En Mauritanie, enfermer les mineurs en prison est un business

En Mauritanie, les prisons destinées aux mineurs sont devenues des abattoirs où les enfants sont considérés comme des moyens d’obtenir de l’argent.

C’est un véritable business. Pourtant ces prisons sont financées par l’Union Européenne et par des ONG. Ainsi, un centre d’accueil pour l’insertion des enfants en conflit avec la loi a été construit. Ce centre est financé à hauteur d’1 million d’euros par l’Union Européenne et l’ONG suisse Terre des Hommes. L’Etat mauritanien ayant octroyé le terrain.

De graves accusations en prison

Le directeur du centre, Mohamed Vall Ould Youcef, est mis à l’index sur sa gestion de graves scandales sexuels et sur les traitements inhumains envers les enfants. Cette accusation est émise par une ONG des droits humains, l’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme – AMHD – . Elle « exige l’accès à tous les lieux de détention pour permettre aux détenus de bénéficier des aides juridiques nécessaires ».

A l’inverse, le directeur du centre, Mohamed Vall Ould Youcef, nie en bloc toutes les accusations en s’appuyant sur d’autres rapports que ceux de l’ONG.

Des mineurs sans avenir

Cependant, l’ONG ne fait que reprendre les cris d’alerte des parents, qui constatent de nombreux actes « immoraux », des conditions de vie très précaires, des jugements à l’emporte-pièce…

Outre le fait que la justice mauritanienne est expéditive avec des prisons qui ne respectent pas les droits des détenus, des cellules pleines, des morts sans autopsie… Aujourd’hui, ses enfants sont privés de droit civil et de leur droit à l’éducation. Ces enfants sont détenus en prison sans jugement, sans voix pour les défendre, même les mesures d’accompagnement font défaut pour une seconde chance.  

Menacé d’arrestation et d’emprisonnement pour avoir exercé son travail de journaliste, voici l’avant-dernière interview en Mauritanie, d’un des journalistes résidents à la MDJ contraint à l’exil. Justement, il interviewait le directeur du centre, Mohamed Vall Ould Youcef. L’échange est très tendu.

dans , par

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

Prison sans jugement pour le partage d’une publication Facebook

[CENSURE] Eddie Armel Kouassi, 20 ans, étudiant et cyber activiste fait désormais partie des pensionnaire de la plus grande prison civile de Côte d’Ivoire, la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA). Les autorités ivoiriennes lui reprochent d’avoir traité le Président Alassane Ouattara et Fabrice Sawegnon, le candidat malheureux a la mairie, d’étrangers.

Des journalistes turcs oubliés dans les prisons d’Erdogan crient à l’aide !

[LIBERTÉ D’INFORMER] « Nous sommes des journalistes oubliés dans la prison de Silivri », ont déclaré 19 journalistes turcs dans une lettre publiée sur Internet la semaine dernière. Détenus depuis plus de deux ans, les 19 journalistes ont déclaré : «Nous qui n’avons pas d’autre métier que le journalisme, nous disons que nous ne voulons pas être oubliés et que nous attendons que justice soit rendue».

« Ce ne sont pas des animaux… ce sont des monstres » – Témoignage de Zaher, journaliste syrien en exil

[PORTRAIT] Zaher raconte son histoire avec difficulté: ce n’est pas facile de rappeler les années passées à Alep, l’engagement politique contre le régime de Bachar al Assad, les mois en prison, les tortures, les persécutions, jusqu’à la fuite en Turquie. Un récit très douloureux, que Zaher reconstruit pour la Maison des Journalistes.

Le tabou républicain de la petite muette : violence des surveillants sur les prisonniers

[LIBERTÉ D’INFORMER] Laurence Delleur est journaliste et documentariste. Elle a notamment travaillé plusieurs années sur la violence des surveillants de pénitencier envers les prisonniers. Laurence Delleur a décidé de développer ce sujet dans un documentaire «Matons violents, la loi du silence» qui a été diffusé sur France 5 le dimanche 11 juin 2018 à 22h30. L’occasion pour nous de revenir sur la genèse du projet et des difficultés rencontrées pour développer un sujet si délicat, dans un lieu si tabou.

La Syrie est une prison éternelle

[Partenariat avec le Caffè dei giornalisti de Turin] Après les bombardements qui ont eu lieu ce 4 avril avec l’utilisation présumée d’arme chimique et avant la déclaration de Donald Trump le lendemain sur la volonté de frapper la Syrie (avec le concours des armées française et britanniques), les syriens, arabes et occidentaux, sont divisés en deux camps: les pour et les contre.