Articles

Makaila Nguebla: un journaliste tchadien devant la justice française

Ancien résident de la Maison des Journalistes, Makaila Nguebla doit comparaître devant la justice française le 17 septembre prochain. Son tort? Avoir diffusé un article dénonçant les dérives financières et le clientélisme d’Abbas Tolli, neveu du président tchadien Idriss Deby et actuel gouverneur de la banque des états de l’Afrique centrale.

Des publications remettant en cause Abbas Tolli et ses agissements, il en existe beaucoup. Mais c’est cet article, « Tchad : le décrété gouverneur Abbas Tolli », qui est dans la ligne de mire du neveu du président tchadien.


«On vous taxe de délinquant pour avoir publié un article»


En diffusant l’article sur son blog Makaila.fr, son rédacteur en chef, Makaila Nguebla, s’est attiré les foudres de l’homme d’affaires, lui valant ainsi une comparution devant la justice française le 17 septembre 2019.

Rédigée le 10 novembre 2017 par un anonyme, la publication incrimine Abbas Tolli d’avoir accumulé de l’argent, et d’avoir ainsi contribué au pillage de l’état tchadien. L’écrit dénonce également les pratiques de clientélisme du gouverneur de la banque des états de l’Afrique centrale qui «a déjà débarqué les DG (directeur général) de la Banque de l’Habitat pour mettre son cousin un certain Hassaballah et à la CBT pour mettre un certain Ali Timan» selon l’auteur.

Abbas Tolli aurait aussi fait du favoritisme en ayant pris «des Congolais et des centrafricains comme ses secrétaires». Pour Makaila, ces abus «devaient être révélés à l’opinion publique tchadienne».

Son blog étant l’un des sites les plus lus du Tchad, le journaliste «{se devait} de relayer l’information». Makaila pensait aussi que son statut de réfugié politique le protégerait d’une quelconque menace…

Malgré la diffusion d’un droit de réponse, demandé par l’entourage d’Abbas Tolli, Makaila reçoit le 20 décembre 2017 une mise en demeure de la part de l’avocat de Monsieur Tolli: Makaila a 48 heures pour retirer l’article de son blog. «Si je retire l’article, cela veut dire que je retire également le droit de réponse» rétorque le journaliste.

Bien que les deux écrits aient été retirés en temps et en heure, Makaila Nguebla est tout de même convoqué le 28 novembre 2018 à la Brigade de Répression de la Délinquance contre la personne. Le journaliste est entendu pour la première fois par un officier de la police: il est auditionné en «qualité de suspect» pour «diffamation publique envers particulier», et risque une amende.

La situation le dépasse: «On vous taxe de délinquant pour avoir publié un article».

Makaila Nguebla participe régulièrement à l’opérationRenvoyé Spécial en partenariat avec le CLEMI

L’affaire s’étend au-delà des murs de la Brigade de Répression de la Délinquance. Le 3 juin 2019, Makaila est entendu par un juge des instructions au Tribunal de grande instance de Paris. Aux accusations de «diffamation publique envers particulier» qui pesaient déjà contre lui, viennent s’ajouter des accusations «d’injure publique envers particuliers».

Mme Mylène Huguet, la Vice-présidente chargée de l’Instruction, ordonne le renvoi de l’affaire devant le tribunal correctionnel. Déterminé à rétablir la vérité des faits et à faire valoir ses droits de journaliste, Makaila a constitué sa défense. Pour plaider sa cause, il a fait appel à William Bourdon, avocat spécialisé, entre autres, dans le droit de la presse et de l’édition, et grand défenseur des droits de l’Homme.

Parallèlement, la Maison des journalistes soutient elle aussi le journaliste: à travers une attestation de témoignage, elle a fait état de la moralité de Makaila, de ses engagements journalistiques et a rappelé le contexte politique de son pays.

Si le journaliste tchadien semble «plutôt confiant» face à sa convocation devant le tribunal correctionnel, le 17 septembre prochain, l’ampleur que prend cette affaire suscite son incompréhension et lui laisse un goût amer: «Saisir la justice française pour attaquer en justice un journaliste réfugié politique, il y a de quoi s’interroger sur la motivation réelle de cette poursuite… Ca ressemble à de l’acharnement». 

Tribune : universitaires et chercheurs s’inquiètent de l’ingérence marocaine envers Maâti Monjib

Un procès ouvert en 2015, reporté 15 fois. Avec notre confrère de la Maison des journalistes Hicham Mansouri, Maâti Monjib est visé par une plainte suite à la création d’une application mobile aidant les journalistes marocains et depuis censurée par le pouvoir. Hicham a du quitter le Maroc après avoir connu la diffamation et la prison. Maâti Monjib, universitaire a pu rester au Maroc, mais à quel prix?

Le 22 avril 2019, l’historien Maâti Monjib est entré dans une grève préventive de la faim pour 48 heures. Enseignant-chercheur à l’Institut des études africaines (IEA) de l’Université Mohammed V de Rabat, il est menacé de se faire radier de l’université et de la fonction publique, après avoir accepté de participer, en qualité de rapporteur, à la soutenance d’habilitation à diriger les recherches (HDR) de Mounia Bennani-Chraïbi, le 13 février 2019, à l’École normale supérieure (ENS), à Paris.

L’affaire de l’ENS

Quatre ans plus tôt, Maâti Monjib a mené une grève de la faim illimitée qui a duré 24 jours, pour défendre son droit à la libre circulation. En lien avec la formation de jeunes journalistes à des outils de la presse citoyenne, il a été poursuivi avec six autres personnes, d’abord pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’État ».

Le procès court toujours et Maâti Monjib fait l’objet de campagnes incessantes de diffamation et d’harcèlement moral. À l’origine des pressions que Maâti Monjib subit actuellement, rien de bien révolutionnaire : il a tenu à remplir ses engagements auprès de ses collègues en prenant part à un événement hautement académique.

Invité dès le mois de juin 2018 à faire partie du jury d’HDR de Mounia Bennani-Chraïbi, il a rapidement avisé les autorités de tutelle et produit tous les documents exigés, y compris la convocation officielle de l’ENS, sans pour autant obtenir un accord administratif formel, que peu d’universitaires sollicitent.

Maâti Monjib décide quand même de participer à la soutenance : sa présence est essentielle au bon déroulement de ce processus d’habilitation long et complexe. Peu après son retour à Rabat, il reçoit plusieurs « demandes d’explication » de la part des autorités universitaires pour non-présence sur son lieu de travail.

Un choix cornélien

Il y répond et dépose personnellement, à chaque fois, ses réponses à l’administration de l’institut ; preuve supplémentaire de sa présence. Or, son ministère de tutelle a engagé contre lui une procédure en abandon de poste (depuis le 11 février 2019), notifiée le 18 avril. Sommé de signer un formulaire de « reprise du travail » dans un délai de sept jours, Maâti Monjib a le choix entre reconnaître des accusations fallacieuses ou se faire radier.

Il a déposé un dossier officiel attestant qu’il n’a nullement abandonné son poste et 19 de ses collègues de l’institut ont témoigné par écrit qu’il « se présente régulièrement au poste de son travail » à l’institut et s’acquitte normalement de ses tâches.

Le procès-verbal signé par l’ensemble des membres du jury d’HDR atteste également de sa participation active à une activité scientifique, qui relève du cahier des charges de tout professeur universitaire.

L’Institut des études africaines se flatte sur sa page web de favoriser la coopération universitaire internationale et la mobilité des enseignants. N’est-ce pas contradictoire de soumettre Maâti Monjib à des épreuves kafkaïennes, alors même qu’il ne faisait que représenter son université dans une institution pour le moins prestigieuse ? En notre qualité de professeurs universitaires et de chercheurs, nous exprimons toute notre inquiétude face à cette entrave à la liberté académique.

231 signataires au 9 mai 2019 : 

NomPrénomPaysInstitut / fonction
Bennani-ChraïbiMouniaSuisseUniversité de Lausanne
AllalAminTunisieCNRS-IRMC
BoccoRiccardoSuisseThe Graduate Institute
BurgatFrançoisFranceCNRS
CamauMichelFranceInstitut d’études politiques d’Aix-en-Provence
CasimiroIsabel MariaMozambiqueEduardo Mondlane University
CatusseMyriamFranceCNRS
ChalcraftJohnRoyaume-UniLondon School of Economics and Political Science (LSE)
DakhliLeylaAllemagneCentre Marc Bloch
DesruesThierryEspagneIESA-CSIC
El KhawagaDinaLibanAmerican University of Beirut
FillieuleOlivierSuisseUniversité de Lausanne
GamalWaelÉgypteCarnegie Endowment for International Peace
GreemanRichardÉtats-UnisUniversity of Hartford
GusevAlekseyRussieMoscow State University
HammoudiAbdellahÉtats-UnisPrinceton University
HudisPeterÉtats-UnisOakton Community College
IharchaneOmarMarocUniversité Cadi Ayyad
JeppieShamilAfrique du SudUniversity of Cape Town
KaneOusmaneÉtats-UnisHarvard University
López GarcíaBernabéEspagneUniversité Autónoma
LöwyMichaelFranceCNRS
Miller G.SusanÉtats-UnisUniversity of California, Davis
MounaKhalidMarocUniversité Moulay Ismail
MounibNabilaMarocUniversité Hassan II
NaciriMohammedMarocGéographe, Université Mohammed V
NeveuErikFranceSciences Po Rennes
OfferléMichelFranceÉcole normale supérieure de Paris
RachikHassanMarocUniversité Hassan II
Siméant-GermanosJohannaFranceÉcole normale supérieure de Paris
StennerDavidÉtats-UnisChristopher Newport University
UysalAysenTurquiePolitologue (expulsée de l’Université d’Izmir)
VairelFrédéricCanadaUniversité d’Ottawa
VillalonLeonardoÉtats-UnisUniversity of Florida
VermerenPierreFranceParis 1 Panthéon-Sorbonne, France
WainscottAnn MarieÉtats-UnisMiami University
WaterburyJohnLibanAmerican University of Beirut

 

Les autres signataires par ordre alphabétique :

 

AainoussAbdelghaniMaroc 
AarourFatihaFrance 
AbdelmoumniSouadMaroc 
AbdelmoumniNaimaMaroc 
AchahbouneAbdellazizMaroc 
AchibaneMehdiMaroc 
AfkirMostafaFrance 
AfsahiKenzaFranceCentre Emile Durkheim – Université de Bordeaux
AghbalAhmedMarocUniversité Moulay Ismail
AhndarMohamedMaroc 
AitbaMouhssineMaroc 
AkanniSalouaFrance 
AkesbiNajibMarocInstitut agronomique et vétérinaire Hassan II
AksikasJaafarÉtats-UnisColumbia College Chicago
Alami MchichiHouriaMarocUniversité Hassan II
AllalTewfikFrance 
AlliouiHananeMaroc 
Andalous OuartassiKamalMaroc 
AnkariHamidMaroc 
AribAhmedMaroc 
AssidonSionMaroc 
AugierJean-PaulFranceHistorien
AzdemMehdiMaroc 
BaczkoAdamFranceUniversité Paris I
BajjajiGabrielFrance 
BalarbiNajatSuisse 
BaranziniRobertoSuisseUniversité de Lausanne
BelarbiMohamed  
BelfquihAbdelkhalekFrance 
BelghaziAmineMaroc 
BellaHassanMaroc 
Ben MamiAmineFranceSciences Po Aix
Ben SaudYoussefMaroc 
BenchebabAbdellatifMaroc 
BenmoussaYounesMaroc 
BennaniTaoufikMaroc 
BenslimaneDouniaMaroc 
BernichAbdallahMaroc 
BouabidAliMarocPolitologue
BouaggaYasmineFranceÉcole normale supérieure de Lyon – Triangle
BoubelrhitiLhoucineMaroc 
BouchraMouloudaMaroc 
BouguiyoudSaidQatar 
BouharouSullimanMaroc 
BoulaFaroukMaroc 
BoulakhrifAhmedMaroc 
BoutaharDrissMaroc 
BouzendagaAbdallahMaroc 
BrazekAbdeslamFrance 
BrouksyOmarMarocJournaliste et universitaire
ButinCyprienFranceConsultant en développement urbain
CaponCorinneSuisse 
CasaniAlfonsoEspagne 
ChahirAzizMarocPolitologue
CharpentierIsabelleFranceUniversité de Picardie
ChbibiMohamed  
CheikhMeriamFranceAnthropologue
CherbibMouhieddin e 

 

Militant des droits de l’homme tunisien

CherouaouBrahim  
CherquiIlhamCanada 
CherradouMohammedMaroc 
ChoubiMohamedMaroc 
ChoukriHmedFranceUniversité Paris Dauphine
ChraibiSaadMaroc 
DafirHassanMaroc 
DeğerOzanTurquiePolitologue (expulsé de l’Université d’Ankara)
DemetriouEleniChypreAix-Marseille Université
DerouichSaidMaroc 
DianiMoradQatarUniversité Cadi Ayyad (actuellement chercheur au Doha Institute)
DirècheKarimaFranceCNRS
DuchesneSophieFranceCNRS
DuthuFrançoiseBelgiqueUniversité Paris Ouest Nanterre
EichenbergerPierreÉtats-UnisChercheur invité à la New School
El AmineAmalMaroc 
El AyarMhamedMaroc 
El FahliMohamedMaroc 
El ImameSoumiaMaroc 
El KawkabiHassanMaroc 
ElalaouiCharifFrance 
ElAmineAdnanLibanAmerican University of Beirut
ElbelghitiRachidMaroc 
ElbouskyBelaidÉtats-Unis 
ElkhairiAyoubMaroc 
ElouajjaniSaidMaroc 
ElyamlahiZakiaMaroc 
EmperadorMontserratFranceUniversité Lyon 2
FakirIntissarÉtats-UnisCarnegie Endowment for International Peace
FarhatAbdellatifFrance 
FatmiYoussefMaroc 
Fernandez-MolinaIreneRoyaume-UniUniversity of Exeter
GanevVenelinÉtats-UnisMiami University
GaubertJulieSuisseChercheuse
GhadeerAhmedÉgypteChercheuse
GobilleBorisFranceÉcole normale supérieure de Lyon
GonnetAurélieFranceChercheuse
González García de ParedesMartaEspagneIESA-CSIC
GrazJean- ChristopheSuisseUniversité de Lausanne
GrottiLaetitiaMaroc 
GuediraAbdellahMaroc 
HayatSamuelFranceCNRS
HeddouchiOmarMaroc 
IdbelaidHamidMaroc 
IdhmidaMohamedMaroc 
IlahianeHsainÉtats-UnisMississipi State University
ImmAnasMaroc 
JahijaQendrimSuisse 
JamalAyoubMaroc 
Janne d’OthéeNathalieBelgiqueCentre national de coopération au développement (CNDD 11.11)
JenkalAbdelaziz  
JeradiMohamed  
JimenezMarEspagne 
JouvenetMorganFranceCNRS
KerdellassAchrafMaroc 
KhadirKhaddoujFrance 
KhalilOmniaÉgypteChercheuse
KheirAhmedÉgypteChercheur
KosuluDenizFranceChercheuse
KsikesDrissMarocÉcrivain et professeur à HEM
KurtoğluZerrinTurquieSociologue
LaaroussiOmarMaroc 
LahmamedElmehdiQatar 
LizéWenceslasFranceUniversité de Poitiers
López HernándezDoloresEspagneUniversidad de Navarra
Loukili ChrifAl MostafaMaroc 
MaaninouLarbiFrance 
MachAndréSuisseUniversité de Lausanne
MachrouhiDahbiMaroc 
ManryVeroniqueFranceSociologue
MasrourAissaMaroc 
MathieuLilianFranceÉcole normale supérieure de Lyon – Centre Max Weber
MayauxPierre-LouisFranceCentre international de recherche pour l’agriculture et le développement
MazighBahriMaroc 
McLaughlinFionaÉtats-UnisUniversity of Florida
MejjadGhaniMaroc 
MelianiYoussefMaroc 
MenouxThibautFranceUniversité de Nantes
MeziatyMouadMaroc 
MezziYoussefMaroc 
MiasColineFranceDoctorante Sciences Po Aix
Mohamed-ChaabaniSalihaFrance 
MortabitZouhairFrancePolytech Clermont-Ferrand
MotaMiltonSuisse 
Mouhallil-LeroySophieBelgique 
MoustekfuAbdellatifMaroc 
MrabtiMohammedMaroc 
MulhemMonifSyrieIntellectuel et militant syrien
NaguibMohamedFrance 
NaihMohammedMaroc 
NaimMustaphaMaroc 
NajemeIbrahimMaroc 
NaouaAdibaMaroc 
NasrAymanFrance 

 

Nuino Mourad

Mourad Nuino

 

Maroc

 

Docteur en droit

OcanaMorganFrance 
OlivierIsabelleFrance 
OubakaBrahimMaroc 
OukmeniIdirMaroc 
OumlilKenzaMarocUniversité Al Akhawayn
PaboeufJean-LouisFrance 
PagisJulieFranceCNRS
PapadopoulosIoannisSuisseUniversité de Lausanne
PaternotteDavidBelgiqueUniversité libre de Bruxelles
PereiraCristinaSuisse 
PierretMoniqueBelgique 
QmichouKhadijaMaroc 
RaddaouiRaddaouiMaroc 
RajibSaidMaroc 
RaoudMostafaMaroc 
RaymondCandiceFranceIREMAM
RhribSamiSuisse 
RivetBénédicteFranceCentre Max Weber
RuchetEvanSuisse 
RuelAnneFranceHistorienne
Ruiz de ElviraLauraFranceUniversité Paris Descartes

 

Sadki

Abdelouahe d

 

Maroc

 
SaidiRachidaMaroc 
SammouniMohamedMarocJournaliste et chercheur en sociologie politique
SefriouiKenzaMarocDocteure de l’Université Paris IV, journaliste culturelle, critique littéraire et éditrice
SillyVincaFrance 
SolanasFacundoArgentineUniversité de Buenos aires
SommierIsabelleFranceUniversité Paris 1
TajMustaphaMaroc 
TalbiAlaaTunisie

Docteur de l’Université de Tunis, Forum

tunisien pour les droits économiques et sociaux

TayebiMohammedMaroc 
TbeurIssam- EddineMarocUniversité Mohammed V
TekEylemTurquie 
TisserdiRachidMaroc 
TmartAhmedMaroc 
TokerNilgunTurquiePolitologue (expulsée de l’Université d’Izmir
TurkmenBuketFranceCentre Emile Durkheim
WahnichSophieFranceCNRS
YukselHakanFrance 
ZejlyNassimFrance 
ZwanenburgElsaSuisse 

Critique du film « Le Procès: L’Etat de Russie vs Oleg Sentsov »

[FILM] Le Procès c’est l’histoire d’une cinéaste originaire de Crimée qui s’appele Oleg Sentsov, un directeur qui est devenu célèbre après la sortie en 2012 de son film Gamer. Il a aussi travaillé comme un activiste pendant le mouvement de protestation ukrainien appelé « Euromaidan. » Le mouvement était contre l’annexion russe de la Crimée. Le gouvernement russe l’a arrêté et retenu pour les activités te

Iran : une jeune femme kurde enceinte dans le couloir de la mort

[Par Rebin RAHMANI]

Traduction par Evin

La douloureuse histoire de Zeynab, prisonnière kurde enceinte dans le couloir de la mort est un triste symbole de la condition des femmes en Iran. La vie de cette jeune femme n’a été qu’une succession d’injustices, d’oppressions patriarcales et de tragédies. 

La jeune accusée Zeynab Sakanvand Lakran Source : kurdistanhumansrights.net

La jeune accusée Zeynab Sakanvand Lakran
Source : kurdistanhumansrights.net

Zeynab Sakanvand Lakran est née au sein d’une famille très pauvre et ultra-traditionaliste le 22 juin 1994 dans un village des environs de Makou (nord-ouest de l’Iran). Mariée à l’âge de 15 ans, elle est arrêtée à 17 ans pour le meurtre de son époux après seulement deux ans de vie commune.

Avant cela,  Zeynab a vécu une enfance et une adolescence difficile pour ne pas dire cauchemardesque auprès de ses parents qui lui faisaient vivre un calvaire. Le seul moyen que la malheureuse a trouvé pour échapper à ses parents est de s’enfuir de son village pour la grande ville la plus proche avec un jeune homme avec qui elle n’avait eu pour seuls échanges que quelques conversations téléphoniques. Afin d’éviter un scandale, ses parents ont fini par se résoudre à accepter le mariage de leur fille avec ce garçon après que la famille de ce dernier leur versa une somme d’argent conséquente.

Elle qui se croyait amoureuse et qui avait naïvement espéré être heureuse avec cet homme loin de sa famille a en réalité vécu avec son époux un nouveau calvaire fait de violences physiques et morales.

La vie de Zeynab bascule le 1er mars 2012 lorsque le cadavre de son époux est retrouvé au domicile conjugal par le frère et la mère de ce dernier. Le soir même, Zeynab se présente spontanément au commissariat et explique avoir assassiné son époux après avoir été une nouvelle fois violemment battue. L’enquête de police et l’inspection du portable de Zeynab révèlent que cette dernière avait eu au cours des derniers mois des contacts téléphoniques réguliers avec son beau frère, ce qui a fortement laissé penser qu’ils avaient fait le « coup » ensemble. Le beau frère a donc été arrêté puis finalement relâché faute de preuves.

Zeynab a porté seule sur ses frêles épaules la responsabilité de ce crime pendant les trois premières années qui ont suivi son arrestation avant de changer de version dans le courant de l’année passée. Elle aurait alors confié à ses camarades de cellule s’être dénoncée à tort pour protéger le vrai coupable. Elle aurait ajouté qu’elle n’avait pas imaginé que les choses iraient aussi loin ni qu’elle serait condamnée à la peine capitale (probablement en raison de son âge au moment des faits).

En raison de sa minorité au moment du crime, Zeynab a été transférée peu de temps après son arrestation dans un hôpital psychiatrique afin de subir un examen psychologique et déterminer si elle avait ou non conscience de la gravité de son acte au moment des faits.
Les psychiatres ont alors établi la parfaite santé mentale de l’accusée sans prendre en compte ni son jeune âge ni les violences à répétition qu’elle avait subies au cours de sa vie et pendant son mariage. C’est pourquoi le tribunal l’a reconnue coupable du meurtre de son époux et l’a condamnée à mort en vertu de la loi du Tallion.
N’ayant pas les moyens de se payer un avocat afin de conduire l’affaire devant une Cour d’Appel, le Tribunal lui en a désigné un d’office. Ce dernier n’a pas pu empêcher que la peine soit confirmée par la Cour Suprême.
Une ancienne camarade de cellule de Zeynab entre temps libérée m’a récemment confié : « Zeynab est extrêmement déprimée et supporte très mal l’isolement de la prison. Elle est terrifiée par la perspective de son exécution. Comme elle n’a absolument personne sur qui compter à l’extérieur, elle a épousé l’année dernière un autre prisonnier et porte actuellement son enfant. Enceinte de 8 mois, la seule chose qui la soulage un peu est le fait qu’ « ils » ne peuvent pas l’exécuter pendant sa grossesse. »

La Loi du Talion (Œil pour Œil) en Iran est prononcée lorsque la famille de la victime refuse de « pardonner » l’accusé(e). Le sang du meurtrier ou de la meurtrière est alors versé en retour. Si la famille de la victime décide au contraire de pardonner, l’accusé(e) évite la peine capitale et une peine de prison est prononcée. Dans l’affaire qui nous occupe, la mère de l’époux assassiné insiste fortement pour que le sang de Zeynab soit versé. Devant accoucher cette semaine, cette dernière risque d’être pendue dans les jours qui viennent.

Bien qu’ayant signé la plupart des conventions internationales des Droits de l’Enfant, la République Islamique d’Iran a exécuté au cours des trois dernières années, au moins 42 prisonniers pour des crimes commis lorsqu’ils étaient mineurs.