Articles

Table ronde. “Nous avons la liberté d’expression, mais pas la liberté d’après”

Mercredi 15 novembre, la Maison des journalistes a accueilli le PEN Club Français pour une table ronde, à l’occasion de la journée mondiale des écrivains en prison. Orienté sur la liberté de la presse, l’événement a réuni des journalistes, écrivains et défenseurs de la liberté d’expression des quatre coins du monde. Parmi eux, l’émérite sociologue et écrivaine turque Pinar Selek, « harcelée par la justice de son pays » depuis plus de vingt-cinq ans.

Cette journée mondiale des écrivains emprisonnés a été instaurée en 1981 par le PEN Club international et est commémorée chaque année. La Maison des journalistes, qui accueille en ces murs des journalistes ayant parfois été incarcérés pour leur travail, est particulièrement concernée par cette journée. « C’est avec un immense plaisir que nous accueillons cette table ronde », a introduit Darline Cothière, directrice de la MDJ. « La MDJ, qui héberge et accompagne des journalistes depuis 20 ans, sait combien il est important de remuer la plume dans la plaie. Une telle table ronde à la MDJ avait donc tout son sens et ne pouvait être manquée. »

De gauche à droite : la poète Carole Carcillo Mesrobian, le président du PEN Club français Antoine Spire, l’activiste Asal Abasian et son interprète, ainsi que la directrice de la MDJ Darline Cothière.

Des centaines d’écrivains et journalistes morts ou emprisonnés en 20 ans

« Depuis 2004, 699 écrivains et journalistes ont été attaqués, emprisonnés et harcelés », explique le président du PEN Club Français, l’auteur Antoine Spire. Il a ouvert la table ronde en citant  quelques noms d’écrivains persécutés, notamment celui de María Cristina Garrido Rodríguez (emprisonnée à Cuba), ainsi que celui du Marocain Soulaimane Raissouni. Parmi ces 700 personnalités, 12 ont disparu et 28 ont été tuées. « Nous avons décidé de nous réunir à la Maison des journalistes car il s’agit d’un lieu hautement symbolique, qui donne l’asile à ces journalistes pourchassés pour avoir voulu faire leur métier. »

Mais aujourd’hui, la MDJ n’accueillait pas uniquement des journalistes. Autour de la table, Maryna Kumeda, autrice de Journal d’une Ukrainienne, ainsi que la poète ukrainienne Anna Malihon et la journaliste activiste Asal Abasian. Mais la première à s’emparer du micro fut Pinar Selek, mondialement reconnue pour ses travaux sociologiques sur la société iranienne et ses opprimés : les femmes, les personnes transsexuelles, les Kurdes. 

Chacune de ces femmes ont évoqué la nécessité du soutien de la communauté internationale envers les écrivains, et plus largement les intellectuels, harcelés ou emprisonnés. Sans cette communauté, leurs chances d’être libérés sont considérablement amoindries. A travers leurs expériences et celle relatée de leurs camarades, les journalistes et écrivains de la table ronde ont pu revenir sur l’importance des mobilisations étrangères, et sur soutien sans faille envers leurs confrères emprisonnés.

Ecrivaine et chercheuse, Pinar Selek a été accusée de terrorisme après s’être penchée sur le sort des Kurdes. Elle est arrêtée en 1998 par les autorités mais refuse de donner les noms des Kurdes ayant témoigné pour elle. Ses travaux sur la violence armée de l’État turque avaient également provoqué l’ire du gouvernement, à l’origine d’un harcèlement judiciaire s’étalant sur 25 ans. 

Réfugiée en France depuis 2011, Pinar Selek n’a jamais cessé de militer pour la paix, publiant des ouvrages pour préserver cette dernière. Particularité juridique de son pays, Pinar Selek a été acquittée à 4 reprises entre 2006 et 2014 par la justice. En janvier 2023, la Turquie émet un mandat d’arrêt international contre sa personne. Engagée dans les droits fondamentaux en France, elle est désormais une fervente militante du PEN Club français. Son nouveau roman, Le chaudron militaire turque, vient de paraître aux Editions des femmes.

Asal Abasian quelques instants avant son intervention.

Elle s’est exprimée sur « la banalisation des violences » politiques dans le monde, dont elle est un des innombrables exemples. Malgré son dernier acquittement en 2014, Pinar Selek a dû assister, impuissante, à la réouverture de son dossier par la Cour suprême de Turquie. Qualifiant son procès « d’une autre époque », Pinar Selek est théoriquement attendue au tribunal pour l’été 2024 à Istanbul. Elle risque la perpétuité.

A ses côtés, les ukrainiennes Maryna Kumeda, résidant en France depuis 17 ans, et Anna Malihon, réfugiée depuis moins d’un an et auteur de huit livres. Elle relate avoir été ballotée avec son fils depuis 2022, après  l’invasion de l’Ukraine. Pour elle, la solidarité internationale envers les écrivains et journalistes permet de sauver des vies, à l’instar du réalisateur ukrainien arrêté en Crimée Oleg Stenstov. Arrêté en 2014 alors qu’il manifestait contre l’annexion de sa Crimée natale, il avait été condamné à 20 ans de prison pour terrorisme lors d’un procès expéditif russe en 2015. Incarcéré dans une prison du nord de la Russie, Oleg Stenstov avait bénéficié du soutien de plusieurs ONG (Amnesty, RSF), gouvernements occidentaux, écrivains, cinéastes et acteurs de l’étranger. 

En septembre 2019, le cinéaste est inscrit sur une liste d’échange de prisonniers avec l’Ukraine, signant la fin de son incarcération. « Sa libération est due au soutien étranger et notamment la France. Aujourd’hui, il fait partie d’une unité de l’armée en première ligne, comme bon nombre d’intellectuels, acteurs et scientifiques. » Certains meurent sur le front, d’autres dans leur maison bombardée.

« Je veux dédier une chaise vide à Victoria Amelina, auteur d’un livre sur les crimes commis par la Russie, et qui a été tuée fin juin par un missile russe », insiste Anna Malihon d’une voix ferme. Elle n’hésite pas à parler de « génocide intellectuel » des Ukrainiens, arguant que le pays a déjà connu des épisodes similaires. Le 3 novembre 1937, plus de 200 intellectuels ukrainiens sont assassinés par les soviétiques, privant le pays d’élite intellectuelle de l’époque. « Nous appelons cette génération « la renaissance fusillée » car l’Ukraine profitait depuis quelques années d’une plus grande liberté créative », rappelle la poète. 

Cri du cœur des intellectuels iraniens

Asal Abasian, activiste queer iranienne, a été contrainte de quitter son pays en octobre 2021. Ayant fait partie de la promotion 2023 de l’Initiative Marianne, elle aspire aujourd’hui à continuer son combat en France et dénoncer les exactions du régime iranien. 

Elle explique durant la table ronde qu’elle est triplement victime du régime, étant queer, femme et journaliste. « En Iran, j’ai été accusée et interrogée à plusieurs reprises sur mes activités, ce qui m’a forcé à fuir le pays en 2021 pour Istanbul, puis à venir à Paris » où l’Initiative Marianne lui a permis de laisser libre cours à son activisme. Bouleversée par la mort de Mahsa Amini, Asal Abasian se bat pour les droits des femmes et de la communauté LGBTQI+ depuis de longues années. Elle compte par ailleurs rejoindre le PEN Club français dans les prochains mois.

« Comme vous le savez, à l’annonce choc du meurtre de Mahsa Amini », arrêtée car son voile ne couvrait pas tous ses cheveux, « deux de mes collègues ont été emprisonnées pour 25 ans pour avoir donné les noms des hommes qui l’ont tué », explique Asal Abasian en lisant une lettre qu’elle a préparé à cette occasion. En Iran, « nous avons certes la liberté d’expression, mais pas la liberté d’après », assène-t-elle avec conviction.

« Cette histoire n’est pas juste celle des écrivains de la capitale, le régime détient au moins quatre journalistes et écrivains dans la prison d’Evin, au nord du pays. Chers collègues et écrivains, je vous conjure de ne pas oublier les prisonniers et toutes les autres victimes des droits humains en Iran. Le régime islamique continue de museler la population, ne nous laissez pas seuls dans cette lutte. Ne nous oubliez pas : racontez-nous. »

Une supplication entendue par toutes les personnes présentes, et qui l’ont longuement applaudie. Des rencontres et échanges chargés d’émotions et surtout animés par la même cause, la même passion : la quête constante de vérité. Une quête que la Maison des journalistes soutiendra toujours aux travers de ses actions et au sein de ses murs. 

Crédits photos : Chad Akhoum, Banksy.

Maud Baheng Daizey

Massacres et destructions à Gaza : la France, les U.S.A et le Royaume-Uni entre peur, rétropédalage et jusqu’au-boutiste.

Une tribune de Ghys Fortune BEMBA DOMBE

La France qui interdisait les manifestations palestiniennes le 28 octobre sur son territoire, soutient l’Israël avec les U.S.A et le Royaume Uni. Toutes ces puissances se trouvent désormais devant un dilemme : continuer à soutenir ou condamner Israël.

Les frappes israéliennes mardi 1er et mercredi 2 novembre sur le plus grand camp de réfugiés de la Palestine, Jabaliya, où vivent 159.000 personnes, les bombardements intempestifs des écoles, des civils dans les hôpitaux, des ambulances et partout ailleurs à Gaza ainsi que le blocus de l’enclave pendant des jours s’apparentent à des crimes de guerre. Pour sa part, le président brésilien, Lula da Silva dénonçait fin octobre un « génocide ».

Bien que le Quai d’Orsay se dit « profondément inquiet du très lourd bilan » et réitère « son appel à une trêve humanitaire et à la protection des populations civiles ; une obligation du droit international qui s’impose à tous ». Cependant, l’histoire retiendra que la France de Macron, les U.S.A de Biden et le Royaume Uni de Rishi ont cautionné les velléités d’Israël en déclarant sans limites, « qu’Israël a le droit de se défendre contre le Hamas ». De même, la patronne de l’Union Européenne, Ursula Von der Leyen, en ne condamnant pas Israël au départ, est accusée d’encourager les massacres à Gaza.

Il faut craindre, un embrasement dans le monde avec les discours des leaders Iraniens et Libanais, les missiles lancés par les rebelles Houthis du Yémen par-dessus la Mer Rouge le 31 octobre, les tags qui se généralisent en Occident, les manifestations géantes à Londres et dans les pays arabes.

Pendant ce temps, plus d’une personne interrogée sous anonymat félicite Arnaud Froger qui a mis ouvertement en cause la responsabilité d’Israël dans l’assassinat des journalistes ; Reporters Sans Frontières particulièrement en saisissant la Cour Pénale Internationale pour crimes de guerre le 31 octobre, contrairement aux gouvernants britanniques, français et américains qui semblent faire le médecin après la mort.

Quel jugement porter face au regain de violences au Moyen-Orient ?

Faut-il se taire ou croiser les bras devant les destructions et les pilonnages en Cisjordanie et à Gaza perpétrés par la force disproportionnée de Tsahal qui transforme des quartiers entiers en champ de ruines ? Que dire des Palestiniens qui sont tués régulièrement par les colons israéliens en Cisjordanie ? Les personnes qui défendent leurs droits de terre peuvent- elles être assimilées à des terroristes ? Si c’est le cas, pourquoi alors aider les Ukrainiens à reconquérir la Crimée et d’autres portions de terre de l’Ukraine occupées par la Russie ? Où sont passés les accords d’Oslo de 1993 ? Autant de questions qui devraient faire réfléchir les médiateurs internationaux pour ouvrir des négociations sur la voie des deux États.

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, est revenu à Tel-Aviv au vingt-huitième jour de « l’opération Épées de fer » (3 novembre) avec la même tonalité, mais en ajoutant cette fois-ci, une dose humanitaire et d’application des accords : « l’Israël a le droit de se défendre tout en épargnant les civils ; une pause humanitaire s’impose pour acheminer l’aide à Gaza avec projection de deux États ».

37 journalistes tués en deux semaines de conflit à Gaza

De son côté, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, pointe du doigt, « les U.S.A qui bloquent les résolutions des Nations Unies. Ils sont les véritables responsables des massacres de Gaza exécutés par Israël ». Il soutient l’attaque du 7 octobre du Hamas contre les Israéliens. D’après lui, c’est la conséquence logique du blocus de Gaza depuis des décennies, de l’incendie de la mosquée d’al-Aqsa le 5 avril dernier, des tueries de Colons.

Loin de nous l’idée de soutenir le Hamas, la sacralité des faits et de la vie humaine recommande de ne pas passer sous silence le carnage des journalistes, des civils et la destruction sans précédent de Gaza depuis 75 ans. Se taire devant les violations des droits et les actes terroristes, c’est trahir le métier du journalisme et les institutions françaises qui nous encouragent mensuellement à promouvoir les libertés fondamentales, la laïcité et l’éducation aux médias dans les universités, les lycées, les Epides, les centres pénitentiaires, etc. D’ailleurs les autorités françaises conviendraient avec nous en procédant au rétropédalage et en autorisant, le 2 novembre des manifestations palestiniennes et une conférence internationale humanitaire le 9 novembre 2023.

Comme l’enseigne la sagesse populaire : « la violence n’engendre que la violence ». En d’autres termes, continuer à bombarder les Gazaouis pour quelques raisons que ce soit, c’est encourager des milliers des rescapés à se radicaliser et à rejoindre le Hamas.

Crédits photos : Mohammed Ibrahim.

Ghys Fortuné Bemba Dombe

S’évader pour mieux penser : la réalité des journalistes exilés

Cet article a été publié dans Latitudes, le média belge collaboratif des journalistes en exil (membre d’En-GAJE) et des étudiant.es en journalisme de l’Université libre de Bruxelles (ULB/VUB). 

Mi-novembre 2022, l’Université de Mons accueillait l’ABSL En-GAJE (Ensemble – Groupe d’Aide aux Journalistes exilés). Trois journalistes sont venus raconter leur exil après une exposition bouleversante. De fervents défenseurs de la liberté de presse et d’expression, jusqu’à en devoir quitter leur pays.

Au sixième étage du nouveau bâtiment de l’UMons, le Rosa Parks, des professeurs, des élèves ainsi que des personnes extérieures visitent la pièce dédiée à l’exposition d’En-GAJE sur le thème des journalistes exilés. Des témoignages poignants sont affichés, accompagnés de photographies qui en disent long.

À 16h30, la présidente de la faculté des Sciences Humaines et Sociales, Manon Libert, saisit le microphone et annonce le commencement de la deuxième partie de l’évènement : la discussion en amphithéâtre avec trois journalistes recueillis par l’association.

Parmi le public qui s’installe dans la salle, le Club de la Presse Hainaut-Mons. Le journaliste Julien Crête prend le rôle de coordinateur de la soirée et s’apprête à introduire les invités. Ce dernier, connaissant leur passé tumultueux, entreprend ses questions avec délicatesse. Peu de gens se doutent de ce qu’ils vont être amenés à entendre.

« J’en garde encore aujourd’hui les traces sur mon corps »

Emmanuel Nlend-Nlend, pourtant fier de ses origines, explique comment il a été amené à quitter le Cameroun. Il était animateur pour « Radio Soleil », il adorait se lever le matin et faire sourire ses auditeurs. Il se servait aussi de son poste pour « gueuler » les éléments qui n’allaient pas dans son pays. Une même présidence depuis quarante ans, un taux de chômage démesuré…

C’est lors d’un matin presque comme les autres que plusieurs hommes en uniforme débarquent dans les bureaux de la radio camerounaise. Emmanuel est embarqué de force et subit deux semaines de torture. « J’en garde encore aujourd’hui les traces sur mon corps », confie-t-il, en tentant de capter le plus de regards possible autour de lui. Alors, pour éviter le pire, il doit fuir. C’est avec une certaine émotion dans la voix qu’il annonce avoir dû laisser son fils de dix mois au pays.

Pas un choix

Lorsqu’un membre du public demande aux journalistes : « Quelles raisons vous ont poussés à choisir de quitter votre pays ? », Joséphine-Jones Nkunzimana affirme que si elle est arrivée en Belgique, ce n’est pas par choix, elle n’a pas réfléchi et ne savait même pas qu’elle était en train de prendre une décision radicale.

Elle travaillait également pour une radio au Burundi et utilisait régulièrement les réseaux sociaux pour y dénoncer les atrocités de son gouvernement. « Je me demande comment les humains peuvent être aussi méchants … Un vrai journaliste se doit de dire la vérité », continue-t-elle.

Fatimetou Sow rajoute : « On l’a dans le sang. » Cette dernière était connue de tous en Mauritanie étant donné que son visage apparaissait tous les soirs sur les écrans lors du journal télévisé. « Je profitais de ma notoriété pour sensibiliser la population sur des sujets comme le mariage forcé et l’esclavage. »

Cela n’a évidemment pas plu aux autorités mauritaniennes. L’incompréhension se lit dans ses yeux lorsqu’elle explique : « Après le mariage c’est le gavage, et après le gavage c’est l’excision. »

Préserver l’identité professionnelle

Lors du vernissage de l’exposition, l’initiateur de Ensemble – Groupe d’Aide aux Journalistes exilés, Jean-François Dumont, raconte la naissance de l’association : « Au départ, il s’agissait de venir en aide à ceux qui était privés de la liberté d’informer. Aujourd’hui, nous leur permettons aussi de préserver leur identité professionnelle, notamment en publiant dans Latitudes. »

« Avancer sur nos libertés »

Alors que Fatimetou et Emmanuel adoptent une position pessimiste quant à l’avenir de leurs pays respectifs, Joséphine, elle, s’exprime pleine d’espoir : « Je pense que dans les années à venir, nous auront des gouvernants qui nous permettront d’avancer sur nos libertés. »

Ils ont tous les trois affirmé que les réalités des Belges différaient nettement des leurs. Ici, la liberté d’expression est commune, même si cette chance n’est parfois pas suffisamment mesurée par les journalistes.

Néanmoins, il faudra se battre éternellement pour empêcher de faire vaciller ce droit si fragile.

Cet article a été rédigé par l’étudiante Emma Consagra de l’option Information et Communication de l’UMons, dans le cadre d’un atelier coordonné par Lorrie D’Addario et Manon Libert.

« Être journaliste en Haïti, c’est être un héros »

Lundi 23 octobre, le Rapporteur Spécial de l’ONU en Haïti a publiquement dénoncé la hausse des violences en Haïti, alors que 5 millions d’habitants ont besoin d’assistance humanitaire. Dans l’ouest du pays et à la capitale, les gangs font régner le chaos et terrorisent la population. Entre janvier et octobre 2023, plus de 2 800 personnes auraient été tuées. Les médias locaux tentent tant bien que mal de couvrir les événements mais ne bénéficient d’aucun soutien, et beaucoup de journaux télé, radio et papier ont dû fermer boutique. Avec une telle insécurité, comment garantir la pratique du journalisme ? 

L’ONU a validé l’envoi de forces internationales pour maintenir l’ordre, sans qu’il n’y ait plus d’avancées. Les frontières restent fermées à la circulation des hommes avec la République dominicaine, qui avait pris cette décision le 15 août dernier, face à la recrudescence de violence. Plus de 200 000 Haïtiens ont dû fuir les villes, en particulier Port-au-Prince, et ont perdu leur logement. Un millier d’hommes du Kenya devaient être envoyés pour rétablir l’ordre (sous l’égide de l’ONU), mais les parlementaires du pays ont suspendu la décision, de crainte d’ingérence étrangère. Suspension confirmée par un tribunal kenyan le 24 octobre dernier, laissant Haïti se débrouiller seule.

Mais la capitale n’est pas la seule à être menacée : les multiples attaques dans la région rizicole de l’Artibonite font craindre une perte des récoltes, dans un pays où plus de 100.000 enfants sont en état de malnutrition sévère. « De plus en plus de parents ne parviennent plus à nourrir convenablement leurs enfants ni à leur prodiguer les soins appropriés, et l’escalade terrible des violences perpétrées par les groupes armés les empêche de se rendre dans les centres de santé », selon le Représentant de l’UNICEF en Haïti, Bruno Maes.

Près de 30 places perdues dans le classement RSF en un an

Pour le site d’informations en ligne Haïti Libre, fondé dans les années 2000, la situation critique pèse sur l’objectivité des journalistes. « L’information diffusée par nos médias haïtiens est fortement influencée par les aspects commerciaux, la pression de divers groupes d’intérêts, la crainte de représailles politiques, sans parler des menaces de mort ou d’enlèvement. De plus, ne le cachons pas, nos médias dans ce pays souffrent d’un manque criant de ressources qualifiées et doivent, de surcroît, exercer leur mission d’information dans une situation post-séisme, ce qui ajoute beaucoup de stress quotidien. »

Anderson D. Michel, journaliste haïtien et réfugié politique en France, a accepté de répondre à nos questions. Bien qu’exilé, cet ancien résident de la MDJ continue à travailler pour plusieurs médias, mais officieusement « car ma situation peut mettre mes proches en difficulté sur place. » Il collabore aussi avec l’École de la Radio et Guiti News. « C’est également complexe pour mes collègues de collaborer explicitement avec moi, ce pourquoi je reste dans l’ombre. »

Classé 99e sur 180 du classement RSF, Haïti est devenu ces dernières années un pays où il ne fait pas bon vivre pour les journalistes. Premier obstacle de taille à l’accomplissement du travail d’Anderson, les menaces qui pèsent sur lui et ses confrères. Selon lui, « les journalistes haïtiens ne sont pas protégés par les lois, contrairement aux européens. » Si Haïti est bel et bien dotée de l’article 28.1 de la Constitution de 1987 garantissant l’exercice du journalisme, la protection de la liberté de la presse est plus ténue. Aucun article de loi ne la garantit explicitement, elle ne s’exerce que par la liberté d’expression.

« Cela devient très précaire pour mes confrères et consœurs au niveau juridique et économique », en plus des pressions et de la censure. Lui-même s’y soumet volontairement pour protéger sa famille, de nombreux sujets demeurant tabous : la corruption des juges, les gangs, la sécurité… Les journalistes sont « libres » d’en parler (ou plutôt libres de s’exposer), mais pas n’importe comment s’ils ne veulent pas risquer leur vie.

« Cinq à six journalistes sont tués tous les ans. Récemment, la journaliste émérite Marie Lucie Bonhomme a été enlevée puis libérée quelques heures après, sans qu’il n’y ait d’enquête ouverte ni même d’explications. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres : pas un seul crime envers les journalistes n’a été puni depuis plusieurs années. »

© Sergey Nemirovsky

Anderson est formel, « le simple fait de sortir représente un risque mortel : nous sommes la cible des gangs, des politiques et parfois même de la police. Les violences peuvent être des agressions, des critiques, voire de la censure. » Lui-même se soumet volontairement à la censure pour protéger sa famille. « Certains policiers appartiennent à un gang ou fraternisent avec ces derniers, nous ne pouvons avoir confiance ni nous tourner vers personne. » Un fait déjà rapporté par le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) basé en Haïti. 

« La Police nationale d’Haïti (PNH) ne pourra obtenir des résultats durables que lorsque la sécurité publique sera rétablie et que l’Etat reprendra ses fonctions, en particulier dans les quartiers défavorisés où sévissent les gangs », a pour sa part déclaré Maria Isabel Salvador, Rapporteur Special de l’ONU ce 23 octobre.

La précarité économique, sociale et sécuritaire des journalistes

Des attaques que Radio Télé Zénith, média d’opposition au pouvoir, a violemment expérimenté. « Il a été la cible d’une attaque armée de plusieurs individus cagoulés. Le local a été criblé de balles et les journalistes employés ont décidé de prendre la fuite, faute de protection. » Il existe « plus d’une centaine de groupes armés dans le pays, principalement basés à Port-au-Prince, qu’ils contrôlent à 80%. »

Aux agressions, la censure et à l’absence de protection juridique, s’ajoute la précarité économique des acteurs de la presse : « beaucoup vont sur le terrain sans équipement, qu’ils ne peuvent pas acheter », confie Anderson. « La plupart de mes collègues gagnent moins de 200 euros par mois en tant que journaliste. Il est devenu impossible de vivre de son métier ou de réaliser certains reportages. Ils sont en situation d’extrême précarité », appuie-t-il d’une voix ferme.

C’est bien pour toutes ces raisons qu’il considère qu’il « n’y a pas de liberté de la presse en Haïti : non pas parce qu’il n’y a pas de médias, mais bien parce que les journalistes ne sont pas libres dans leur travail et mouvements. »

Même son de cloche pour Mederson Alcindor, ancien journaliste reporter pour Radio Nativité Internationale à Port-au-Prince. Il est aujourd’hui rédacteur en chef adjoint de l’agence Clin d’œil Info (CDI), et rédacteur HIP (Haiti Info Pro). Il affirme privilégier le télétravail pour des questions de sécurité. « Je me déplace s’il y a un évènement d’intérêt général (conférence de presse du gouvernement ou d’autres officiels, interview avec des sources clés, couverture de manifestation entre autres). » 

« Dans les zones contrôlées par les hommes armés, il est très difficile voire impossible parfois pour les travailleurs de la presse de pratiquer ou d’avoir accès à certaines informations. Et depuis la dégradation du climat sécuritaire, un nombre incalculable de travailleurs de la presse ont quitté le pays. »

« La conjoncture sociopolitique, économique et sécuritaire d’Haïti n’est pas sans conséquence sur les médias car les entreprises commerciales sont frappées de plein fouet par la crise multidimensionnelle et alarmante. Les médias pour lesquels je travaille ne sont pas exempts », conclut tristement Mederson Alcindor. 

Des gangs désormais populaires

Comme si les difficultés des journalistes n’étaient pas assez grandes, la croissante popularité de certains membres et chefs de gang commence à peser lourdement dans l’opinion publique. Y voyant une certaine légitimation, les bandits n’hésitent pas à se mettre en scène dans des clips musicaux enregistrant des milliers de vues et d’abonnés. « Ils sont sur tous les réseaux sociaux : Twitter, Tik Tok, Facebook… Ils ne se cachent pas, dévoilent leur visage, car ils vivent dans l’impunité la plus totale. Certains sont devenus des blogueurs ou des stars des réseaux sociaux ! » A l’instar d’Izo Lucifer, accusé de multiples assassinats mais avec 80.000 abonnés sur Tik Tok

Pourtant, les journalistes haïtiens continuent d’accomplir leur travail malgré les difficultés. « Ils font du journalisme par vocation, alors qu’il n’y a rien pour encourager les jeunes à faire ce métier maintenant. Être journaliste en Haïti c’est être un héros, car tu sais que ta vie est en danger sitôt que tu prends un micro. Le prix de l’info en Haïti est payé par la vie de plusieurs journalistes », conclut Anderson. 

Crédits photos : © Sergey Nemirovsky, © Cindy Régis Page Facebook.

Maud Baheng Daizey

PORTRAIT. Naama Al Alwani, une journaliste syrienne au mental d’acier

Du haut de ses  31 ans, Naama Al Alwani, journaliste syrienne, garde le sourire, malgré un parcours semé d’embûches. Ancienne résidente de la Maison des journalistes, elle accepte de revenir sans filtre sur son parcours. Portrait d’une journaliste dotée d’une confiance en soi inébranlable.

c0c48884-d6d3-49dd-822d-9640f77ef082.JPG

Un rire facile et un débit de phrase posé. Voilà ce qui caractérise Naama Al Alwani lorsqu’elle accepte de remonter le temps et de retracer son parcours.  Née en 1991, elle a rapidement trouvé sa vocation grâce à son esprit très curieux et sa passion d’être sur le terrain. Dès son plus jeune âge, elle sait tout de suite ce qu’elle veut : être journaliste. Elle lance sa carrière à l’âge de 20 ans. Nous sommes en plein printemps arabe, au cœur de l’année 2011. Naama Al Awani se définit alors comme « journaliste activiste ».

Très concrètement, elle partage sur ses réseaux sociaux toutes les actualités sur les mouvements de la révolution dans sa ville de Homs, en Syrie, située à 100 kilomètres de Damas, la capitale. En particulier les frappes israéliennes qui ont détruit sa ville. Le tout en variant les supports afin de donner encore plus de poids à ces informations : photographies, vidéos, témoignages de locaux sur place… En 2012, le conflit prend une tournure encore plus grave pour Naama : “Ma maison à Homs a été bombardée par le régime de Bachar El-Assad. J’ai vraiment eu peur pour ma vie, mais aussi pour celle de mes proches. C’était la goutte de trop, je devais partir”, raconte-t-elle, d’une voix tremblante. 

Le cœur lourd, elle décide de prendre la direction de Daraya, dans la province de Damas. “Sur place, j’ai notamment pu travailler pour l’organisation Life Institute : the Lebanese Institute For Democraty and Human Rights, une instance qui milite pour les droits humains. Je réalisais des rapports et des comptes-rendus sur la situation des droits de l’Homme en Syrie, tout en continuant bien-sûr à dénoncer l’injustice et les crimes commis par ce dictateur, je conserve toujours ma liberté de penser, malgré les multiples pressions, telles que l’intimidation ou les menaces de mort”, se remémore Naama. 

Le régime syrien, qui a toujours gardé un œil sévère sur les activités de Naama, n’apprécie guère son militantisme. À tel point qu’il décide de passer à la manière forte. En octobre 2013, Naama a été arrêtée par le régime, qui voulait depuis un moment museler la journaliste. Pendant cette période, il était en effet interdit de diffuser et de partager toute diffusion d’information en rapport avec le régime syrien et la révolution.

“Je me souviens qu’ils ont arrêté plusieurs autres journalistes qui étaient contre le pouvoir, retrace Naama. Rendez-vous compte, à cause de nos convictions, de nos idées, ils nous ont bâillonné en nous envoyant en prison. Moi, j’y suis restée pendant huit mois. J’ai toujours gardé la force mentale, grâce à la spiritualité, avec ma religion. Cela m’a rendue encore plus forte pour surmonter cette épreuve très dure”, complète-t-elle. Musulmane très pratiquante, Naama Al Alwani a recours à sa foi pour ne pas sombrer. Durant sa détention, elle en profite notamment pour réaliser un rapport sur les conditions des femmes en prison. “Je pensais en permanence à mon entourage, à mes proches. Cela m’a aidé à tenir”, souffle-t-elle.

e1026dd5-befb-4def-82fe-f3000d4ed320.JPG

Naama Al Alwani apprécie particulièrement la télévision et le montage vidéo.

Les chiffres clés de la guerre en Syrie depuis 2011
Selon un rapport publié par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme publié en juin 2022, 306 887 civils ont été tués entre le 1ᵉʳ mars 2011 et le 31 mars 2022 en Syrie depuis le début du conflit. En d’autres termes, cette estimation indique qu’au cours de ces dix dernières années, ce sont en moyenne 83 civils par jour qui ont subi une mort violente. “Cela n’inclut pas les très nombreux autres civils qui sont morts en raison de la perte d’accès aux soins de santé, à la nourriture, à l’eau potable et à d’autres droits de l’homme essentiels, qui restent à évaluer” déclare dans ce rapport Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme. Ce nombre de victimes civiles recensées au cours de ces dix dernières années “représentent un taux stupéfiant de 1,5 % de la population totale de la République arabe syrienne au début du conflit”, indique encore le rapport.

« J’ai fait 8 mois de détention à cause de mes convictions »

Naama Al Alwani, journaliste syrienne

Dès sa sortie de prison, Naama n’oublie pas ses engagements : lutter encore et toujours contre le régime en place, à son échelle. “Personne ne me fera taire”, tonne-t-elle. Ainsi, pendant plusieurs années, elle continue de dénoncer les actes sanglants du régime en enregistrant des vidéos sur son téléphone, en réalisant des reportages vidéos et des articles, qu’elle garde pour elle. Mais le petit écran la titille toujours. Spécialisée dans la télévision, Naama Al Awani réalise des reportages pour le petit écran.

Elle collabore notamment avec Halab Today TV, une chaîne de télévision syrienne depuis septembre 2020. En plus de ses talents de présentatrice, la Syrienne a un profil très polyvalent : polyglotte – elle maîtrise l’arabe, l’anglais et a de bonnes bases en français, elle aide les chercheurs et journalistes étrangers qui la contactent pour faire de la traduction sur des sujets liés à l’actualité de la Syrie. Parmi les sujets traités, Naama a ses domaines de prédilection : “J’apprécie particulièrement tous les sujets de société qui concernent les réfugiés syriens et les femmes syriennes. Je me focalise principalement sur la révolution et sur ce qu’il se passe sur ce long conflit syrien qui dure depuis 2011”, explique-t-elle. Sa mère, qui vit actuellement au Liban, lui apporte une autre culture : “Je me sens syrio-libanaise”, sourit-elle.

Un départ pour développer sa polyvalence

Après ces longs mois, Naama décide de quitter sa Syrie natale pour rejoindre le Liban voisin, toujours dans l’optique d’y exercer son métier de journaliste. “J’ai pu travailler avec plusieurs médias sur place en tant que freelance, comme Al Jazeera magazine, Al Aan TV. Je voulais toucher à tous les médias pour développer ma polyvalence”, précise Naama. En plus de ses activités journalistiques, la jeune femme n’oublie pas la cause qui lui tient à cœur, en accompagnant les réfugiés installés dans des camps au Liban. La journaliste leur fournit notamment les premiers soins et contribue à distribuer des denrées alimentaires aux personnes les plus démunies.

Réfugiés syriens au Liban : un parcours du combattant pour survivre 
Au Liban, on estime le nombre de réfugiés syriens entre 1,5 et 2 millions, faute de données officielles, dont 805 000 sont enregistrés auprès du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Cela fait du Liban l’État qui héberge le plus grand nombre de rescapés de la guerre civile syrienne par habitant. Ces réfugiés représentent environ 25 % du total de la population libanaise. Avant le conflit syrien qui a débuté en 2011, le pays du Cèdre accueillait entre 250 000 et 500 000 Syriens. 

Ils étaient alors pour une partie d’entre eux employés dans le BTP et l’agriculture particulièrement. Alors que le Liban continue de s’engouffrer dans une crise sociale et économique majeure depuis 2019, le pays est depuis plus de neuf mois sans président et avec un gouvernement démissionnaire. 82 % des Libanais vivent sous le seuil de pauvreté et la livre libanaise a perdu plus de la moitié de sa valeur. Les conditions de vie des réfugiés syriens sont déplorables : selon le HCR, 90 % d’entre eux croupissent dans une situation de pauvreté extrême : ceux d’entre eux qui travaillent dans des champs et assurent les récoltes, par exemple, gagnent l’équivalent en livres libanaises de cinq dollars la journée.

Naama vivra dans le pays du Cèdre pendant sept ans. En tant que journaliste-reporter, elle a notamment collaboré avec le média syrien « Halab Al-Youm », pour informer de l’actualité des Syriens qui résident au Liban et en Turquie. En quittant le Liban en 2020, après avoir subi de plein fouet de la xénophobie, mais aussi les multiples crises du pays, Naama rejoint le territoire turc, où elle y résidera pendant sept mois. La journaliste continue de travailler pour « Halab Al-Youm » et le média « Watan », tout en entreprenant les démarches afin d’obtenir le visa, pour vivre en France. 

Après de multiples contacts avec l’ambassade française au Liban, elle obtient son précieux sésame en 2021, après deux ans et demi d’attente.  Elle rejoindra l’Hexagone la même année. Sa famille, quant à elle, continue de résider actuellement dans la ville de Tripoli, au Liban. “C’était très dur de les laisser, mais j’ai régulièrement de leurs nouvelles en visio. Pour le moment, je n’envisage pas de rentrer au Liban à cause de la situation locale très compliquée. Mais je garde toujours espoir pour un avenir meilleur”, lance Naama Al Alwani. 

Une adaptation contrastée en France 

Naama Al Alwani est arrivée en France le 15 juillet 2021. “J’ai choisi ce pays parce que je voulais uniquement la paix, je n’en pouvais plus de subir des pressions de la part du gouvernement syrien, je veux avoir la liberté de porter fièrement mes convictions. En France, il y a cette liberté d’expression”, clame-t-elle. La journaliste commence par découvrir la Normandie et en particulier la ville de Rouen, où elle habite avec une amie, pendant une dizaine de jours. 


“Après quelques recherches sur le web, j’ai découvert la Maison des journalistes et les combats de cette association qui milite notamment pour la liberté de la presse. J’ai rempli le formulaire d’admission et je m’y suis installée le 18 août 2021”, raconte Naama, soit tout juste un mois après son arrivée sur le territoire français. Elle réside au sein de la Maison des journalistes pendant une année. Le programme « Renvoyé spécial », qui consiste à raconter son histoire devant un jeune public de lycéens, lui tient particulièrement à cœur. “Je suis souvent positivement surprise par le public que je rencontre. Je trouve qu’ils ont des questions très pertinentes sur le fonctionnement de la liberté de la presse et moi j’apprends beaucoup sur leur manière de s’informer. Dans notre société, ce sont des sujets cruciaux”, développe Naama Al Alwani.

B4363797-A46C-4282-9BC5-57DF22FB4333.JPG

J’ai beaucoup apprécié de vivre ces expériences et surtout de ressentir la curiosité de ces jeunes. Je sens qu’ils sont souvent captivés par ce que je raconte”, se remémore Naama Al Alwani. La journaliste retient également ce mixte de cultures qui lui a permis de tisser des liens avec d’autres journalistes de l’association. Naama Al Alwani a obtenu son statut de réfugiée en novembre 2021.

Entre octobre 2021 et octobre 2022, elle a suivi  des études dans la spécialité « Français langue étrangère » à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Elle a enchaîné avec une licence en cinéma, toujours dans le même établissement, entre juin 2022 et juillet 2023. Elle recherche actuellement un Master, sans savoir encore dans quelle spécialité. 

« Je dois choisir entre mon hijab ou ma carrière »

Naama Al Alwani, journaliste

La jeune femme, qui réside actuellement à Paris, souhaite trouver un travail dans le journalisme avec toujours une appétence pour l’univers de la télévision, mais se heurte à une difficulté majeure selon elle : le port du hijab. “On m’a déjà forcé à l’enlever, mais je ne veux pas. Le hijab fait partie de moi, de ma personnalité et de ma religion. Cela fait 18 ans que je le porte. Je suis donc confronté à un dilemme : je dois choisir entre mon hijab ou ma carrière”, déplore Naama.

Elle souhaite par ailleurs dénoncer un cliché: “Beaucoup font le rapprochement entre les extrémismes et le terrorisme, juste à cause d’un vêtement. Mais je ne suis pas terroriste, je ne cache rien !”, clame Naama. La journaliste souhaite réaliser une enquête journalistique sur les discriminations liées au port du hijab.

Elle rebondit par ailleurs sur une polémique qui a fait couler beaucoup d’encre au sein de tous les partis politiques en France : le port de l’abaya, qui est désormais interdit à l’école  par le ministre de l’Education, Gabriel Attal. “On voit finalement que les gens ne sont pas traités de manière équitable. En quoi l’abaya peut vraiment déranger une personne ?” 

La journaliste confie que des connaissances qui portent le hijab ont accepté de l’enlever, uniquement sur le temps professionnel. “Je suis juste un être humain, une personne normale. Ici une des premières choses que l’on me dit lorsqu’on me voit avec le hijab, c’est : ‘’Tu n’as pas trop chaud avec ça ? Mais oubliez-le et concentrez-vous sur ma personne!“, lance Naama dans un grand éclat de rire. “Mais dans d’autres pays, comme en Allemagne, la mentalité est différente. Je me rends compte qu’ici en France, je ne peux pas totalement exprimer ma spiritualité”, ajoute la Syrienne.

Pour autant, Naama Al Alwani ne se voit pas qu’ailleurs qu’en France, reconnaissant être  “fatiguée” d’être perpétuellement en mouvement.  “Mon corps est ici en France, mais ma tête est au Liban avec mes parents et mes proches”, explique-t-elle pour définir son état d’esprit.

En plein apprentissage de la langue française avec un niveau B2, Naama a encore plusieurs souhaits : stabiliser sa situation professionnelle, obtenir la nationalité française et revoir sa mère. Cela fait déjà deux ans qu’elles ne sont pas vues. “Sur le plan psychologique, je désire aussi avant tout que tout ce stress disparaisse une bonne fois pour toute”, conclut-elle avec un long soupir. Une différence qui peut se faire au mental, Naama en a désormais l’habitude. 

Par Chad Akoum 

Hong Kong : le « procès des 47 », symptomatique d’une société liberticide

Depuis 2020, la nouvelle loi sur la sécurité nationale hongkongaise (LSN) a conduit à l’emprisonnement de nombreux avocats, journalistes et magnats de la presse. Octobre 2023 marque le début du procès hors-normes de 47 défenseurs, qui seront jugés pour complotisme. Alors que la plupart des médias indépendants ont été liquidés, comment les journalistes vivent-ils la pression et la censure chinoises ? La liberté d’expression a-t-elle encore un pouls ? Explications. 

Juristes, avocats, journalistes, propriétaires de média, politiciens, activistes LGBT… Les 47 Hongkongais sur le banc des accusés ont des profils variés, tous ont en commun d’être de fervents démocrates. Arrêtés en 2021 pour « complot en vue de commettre une subversion », ces hommes et ces femmes encourent aujourd’hui de quelques mois de prison à la perpétuité. 

Les élections de 2020, la naissance d’une révolution

Leur faute ? Avoir organisé des primaires pour les élections législatives en 2020, jugées illégales par Pékin, qui voyait d’un très mauvais œil la tentative d’indépendance hongkongaise. En effet, les élections devaient permettre le renouvellement des membres du Conseil législatif de Hong Kong, considéré comme une « province spéciale » de la Chine. 

Mais les élus pro-démocrates remportent le plus de sièges face aux pro-Pékin lors des primaires, un cuisant échec pour la Chine, qui rejette immédiatement douze candidats. Pékin se lance dans la foulée dans une « chasse aux démocrates » encore d’actualité, ponctuée par des manifestations citoyennes historiques. 

Depuis, la Chine réprime sévèrement toute tentative pro-démocratique, ainsi que toute prise de position et de parole contre son contrôle. La liberté d’expression a énormément réduit et des dizaines de journalistes sont derrière les barreaux ou en attente de leur procès.  

Dans son rapport annuel du 18 août 2023, l’Union européenne revient sur la situation dramatique hongkongaise. Son haut représentant Josep Borrell rappelle que « tout au long de l’année 2022, la loi sur la sécurité nationale et d’autres réglementations ont continué d’être invoquées pour étouffer l’opposition et le pluralisme, ainsi que l’exercice des droits de l’homme et des libertés fondamentales à Hong Kong. »

«Le démantèlement du principe « un pays, deux systèmes » et l’érosion du haut degré d’autonomie dont jouit Hong Kong, des principes démocratiques et des libertés fondamentales qui étaient censées être protégées […] s’est poursuivie. »  En 2022, « 236 personnes avaient été arrêtées au titre de la LSN et d’autres actes législatifs liés à la sécurité, tandis que 145 personnes et 5 entreprises avaient été inculpées avec un taux de condamnation de 100% », explique l’Union.

« Outre les menaces juridiques, les journalistes et les médias de Hong Kong sont confrontés à des défis similaires à ceux d’autres pays d’Asie », nous explique un membre du comité de la Hong Kong Journalists Association. 

« Le paysage médiatique s’est fragmenté après la fermeture de plusieurs grands médias », notamment d’Apple Daily, Citizen News et Stand News, médias très populaires sur l’archipel. Le fondateur d’Apple Daily, Jimmy Lai, vient de passer le cap tristement symbolique des 1000 jours en prison. 

La Hong Kong Journalists Association (HKJA), fondée en 1968, a pour objectif de défendre la liberté de la presse, la protection et la formation des journalistes. Elle organise régulièrement des conférences et ateliers de formation, et se bat quotidiennement aux côtés des journalistes hongkongais pour leurs droits. « En tant que syndicat, nous visons également à l’élimination des obstacles à la diffusion de l’information », détaille le groupe sur leur site. La fermeture de médias n’est pas sans répercussion pour les journalistes de l’archipel, dont les perspectives professionnelles se sont drastiquement réduites. 

Certains se reconvertissent à la pige, d’autres se réfugient dans des « plateformes médiatiques de niche plus petites. » Néanmoins, « les petits médias ont parfois du mal à survivre financièrement en raison de l’absence de financement stable », dans un cercle vicieux qui ne connaît pas de fin.

La justice, arme redoutable de la Chine 

Autre menace que l’argent et l’absence de perspectives professionnelles, les pressions juridiques minent durablement le moral et le travail des journalistes. La HKJA en a déjà fait les frais : « notre président a été arrêté et accusé d’obstruction à la police cette semaine, en raison d’une interaction de 15 secondes au cours de laquelle il a simplement demandé pourquoi les officiers voulaient voir sa carte d’identité. Cela donne une bonne idée des hostilités auxquelles les journalistes sont confrontés ici », détaille le porte-parole.

Pourtant, il assure que « la HKJA fonctionne en toute intégrité. » L’organisation n’a jamais rien fait d’illégal, d’inapproprié ou qui s’écarte de nos statuts. Nous savons que le registre des syndicats de Hong Kong a contraint d’autres syndicats de la ville à se dissoudre pour diverses raisons », mais ils sont pour l’instant épargnés.

Des soutiens des 47 manifestant devant la salle d’audience. Une photo d’Anthony Kwan/Getty Images.

« Par le passé, nous avons reçu des demandes de renseignements de la part du registre concernant nos activités, ils n’ont rien trouvé à nous reprocher. Nous bénéficions d’un soutien considérable de la part de nos membres et de la communauté des journalistes à Hong Kong. Nous sommes convaincus que nous pourrons continuer à faire de notre mieux pour fonctionner et apporter notre soutien à tous les journalistes de Hong Kong. »

Une situation qui inquiète également la communauté internationale. Le ministre britannique des Affaires Étrangères, James Cleverly, a ainsi déclaré que « les autorités hongkongaises ont élargi l’utilisation de la loi sur la sécurité nationale bien au-delà » de ladite sécurité. Il s’est également dit « déçu » du non-respect de la démocratie sur l’île, évoquant une « situation critique » de son système juridique. 

Hong Kong perd 68 places dans le classement RSF en 2022

Dans les prochains jours, le « procès des 47 » déterminera si les Hongkongais seront emprisonnés ou non pour avoir seulement exercé leur droit à la liberté d’expression. Les quatre juges ont été « choisis par la Chine » selon l’association Hong Kong Free Press, tandis que la présence d’un jury, composée de résidents de l’île, a été écartée. 

Mais alors, la communauté internationale demeure-t-elle sourde à la crise hongkongaise ? Pas tout à fait. Si l’Australie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni accueillent des Hongkongais dissidents sur leur territoire, peu s’aventurent effectivement aux prises de paroles publiques et frontales, exceptée l’Union européenne et plusieurs institutions internationales.

Le comité des droits de l’Homme de l’ONU a pour sa part exprimé son inquiétude quant aux « possibilités de transférer des affaires de Hong Kong vers la Chine continentale pour les enquêtes et procès » ainsi que les emprisonnements, faisant craindre de terribles conditions de détention. Le comité a par ailleurs exhorté Hong Kong « à abroger sa loi sur la sécurité nationale. »

Une loi et des méthodes condamnées à l’internationale, mais sans autre mesure de contrainte. Aucune procédure de médiation par un pays-tiers n’a par exemple été discutée avec la Chine et Hong Kong, malgré la situation plus qu’alarmante.

Maud Baheng Daizey

Guatemala : la fin tragique du journal El Periódico

El Periódico, journal guatémaltèque fondé en 1996, a dû mettre la clé sous la porte avec l’emprisonnement de son fondateur, José Rubén Zamora, le 15 mai 2023. Il a signé le dernier édito du journal le même jour, qu’il a rédigé depuis sa cellule. Il y explique que les multiples procès intentés par l’Etat, également appelées “procédures-bâillon” ont tué son journal. Mais comment le quotidien le plus célèbre du Guatemala a-t-il pu disparaître en quelques mois ? Quel avenir pour la presse guatémaltèque ?

Six ans. C’est le nombre d’années que devra passer José Rubén Zamora en prison pour “blanchiment d’argent”, initialement accusé de « chantage et trafic d’influence » et condamné le 14 juin 2023. Zamora était incarcéré depuis près d’un an et encourait jusqu’à 40 ans de prison, requis par le parquet guatémaltèque, l’accusant d’être un véritable « maître-chanteur. »

Mais les 144 enquêtes ouvertes par le gouvernement sur les journalistes d’El Periódico depuis 2022 ont mis en lumière un objectif plus ambitieux des autorités : faire taire les acteurs de la presse, en particulier durant la période électorale.

Plus de 144 attaques en justice contre des journalistes 

El Periódico, habitué à dénoncer les mésactions du gouvernement depuis 26 ans, était dans le viseur des autorités depuis quelques années. Quotidien très prisé des Guatémaltèques et comptant près de 400 employés, El Periódico et ses journalistes ont souvent reçu des prix pour leurs enquêtes et révélations de scandales.

Mais depuis 2019 et l’arrivée des conservateurs au pouvoir, le journal était grandement menacé. Dès 2021, une enquête pour « conspiration » était ouverte contre José Zamora.

En avril 2022, le choc a foudroyé la presse guatémaltèque : José Zamora a été arrêté par les autorités pour à la suite de la révélation de plusieurs affaires de corruption impliquant le président candidat à sa réélection, Alejandro Giammattei. Incarcéré en août 2022, José Zamora attendra huit mois de plus avant son procès, débuté en janvier 2023. 

De nombreuses ONG et associations de défense de la presse ont réclamé alors sa libération, dénonçant un harcèlement judiciaire inédit à son encontre. Un timing pointé du doigt par les associations de défense des droits civiques et de la presse, notamment le Comité de Protection des Journalistes (CPJ).

L’ONG avait expliqué dans un communiqué du 15 mai 2023 que ces multiples procédures étaient « le résultat du harcèlement judiciaire et financier de l’administration présidentielle d’Alejandro Giammattei contre le fondateur du média, José Rubén Zamora, et ses journalistes pour leurs reportages critiques sur la corruption. » Le CPJ a également appelé à la libération immédiate du fondateur. 

José Zamora saluant les journalistes durant son procès, le 14 juin 2023. ©Johan Ordonez

José Zamora a lui-même signalé des « persécutions politiques », alors que trois de ses avocats avaient été emprisonnés en avril dernier. Le quotidien El Periódico a finalement été interdit de publication en mai 2023 et plusieurs dizaines de ses journalistes ont été sous le coup d’enquêtes judiciaires voire de procès pour « obstruction » et « désinformation », après avoir publié la nouvelle de l’incarcération du patron du quotidien.  

Pas de doute pour Reporters sans frontières, les accusations « fallacieuses » à l’encontre de Zamora étaient dues à un « harcèlement judiciaire » intense. Un acharnement qui avait concordé avec la réélection du président Alejandro Giammattei. Il avait en effet été réélu le 25 août 2023, dix jours après la condamnation de José Zamora. Son rival à la présidentielle Carlos Pineda, connu pour sa politique anti-corruption, avait été écarté des élections par le Tribunal Supérieur Electoral en mai 2023, le laissant sans véritable adversaire

La famille de Zamora ainsi que de nombreux journalistes du journal ont dû fuir le Guatemala de peur de finir également en prison. Les abondantes amendes infligées au journal ont fini par avoir raison de ce dernier en plus de l’interdiction de publication, signant sa liquidation. 

Les procédures-bâillons, arme redoutable contre la presse

L’Œil avait déjà évoqué les procédures-bâillons, nuisant gravement à la liberté de la presse, dans un précédent sujet pour alerter sur ce phénomène de plus en plus courant. Car depuis quelques années, des individus et de grands groupes usent des procédures abusives (ou infondées) pour faire taire les journalistes. 

Affaire la plus emblématique, le cas de la maltaise Daphné Caruana Galizia, journaliste d’investigation aguerrie et fondatrice du site d’information Running Commentary. Elle est connue pour avoir enquêté et exposé des affaires de corruption au sein du gouvernement maltais. De nombreux scandales mettaient en cause le Premier ministre de l’époque, Joseph Muscat, ainsi que l’entourage de ce dernier, provoquant l’ire de la population. Elle faisait l’objet de plus de 40 procédures judiciaires pour diffamation avant sa mort, « nourrissant un climat d’impunité favorisant son assassinat » selon des magistrats maltais.

Victime du même mécanisme, le journal El Periódico ne sera plus jamais lu par ses millions de lecteurs quotidiens. Depuis sa prison, José Rubén Zamora a écrit son dernier édito le 15 juin dernier. « L’Etat nous a tué », y affirmait-il. 

« Pendant toutes ces années, bien que nous ayons dû faire face à d’innombrables intimidations, agressions et harcèlements constants de la part des pouvoirs en place, “El Periódico” s’est efforcé d’offrir à ses lecteurs les meilleures informations pour comprendre la société et le monde dans lequel nous vivons. »

José Zamora a également évoqué les « 30 ans d’un combat infatigable contre la corruption, l’impunité, le narcotrafic, les abus de pouvoir, le terrorisme d’État et la misère », soufflés par les manigances judiciaires du gouvernement. « Mais ils ne nous feront pas taire ! » avait conclu l’homme.

Une véritable catastrophe pour les défenseurs des droits et des ONG, qui ont multiplié les prises de parole pour exprimer leur inquiétude. « C’est une menace pour toute la presse nationale. Ici au Guatemala, les opinions critiques ou le journalisme d’investigation sérieux ne seront pas autorisés à être publiés », avait expliqué le rapporteur de l’ONU Frank La Rue. « La fermeture du journal représente toujours un revers pour la liberté de la presse et fondamentalement pour la démocratie. »

Pour soutenir la demande de libération de José Rubén Zamora, cliquez ici.

Crédits photos : Johan Ordonez, El Periodico.

Maud Baheng Daizey