Presse et insurrection citoyenne en Algérie: que font les journalistes ? 

La journée du 22 février 2019 va certainement être marquée d’une pierre blanche dans l’histoire de l’Algérie. Depuis cette date, des manifestations populaires sans précédents agitent ce pays pour exiger le retrait de la course à la présidentielle du chef de l’Etat sortant Abdelaziz Bouteflika.

Au pouvoir depuis vingt ans, l’homme brigue un cinquième mandat alors qu’il est cloué par la maladie sur un fauteuil roulant.

Abdelaziz Bouteflika est un homme touché par la maladie

Ayant perdu l’usage de la parole, il ne s’est pas adressé à son peuple tout au long du mandat en cours.

La revendication politique soulevée par la rue algérienne va au-delà de la simple demande du retrait de Bouteflika. Les Algériens veulent la démocratisation d’un système politique arrivé à bout de souffle et dont le président malade en est le porte-flambeau.

Suite à l’accident vasculaire cérébral (AVC) dont ce dernier a été victime en 2013, la propagande officielle qui s’est substituée à l’information, s’échine à le présenter comme apte à gouverner.

Pris de court par l’ampleur des manifestations pacifiques, le gouvernement a tenté dans un premier temps de passer sous silence les évènements. Mais, finissant par se rendre à l’évidence, il s’est résolu à orienter le traitement médiatique en sa faveur en imposant aux médias publics et privés d’évacuer le rejet du 5e mandat.

Les journalistes censurés

Ces derniers ont reçu instruction de n’évoquer que l’aspiration à des réformes politiques, la dénonciation de la corruption et de la mal-vie.

Ce qui aurait pu faire croire que les revendications s’adressaient directement à Bouteflika comme si la légitimité de celui-ci n’avait pas été remise en cause.

Néanmoins, avec la démocratisation des smartphones, la prise de conscience sur la manipulation de l’information s’est beaucoup accrue.

Les vidéos postées en temps réel sur les réseaux sociaux ont mis à nu le décalage entre la réalité et le discours des médias.

Jusqu’à aujourd’hui même l’agence de presse officielle continue d’observer la même attitude en s’abstenant de détailler les slogans brandis par les foules.

Pour elle les Algériens sont sortis pour réclamer le « changement » et des « réformes politiques profondes ». Créditées d’être indépendantes du pouvoir politique, les télévisions privées ont davantage déçu.

A l’instar des médias publics elles ont brillé par leur absence durant le déroulement des premières marches. Si elles ont essayé de rectifier le tir lors des manifestations qui ont suivi, elles n’ont pas toutefois osé évoquer la revendication phare des manifestants.

Des journalistes menacés

Une chape de plomb particulièrement rude s’est donc abattue sur les journalistes incitant une centaine d’entre eux à se rassembler à Alger afin de dénoncer la « censure » qui les empêchent de relater les faits quotidiens dont ils sont témoins.

Des arrestations furent même opérées dans les rangs de la corporation.

Les journalistes arrêtés durent passer quelques heures dans les commissariats avant d’être libérés.

Auparavant leurs confrères de la radio et de la télévision du secteur public avaient mené des actions similaires en se rassemblant au niveau du siège respectif de leur entreprise. Indignée par le fait que le média pour lequel elle travaille n’avait soufflé mot sur les manifestations, Meriem Abdou, rédactrice en chef  de la chaîne 3 de la radio nationale (d’expression francophone), a présenté sa démission de ses fonctions de direction.

En outre, Nadia Madassi, présentatrice à la chaine de télévision publique Canal Algérie, qui a été forcée de lire la lettre du chef de l’Etat algérien informant du maintien de sa candidature, a également démissionné de son poste pour rejoindre la rédaction. 

dans  par 

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

Etat de la presse en Algérie : le témoignage de l’écrivain Boualem Sansal

[MEDIA] « En tant qu’intellectuel, je me sens le devoir de ne pas abandonner mon pays. L’Algérie a besoin de voix dissidante et d’intellectuels qui n’ont pas peur de dénoncer le manque de liberté de la presse dans le pays ». Il ne fait pas bon être journaliste en Algérie. Surtout si on critique le gouvernement. Ces dernières années, des centaines de journalistes algériens ont été emprisonnés à cause de leurs articles dans lesquels, d’une manière ou d’une autre, ils dénoncent le gouvernement dictatorial de Bouteflika.

La présidentielle française à l’heure algérienne

[Par Larbi GRAINE] Les présidentielles françaises sont toujours ardemment suivies en Algérie. Le sort de la diaspora d’origine algérienne, la question de la libre circulation entre les deux pays, sont  les points qui retiennent le plus l’attention des Algériens. Parfois la passion mise dans le suivi des moindres détails inhérents à l’actualité française, a fait […]

Informer dans un environnement hostile

[Par Hicham MANSOURI] Comment informer dans des pays totalitaires avec des dérives autoritaires et des dirigeants autocrates ? Tel a été le sujet traité, dimanche dernier, dans le cadre de l’évènement « Le Monde Festival ». Les directeurs et rédacteurs en chefs de trois journaux (Russie, Pologne et Algérie) ont apporté leurs témoignages et points de vue […]

En Algérie, la gestion des cultes est dans l’impasse

[Par Larbi GRAÏNE] Algérien d’origine kabyle mais de confession chrétienne, Slimane Bouhafs a été condamné par la Justice algérienne à 5 ans de prison ferme pour « atteinte à l’islam et au prophète Mohamed ». Ces accusations sont basées sur des messages qu’il aurait postés sur Facebook. Ses avocats ont fait appel et le verdict est attendu […]

Du bikini au burkini: la métamorphose d’un maillot de bain sous la mondialisation

[Par Larbi GRAÏNE] C’est dans les années 30 du siècle dernier, en Europe, que la mode du maillot de bain va atteindre son apogée. Ayant remarqué que les femmes relevaient leur tenue pour mieux bronzer, le Français Louis Réard inventa en 1946 le bikini. Il donna à sa création un nom emprunté à un îlot […]