Articles

Exile and Journalism in a Global Pandemic: Voices from the MDJ

After a three month-long state-mandated lockdown, a historian interviewed the staff members and exiled media professionals who respectively work and live at the Maison des Journalistes regarding the impact of the covid19 pandemic on their lives. While the personnel talked about their current preoccupations vis-à-vis asylum applications and press freedom in professional terms, the asylum-seeking journalists shared their own experiences of exile and journalism from a much more intimate perspective.

The association Maison des Journalistes (“House of Journalists” – from now on MDJ) promotes three connected missions: 1) welcoming and supporting asylum-seeking media professionals in France by providing them with free accommodation in Paris; 2) fostering a healthy, free, and diverse digital public sphere encouraging exiled journalists’ professional activity; 3) spreading awareness of press freedom violation in the world among the youth through public events in schools, universities, and prisons.

I started an internship at the MDJ on June 8, 2020. Only one week before my arrival, the personnel had come back to the office for the first time since March 13, 2020. During the previous long months of state-mandated lockdown, the working operations had changed: remote working had become the rule and the members of the staff could not assist journalists through in-person meetings.

The fourteen exiled journalists the MDJ welcomes and provide with living accommodations and legal support were slowly rediscovering the liberty of leaving their rooms, returning to French language or journalism classes, and walk through Paris without restrictions. [Editor’s Note: Journalists could freely move within the residence, though they were recommended to practice social distancing and spend most of their time in their rooms]

My internship, thus, began in a very particular moment of the association’s life. The personnel were in the process of adapting all activities to the sanitary norms required by the covid19 pandemic.

I am an historian and as such I am interested in change over time, in the search for evidence, and in the analysis of continuities and discontinuities around a specific event or question. As I gradually settled in the MDJ, I started asking myself whether since the outbreak of the pandemic the people who work and live at the MDJ have experienced profound changes in the way they interpret and interact with what surrounds them or not. More specifically, do the MDJ’s staff and journalists think differently of the MDJ as both association and residence as well as of the broad notions of journalism and exile? If so, why?

To find answers to my questions, in the period from June 22 to July 6 I interviewed three of the seven staff members and five of the fourteen exiled journalists who respectively work and live at the MDJ. While I asked the same questions to all interviewees, in the end each conversation was different in terms of intensity, duration, location, level of formality, language (English, French), means of communication (written, oral) and collection of data (note taking, sound recording). I evaluated that, as my priority was to put my interlocutor at ease, I needed to adapt the interview format to each person’s rhythm and personality.

No matter their position or background, all interviewees said that, on a logistical level, the lockdown brought about challenges that still endure. The waiting time for an asylum procedure has significantly increased because the French Office for Refugee and Stateless People’s buildings closed during the lockdown and are currently facing a backlog; exiled journalists’ search for jobs and affordable accommodations has become more difficult as a result of the current economic crisis, which affects the association’s funding too; the MDJ and its partners had to postpone or cancel all public meetings, conferences, and debates for safety reasons. The Summer break too contributes to such a climate of wait, suspension, and uncertainty, as in France schools, universities, and most public offices usually either close or reduce their operations in July and August.

In interviews, the staff members highlighted the new challenges they face professionally, while exiled journalists lingered instead on how they experienced the health crisis and its effect on their life from a much more intimate perspective.

On the one hand, the Director Darline Cothière, the Partnership & Fundraiser Officer Camille Peyssard-Miqueau, and the Social Inclusion Officer Antonin Tort are all concerned with the financial crisis and its negative effect on the funding of the MDJ.

As the MDJ’s principal sponsors – mostly French medias – suffer a deterioration of their finances, one of the main preoccupations of the association is to develop new partnerships and initiatives that will contribute to the economic support of the MDJ.

Resident journalists did not place the financial crisis at the core of their concerns. The lockdown disrupted their quotidian lives. What they experienced as a major change in their lives is their habits in France and in the MDJ residence.  Each journalist had to deal with new inquietudes and loss of references.

The Director Darline Cothière interpreted exilees’ individual condition in terms of either resilience or fragility, depending on each person’s aptitudes and life trajectories.

Individually, the lockdown has made all of us weaker: each person as a result of their own capacities and life trajectory. Now, exiled journalists are characterized by resilience. […] For them, the health crisis has not been a repression, rather one more difficult experience to handle. Some journalists, nevertheless, lived this challenge with much concern and anxiety, which is legitimate. Why? They already face wait and live a transition period from their past life to their future life. Uncertainty plays an important role in their anxiety and frustration: uncertainty about their refugee status, the pandemic like us all, but also welfare benefits, family reunification, and the search for jobs.

The journalists found themselves locked in the residence for months. They confronted each other’s anxieties, frustrations, and expectations regarding the MDJ’s response to the health crisis.

As a Kurdish exiled photographer from Iraq, Karzan obtained his political refugee status in France in 2019.

A few journalists felt abandoned during that period. According to the Director, such a reaction is natural and made of the MDJ a microcosm of society:

There was a group effect. All the individual frustrations contributed to creating a climate of generalized concern. Those who were not afraid too became anxious. The MDJ, just like society, developed a movement of collective revindication and questioned the institutions’ legitimacy. Such a crisis uncovered that some journalists had a certain view of the MDJ that did not correspond to its real missions. […] During the lockdown, the journalists shared the same place and talked about their own frustrations and expectations. In these confrontations, fake information on the MDJ started circulating like fake news! This episode gave us the opportunity to identify a communication problem between the personnel and the journalists, and thus to elaborate new solutions: to inform journalists on the powers and missions of the MDJ, to organize workshops and regular meetings. The lockdown was but an opportunity to identify a problem and strengthen communication.

Representation of exile by the Mexican exiled cartoonist Boligán.

The first thing that struck me about exiled journalists’ responses to my questions was that they kept telling me about their life before the exile or connected their present condition with previous experiences they had in their home country.

When talking about his understanding of the lockdown as a distortion of the intertwining of space and time, Mohammed explained:

My understanding of time and space comes from my experience. Not my experience of the past lockdown, but of the besiegement of Douma, my city. You know when they say that the eye needs to look at a distant object as to be stimulated and feel comfortable. I didn’t see a distant object for 7 years in Syria. The sight in Syria is exhausting for the eye. Kidnapping, bombing, arresting, jihad allowed only a close sight. For 7 years they tried all weapons you can imagine on us, and after 7 years when this same space was still a target of attacks the time was still not running. When I left Syria in 2018 I felt like it was 2012, there had been no passing of time. I left Syria and arrived in Turkey. In Turkey, I saw for the first time people paying by touch. For me it was the first time in 8 years to see more than 800 people gathering in a place. In the train station in Turkey, there were 500 people arriving and leaving, and I realized that the world is so much connected for the first time. The lockdown is somehow connected to that experience of besiegement. It’s very different too: the whole world was in lockdown at the same time. The only aspect of the current crisis to hurt me has been the inequality of the virus: the virus affects some people much more than others. Just like the war in Syria. This idea of space/time of mine comes from the besiegement of my city.

Mamadou had a similar attitude:

I experienced Ebola in Guinea Conakry, my country. Ebola was not contained in my country because of the bad quality of health services. However, a vaccine has been found and there have been reliable treatments in addition to the vaccine. Moreover, it was an epidemic, not a pandemic. This is the main difference compared to the coronavirus.

Drawing on fakenews and Covid19 by the French cartoonist Plantu. Exhibition organized by the City of Paris in occasion of "Un été particulier".

The second thing that struck me is that all the journalists expressed an ardor for journalism that far exceeded professional fulfillment.  For them, journalism is not just a profession, it is a life mission. Mamadou explained why he chose not to publish articles during the lockdown and what has concerned him the most since the outbreak of the pandemic:

A journalist is by definition someone who adapts to a new situation. With the health crisis I realized that journalists had the great responsibility of keeping the readership informed on what was going on in the world. Many journalists decided to report the brute data on the thousands of daily positive cases and deaths, and by doing so they contributed to giving articles a certain quality and thus to actively contributing to such a climate of anxiety. I did not write much because I saw that the news with the brute data on deaths added sadness and anxiety. Moreover, I realized that the fake news circulated a lot: there was a proliferation of fake information in countries like mine where the leadership does not give journalists the permission to get access to the information on the pandemic. This situation challenged journalists all over the world, not just in Guinea Conakry. It was one of the most important challenges faced by press freedom. Journalists could not freely go on the field to verify the quality of sources; they could not act as first-hand witnesses. I thus decided to engage myself in spreading awareness of the quality of the news rather than in the writing of articles.

Other journalists as well evoked fake news, lack of transparency, and journalists’ responsibilities in the current health crisis. Mohammed said:

During the lockdown fake news and tabloid news circulated more than before. For example, a friend of mine sent me a video of a supposedly coronavirus-infected person leaking a handrail in the metro. But of course there was no proof that this person did that during the pandemic, or that he was actually sick. In Syria, this kind of issues literally kills people. Do you know what happens if someone says that tomorrow there is no sugar or toilet paper in the stores in my city in Syria?

Maiirbek (Kazakh investigative reporter on Chinese concentration camps):

Because of the pandemic situation, I interacted less frequently with sources in China and Kazakhstan.

And an Egyptian video journalist who asked me to remain anonymous confessed to me:

I have been much worried for my family because there is no transparence and press freedom in Egypt, and you cannot know how the situation develops. I always contact my relatives and tell them to stay at home, while in Egypt the medias say that everything is fine. In Africa, in Egypt the situation is very critical because there are no developed hospitals. I am still much concerned. The situation gets worse, and the epidemic propagates.

Bilal is a Turkish caricaturist in exile as a result of his criticism of President Erdogan’s policy.

On the other hand, the five exiled journalists I interviewed were more willing to share their personal perspectives on the pandemic and its impact on the present and the future.

Mohammed (Syrian photojournalist at EPA.eu) described his perception of the lockdown in terms of space and time.

What makes speed is the intertwining of time and space. When space is static for a long period, time stops: speed decreases to almost zero.

“Lockdown: you lock your spirit in the down”, Mohammed told me.

What happened during the lockdown is that the stopping of time brought about weaknesses and an overall sense of depression at the MDJ:

During the lockdown, the 2h/day I spent with the other journalists were very sick, because of the difficult time. Journalists wouldn’t go to the gym, school, etc. and had a very negative attitude. By now, I am more aware about the limits and fragilities of anyone (including me). Another problem is that many people who had been in conflict areas have an attitude that relativizes the pandemic, like “we suffered a lot in our life, we don’t care about coronavirus”. When I talk to my friends in Syria, they don’t care. They say: “we will die, finally”.

Beyond the overall feelings of hopelessness, exiled journalists perceived and reacted to the lockdown in different ways. For example, both Adam (Chadian free-lance journalist) and Mamadou (free-lance journalist from Guinea Conakry) told me that, when the French government established the lockdown, the fourteen journalists abruptly distanced themselves, each isolating in their room. “This big family brutally distanced itself”, Mamadou said.

Yet, isolation had different meanings for the two. Adam faced unbearable boredom and learned to be patient.

Mamadou, conversely, told me that he and other journalists experienced a deep lack of self-confidence as from one day to the other their advisors (professional, legal, academic) were not available to support them. As his university professors could not instruct him in person on his thesis, Mamadou was forced to work on his own. This gave him the opportunity to gain self-confidence and a renewed sense of responsibility:

We used to see people, have open doors. I loved to stop by the personnel’s offices and say “hello” every morning. We found ourselves without any service, which gave us new responsibilities. […] Among journalists, before the lockdown, we didn’t need each other. The lockdown solidified solidarity. We helped each other with our new responsibilities, for example I helped a fellow journalist write e-mails in French. […] I feel like I am more independent than before because I work on my own and don’t need the approval or advice of my professors. I learned that I can be alone and work confidently.

Both Adam and Mamadou felt “united from a distance”, in Adam’s words, but in such a distance each found different teachings.

Mohammed’s experience of the lockdown was still different and corresponded to what the Director of the MDJ calls the “resilience” of political refugees:

Being in exile, which I really don’t wish you to try, but imagine, in exile, everything is painful, and all suffering means nothing to me. It’s like a knife stabbed in your heart, you don’t care if a bee comes to bite you. You’ll have this poker face without any feeling, all your thought will be on your country. Exile is like a knife that prevents any needle to stab in you. It’s just a poker feeling, a poker face in the heart. If you drink coffee and you drink tea after, you won’t feel the taste of tea because the taste of coffee is too strong. For me the pandemic is a needle, because the government is on your side, people are on your side, there is a common enemy to fight. But I am always discriminated: I am accused to be affiliated with ISIS, I can’t speak French but people only speak in French to me, even the refugees here discriminate the refugees and only respect the French. In Arabic exile has a very bad meaning. It comes from the verb “push someone to leave”, the idea is of “forced displacement”. If you say it in Arabic you should cry.

Whereas the staff members talked to me only in professional terms, these answers suggest that exiled journalists did not distinguish between their professional and personal understandings of both the pandemic and the lockdown.

During the lockdown, Mamadou got upset about police controls on the mobility of people. The French state mandated that people could leave their home only for 1h/day within 1 km from their home and hold a signed self-certification that reported the exact time and reasons for the leaving. Exiles, Mamadou told me, are afraid of being asked for documents by the police each time they leave their shelter. The usual worry about being inspected, during the lockdown, became a constant fear for him. The police could ask anybody for documentation at any time, not in response to a particular instance. Such a climate of surveillance was a source of wide-spread anxiety among political refugees like Mamadou.

The following passage by Mohammed best exemplifies how exiled journalists made recurrent references to life before exile and journalism as a life mission. In midst of the lockdown, in mid-April, his press agency appointed him to take a picture of the 8 pm collective clapping, a daily ritual for people in France to show their gratitude for hospital workers from their window. That day, Mohammed was invested by similar feelings to those he experienced as a photojournalist in Syria:

Taking a picture is not just about the frame, the angle or perspective. I should care about the lightness and the time (and time and lightness are also connected). Once I had to take a picture of the 8pm clapping that included the Eiffel Tour. This reminded me of my time in Syria, when I took pictures during the suspension of the curfew, when I waited for safety moments to take pictures and go out from my shelters. Sometimes I just had one minute or just 40 seconds. I didn’t know where the bomb would come from, or my safety. I didn’t know how to take pictures, and from what angle, and with what lightness, because the rest of the day I was all the time in the shelter. I needed to build my time in the very short safety time. I was in the shelter, I received Whatsapp messages on what was going on, and then I would go out and take a picture of a bird, and then I would start hearing the noise of bombs and run to my shelter. So what happened during the lockdown was that I was assigned to take pictures of people who were clapping at 8pm, and I wanted to put the Eiffel Tower in the background. The clapping lasted only a few minutes, if not seconds. I had to go and take a picture. I found a woman on a balcony and I had the feeling that she would clap. I was afraid of taking pictures because I felt the pressure of the deadline. In one minute, I was able to take more than 300 takes, of which 5 good shots. It reminded me of when I was in Syria. I was back to the MDJ feeling just like when I went back to my shelter in Syria.

The exiled journalists that I interviewed do not envisage exile and journalism differently than they did before the outbreak of the pandemic and the lockdown. Rather, the crisis gave them the possibility to better understand their own identity of exiles as well as to confirm the importance of their action as journalists.

Picture by Mohammed of 8pm clapping with the Eiffel Tower in the background. April 2020. Courtesy of EPA-EFE/MOHAMMED BADRA.

Autres articles

Bangladesh – La liberté d’expression captive du gouvernement

Les journalistes bangladais vivent une période mouvementée. Les atteintes à la liberté de la presse se multiplient. Quels sont alors les leviers utilisés par le gouvernement dirigé par la Première ministre Sheikh Hasina pour museler la presse au Bangladesh ?

Shariful Chowdhury, Shelu Akand, Mostafizur Rahman Suman, la liste d’attaques à l’encontre des journalistes s’amplifie chaque mois. En juin 2020, cinq ONG de défense de la liberté de l’information ont interpellé la Première ministre, Sheikh Hasina à ce sujet.

Fondée en 1994, et membre de la fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), l’organisation Odhikar se charge de protéger les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels bangladais. Elle publie chaque année depuis 2003 un rapport d’activité dans lequel est abordé le thème de la liberté de la presse.

Dans ses deux derniers dossiers, durant la période de janvier à juin, Odhikar a décompté au Bangladesh 39 journalistes blessés au cours de l’exercice de leur métier, 18 agressés, 12 attaqués, 7 menacés, 1 arrêtés et 42 poursuivis en justice. Un total qui atteint déjà 119 actes à l’encontre des journalistes locaux en seulement 6 mois.

Plus généralement, en 2018 et 2019 – depuis l’investiture pour un troisième mandat consécutif de la Première ministre, Sheikh Hasina – 126 et 104 agissements contre les journalistes et médias ont été respectivement recensées par Odhikar.

Les illustrations décrites par la suite représentent et incarnent un aperçu du quotidien vécu par les journalistes exerçant leur métier au Bangladesh.


«La gravité et la recrudescence des violences perpétrées contre des journalistes qui faisaient simplement leur travail atteint un niveau inadmissible»


En termes d’exemple, au cours du scrutin municipal du 1er février 2020 dans les districts nord et sud de Dacca, une dizaine de journalistes qui couvraient l’événement ont été pris d’assaut par des militants de la Ligue Awani (AL) – parti du gouvernement au pouvoir.

Après avoir eu écho d’irrégularités dans le bureau de vote de l’école Nikunja Jan-e-Alam, le correspondant spécial de l’agence Press Bangla (PBA), Zisad Ikbal s’y est rendu pour enquêter. Lorsqu’il tente d’entrer dans le centre pour obtenir des informations, il est attrapé et roué de coups par des militants de l’AL.

Daniel Bastard, responsable du bureau Asie-Pacifique de Reporters Sans Frontières interpelle les autorités locales.

«La gravité et la recrudescence des violences perpétrées contre des journalistes qui faisaient simplement leur travail atteint un niveau inadmissible. Nous appelons l’inspecteur général de la police, Javed Patwary, à tout mettre en œuvre pour que les auteurs de ces attaques systématiques soient traduits en justice. Surtout, compte tenu des liens des assaillants avec le parti au pouvoir, le secrétaire général de la Ligue Awani, Obaidul Quader, doit prendre des mesures immédiates pour exclure de ses rangs les militants qui refusent le rôle d’une presse libre dans le jeu démocratique.»

Cette violence à l’encontre des journalistes s’est ancrée dans leur quotidien. Témoigner, enquêter et investiguer à propos de dirigeants politiques ou de corruption, riment avec menace, agression et risque pour sa propre vie.

Shelu Akand, journalistes pour le quotidien Palli Kantho Protidin, et correspondant du magazine Bangla Bazar Patrika à Jamalpur – nord du Bangladesh – enquêtait au sujet des activités d’Hasanuzzaman Khan, conseiller municipal, et de son fils Rakib, dirigeant local du Bangladesh Chhatra League à Jamalpur – branche étudiante de la ligue Awani.

Il devait également témoigner des brutalités orchestrées par ces deux personnages – notamment le passage à tabac de son confrère Mustafa Monju. Shelu Akand a été de nombreuses fois menacées par la famille Khan. Sans protection, il frôle la mort le 18 décembre 2019 après avoir été tabassé par une dizaine d’individus. Le frère du journaliste a déposé une plainte et Rakib Khan a été arrêté jeudi par la police.

Plus récemment, au 1er avril 2020, un groupe dirigé par l’un des leaders du syndicat Aushkandi Union Parishad Chairman de Nabiganj et de la ligue Awani, Muhibur Rahman Harun, ont attaqué le correspondant du quotidien Pratidiner Sangbad, Shah Sultan Ahmed. Ce dernier avait alors mis en exergue des irrégularités dans la distribution de riz adressée par le gouvernement et destinée aux personnes précaires. Il affirmait que chacun des nécessiteux auraient dû recevoir 10 kg de riz, mais Muhibur Rahman Harun en aurait donné simplement 5 kg.

Un arsenal législatif taillé sur mesure

La répression de la liberté de la presse s’appuie donc sur deux piliers. Outre l’indulgence de l’Etat central et son consentement tacite, les lois en vigueur offrent un contrôle total et légal des médias locaux.

Les condamnations des dissidents du pouvoir se basent sur les lois pénales. Le gouvernement bangladais possède notamment dans son arsenal législatif la «Digital Security Act», loi de 2018 sur la sécurité numérique [DSA].

Cette dernière place en permanence sous pression les journalistes et asphyxie les libertés de la presse et d’expression. Venue remplacer et abroger une majeure partie de la loi sur les informations et les technologies de 2006, en particulier l’article 57 tant décrié, la DSA étend et renforce en réalité la répression.

L’article 21 de cette loi prévoit une peine de 10 ans de prison pour quiconque s’aviserait d’organiser «toute propagande ou campagne contre la cognition de la guerre de libération, le père de la nation, l’hymne national ou le drapeau national.» En cas de récidive, l’individu risque une réclusion à perpétuité.

La cognition de la guerre de libération est définie dans la loi comme: «Les grands idéaux qui ont inspiré notre brave public à se consacrer à la lutte de libération nationale et nos courageux martyrs à déposer leur vie pour la cause de la libération, les idéaux du nationalisme, du socialisme, de la démocratie et laïcité.»

Cette définition large de sens, semble amplifier le champ d’action de cet article afin de permettre au gouvernement d’étouffer les critiques au nom de l’intégrité de la nation.

Une situation semblable pour l’article 25. Certains mots utilisés ne sont pas définis dans la loi et constituent un danger pour la liberté d’expression. Une information à caractère «offensant» pourrait être condamnable, bien que ce terme soit totalement subjectif. «Ternir l’image de la nation» est également utilisé, et pourrait donc permettre de poursuivre quiconque s’aviserait de critiquer le mode de gouvernance du parti au pouvoir.

Une analyse beaucoup plus approfondie est disponible sur le site d’Article 19, une association britannique œuvrant pour la promotion de la liberté d’expression et d’information.

En vertu de ces articles et de cette loi, le caricaturiste Ahmed Kabir Kishore a été arrêté pour avoir «diffusé sur Facebook des rumeurs et de la désinformation sur la situation du coronavirus», et «insulté l’image du père de la nation, l’hymne national ou drapeau national.»

Le caricaturiste avait alors publié une série de caricatures de personnages politiques bangladais intitulée «La vie au temps du corona».

Il mettait en cause des dirigeants du parti au pouvoir et les accusait de corruption dans le secteur de la santé. Il a été arrêté entre le 4 et le 6 mai par des agents du Bataillon d’action rapide (BAR).

«Journalistes, blogueurs et caricaturistes n’ont rien à faire derrière les barreaux pour avoir émis des opinions alternatives sur la façon dont les autorités gèrent la crise du coronavirus», s’indigne Daniel Bastard, responsable du bureau Asie-Pacifique de RSF.

Comme Ahmed Kabir Kishore en 2019, 42 personnes ont été arrêtées en vertu de cette loi pour avoir publié sous différentes formes des critiques du gouvernement, ou des personnalités éminentes de l’Awani League. Une pratique qui s’est accrue lors de la récente pandémie du Covid-19. Entre janvier et juin 2020, 96 personnes ont été arrêtées.

Il en résulte directement une auto-censure de plus en plus forte au sein des rédactions pour se protéger. D’autant plus que selon l’article 36 de loi de 2018 sur la sécurité numérique.

«Dans le cas d’une société qui commet une infraction à la présente loi, tous ces propriétaires, directeurs généraux, administrateurs, gérant, secrétaire, actionnaire ou tout autre dirigeant ou employé ou représentant de l’entreprise ayant un lien direct avec l’infraction sera considéré comme le contrevenant à moins qu’il ne puisse prouver l’infraction a eu lieu à son insu ou si il a pris toutes les mesures possibles pour arrêter la commission l’infraction.»

«En tant que responsable-éditorial, je me sens triste de devoir abandonner un papier qui a pris plusieurs jours de travail de la part d’un journaliste. Mais je prends cette décision pour l’unique raison de devoir protéger le journaliste car je sais qu’il y a des risques à le publier», avoue Matiur Rahman Chowdhury, responsable-éditorial du quotidien Manab Zamin au journal The Indian Papers en décembre 2018.

Le Bangladesh a pourtant ratifié le Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966. L’article 19-2 de ladite loi affirme que « toute personnes à droit à la liberté d’expression ; ce droit comprend la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen de son choix. »  L’ayant signé en 2000, le Bangladesh s’est légalement engagé à respecter ce droit fondamental.

L’article 39 de la constitution du Bangladesh garantit de même les libertés d’expression, de pensée et de conscience.

Une situation d’autant plus contradictoire alors que Sheikh Hasina affirmait le 19 décembre 2018, après la ratification de la loi sur la sécurité numérique: «Le gouvernement croit fermement à la liberté de la presse. Personne ne peut dire qu’on n’a jamais réduit quiconque au silence […] nous n’avons jamais fait ça, et nous ne le ferons toujours pas.»

D’autres articles

Guinée – Comme à chaque campagne électorale, les journalistes sont menacés

La double campagne du référendum et élection législative a été lancé par le président Alpha Condé. Au programme des journalistes guinéens: menace de mort, arrestation arbitraire, assassinat, kidnapping, disparition, emprisonnement, attaque et saccage des médias ou au domicile des journalistes. Quelques-unes de ces affaires ont été retracées par notre journaliste.

C’est en plein automne, en octobre 2017, que le seul cas d’exaction dénoncé vis-à-vis d’un journaliste guinéen par RSF a eu lieu. Il s’agit d’Abdoubacar Camara, directeur de radio et télévision. Le week-end précédent, sa radio avait diffusé une musique funèbre suite au décès d’un de ses journalistes, crime imputé au président de la République Alpha Condé.

Depuis cet épisode, les arrestations arbitraires et les menaces de l’Etat se multiplient à l‘encontre des journalistes. En d’autres termes, la loi L002/22/ 06/2010, qui encadre la presse guinéenne et l’exercice du métier de journaliste en Guinée, est souillée sans scrupule.

Un premier journaliste sous la menace de l’Etat

Remontons au samedi 15 juin 2019. Ce jour-là, Elhadj Madifing Diané, ancien ministre de la sécurité et actuel gouverneur de la région administrative de Labé, a menacé de faire arrêter et emprisonner le correspondant de Guineematin.com et de l’Agence guinéenne de presse (AGP) à Labé. Il s’agit du journaliste Idrissa Sampiring Diallo.

Suite au meurtre de l’étudiant Amadou Boukariou Baldé, bastonné à mort par des agents de la sécurité, eux-mêmes envoyés à l’université de Labé sur ordre du gouverneur, le 31 mai 2019. L’étudiant est mort à l’hôpital régional de Labé.

Se contredisent alors la version des journalistes et celle du pouvoir. Les autorités locales ont fait croire que le jeune Amadou Boukariou Baldé a cessé de respirer au cours de son évacuation vers Conakry… à cause des manifestations qui auraient empêchées l’ambulance de circuler. Sans manifestant, il ne serait donc pas mort. Or, les médias locaux ont prouvé que le jeune est bien mort à l’hôpital et non dans l’ambulance.

Conséquence, malgré une loi adoptée en 2010 qui dépénalise les délits de presse, le journaliste a été entendu par le juge de Dixinn. En attente de son jugement, il pointe tous les mercredis et vendredis à 10 heures au TPI de Dixinn.

Fin 2019, répression contre des journalistes pour des motifs très futiles

Jeudi 31 octobre, une foule se rassemble pour accueillir le président Alpha Condé à Conakry. Mais le président ne s’arrête pas pour les saluer. Ce simple fait, évoqué par la presse, a provoqué une onde de choc répressive.

Le directeur général de la radio Lynx FM, Aboubakr Diallo a été inculpé et placé sous contrôle judiciaire pour « diffusion de données de nature à troubler la sécurité publique par le biais d’un système informatique ». Il avait juste diffusé cette information sur sa radio.

3 jours plus tard, c’est le chef des reporters de l’influent Guinée Matin, Ibrahima Sory Diallo, qui est agressé au siège du parti au pouvoir, le RPG, situé au quartier Aviation de Conakry. Parti couvrir l’assemblée générale ordinaire du parti comme plusieurs autres journalistes, il a été violemment pris à partie par des militants, avant d’être bousculé et traîné dehors manu militari par les agents de sécurité.

Mohamed Mara, agressé par la police puis menacé de mort depuis plusieurs mois

Depuis mi-décembre 2019, notre confrère Mohamed Mara, animateur de l’émission Les Grandes Gueules fait l’objet de menace de mort. Mohamed Mara avait été violemment agressé le 16 novembre 2019 par des policiers de la CMIS, Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité à Conakry dans le quartier Cosa, dans la commune de Ratoma. Malgré une bataille qu’il a menée pour que justice soit rendue, les policiers identifiés comme auteurs de l’agression ont toujours bénéficié d’une impunité totale. Ils sont protégés par leur hiérarchie, plus exactement par le commandant Ansoumane Bafoé.

En 2020, des gens anonymes l’appellent pour le mettre en garde. «Il y a une sorte de contrat sur ta tête» avait lancé un inconnu. «Il y a une petite liste noire dans laquelle tu figures» martèle un autre.

Des appels et des messages téléphoniques se multiplient, des individus tapis dans l’ombre jurent de mettre fin à la vie de Mara, jugé trop critique sur les sujets concernant la violation des droits humain.

On pouvait lire dans le message que le journaliste a reçu le 30 Janvier 2020 notamment celui-ci: «Tu dois savoir que tu n’es pas le seul journaliste du pays, ou tu la fermes, ou on te la ferme pour toujours!».

Même les journalistes des médias français ne sont pas épargnés

Mercredi 12 février 2020, au marché de Coyah, Thomas Dietrich, journaliste presse pour «Le Media» s’est vu retirer son accréditation par un officier militaire, alors qu’il filmait des manifestations de rue.

Joint par mosaiqueguinee.com, à propos de la confiscation de son accréditation, le journaliste français Thomas Dietrich est revenu sur les faits.

« J’ai une accréditation en bonne et due forme, je travaille pour l’entreprise de presse française «Le Média ». Je filmais les manifestations à Coyah ce matin, et finalement un officier militaire est venu me dire que c’est interdit de filmer. Il m’a dit que c’est un lieu stratégique. Je lui ai répondu que je suis en train de travailler dans un quartier, ce n’est donc pas un camp militaire. L’officier militaire a voulu retirer les images que j’ai prises, j’ai refusé. Ensuite il a pris mon accréditation, en exigeant que je lui donne mes images. Il a donc confisqué mon accréditation, pour avoir filmé les manifestations. Je ne peux donc plus exercer mon travail»

2020, à l’approche des élections, la répression contre les journalistes s’intensifient

Mercredi 22 janvier 2020, à Kankan, le journaliste correspondant de la radio lynx FM, Abdoulaye N’Koya Sylla, a été mis aux arrêts par la police, détenu puis libéré au terme d’une audition. Joint par mosaiqueguinee.com quelques heures après sa libération, celui-ci est revenu sur les circonstances de son arrestation.

«Le matin, j’étais avec un confrère, on est venu pour couvrir une manifestation des élèves-maîtres de l’ENI, qui avaient érigé des barricades devant l’inspection régionale de l’enseignement technique et professionnel. C’était à 9 heures. Les agents de la CMIS ont investi les lieux pour disperser les manifestants. Les agents m’ont arrêté, puis ils m’ont embarqué avec certains élèves. J’avais mon badge et mes équipements. On m’a détenu au CMIS pendant 3 heures. J’ai été auditionné pour trouble à l’ordre public. Grâce à l’intervention de mes confrères, j’ai été libéré» a-t-il relaté à mosaiqueguinee.com. «Je suis déçu de la CMIS de Kankan, leur premier responsable m’a insulté père et mère».

Le 2 février 2020, le journaliste de la radio nostalgie FM Aunée, Thierno Madjou Bah,  l’animateur d’Africa 2015, l’émission politique phare de la radio Nostalgie, est menacé d’arrestation. Selon le journaliste, on lui reprocherait d’avoir tenu des propos malveillants et incitatifs à la violence dans son émission. En décembre 2018, la Haute Autorité de la Communication avait déjà suspendu Thierno Madjou et deux ses collègues pour une période d’un mois.

Cette menace d’arrestation a été lancée suite à une plainte du ministre de la communication Amara Somparé.

Même les enquêtes déconnectées des élections sont sujet à répression

Vendredi 21 février 2020, c’est au tour de Mamadou Aliou BM Diallo, journaliste reporter d’images arrêté par les services de la police routière d’Enco5. Selon nos informations, le journaliste était en train de filmer un scénario de corruption entre un policier et un conducteur de taxi.

«Nous avons vu un policier retirer de l’argent des mains d’un chauffeur de taxi et le journaliste s’est mis à filmer la scène. C’est ainsi qu’un autre policier est venu lui demander ce qu’il est en train de faire. Il a demandé à visionner le film et la discussion a commencé. Ils l’ont ensuite emmené au commissariat. Tout cela parce que les policiers rackettent les conducteurs de véhicules ou de motos. Et ils n’aiment pas que ces actes soient mis au grand jour» explique un témoin de la scène sous couvert d’anonymat.

Le matériel de travail du journaliste y compris son téléphone a été retiré. Le journaliste a été détenu au sein du commissariat d’Enco5 pendant 2 jours avant d’être libéré.

Le lendemain, samedi 22 février 2020, Alpha Ousmane Bah, journaliste reporter du site d’information Africaguinée.com et à la radio Espace Foutah et son collègue Mamadou Kossa Sow, ont été arrêté à Koundara. Foutah est une ville située à la frontière entre la Guinée et le Sénégal.

« Nos confrères étaient partis en reportage dans cette préfecture, sur la fermeture de la frontière aux camions transportant des marchandises dans des pays voisins. » déclare un journaliste de cette rédaction.

Ces quelques exemples ont été vérifiées par plusieurs sources mais ne reflètent que partiellement la dure répression que vit la liberté de la presse en Guinée. Notre journaliste, contraint à l’exil et dont voici l’histoire cf portrait, aurait pu étayer cet article par d’autres exemples. Mettre en lumière tous les journalistes guinéens menacés de mort pour avoir exercés leur métier de journaliste semble un travail titanesque. Bien qu’une aprtie de la répression soit liée à la campagne électorale et référendum qui aura lieu le 1er mars 2020, la liberté d’informer en Guinée est régulièrement et gravement remis en cause, y compris hors période électorale.

D’autres articles sur l’Afrique

2019 – La liste des 10 journalistes et collaborateurs tués en Afghanistan

Selon l’association NAI – Supporting Open Media in Afghanistan, en 2019, 10 journalistes et professionnels des médias ont été tués et 21 blessés. Il y a aussi 115 cas de violence enregistrés par la NAI contre des journalistes, notamment: assassinat, enroulé, roué de coups, menaces, insulte, arrestations de courte durée, enlèvement, attaque contre des médias et manque d’accès à l’information en 2019 dans le pays.

Parallèlement, Reporters sans frontières (RSF) a reconnu dans son rapport annuel que l’Afghanistan était le troisième pays dangereux pour les journalistes en 2019 dans le monde mais en ne recenssant la mort que de six journalistes et travailleurs des médias.

Les talibans et l’État islamique (EI) sont très impliqués dans ces attaques contre le journalisme et le personnel des médias en Afghanistan. ils ont visé le journaliste dans le but de faire taire la liberté de la presse et sans peur.

Qui sont les victimes?

Le premier décès d’un journaliste en 2019 s’est passé en Afghanistan

Le premier décès d’un journaliste en 2019 dans le monde en 2019 a été enregistré en Afghanistan. Javid Noori, 27 ans, fut la première victime des crimes contre les journalistes. 

Nom: Javid Noori

Travail: Citizen-journalist pour Radio Neshat

Comment ? Meurtre

Par qui ? Taliban

Où ? Province de Farah

Quand ? 5 Janvier 2019

Nom: Rahimullah Rahmani

Travail: Presentateur à Hamsada Radio

Comment ? Meurtre

Par qui ? Inconnu

Où ? Ville de Taliqan dans la province de Takhar

Quand ? 5 février 2019

Nom: Shafiq Aria

Travail: reporteur à Hamsada Radio

Comment ? Meurtre

Par qui ? Inconnu

Où ? Ville de Taliqan dans la province de Takhar

Date: 5 février 2019

Nom: Sultan Mahmoud Khirkhwa

Travail: journaliste à Zhman TV channel

Comment ? Meurtre

Par qui ? ISIS (=Daesh)

Où ? Khost City

Date: 15 mars 2019

Nom: Meena Mangal

Travail: présentatrice des journaux d’information à la télévision Lemar TV

Comment ? Meurtre

Par qui ? Des hommes armés inconnus

Où ? Kabul

Quand ? 11 mai 2019

Nom : Sakhi Baluch           

Travail : Technicien de State TV

Comment ? Meurtre

Par qui ? Un inconnu

Où ? Trinkut, province de Zabul

Date: 12 juin 2019

Nom : Abdul Raouf Emalzai

Travail : Fixeur, accompagnateur et sécurité pour Shamshad TV

Comment ? Meurtre

Par qui ? Taliban

Où ? Kabul

Date: 1 Juillet 2019

Nom: Nader Shah Sahibzada

Travail: Présentateur et producteur à la radio « Voice of Gardiz »

Comment ? Meurtre

Par qui ? Des inconnus

Où ? Gardiz dans la province de Paktia

Date: 13 juillet 2019

Nom: Abdul Hamid Hotaki

Travail: présentateur à Hewad Radio

Comment ? Sauter dans une mine

Par qui ? Taliban

Où ? Province de Kandahar

Date: 25 septembre 2019

Nom: Waheed Mujda

Travail : écrivain, rédacteur et analyste politique

Comment ? Assassinat

Par qui ? Des inconnus armés 

Où ? Kabul

Quand ? 20 novembre 2019

berny mugisha

Articles d’Hafiz Ahmad Miakhel

La situation des journalistes dans le monde en 2019

Comme chaque année, RSF propose un bilan de la situation des journalistes dans le monde. Cette année, 49 journalistes ont été tués, soit le plus faible total depuis 2003. Mais la situation mondiale est hétérogène et très complexe. Certains pays sont à la pointe de nouvelles pratiques difficiles à évaluer statistiquement. Découvrez les statistiques de 2019, au cœur de la lutte pour la liberté d’informer.

49 journalistes tués en 2019, un chiffre en baisse

Parmi eux, 31 journalistes ont été assassinés en raison de leur travail. Les 18 autres l’ont été dans l’exercice de leur fonction mais n’était pas délibérément visés.

En tête de ces pays, la Syrie, qui est toujours en guerre, compte 10 journalistes tués et plus de 30 otages. Certains le sont depuis plusieurs années, comme le sud-africain Shiraaz Mohamed dont c’est la troisième année de captivité.

Parmi ces 30 journalistes retenus en otage, beaucoup d’entre eux ne donnent plus signe de vie.

Les pays en guerre sont-ils moins risqués pour les journalistes ? 

Le record de journalistes tués n’est pas détenu par la seule Syrie, le Mexique est à égalité.

Le pays aux 2000 fosses révélées par une équipe de journalistes (qui ont établi une carte consultable ici et fait changer les lois mexicaines grâce à leur enquête), est clairement un terrain de guerre pour les journalistes.

Découvrez l’enquêtes sur les 2000 fosses mortuaires recensées par les journaliste mexicains

Interview de Mago Torres: « la menace contre les journalistes existe, notre travail y répond ».

Cliquer ici pour lire l’article

Cette victoire des journalistes d’investigation sur l’Etat mexicain ne doit pas cacher les autres défaites du pays face à la liberté de la presse.

Face à la dizaine de journalistes tués, l’impunité est totale: 90% des meurtres de journalistes ne sont jamais jugés. Ce taux d’impunité de crime commis contre les journalistes est le pire au monde.

Le festival de cinéma Viva Mexico dont la MDJ est partenaire chaque année, a remis le prix du meilleur film au documentaire « Disparos », qui raconte l’histoire d’un journaliste mexicain dont les amis sombrent peu à peu dans les puissants gangs mexicains.

Festival Viva Mexico ! – Le prix de la MDJ remis au documentaire « Disparos ». 

« Lors d’une couverture à Guerrero, lui et d’autres journalistes sont pris au piège entre les mains d’un groupe armé qui va les kidnapper… »

Cliquer ici pour lire l’article

Aucun journaliste tué en-dehors de son pays

Cela peut sembler surprenant. Les journalistes qui enquêtent dans leur pays risquent plus qu’à l’étranger. Ainsi, couvrir une guerre, ou se rendre dans des pays pour enquêter sur des sujets dangereux comme le narcotrafic ou les problèmes environnementaux, serait moins dangereux qu’enquêter sur son propre pays.

La journaliste mexicaine Norma Garabia Sarduza en est un triste exemple: assassinée alors qu’elle avait reçu plusieurs menaces suite à ses enquêtes sur la corruption de la police locale.

Dans ce pays, même la protection étatique ne suffit pas quand elle existe: le journaliste Francisco Romero Diaz a été tué alors qu’il bénéficiait d’une protection rapprochée de l’État mexicain.

389 journalistes en prison

Ce chiffre fourni par RSF augmente de 12% en un an et ne prend pas en compte «les journalistes enfermés quelques heures, quelques jours, voire plusieurs semaines.» Pourtant ce type d’arrestation est en nette progression.

Outre l’arrestation et la privation de liberté, les conditions de vie des journalistes en prison sont particulièrement draconiennes. Le journaliste de la MDJ Ghys Fortuné Bemba Dombe en a fait l’expérience au Congo Brazzaville.

« De l’enfer à la liberté » – L’enfermement arbitraire durant 18 mois au Congo Brazzaville

En prison. «La nourriture est-elle empoisonnée? Peu importe, il faut la nettoyer avant consommation, elle est si rare: seulement trois repas par semaine. Les sévices physiques ne suffisant pas à briser un esprit combatif, l’humiliation est donc de mise.»

Cliquer ici pour lire l’article

RSF pointe aussi du doigt la situation des journalistes prisonniers en Turquie et en Chine.

La Chine détient à elle seule 120 journalistes en prison, soit le double de 2018. La plupart des nouvelles arrestations concernent la minorité ouighours pour laquelle les investigations sont très difficiles. La MDJ a accueilli cette année un journaliste ouighour en danger, son portrait est à lire prochainement. 

Des journalistes qui ne sont plus journalistes: l‘inquiétant exemple du Yemen

Mais au-delà des chiffres, certaines situations inquiètent, le Yemen est un exemple. Pays en guerre où la censure règne en maître comme en témoigne notre article, les journalistes changent de profession.

« La plupart des français ne savent pas ce qu’il se passe au Yemen »

« Aujourd’hui, beaucoup de journalistes sont en prison, comme les écrivains, les activistes… Il n’y a plus aucun journal qui publie quotidiennement au Yemen, sauf le journal intitulé 14 octobre qui est pro-gouvernemental. Il est uniquement publié dans la nouvelle capitale, Aden. Il glorifie les rebelles et les saoudiens au détriment du gouvernement légitime. »

Cliquer ici pour lire l’article

Bien que le bilan soit moins meurtrier que l’année passée avec deux morts contre 18, il y a en fait de moins en moins de journalistes. Ainsi le rédacteur en chef du célèbre journal Al Tafasseel est devenu vendeur d’objets d’occasion.

C’est aussi le cas de l’Afghanistan, pays le plus meurtrier pour les journalistes en 2018. En un an, il y a statistiquement moitié moins de journaliste dans le pays.

La liberté d’informer en 2020

Entre les arrestations arbitraires, la prison (et les conditions d’enfermement), les kidnappings (57 en 2019) et l’impunité des crimes contre les journalistes, le combat pour la liberté d’informer reste plus que jamais d’actualité.

L’intégralité du rapport RSF est à découvrir ici.

D’autres articles sur la liberté d’informer

«Ni le Congo du Sud, ni du Nord, mais le Congo du cœur» – Présentation du livre de Ghys Fortuné Bemba Dombe, résident à la MDJ

Malgré les efforts, certaines conférences se transforment en meeting politique. Il aura fallu toute l’énergie du journaliste Ghys Fortuné pour rappeler l’objectif de cette rencontre: la sortie de son livre «de l’enfer à la liberté». De nombreuses personnes sont venues l’écouter. Parmi eux, d’éminents représentants dont d‘anciens ministres congolais. Les propos du journaliste sontt donc scrutés à la lettre près.

En guise d’introduction, le rôle essentiel de la liberté d’informer pour exercer la liberté de voter. Sans les bonnes informations, comment peut-on savoir pour qui on vote?

Contextualiser le rôle de chacun est essentiel, mais c’est bien le parcours de Ghys Fortuné qui intéresse les invités. Par exemple, sa volonté inébranlable de ne pas céder malgré les pressions subies: 18 mois de prison, 19 kilos en moins.

Or, il suffisait d’avouer la non véracité des articles, reconnaitre la calomnie (alors que toutes les informations avaient été scrupuleusement vérifié par lui-même) ; si il avouait, il sortait.

Ghys Fortuné a donc pris la parole, énumérant les violences subies comme autant d’anecdotes trahissant le calvaire des prisonniers au Congo. Tandis que certains prisonniers entrent et sortent selon les bons vouloirs de la République, Ghys Fortuné croupit dans une cellule où les conditions sanitaires sont déplorables.

«Les Congolais continuent de payer un lourd tribut pour les manipulations tribalistes et les querelles manigancées par les politiciens pour leurs intérêts personnels. Quelques exemples :

  • Trois guerres civiles en trois décennies qui ont entrainés de milliers de morts
  • Malgré sa richesse (pétrole, forêt, hydrographie, végétation etc.), le Congo est classé par le PNUD parmi le pays à indice de développement humain faible ;
  • Une économie exsangue souffrant d’un endettement colossal et de crises à répétition alors que le pays a bénéficié d’une remise de sa dette à la fin de la première décennie des années 2000 et a accumulé des revenus pétroliers faramineux pendant en 2010 et 2015 ;
  • Délitement d’un État qui ne fonctionne pas, où règne l’arbitraire et l’impunité. La faillite systémique a permis l’émergence d’une catégorie de citoyens cherchant à dénoncer la mauvaise gouvernance et les multiples dérives régimes.

Dans cet élan Talassa, notre organe de presse, a pris une part active à cette démarche. À partir de ce moment nous étions devenus une cible pour le pouvoir. Les hommes du système nous ont intenté procès sur procès depuis la création du journal Talassa en 2001. J’ai été victime d’intimidations, d’harcèlements, de tentatives d’enlèvement et d’assassinat et de plusieurs arrestations avant la dernière, en janvier 2017, qui a duré 18 mois.»

En prison, les rumeurs courent. Dehors, il y aurait tel ou tel événement qui s’attaque au moral des prisonniers politiques.

En prison, les sévices s’attaquent aussi bien à l’esprit qu’au corps

La nourriture est-elle empoisonnée? Peu importe, il faut la nettoyer avant consommation, elle est si rare: seulement trois repas par semaine. Les sévices physiques ne suffisent pas à briser un esprit combattif, l’humiliation est donc de mise.


L’Etat congolais lui confisque ses biens, ses comptes en banque, les autorités ratissent larges: même les cadeaux apportés par sa famille en prison disparaissent.


Ghys Fortuné sort de la prison pour des interrogatoires qui ne mènent à rien, à peine a-t-il la possibilité de faire des allers-retours à l’hôpital malgré une condition physique qui se dégrade chaque jour.

«Mon incarcération a été un véritable enfer. Je suis sortie de là avec plusieurs pathologies. Mêmes à mes pires ennemis je ne souhaite pas qu’ils vivent ce que j’ai subi au cours des 18 mois d’incarcération:

  • Sévices corporels ;
  • Pressions psychologiques ;
  • Privation de visite ;
  • Privation de sommeil ;
  • Privation de nourriture (2 repas par semaine ; par compassion Norbert Dabira me donnait de la nourriture) ;
  • Privation de soins ;
  • Enfermement en isolement total et complet dans des cellules sans électricité où je dormais à même le sol. Elles prenaient l’eau à chaque pluie. Elles étaient d’une insalubrité insupportable et infestées de souris, cafards, scorpions et fourmis, moustiques et vers de terre. En guise de toilette j’avais un seau sans couvercle que je vidais selon l’humeur de la hiérarchie pénitencière (tous les 24, 48, 72 heures voir plus).
  • Il est arrivé de partager ma cellule de la maison d’arrêt de Brazzaville avec des psychopathes assassins envoyés surement dans le but de m’achever. Mais grâce à Dieu notre cohabitation de 2 mois s’est déroulée sans problème.»

Et à force d’insister, la folie, la paranoïa, la solitude et la crainte pour ses proches sont devenus ses compagnons de cellule. En revanche, le désespoir n’a jamais été la bienvenue.


L’Etat congolais lui confisque ses biens, ses comptes en banque, les autorités congolaises ratissent larges: même les cadeaux apportés par sa famille en prison disparaissent. On y découvre un système où chaque chef fait ce qu’il veut sur son territoire de compétence, c’est du harcèlement quotidien.

L’objectif? Faire craquer Ghys Fortuné. S’il ne craque pas physiquement, les autorités visent le mental. Et à force d’insister, la folie, la paranoïa, la solitude et la crainte pour ses proches sont devenus ses compagnons de cellule. En revanche, le désespoir n’a jamais été la bienvenue.

Soutien à Ghys Fortuné via Mediapart

«Pour sortir le Congo d’une situation économique délabrée et d’une situation politique qui fait craindre l’éclatement du pays, il faut un sursaut citoyen, surtout de la part des « intellectuels ».

Toutefois, les personnes qui ont connu la torture, le harcèlement, l’emprisonnement, les violences sexuelles, les familles qui ont perdu leurs biens gagnés à la sueur, ceux qui ont perdu des parents… portent dans leur chair et dans leur esprit des stigmates profonds indicibles.

Ces personnes sont souvent amenées à croiser les responsables de cette violence institutionnelle, leurs bourreaux, qui, en raison de l’impunité qui les protège, continuent à les narguer, à les intimider voire à les menacer afin qu’elles se taisent.

Leur peur l’emporte ainsi sur la rage. Alors, ce sursaut, la réconciliation et la paix sont-elles possibles dans un pays qui porte autant de blessures, autant d’injustice, autant d’impunités…?

Comment faire pour préserver réellement l’unité nationale dans un tel environnement et dans ces conditions?

Dans ces conditions: Comment vivre avec l’horreur? Nul ne doit empêcher le recouvrement de la mémoire, surtout pas les bourreaux. Ensuite l’oubli ne se fera qu’à certaines conditions…

Cependant, quelles que soient les souffrances subies et les difficultés il faut toujours positiver ; en effet, les congolais ont à vivre ensemble, ont à reconstruire un pays détruit par l’égoïsme, la bêtise et la folie des Hommes.

Il faut donc pardonner et aimer même les traitres et les bourreaux comme le firent Jésusde Nazareth pendant qu’on le clouait sur le poteau et, par la suite, ceux qui ont véhiculé son message de pardon, de réconciliation et de paix comme Paul de Tarse et, plus près de nous, Mahatma Ghandi, Martin Luther King, Nelson Mandela….

La force du pardon est le véritable antidote à la tristesse provoquée par la rancune et la vengeance. La réconciliation et la paix sont-elles possibles dans un pays qui porte autant de blessures ? Comment faire pour préserver réellement l’unité nationale dans un tel environnement et dans ces conditions?

Les Congolais peuvent-ils prendre exemple sur l’Allemagne et la France qui se sont fait des guerres atroces, mais qui ont pourtant trouvé la voie pour se réconcilier et se donner un avenir partagé. Les Congolais peuvent-ils prendre exemple sur le Rwanda et sur l’Afrique du Sud? »

Les questions du public

Le public est varié: des confrères prennent la parole pour apporter leur soutien, louer le courage et s’interroger sur l’avenir du Congo Brazzaville.

La réponse de Ghys est toujours la même. Il leur parle d’amour. «Il faut s’aimer et ainsi se respecter».


Quand un homme d’une cinquante d’années à qui on a gelé les comptes et fermer tous les titres de presse et les entreprises qu’il a créé, l’expression «nouvelle vie» n’est pas heureuse.


Au problème politique s’ajoute les problèmes ethniques, les congolais du nord et du sud ne se réconcilient pas, pire le cycle des vengeances continue. Face à cette dramatique situation qui perdure, Ghys Fortuné ose prendre cet exemple personnel.

Ses parents (sous-entendu des personnes de son ethnie) ont violé une femme et sa fille il y a des années. Pourtant, lorsque l’Etat congolais a gelé ses comptes et que ses meilleurs soutiens ne pouvaient plus rien pour lui, la fillette violée (devenue femme) a pris la décision de payer les frais scolaires des enfants de Ghys Fortuné. Au-delà de la somme, le risque social pris état conséquent (aider un paria politique). Elle a su pardonner. Elle a su mettre en place l’amour qui crée plus qu’un simple pont entre ceux du Nord et ceux du Sud, elle réunit les enfants du Congo.

Cette anecdote, comme beaucoup d‘autres, donne de l’espoir aux personnes venus assister à l’événement.

Démonstratif, Ghys Fortuné continue sur cette ligne lorsque le représentant officiel pour l’Europe du parti politique au pouvoir (qui l’a donc mis en prison) prend la parole. Ils évoquent leur constat respectif et mettent en valeur les points de convergence plutôt que de divergence.

Combattif, Ghys Fortuné peut enfin savourer ce moment qui représente pour lui la transition entre l’horreur qu’il a vécu et cette nouvelle vie qui s’offre à lui. Nouvelle vie? Quand un homme d’une cinquante d’années à qui on a gelé les comptes et fermer tous les titres de presse et les entreprises qu’il a créé, l’expression «nouvelle vie» n’est pas heureuse.

Mais il a de quoi être fier. Et c’est sans l’once du moindre doute qu’il affirme: «Je vous le dis chers amis, un jour je retournerai au Congo!»

D’autres articles sur le Congo

“Au Tchad, être journaliste c’est être sans cesse sous surveillance” – Portrait du journaliste Mahamat

Comme beaucoup de ses confrères, Mahamat n’a pas eu d’autre choix que de mettre ses compétences de journaliste au service de Télé Tchad, une chaîne de télévision du régime dictatorial tchadien. Mais une fois rentré chez lui, le jeune homme enquête sur les massacres perpétrés dans son pays. Un soir de novembre, c’est la recherche de trop. Mahamat est arrêté.

Été 2011, Mahamat est officiellement bachelier. Il s’inscrit à un concours pour intégrer une école de journalisme basée au Soudan. Mahamat est admis. Le gouvernement lui octroie alors une bourse pour ses études. Le jeune homme fait pour la première fois ses valises, et quitte son pays natal, le Tchad. 

« Une fois ma formation terminée, j’ai dû rentrer pour travailler au service du gouvernement ».

2014, Mahamat a 22 ans, et fait ses premiers pas de journaliste à la rédaction arabe de Télé Tchad, l’une des plus grandes chaînes télévisées du pays. Là bas, il réalise des reportages, et travaille au desk.

Mais au Tchad, être journaliste rime avec censure et surveillance acharnée. Les recherches, qu’elles soient personnelles ou professionnelles, sont constamment contrôlées. « La rédaction nous a à l’œil, et tout ce que l’on fait est centralisé au gouvernement ».

Un contrôle également présent à plus petite échelle : « les journalistes se surveillent même entre eux ».

Pour Mahamat, la réalité du métier de journaliste dans son pays est désolante: « Au Tchad, être journaliste c’est être sans cesse sous surveillance ».

Le mois d’avril 2016 s’ouvre sur l’élection présidentielle. Idriss Deby, le candidat sortant, brigue un cinquième mandat. Pour les tchadiens, l’heure est à la contestation: ils demandent le départ du dictateur, au pouvoir depuis 26 ans. 


« Ils me reprochaient de ne pas dire la vérité, alors qu’aucun journaliste n’a de liberté d’expression ».


A Télé Tchad, on se prépare à couvrir l’événement. Mahamat est désigné “envoyé spécial” pour les régions de Dar Sila et de Ouaddaï, à l’est du pays. Arrivé sur place, la couverture médiatique est difficile et inédite pour le jeune homme : “Pendant un mois, je suis au coeur des tensions et des violences”.

Mahamat est marqué par la brutalité humaine qu’entraine ces élections.

Lors d’un meeting du PLD (Parti pour les Libertés et le Développement) un parti d’opposition au régime, Mahamat est à son tour pris pour cible. Des militants l’attaquent physiquement. « Ils me reprochaient de ne pas dire la vérité, alors qu’aucun journaliste n’a de liberté d’expression ».

Sa liberté d’expression, Mahamat la retrouve le temps d’un instant, lorsqu’il discute des questions des droits de l’homme dans l’émission “choc des idées” sur FM Liberté : une radio privée, non tolérée par le pouvoir.

Dire la vérité. A tout prix. C’est pourtant ce qui anime Mahamat et deux autres journalistes tchadiens.

Le 26 novembre 2016, un massacre a lieu à Ngueli, au nord du pays: : une bagarre entre deux familles fait cinq morts et plusieurs blessés. Quelles sont les réelles circonstances du drame ? Qui sont les vrais responsables ? Les trois journalistes décident de mener leur propre enquête.

Mais très vite, leur investigation est interrompue. Le 10 décembre 2016, Mahamat et ses deux confrères sont arrêtés à leurs domiciles respectifs et sont amenés à la police judiciaire. « Pendant deux jours, on a été interrogés et torturés ». Une signature sur un papier promettant l’arrêt des recherches permet finalement aux trois journalistes d’être relâchés.

Quelques semaines plus tard, Mahamat apprend que l’un de ses deux collègues a été tué. Accident ? Vengeance personnelle ? Coup du gouvernement ? Mahamat l’ignore, encore aujourd’hui. La mauvaise nouvelle n’arrête pourtant pas les deux journalistes.


Le 1er novembre 2018, c’est l’enquête de trop… « Je me souviens exactement de l’heure, il était 21h30 précisément ».


Deux ans plus tard, ils lancent une autre enquête : divers bombardements ont lieu à Miski dans le Tibesti, un massif montagneux du Sahara central, zone frontalière de la Libye.

Le 1er novembre 2018, c’est l’enquête de trop… « Je me souviens exactement de l’heure, il était 21h30 précisément ». Mahamat et son confrère sont en train de recouper leurs sources, quand ils sont soudainement interrompus. Des hommes de l’Agence Nationale de Sécurité (service des renseignements tchadiens) se tiennent derrière eux. Tout va très vite. Les deux journalistes sont menottés, embarqués. Leur téléphone et leur ordinateur sont saisis. Leur enquête, effacée…

La sanction est plus lourde que lors de leur première arrestation. Cette fois, Mahamat et son confrère ne seront pas relâchés. Ils sont placés en cellule d’isolement, et torturés quotidiennement…

Un matin de novembre, une bonne étoile vient mettre fin aux vingt-cinq jours de calvaire de Mahamat. « On me dit que je vais être transféré« . Le jeune homme est sorti de sa cellule, et laissé de côté. Quelques minutes plus tard, sa bonne étoile apparait devant lui. « Je suis relâché, cagoulé, et emmené dans une ferme, à une douzaine de kilomètre de la capitale ».

Mahamat reste caché dans cet endroit jour et nuit. Mais il risque à tout moment d’être retrouvé. Sa bonne étoile s’organise, et finit par trouver une solution.


« Même à l’ambassade, au moment de faire mon empreinte digitale, je ne savais toujours pas où je partais. »


Le 19 décembre 2018, pour la deuxième fois dans sa vie, Mahamat doit faire ses valises. Mais ce second voyage n’a rien d’exaltant : Mahamat doit quitter le pays. Pour aller où ? Il l’ignore… Mahamat a rendez-vous en terre inconnue. La peur l’envahit. « Même à l’ambassade, au moment de faire mon empreinte digitale, je ne savais toujours pas où je partais ».

Son escale à Istanbul le mettra sur la voie… Dans la salle d’embarquement, Mahamat observe les visages des individus autour de lui: « Je comprends que je suis en train de voyager vers la France ».

Pour autant, la découverte de la destination ne rassure pas le jeune tchadien, “Tant que je n’avais pas de réelle protection, je n’arrivais pas à me réjouir ».

Arrivé à l’aéroport en France, Mahamat est déboussolé. Il ne connaît « RIEN de la France« … Un taxi lui propose ses services, mais Mahamat refuse. Il se méfie. « Ici aussi, il y des services de sécurités. A tout moment, je pouvais être reconnu et dénoncé aux autorités françaises ».

C’est finalement un ami de la banlieue parisienne qui viendra le récupérer, mettant fin à ses angoisses et ses inquiétudes. Mahamat passera plusieurs mois à la Roche-sur-Yon avant de rejoindre la capitale.

Aujourd’hui, la peur et l’insécurité ont laissé place à un esprit serein. Mahamat est désormais rempli d’espoirs et d’ambitions: “J’aime mon métier de journaliste, et même si je suis loin de mon pays, je veux continuer à clarifier la situation sur ce qu’il s’y passe”.

Souvenir

Mahamat glisse sa main dans la poche de son pantalon, et en sort un papier imprimé, quelque peu froissé.

Un soir, parmi les quelques billets de Francs CFA que son père tenait entre ses mains, un dollar s’était glissé. Mahamat le regardait, ébahi. Son père décida de lui donner ce billet.

Aujourd’hui, le dollar a parcouru plus de 5000 kilomètres et ne quitte jamais la poche du jeune homme.

Découvrir nos articles