Bureau de l’Assemblée nationale : la coalition FCC-CASH fête-t-elle la victoire d’une éléction ou d’une cooptation?

C’est au soir du mercredi 24 avril 2019 que la coalition au pouvoir Front Commun pour le Congo (FCC) et Cap pour le Changement (CACH) se sont réunis au Kempiski Fleuve Congo Hôtel, pour célébrer la victoire à l’élection. Nous pouvons aussi reformuler, ils fêtaient la cooptation de leurs nominés au bureau de l’Assemblée nationale, c’est selon.
Bien que tous les membres du bureau définitif soient connus, l’opinion retiendra qu’il n’y a pas eu de vote à l’Assemblée nationale mais plutôt une cooptation à des différents postes de ce bureau. En effet, une élection selon la définition simple du dictionnaire français, implique un choix parmi deux ou plusieurs candidats. Mais ce qui s’est passé au palais du peuple n’a rien d’une élection, se plaint un député de l’opposition et la population congolaise en général éparpillés à travers le monde.
 
« C’est comme si je mettais un téléphone sur la table et je vous demandais de choisir un téléphone. Avez-vous un autre choix que celui qui est sur la table? », s’interroge le député national de l’opposition Daniel Safu qui a boycotté, selon ses propres termes, ce scénario de mauvais goût qui, malheureusement, toujours selon lui, a eu curieusement la bénédiction de l’UDPS, parti qui s’est longtemps battu pour la démocratie!
 
« Nous avons vu la candidature de notre collègue Henri Thomas Lokondo recalée sans raison valable par une peur bleue de perdre alors qu’on se dit être majoritaire. Sans honte, on nous parle d’une motion politique non réglementaire. Mais ce qui nous choque, c’est de voir que le bureau provisoire de l’Assemblée nationale était conduit par un élu de l’UDPS qui n’a su résister à la pression de la machine FCC. Le FCC est dirigé par l’ancien président Joseph Kabila dont sa main mise rode toujours à la tête du pays, la désormais nouvelle majorité présidentielle », a déclaré un autre membre de la société civile congolais.
 
Interrogé à ce sujet, un observateur de la politique congolaise regrette que l’UDPS se soit livré à ce jeu malsain antidémocratique orchestré par le FCC ; comportement ayant caractérisé toutes ses législatives entre 2006 et 2011.
 
Comparant le passage en force qu’il y a eu à l’Assemblée nationale à la situation qui se passe au Sankuru avec l’élection du gouverneur et vice- gouverneur, et où toujours un candidat du FCC veut être l’unique candidat à cette élection, l’interlocuteur de la société civile ne s’est pas empêché de parler de la « Sankurusation » du bureau de l’Assemblée nationale.
 
La classe politique du monde entier ainsi que la population congolaise en particulier ne cesse de se poser cette question, à savoir si monsieur le Président Félix Antoine Tshisekedi sera-t-il en mesure de rompre l’impunité et sauver la liberté d’expression et de l’opinion? Un combat qui a coûté la vie à plusieurs journalistes, activistes des mouvements citoyens et de l’opposition congolaise!
  • Hong Kong: comprendre la crise par la liberté de sa presse11/09/2019 - 10:07

    Alors que la Chine est classée 177 sur 180 dans le classement de la liberté de la presse de Reporters sans Frontière (RSF), la presse de la région administrative spéciale de Hong Kong a elle, pendant longtemps, bénéficié de son système libéral. Mais depuis la rétrocession en 1997, la donne a drastiquement changé. Hong Kong […]

  • Makaila Nguebla: un journaliste tchadien devant la justice française05/09/2019 - 10:45

    Ancien résident de la Maison des Journalistes, Makaila Nguebla doit comparaître devant la justice française le 17 septembre prochain. Son tort? Avoir diffusé un article dénonçant les dérives financières et le clientélisme d’Abbas Tolli, neveu du président tchadien Idriss Deby et actuel gouverneur de la banque des états de l’Afrique centrale. Des publications remettant en […]

  • Liban, un lieu de transit pour les journalistes en exil?03/09/2019 - 2:16

    Bien-connu dans la région pour sa tolérance en matière de liberté de la presse, le Liban accueille de nombreux journalistes en exil des pays voisins. Pourtant, de nombreux défis à plusieurs niveaux entravent le travail des journalistes en exil. Conséquence, ils arrivent au Liban mais ils ne souhaitent pas s’installer. Situé dans une région où […]

  • Recrudescence des attaques contre les journalistes en RD Congo03/09/2019 - 9:15

    Journaliste en danger (JED), s’insurge contre le regain d’attaques enregistrées depuis quelques semaines contre des journalistes et des médias. Le JED appelle les nouvelles autorités de la République Démocratique du Congo à prendre des mesures immédiates pour que cessent ces attaques répétées. En l’espace de deux semaines, le JED a enregistré au moins 6 cas […]

  • Corée du nordCorée du Nord & AFP: enquête sur le journalisme sous dictature27/08/2019 - 12:27

    En novembre 2016, l’Agence France-Presse (AFP) inaugurait son bureau à Pyongyang, capitale de la Corée du Nord. Son objectif: couvrir le pays de l’intérieur en capturant tout ce qui lui était possible de voir, via des reporters présents sur place. Trois ans après, la Maison des journalistes est entrée en contact avec Philippe Massonnet, directeur […]