Les plus petites structures comme Lemon Way ne sont pas exemptées non plus. Elles refusent pour la plupart de s’engager auprès d’organismes syriens. CODSSY démontre: « Sur les 8 organisations de notre panel qui y avaient un compte, toutes ont été exclues de la plateforme entre juin et août 2017« .

Les victimes? Bien au-delà des milliers de syriens ne profitant pas, ou plus, de ces transferts d’argent, ce sont les associations humanitaires franco-syriennes qui dénoncent ce problème. Un constat édifiant à lire dans le rapport du CODSSY96% des 25 associations franco-syriennes interrogées rencontrent des difficultés bancaires et plus de 60% d’entre elles ont rencontrés au moins 2 types de problèmes différents”.

En cause? L’application abusive du “principe de précaution

Cette expression juridique désigne le principe selon lequel les autorités publiques peuvent adopter des mesures pour anticiper les éventuels risques liés à un événement dont les conséquences sont difficilement maîtrisables. Ici: le financement terroriste et les contrôles que ce danger implique.

La mention du mot “Syrie” fait peur, donc. Complexifier les procédures et clôturer les comptes devient dans ce cas la meilleure façon de ne pas faire face aux opérations de contrôle. On ne veut pas entendre parler de la Syrie” reçoit en pleine figure Mohammad Alolaiwy, président de Syria Charity. Amalgamer Syrie et Daesh par précaution, mieux vaut “trop » que « pas assez ». 

Des acteurs de la solidarité déjà mis en danger sur le sol syrien

Pris pour cible par le régime de Bachar al Assad, tout militant pacifiste est d’ores et déjà criminalisé par sa position dans le conflit. La guerre qui se déroule depuis 7 ans au Moyen Orient comporte des enjeux inédits, notamment médicaux, qui ne vont pas sans l’aide de l’Occident et en particulier de la France. Celle-ci est en effet le second contributeur au budget de l’Union Européenne et est donc devenue le premier pourvoyeur d’aide humanitaire pour la Syrie. L’Hexagone fait de l’action humanitaire et de la lutte contre le terrorisme ses fers de lance, comme le rappelle régulièrement le ministre des Affaires Etrangères ou le chef de l’Etat lui-même

Le paradoxe est rappelé par CODSSY dans une lettre ouverte au Président de la République, au Premier ministre ainsi qu’au Ministre de l’Economie et des Finances. Le collectif rappelle la déclaration de Jean-Yves Le Drian, datant du 22 mars 2018, où ce dernier prenait la décision de tripler le budget alloué à l’humanitaire en définissant cette activité comme “l’un des piliers de notre politique étrangère”.

Quels recours pour l’aide humanitaire en Syrie?

Après la dénonciation (encore trop discrète dans la sphère médiatique) de ces faits, les principales organisations attendent une ouverture au dialogue. Laurence Bondard, auteure du rapport et chargée de communication pour ASML/Syria (une association de soutien aux médias indépendants en Syrie) nous explique ce message comme ayant pour but de “trouver des solutions ensemble”. 

A la suite de ces trois mois d’enquête le constat est clair: les politiques de gestion des risques, si elles sont durcies par principe de précaution, deviennent un obstacle pour ceux qui tentent d’acheminer de l’aide en Syrie. Le message des organisations est limpide, lui aussi : “Aucune organisation ne conteste la légitimité du renforcement des contrôles des flux financiers. Toutefois, il est urgent de faire évoluer les processus en place, afin de permettre aux associations de soutien à la population civile syrienne de mener leurs projets à bien” (cf: lettre ouverte au gouvernement). 

Interloqué par la situation, le Collectif de Développement et de Secours Syrien a décidé d’étendre son tour d’horizon au-delà des frontières. La situation se révèle tout aussi accablante chez nos voisins britanniques, allemands, belges, ainsi qu’au Liban. Courageux, mais pas téméraires.