Le procureur fait appel, Laurent Gbagbo n’est pas libre

Coup de tonnerre à la Cour Pénale Internationale – CPI. Malgré leur acquittement, l’ancien Président Ivoirien Laurent Gbagbo et son ministre de la Jeunesse Charles Blé restent pour l’heure en prison. Ils devront encore attendre avant de respirer l’air de la liberté. La cour pénale Internationale ayant suspendu la libération de ces leaders politiques Ivoiriens après un nouvel appel du procureur.

Selon la CPI, l’ancien chef d’état Laurent Gbagbo et le leader des jeunes patriotes Charles Blé Goudé doivent rester sous la garde de la CPI jusqu’à ce que l’appel du parquet contre leur libération soit entendu.

Ce qu’il faut savoir de cette suspenssion

En matière de procédure judiciaire, la Cour Pénale Internationale se divise en trois entités: la chambre préliminaire, la chambre de première instance et la cour d’appel.

Pour l’acquittement, les juges de la première instance ont rendu leur décision. Ils l’ont rendu via une synthèse et non aps apr un document d emotivation. Cette décision n’est donc pas motivée de manière explicite.

N’ayant pas la décision motivée, le procureur Mac Donald ne peut donc pas attaquer la décision judiciaire. Il ne s’agit donc pas de décider à nouveau s’ils sont coupables ou innocents.

Le procureur s’attaque uniquement à la mise en liberté immédiate de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Car selon le procureur, il y a des éléments exceptionnels qui devraient maintenir Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé en prison. Les juges ont rejeté son appel en première instance.

Disposant d’un nouveau délai, le procureur Mac Donald a couru pour déposer le même document à la cour d’appel et à la chambre supérieur à la CPI. Des réception du document, la chambre supérieur de la Cour Pénale Internationale a suspendu la décision de la première instance concernant leur libération.

Il s’agit donc pour la cour d’appel d’évaluer les raisons pour lesquels le procureur a fait appel. De plus, le procureur demande l’évaluation de la décision motivé des juges qui permet à Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé de sortir immédiatement. Le processus judicaire continue.

dans ,    par

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

Les confessions du braqueur Rédoine Faid évadé de prison

[PORTRAIT] La réussite de sa cavale, il la doit en partie aux flics de la BRB qui, à son avis, décident carrément d’être aveugle en sous-estimant les mecs de la Cité. “S’ils avaient mis en place une petite surveillance, ils auraient pu m’attraper. Pour eux, le voyou ne peut-être qu’un gaulois, passer par la centrale. Cela ne peut pas être le Rédoine de Creil. Cet algérien de banlieue de merde. A leurs yeux, on est de la racaille”.

La justice camerounaise ébranlée par l’ONU dans l’affaire Marafa

[Par René DASSIÉ] Le Groupe de Travail de l’ONU qui s’est penché sur la détention arbitraire de l’ancien ministre camerounais de l’Intérieur, demande sa libération immédiate. La Rapporteuse de l’ONU sur l’indépendance de la justice et des avocats va également être saisie. C’est la première fois que le gouvernement camerounais est obligé de présenter sa défense devant cet organe […]

Afrique : l’heure de la justice a-t-elle sonné ?

[Par Jean-Jules LEMA LANDU] L’heure de la justice, en Afrique, contre les crimes impunis, a-t-elle sonné ? Les deux procès qui viennent de s’y dérouler semblent l’indiquer. Le 30 mai, à Dakar, au Sénégal, c’est Hissène Habré, l’ancien président du Tchad, qui était devant les juges, tandis que le 31 mai, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, […]

Pourquoi il faudra lire, « Revenge porn », de Nathalie Koah, quand il sera autorisé à sortir

[Par René DASSIE] Le livre expose un cas d’école de l’insécurité judiciaire qui règne au Cameroun. « Revenge porn *», un livre autobiographique dans lequel Nathalie Koah, une jeune Camerounaise accuse son ex-amant, le footballeur international Samuel Eto’o d’avoir diffusé ses photos intimes sur internet, ne sortira pas officiellement le jeudi 18 février comme annoncée. En cause, […]