DR

dans  traduit par

Les idées simples c’est compliqué !

En France, un montagnard qui aidait des âmes errantes à trouver la bonne route, et le sens de la vie, a été inquiété par quelques esprits dont les lumières étaient en panne. C’était tellement absurde que le Conseil Constitutionnel a fini par prendre le parti de l’honorable homme des sommets. Moi, Yuan Meng, exilé et mangeur de bambou, j’en ris encore.

Prenons les choses par le commencement : un discret citoyen a offert gîte et couverts à des gens qui arrivaient de l’autre côté de la frontière italienne. Les autorités lui ont reproché son initiative, laquelle était activement soutenue par une bande de joyeux complices.

Un vrai frère, mon frère !

Serviable, généreux et fraternel, le bon gars nommé Cédric Herrou – un vrai frère, je te dis – aurait néanmoins pu choisir de vivre tranquillement dans ses replis alpins, au pied de majestueux sommets. Bé non : animé par une idée simple, il a voulu voler au secours de ses semblables sans leur demander leurs papiers (ce qui ne lui est, de toute façon, pas autorisé). Face aux réactions tombées d’en haut, ce héros discret s’est défendu. Dans un premier temps il a été poursuivi et condamné. Dans la foulée, il a néanmoins obtenu un poil de bienveillance de la part de l’opinion et des médias… mais pas jusqu’à être blanchi vois-tu (là je suis obligé de résumer, bien sûr… mais tu peux lire la presse pour en savoir plus, note bien).

Pas de devise qui divise !

Teigneux comme un panda, notre homme s’est donc rappelé ce truc un peu oublié : «Liberté, Egalité, Fraternité»… qui n’est autre que la devise de son pays, la France. Estimant alors qu’il n’y a pas de devise qui divise, il a interpellé le Conseil en charge de veiller à la constitutionnalité des lois et de leur application, des fois que… parce qu’on ne sait jamais, n’est-ce pas ?

Et qu’est-il advenu ? Mets tes lunettes de soleil car tu vas être littéralement ébloui par ce coup de théâtre lumineux : la fameuse institution a estimé qu’il fallait prendre, dans le cas présent, en considération la notion de «Fraternité». Mais si. Là, une fois de plus, tu te retrouves en présence d’une seconde idée simple. Et de deux. A croire que rien n’est plus complexe qu’une idée simple, non ? Certes, ça ne lève pas la condamnation prononcée par la Justice mais quelque chose s’est produit qui devrait faire évoluer les textes et les interprétations, à l’avenir. Un pas est franchi. Attendons la suite. Députés et sénateurs vont devoir se mettre au boulot.

Le début d’une histoire d’amour !

Il parait que, derrière tout ça, certains intérêts singuliers (contraires aux bons vents de la Démocratie qui me caressent agréablement le poil) seraient à l’origine des maux décrits ci-dessus. N’étant pas le naïf de service, ni même un Bisounours (rappel : je suis un panda), je pense (car le panda pense aussi) que la devise de la République n’est pas qu’un détail de décoration, gravé dans la pierre de façades aussi vénérables qu’officielles. Il faut l’ériger en rempart infranchissable. C’est ce qu’a affirmé le Conseil Constitutionnel. Lui et moi, on est d’accord. Qu’il le sache et en soit flatté, non mais…

Le faut-il ? Oui. Alors, je te le dis sans y mettre les formes : je l’aime, si, je l’aime ce Conseil Constitutionnel tricolore, je l’aime, nom d’un bambou !

Crédit : Sylvie Howlett

Yuan Meng

(Traduction de Denis PERRIN)

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

Crise des migrants, de Lampedusa à Paris : « L’accueil est la réponse la plus intelligente »

[Par Lisa Viola ROSSI] « L’accueil des migrants n’est pas juste une réponse humaine, mais la réponse la plus intelligente ». C’est ce que la maire de Lampedusa, Giusi Nicolini, a affirmé samedi 17 septembre lors de la table ronde « Accueil des réfugiés : des maires s’engagent » animée par Maryline Baumard dans le […]

France : Une solidarité silencieuse

[Par Diane HAKIZIMANA] Alors que le monde actuel vit au rythme des secousses du terrorisme et de l’immigration, il existe de simples âmes charitables. D’une simplicité et amabilité sans faille, elles agissent en douceur via des associations. Ni les poseurs de bombes, ni les tirailleurs à kalachnikov sans aucun état âme n’ébranlent leur solidarité. Elles […]

Sadio Kanté, tabassée par la police le 16 décembre 2013 à Brazzaville [Photo tirée de francaisdeletranger.org]

Congo Brazzaville : la journaliste Sadio Kanté « sans papiers » dans son pays ?

[Par Jean MATI] Devenir « Sans papiers » dans son propre pays peut paraître comme un fait quasi impossible. Mais l’affaire « Sadio Kanté » semble être une illustration parfaite d’une théâtralisation dramatique que Brazzaville tente de donner à cet événement. Expulsée dans la nuit de lundi 22 à mardi 23 vers le Mali, Sadio […]