Articles

« Je redécouvre la fierté d’être journaliste. »

[Par Elyse NGABIRE]

Du 14 au 16 mars, Ouest fraternité, une association créée par des salariés du grand quotidien français Ouest-France m’avait invitée à la découverte du travail des confrères et à témoigner auprès de 300 élèves du Lycée Saint Vincent, à Rennes. C’était dans le cadre du partenariat né en 2017 entre la Maison des Journalistes et cette association.

Elyse Ngabire devant le siège de Ouest-France à Rennes
© Ouest-France

Des occasions pareilles n’arrivent pas tous les jours. Depuis mon arrivée en France, le 20 septembre 2015, je ne me suis jamais sentie aussi journaliste que ce jour où j’ai été accueillie au siège d’Ouest-France. Deux ans presque que je n’ai pas participé à une conférence de rédaction. Et cela me manquait beaucoup. Et le mardi, 14 mars 2017, une partie de ma soif a été assouvie.

Il est 9h40 min quand  j’arrive  dans la  ZI de Chantepie, 10 rue Breil, à Rennes. Je suis très impressionnée par ce grand bâtiment qui  abrite depuis août 1972 le siège de ce grand quotidien de l’ouest de la France et qui porte ce nom géographique : Ouest-France. L’insigne rouge où on peut lire en grands caractères Ouest-France attire mon attention avant de passer les marches vers l’intérieur.
Accompagnée de Karin Cherloneix, journaliste à la rédaction locale de Ouest- France Saint Malo et également présidente de l’association France fraternité, nous nous retrouvons au premier étage où nous sommes accueillis par une file de journalistes venus se servir un café. En cette fin d’hiver, les températures avaient baissé (8° le matin et 15° l’après-midi) mais un café chaud vaut la peine parfois pour  recharger les batteries. Karin Cherloneix en profite pour saluer des collègues qu’elle rencontre au distributeur et qu’elle n’avait pas revus depuis quelques mois, une brève présentation du nouveau visage à côté d’elle et c’était parti. Entre professionnels, ça va vite !

Juste le temps de relire des papiers à livrer d’urgence et Christelle Guibert, journaliste au service Monde, en charge ce jour de notre visite, nous rejoint au comptoir installé tout près du distributeur. Egalement membre d’Ouest fraternité, Christelle Guibert se dit ravie de cette visite et de ce partenariat avec la Maison des Journalistes et nous invite à la suivre. Nous traversons le grand hall aménagé en compartiments où chaque service a son propre espace.

Elyse Ngabire accueillie au service Monde du journal
© Ouest-France

Charité bien ordonné commence par soi-même, dit-on. Je suis bien évidemment accueillie au service Monde dont Christelle  fait partie. A notre arrivée, l’équipe s’apprête à commencer sa première réunion matinale. C’est  un plaisir de rencontrer Bruno Ripoche, le chef de service, Patrick Angevin, Cécile Réto et Philippe Chapleau qui forment une très bonne équipe. Tour de table sur l’édition de la matinée pour voir ensemble le travail abattu la veille : une autocritique constructive qui permet d’améliorer dans l’avenir.

Après, c’est la présentation des sujets à faire d’ici ce soir pour le lendemain. Chacun connaît son rôle et les articles ont été minutieusement préparés qu’on ne perd pas de temps à orienter tel ou tel autre sujet. Ils anticipent sur des faits soit pour constituer un stock ou pour devancer d’autres médias concurrentiels qui ne manquent pas à Rennes. Nous étions dans la semaine du 13 mars et le premier anniversaire (22 mars) des attentats en Belgique approchait. Cécile Réto qui devrait se rendre le week-end dans la capitale belge en profite pour proposer un avant-papier.

Des journalistes très informés

« Un bon journaliste doit être bien informé, doit lire beaucoup. Nous ne pouvons pas prétendre informer les autres lorsque nous-mêmes, nous ne le sommes pas », conseille toujours Antoine Kaburahe, directeur  des publications au sein du Groupe de presse Iwacu pour lequel je travaillais au Burundi et avec lequel je garde des liens professionnels privilégiés. Devant chaque journaliste du Service Monde, une pile d’ouvrages et de temps en temps, un journaliste est sérieusement occupé par la lecture.

La première réunion de service a eu lieu un peu tard à 10h, parce qu’ils nous attendaient. Vers 11h20, la réunion des chefs de service est convoquée à côté, juste pour voir ce que chaque service a prévu pour l’édition du lendemain.

J’aurais aimé participer à d’autres réunions de service à l’instar du service politique, ma spécialité. Toutefois, le temps pressait. Il fallait que je visite également le service web. Ce service, dont la plupart des journalistes sont de la jeune génération, est tellement avancé dans les nouvelles techniques de l’information et de la communication. Ses gestionnaires savent les articles les plus lus afin d’orienter les journalistes sur les sujets que le public souhaite. « Une fois que l’on est conscient que  nous n’écrivons pas pour nous-même, il est très important de travailler en tenant compte du nombre de visiteurs chaque jour ainsi que des sujets qui attirent l’attention des lecteurs pour les fidéliser », explique Caroline Tortellier, l’adjointe du responsable web. Des sujets aussi diversifiés sur le site qu’on ne retrouve pas forcément dans la version papier.

Après, j’ai visité le service Culture et Dimanche Ouest-France. J’ai trouvé, à ma plus grande surprise, des journalistes très occupés alors qu’ils sont plus sollicités pour alimenter à presque 100% l’édition du dimanche. Occupés mais aussi compatissants et attentifs aux difficultés que rencontrent des journalistes étrangers qui débarquent en France en matière d’emploi. Ainsi, certains me passent leurs cartes de visite et me proposent parfois des piges sur des évènements intéressants à Paris.

Le soutien, c’est aussi celui de François-Xavier Lefranc, rédacteur en chef du journal, qui apprécie le partenariat entre Ouest fraternité et la Maison des Journalistes. Il se dit prêt à soutenir cette initiative qui vise entre autres, la réinsertion professionnelle des journalistes de la MDJ.

A la locale de Rennes,  le départ d’Eric à la retraite ne l’empêche de présenter ses derniers papiers

Contrairement à Chantepie, au siège, où sont concentrés les journalistes des pages générales, la locale de Rennes est  également siège départemental. Une dizaine de journalistes occupent le premier étage rue du Pré-Botté.

Mercredi, 15 mars, à 10h. Vincent Jarnigon, chef de la rédaction, nous accueille et nous invite à participer à la réunion de rédaction qu’il anime. Aucune gêne, plutôt un très grand plaisir de ma part de découvrir comment ça se passe ailleurs. J’ai pris ma place entre confrères le tout naturellement et simplement du monde, comme si j’étais dans ma rédaction au Burundi.

Bref commentaire sur l’édition du matin et tour à tour, l’équipe passe à la présentation des articles de la prochaine. La réunion ne dure pas longtemps, environ 45 minutes, puisque chacun a minutieusement préparé ses sujets.

Quelques minutes auprès du responsable du journal en ligne pour voir aussi comment ça fonctionne avant d’aller nous entretenir avec Stéphane Vernay, directeur départemental d’Ille-et-Vilaine.  Journaliste également, il nous raconte l’évolution de ce grand quotidien de toute la France, des origines en passant par les différentes guerres que la France a connues ainsi que l’impact qu’elles ont eu sur le quotidien. Histoire très intéressante qui nous a permis de comprendre les différents grands moments du journal.

A 15h, c’est la visite dans la salle de montage du journal. Là, le travail est également impressionnant et sérieux. Des papiers tombent de tous les contibuteurs locaux et chaque journaliste s’occupe de la relecture et de la mise en page des articles.

Un coordonnateur est en communication permanente avec Chantepie pour leur indiquer où en est le travail. J’ai eu le plaisir de corriger quelques articles des collègues : réduire, voire changer les titres pour qu’ils soient informatifs et accrocheurs, de revoir les formulations parce que les phrases sont alambiquées et font perdre le sens, etc. Cet exercice me manquait aussi. Ça m’a rappelé la rigueur que j’imposais à mes collègues quand j’étais cheffe d’édition.

Visite nocturne aux rotatives

Visite des rotatives du journal
© Ouest-France

Une équipe d’une vingtaine de visiteurs conduite par Nicolas Carnec, chef de rédaction à Saint- Malo, est en train de visiter la locale de Rennes pour voir comment les papiers sont mis en page. Nous restons avec eux  jusqu’aux environs de 22h30 avant de continuer notre visite à Chantepie. Nous y sommes accueillis pour assister au travail d’impression des journaux. Des machines très modernes, flambant neuves en remplacement des anciens modèles, tournent sans arrêt. Elles ont été lancées et tournent depuis peu avant notre arrivée sur les lieux.

Après ¾ d’heures, des couleurs rouge, noire, bleu, jaune, etc. éblouissantes  attirent notre attention : les premiers exemplaires sont déjà là. Des camions attendent dehors. Selon le guide, on privilégie l’impression des éditions des coins reculés pour éviter des problèmes avec les abonnés. Et chaque matin, ces derniers ont droit dans leur boîte à un exemplaire.

Trois jours riches

Les trois jours à Rennes ont été doublement bénéfiques pour moi. Du point de vue professionnel, j’aurai retenu la rigueur dans l’écriture, le respect de la deadline, la rapidité, la concurrence par l’occupation de tout le terrain médiatique, etc.

Du point de vue technique, j’ai constaté que depuis la conférence de rédaction lors de la présentation et le choix des sujets, jusqu’à l’impression et à la livraison des journaux, c’est un vrai travail d’équipe, tels des maillons d’une même chaîne.

Burundi : le Général Ndayishimiye, « terminator » des FNL

[Par Elyse NGABIRE]

Quatre ans à la tête du parti de l’Aigle, Pascal Nyabenda est remplacé avant le terme de son mandat par un ancien homme fort du maquis : le général Evariste Ndayishimiye. Du coup, le plan « Safisha » est réactivé, déclare Aimé Magera, porte-parole d’Agathon Rwasa, leader historique des Forces Nationales de Libération (FNL).  

Agathon Rwasa (en polo rayé) pendant une visite à l'intérieur du pays Source : iwacu-burundi.org

Agathon Rwasa (en polo rayé) pendant une visite à l’intérieur du pays
Source : iwacu-burundi.org

« Durant les trois semaines que le parti CNDD-FDD est sous le contrôle total des anciens maquisards qui ont échoué complètement à se transformer en hommes politiques, nous avons documenté plus de 65 cas de violations graves des droits de l’homme », constate Aimé Magera, porte-parole de M. Rwasa, premier vice-président de l’Assemblée nationale.

Inacceptable, dit M. Magera, qui s’inquiète de l’enlèvement, de la disparition, de la torture et des assassinats perpétrés contre leurs militants. Des chefs de collines (à plus de 60% sont FNL), poursuit-il, sont abusivement arrêtés. Motif : non collaboration avec la milice de la jeunesse Imbonerakure du parti au pouvoir.

Plus grave, remarque Aimé Magera, c’est lorsque des éducateurs et enseignants des collèges et lycées, membres du parti FNL, sont arrêtés en pleine rue par leurs propres élèves qui sont dans les rangs de cette milice sans convocation. Aimé Magera raconte qu’ils sont tabassés, ligotés, humiliés comme des brigands devant parents et autres élèves, puis jetés en prison ou disparaissent tout simplement. Leur seul péché, fait-il savoir, est d’avoir adhéré au parti d’Agathon Rwasa : « Le but du pouvoir est de les humilier, les réprimer et les déshumaniser. »

Le général Evariste Ndayishimiye Source : yaga-burundi.com

Le général Evariste Ndayishimiye
Source : yaga-burundi.com

La situation s’est considérablement dégradée, raconte le porte-parole d’Agathon Rwasa, depuis que le général Evariste Ndayishimiye assure le secrétariat du parti au pouvoir : « Nous inscrivons cette recrudescence de la violence dans la logique, somme toute, dictatoriale d’un pouvoir à l’agonie, qui n’épargne personne. »

D’après Aimé Magera, c’est l’exécution du plan Safisha des années 2010 qui se poursuit où des centaines de fidèles de M. Rwasa ont été arrêtés, torturés, puis jetés dans des rivières. Aujourd’hui comme hier, leurs bourreaux, insiste-t-il, sont des miliciens du parti CNDD-FDD au pouvoir, le service des renseignements et les forces de l’ordre : « Ils s’en prennent indistinctement à tous ceux qui s’opposent au maudit troisième mandat de Nkurunziza. »

Depuis longtemps, Aimé Magera indique que son camp a condamné ces tueries qu’ont subis beaucoup de Burundais non acquis à la cause du pouvoir CNDD-FDD, spécialement leurs militants qui sont les premiers à subir les foudres de la dictature du système Nkurunziza, en vain : « Malheureusement, ils continuent d’endurer les affres de cette milice Imbonerakure, dont le seul dessein est de ramener de force tout le monde à adhérer à leur parti. »

Aimé Magera, porte-parole d'Agathon Rwasa Source :

Aimé Magera, porte-parole d’Agathon Rwasa
Crédits photo : Elyse Ngabire

Ainsi, son parti saisit cette occasion pour dénoncer encore une fois ces exactions. Il présente toute sa sympathie envers les familles endeuillées depuis plus d’une décennie et spécialement durant cette période de contestation contre ce 3e mandat de trop, maudit, illégal et inconstitutionnel de Pierre Nkurunziza.

Nous déplorons et dénonçons toujours les arrestations arbitraires, les tortures, les exécutions extra-judiciaires et autres sévices dont souffrent la grande majorité de la population non acquise à la cause du CNDD-FDD, notamment celle de vouloir se positionner en parti-Etat. Cela se passe au moment où les Burundais aspiraient à jouir des dividendes d’une démocratie épanouie, dont ils ont payé le plus lourd tribut durant les longues crises qui ont secoué leur pays : le Burundi.

Contacté pour s’exprimer sur ces bavures commises par la milice Imbonerakure, le président de la Ligue des jeunes du parti CNDD-FDD riposte toujours que la responsabilité pénale est individuelle : « Il faut mettre les noms sur les visages pour éviter toute généralisation, toute globalisation. »

La rédaction a essayé de joindre le nouveau patron du parti présidentiel burundais sans succès.

Au moment où nous mettons sous presse, on apprend que 15 autres militants ont été victimes d’arrestations dans le nord, le centre et le sud du pays. Selon toujours Aimé Magera, ils sont accusés de tenir des réunions illégales du parti. Pour M. Magera, c’est presque une prise en otage de leurs militants qui n’ont même pas le droit de rendre visite à leurs familles. Plus grave, conclut-il, Agathon Rwasa, leader historique des FNL et premier vice-président de l’Assemblée nationale est empêché par les autorités provinciales (Ngozi, sa colline natale, ndlr) de visiter sa famille alors qu’il y a 30 ans qu’il ne l’a pas revue : « Nous sommes dans une République bananière ! ».

La liste (non exhaustive, selon M. Magera) des militants FNL séquestrés depuis que général Ndayishimiye est secrétaire du CNDD-FDD

liste-1liste-2liste-3liste-4

 

 

 

Quand les cultures de la Maison des Journalistes dialoguent avec celles du musée du Quai Branly

[Par Elyse NGABIRE]

A l’occasion de la célébration du 10e anniversaire du musée du Quai Branly qui porte désormais le nom de Jacques Chirac, ancien président de la République française, les journalistes résidents et anciens de la MDJ n’ont pas manqué à ce grand rendez-vous. Une expérience à la découverte de l’autre visage de l’ancien homme d’Etat.

Des journalistes de la Maison des Journalistes en visite au Musée du Quai Branly Crédits photo : Lisa Viola Rossi

Des journalistes de la Maison des Journalistes en visite au Musée du Quai Branly
Crédits photo : Lisa Viola Rossi

Au 37 Quai Branly, dans le septième arrondissement de Paris, du 21 juin au 9 octobre, le musée du Quai Branly portant désormais le nom de Jacques Chirac, ancien président de la République française,  commémore les dix ans de sa création.

Depuis l’été donc, ses portes restent grandes ouvertes au public et propose une gamme d’événements : expositions, spectacles, conférences, colloques, etc.

C’est en effet dans ce cadre, qu’une équipe d’une dizaine de professionnels exilés des médias composée des résidents et anciens de la Maison des Journalistes (MDJ) en compagnie du personnel du pôle communication ont effectué une visite guidée des lieux.

Ils sont d’origines et de cultures différentes : Syriens, Afghans, Érythréens, Soudanais, Burundais etc. « Ils », ce sont ces journalistes qui ont été accueillis à bras ouverts à la MDJ qui a son siège au 35 rue Cauchy, dans le 15e arrondissement de Paris.

Ils sont du même avis que l’ancien président français : pas de hiérarchie entre les cultures et toutes les civilisations naissent libres et égales. Contents de découvrir ce grand espace culturel et d’apprentissage, ils sont également impressionnés par la petite histoire de sa création, telle qu’elle nous est racontée par l’une des guides du musée : « Tout commence en 1999 lorsqu’un concours de maîtrise d’œuvre aboutit au choix de Jean Nouvel pour la construction du musée qui sera édifié au pied de la tour Eiffel. Le 20 juin, il est inauguré par Jacques Chirac qui fait savoir dans son discours que ce musée doit promouvoir, auprès du public le plus large, un autre regard, plus ouvert et plus respectueux. Et ce, en dissipant les brumes de l’ignorance, de la condescendance ou de l’arrogance qui, dans le passé ont été souvent présentes et ont nourri la méfiance, le mépris et le rejet. »

La façade du Musée du Quai Branly Crédits photo : Lisa Viola Rossi

La façade du Musée du Quai Branly
Crédits photo : Lisa Viola Rossi

Sur cette petite histoire commence alors une grande découverte

Surprises et étonnements s’invitent déjà dès l’entrée de ce grand musée, serti dans un écrin paysage conçu par Gilles Clément et occupant 27 700 mètres carrés en plus des 17 500 mètres carrés réservés au jardin.

Des murs végétaux, imaginations de Patrick Blanc, composés de 15 000 plantes et 150 espèces retiennent notre attention, avant de se diriger vers la Mezzanine Est et Ouest.

Le génie des civilisations africaines, asiatiques, d’Océanie et d’Amérique fascine l’équipe des professionnels des médias et leurs accompagnateurs, soit 300000 œuvres parmi lesquelles 11 000 de la collection « Mondialisation historique et contemporaine ». A travers des photographies, 710 000 collectionnées apprend-on, disposées de part et d’autre du musée, certains journalistes se retrouvent dans leurs différentes civilisations. C’est le cas notamment d’un journaliste burundais qui, en parcourant l’espace réservé à l’Afrique australe, découvre les habits traditionnels, des bijoux, etc. portés par le peuple kenyan, tanzanien, etc. Pourtant, son plus grand regret aura été l’absence du tambour du Burundi alors que c’est un outil culturel très connu. Pendant les années 80, une équipe de tambourinaires burundais ont séjourné à Paris à l’occasion d’une exposition sur la culture africaine.

Le génie des civilisations africaines, asiatiques, d’Océanie et d’Amérique fascine les journalistes Crédits photos : Lisa Viola Rossi

Le génie des civilisations africaines, asiatiques, d’Océanie et d’Amérique fascine les journalistes
Crédits photo : Lisa Viola Rossi

Devant chaque œuvre et chaque photographie, indique une journaliste d’origine « ouzbekistanaise », elle a envie de s’arrêter et de dialoguer avec cette autre civilisation qu’elle n’a jamais rencontré.

« Plus qu’un lieu de visite, le musée Quai Branly-Jacques Chirac doit être perçu comme  un lieu de dialogue et d’apprentissage, un lieu adapté à chacun, que l’on construit et qui nous construit » précise Stéphane Martin, président du musée.

Au cours de cette visite guidée, nous retiendrons enfin ce corridor communément appelé « Rivière » qui donne pour certains des vertiges. La « Rivière » est en effet, une invitation au voyage dans le temps et dans l’espace. Elle conduit à ces lieux remarquables, faisant découvrir toute une série d’installations affleurant tout au long de la rivière, vertigineuses pour certains. La « Rivière » sollicite le sens et l’esprit. On est perdu dans le regard, on a tendance à s’arrêter pour toucher, déchiffrer ou écouter. Et puis, on se perd encore dans ce dialogue de cultures et de civilisations… dont le président Jacques Chirac est fou amoureux… et dont le musée porte désormais son nom, un signe d’un grand honneur…

Ce n’est pas fini

Pour ceux qui veulent toujours y aller, des expositions vous y attendent.

Jusqu’au 9 octobre 2016 : – Jacques Chirac ou dialogue des cultures

– Homme blanc, Homme noir : les représentations de l’Occident dans l’art africain du 20ème siècle

Du 4 octobre au 15 janvier 2017 : The color line, les artistes africains-américains et la ségrégation

Du 22 novembre au 29 janvier 2017 : Plumes, Vision de l’Amérique

Du 22 novembre au 2 avril 2017 : Eclectique, Une collection du 21ème siècle

Du 22 novembre au 2 avril 2017 : Du Jourdain au Congo, Art et Christianisme en Afrique centrale

Du 31 janvier 2017 au 19 novembre 2017 : L’Afrique des routes

Du 28 mars 2017 au 23 juillet 2017 : Picasso Primitif

Du 23 mai 2017 au 8 octobre 2017 : La pierre magique des Maoris

Malgré ses difficultés, la vie vaut la peine d’être vécue

[Par Elyse NGABIRE]

Jeudi, 30 juin, à la paroisse Notre Dame des Foyers, siège de l’association Solidarité Notre Dame de Tanger. Celle-ci organisait une journée de partage à l’endroit des réfugiés qu’elle accueille. Lire la suite

Paris : Journée culturelle burundaise, Quand il ne reste que la culture pour résister

[Par Elyse NGABIRE]

Le Rassemblement de la Diaspora Burundaise en France (RDBF) a réuni des Burundais pour commémorer le 54ème anniversaire de l’indépendance. Une occasion pour la diaspora de rendre hommage à la culture burundaise qui reste la seule arme de résistance.

Samedi, 2 juillet dans la salle des fêtes de la mairie du 20ème arrondissement à Paris. Nous sommes au lendemain de la commémoration de la fête de l’indépendance du Burundi qui est célébrée tous les 1er juillet.

Malgré la crise que traverse le pays suite au troisième mandat de Pierre Nkurunziza, la communauté burundaise s’est quand même mobilisée. Une centaine de Burundais étaient présents. La festivité a vu la participation des amis français, africains et même des élus de la ville de Paris.

« Malgré tout, nous sommes nés quelque part », lâche Gratien Rukindikiza, président du RDBF. « La plupart de nos enfants, renchérit Ancilla Nduwumwami, une des organisatrices de cette journée, sont nés en France et ne connaissent pas leur patrie, le Burundi, ce beau pays de l’Afrique de l’Est ».

Des fillettes accompagnées de leurs mamans : elles n’ont qu’entre 2 et 7 ans, mais elles portent la culture burundaise dans leurs cœurs (Source : Elyse Ngabire)

Des fillettes accompagnées de leurs mamans : elles n’ont qu’entre 2 et 7 ans, mais elles portent la culture burundaise dans leurs cœurs
(Source : Elyse Ngabire)

Vêtues en tenue traditionnelle appelée « Imvutano », des fillettes dont l’âge est compris entre deux et sept ans étaient fières de présenter leur numéro : un défilé, accompagnées de leurs mamans.

Des jeunes filles burundaises venues dans la région Hauts-de-France, plus précisément de Lille et de l’Île-de-France ont également agrémenté la fête par leurs danses traditionnelles : « Même si nous sommes loin, nous gardons et défendons notre culture. »

(Source : Elyse Ngabire)

Des danseuses burundaises venues des Hauts-de-France : « Nous sommes loin de notre pays mais nous gardons notre culture » (Source : Elyse Ngabire)

Des danseurs et danseuses rwandais s’étaient également joints aux Burundais pour partager leur joie.

Malgré la tension diplomatique qui règne entre le Burundi et le Rwanda, deux anciens pays-frères, le RDBF reconnaît que le gouvernement rwandais a quand même aidé à accueillir des centaines de milliers de réfugiés burundais.

Et ce n’est pas tout. Le Rwanda, selon Gratien Rukindikiza, accompagne ces réfugiés : « Tous les enfants en âge de scolarisation sont tous à l’école, des étudiants sont inscrits dans diverses universités rwandaises et des gens capables de travailler vaquent à leurs occupations au quotidien sans souci. »

Des femmes burundaises fières d’être nées dans ce beau pays de l’Afrique de l’Est (Source : Elyse Ngabire)

Des femmes burundaises fières d’être nées dans ce beau pays de l’Afrique de l’Est
(Source : Elyse Ngabire)

Résister à travers la culture

Selon Ancilla Nduwumwami, les nouvelles du pays ne sont pas de nature à rassurer la diaspora : « Il y a lieu même de déprimer mais nous avons choisi de résister à travers la richesse de notre culture. »

Pour restaurer et faire valoir les valeurs humaines, les libertés civiles, politiques, etc. perdues depuis la déclaration du troisième mandat, ajoute M. Rukindikiza, tout le monde doit se battre.

Des danseurs rwandais sont venus partager la joie des Burundais (Source : Elyse Ngabire)

Des danseurs rwandais sont venus partager la joie des Burundais
(Source : Elyse Ngabire)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et dans cette lutte, il estime que la culture reste la seule armée pour résister : « Au-delà de nos différences, nous avons une culture qui unit les Bahutu, les Batutsi, les Batwa, les militants du Cndd-Fdd, de l’Uprona, du Fnl, etc. »

« Le président Nkurunziza a tout mangé, sauf l’espoir »

Mariam Thiam, représentante de Zang Mahamat Nezoun, président de l’Amical Panafricaine, est directe. Partant de l’histoire du roi Lion et du petit oiseau dans la jungle, une histoire tirée de la chanson de Salif Kéita, le Rossignol, elle appelle les Burundais à garder espoir : « L’espoir fait vivre. »

Mariam Thiam, membre de l'Association Amical Panafricaine: "Pierre Nkurunziza a tout mangé sauf l'espoir des Burundais. Gardez votre djigui" (Source : Elyse Ngabire)

Mariam Thiam, membre de l’Association Amical Panafricaine: « Pierre Nkurunziza a tout mangé sauf l’espoir des Burundais. Gardez votre djigui »
(Source : Elyse Ngabire)

« C’était pendant la période de disette, raconte-t-elle, le roi lion était le plus fort de la jungle. Il a mangé tous les animaux mais un petit oiseau est resté caché sur un tronc d’un arbre. Un jour, le lion le découvre et lui demande de descendre pour qu’il le mange à son tour. L’oiseau dit non mais le lion insiste tout en promettant de ne pas toucher à son petit espoir de vivre. Craignant de le perdre, l’oiseau descend. Le lion qui avait juré de préserver son espoir, le laisse partir et lui dit :  Vas te multiplier et amène l’espoir dans le monde. »

Pour Mariam Thiam, tant qu’il y a un homme ou une femme burundaise qui se bat pour la liberté, le Burundi s’en sortira : « Gardez votre djigui (espoir dans la langue malinké, ndlr), combattez, allez chercher la liberté. Nous sommes ici pour vous soutenir. »

Soutien également d’un élu de la mairie du 20ème arrondissement : « Les résistants burundais dont la diaspora en France fait partie, ne sont pas seuls. » Au-delà du Burundi, signale-t-il, l’écho des cris du peuple est entendu par ceux qui sont farouchement attachés à la liberté et à la défense de l’humanité : « Nous serons toujours à vos côtés, avec toutes nos forces pour combattre ce pouvoir tyrannique de Bujumbura. »

 

 

Entretien avec Elyse Ngabire, grande reporter politique burundaise : « On ne choisit pas d’être réfugié »

[Par Lisa Viola ROSSI]

elysengabire

Depuis septembre 2015, Elyse Ngabire est réfugiée en France, à la Maison des journalistes. Journaliste burundaise du Groupe de presse Iwacu, en charge des questions politiques, elle était également la coordinatrice des émissions réalisées avec les quatre anciens Chefs d’Etat burundais. Jusqu’à septembre 2015, quand neuf agents ont tenté de l’arrêter à son domicile.

AssisesTours2016-6Vendredi, 28 août 2015. Elyse Ngabire avait signé un article intitulé « Fini le dialogue ! » qui critiquait la non tenue des promesses par le président Pierre Nkurunziza, à sa prestation de serment pour un troisième mandat contesté. La journaliste enquêtait au même temps sur les origines du premier vice-président de la République qui commençaient à produire des polémiques dans l’opinion burundaise. Le pouvoir ne les a pas tolérées, et il a engagé des poursuites policières. De peur d’être emprisonnée comme cela a été le cas en 2010 ou d’être tuée, la plume d’Iwacu a décidé de quitter le pays pour sa sécurité.

Aujourd’hui, Elyse Ngabire est inscrite à l’Université Paris 1, Master 2 Recherche, Société en Développement. Du coup, elle continue d’exercer son métier de journaliste. Elle collabore avec L’œil de l’exilé , le journal de la MDJ. Elle est aussi correspondante du Groupe de presse Iwacu en France et en Europe. Interview.

Comment et quand as-tu découvert ta vocation de journaliste ?
C’est lorsque j’ai terminé mon bac que je me suis rendue compte que je voulais devenir journaliste. Nous sommes en 1996. Malheureusement, dans mon pays, il n’y avait pas d’école de journalisme et je me suis contentée de faire la Faculté Médecine pendant deux ans.
Mais l’idée de devenir journaliste ne m’a pas quittée et j’ai décidé en 2000 d’abandonner la Médecine. En 2001, je me suis inscrite à l’Université Lumière de Bujumbura, Faculté des Sciences de la Communication. Il ne s’agissait pas non plus d’études de journalisme mais de quelque chose de semblable qui m’en rapprochait un peu et me permettait de postuler pour ce métier. J’ai terminé en 2006 et j’ai été recrutée deux ans plus tard au Groupe de presse Iwacu comme journaliste en charge des questions politiques.

Comment est née ta passion envers la res publica ? Est-ce que ta lutte pour la démocratie est née à un moment précis ?

Melchior Ndadaye (source : rfi.fr)

Melchior Ndadaye (source : rfi.fr)

Oui. En 1993, j’avais exactement 17 ans et le Burundi organisait les premières élections démocratiques depuis son indépendance le 1er juillet 1962. Mes parents et quelques membres de ma famille étaient pour le changement et ils ont voté pour le président Melchior Ndadaye. Toutefois, trois mois après sa victoire, le président Ndadaye est tué ainsi que ses proches collaborateurs par une clique de militaires qui n’avaient rien compris de la démocratie et de la volonté populaire.
Même si je n’avais pas l’âge requis pour voter (18 ans), je suivais tout de même les campagnes électorales. Depuis cette époque, la politique est ma préoccupation et je me sentais très engagée à l’idée de défendre la liberté d’expression, qui est l’un des piliers de la démocratie.

Est-ce qu’il y a un sujet auquel tu es particulièrement liée, un objet qui a un sens spécial pour toi ?
Le statut de la liberté. C’est un symbole fort pour moi. J’estime que la liberté constitue le pilier si bien dans le métier de journalisme que dans d’autres secteurs de la vie. Il est la pierre angulaire de la démocratie.

Est-ce que tu te souviens d’une interview ou d’une rencontre qui t’a particulièrement marquée ?
Durant mes huit ans de métier, j’ai réalisé plusieurs interviews qui m’ont marquée personnellement et j’en garde trois en mémoire. La première, c’est avec Mgr Simon Ntamwana, archevêque de Gitega. Une large opinion estimait qu’il soutenait le pouvoir du Cndd-Fdd mais à la suite de son interview, tout le monde était étonné de constater qu’il regrettait de sa gestion du pouvoir.
La deuxième interview, c’était avec le président de la Commission Terre et Autres Biens (CNTB) Mgr Sérapion Bambonanire, un homme très controversé et très contesté dans l’opinion nationale.  Quand je l’ai rencontré, il a révélé la décision du gouvernement de rendre aux Hutu les terres qui leurs avaient été prises lors du massacre de 1972. Bambonanire ignorait que cette opération devait passer sous silence. Cette interview a provoqué un scandale dans la classe politique, en le forçant à rétracter ses propres mots.
Troisième interview, c’est avec le député Manassé Nzobonimpa, un ancien militant du Cndd-Fdd et ancien compagnon de lutte de Nkurunziza. Je l’ai rencontré à l’extérieur du pays où il s’était réfugié suite à une mésentente entre lui et le président Nkurunziza. Mon interview a été également un scoop.

Est-ce que tu as une personnalité de référence, un exemple à suivre ?
Oui, deux personnalités : Nelson Mandela et Gandhi. Ils ont beaucoup lutté pour la non- violence, contre la discrimination et pour la liberté.

Elyse Ngabire montre l’édition du 28 août 2015 du journal Iwacu (source : leprogres.fr)

Elyse Ngabire montre l’édition du 28 août 2015 du journal Iwacu (source : leprogres.fr)

Est-ce qu’il y a un reportage ou un projet que tu es particulièrement fière d’avoir réalisé ?
Pendant deux ans, j’ai travaillé sur un projet intitulé « Si Ma Mémoire Est Bonne » qui abordait les enjeux et le contexte sociopolitique du Burundi en les analysant au travers de l’histoire récente et lointaine du pays.
A l’issue du projet, le journal Iwacu pour lequel je travaille et auquel je reste très attachée a sorti un livre de 149 pages. Les articles ont eu un grand succès. Ils ont été très appréciés et d’une richesse inouïe.
En outre, en 2014, j’ai coordonné un cycle d’émissions avec quatre anciens chefs d’Etat burundais. C’était la première fois qu’ils témoignaient sur leur gestion du pouvoir, leurs réussites et leurs échecs. Ce cycle a connu un très grand succès d’audience dans la conjoncture électorale burundaise.

Est-ce que tu peux donner une définition à ton sentiment de l’exil ?
Il est difficile de le définir car ça me fait vraiment très mal quand je réalise que je n’ai pas le droit de vivre dans mon pays.
J’ai l’impression d’avoir tout perdu : mon pays surtout. Je suis repartie à zéro. Or, dans mon pays, j’envisageais d’entreprendre plusieurs projets professionnels et privés, ce qui n’est pas le cas dans ma situation actuelle.

Comment tu te sens maintenant ?
Ça me fait très mal au cœur parfois quand j’y pense. La mort dans l’âme, je n’ai pas le choix parce que je me dis qu’au moins je suis en sécurité en France. J’ai pu sauver ma vie, c’est ça qui est essentiel.

Est-ce que l’exil t’a changée ? En quel sens ?
Oui, il m’a changée à la fois de manière positive et négative. En France et la MDJ, j’ai rencontré des journalistes qui viennent de presque partout dans le monde. Et nous avons tous un dénominateur commun : nous avons été poursuivis, persécutés, nous avons laissé nos familles derrière nous, etc… parce que nous avons dénoncé les abus de pouvoirs dictatoriaux dans nos différents pays. Cela m’a permis de comprendre que les journalistes prennent des risques au nom de la liberté et du respect des principes démocratiques. Ça c’est le côté positif.
Toutefois, je regrette que nous ne soyons pas soutenus par nos confrères ou consœurs journalistes français. J’aurais souhaité qu’ils nous aident à intégrer notre métier. C’est dommage que des journalistes exilés soient obligés de changer de métier parce que c’est difficile de trouver une place dans les médias français. Il est vrai que la langue constitue un handicap pour certains journalistes exilés mais c’est également compliqué celles et ceux qui parlons le français. Et c’est l’avenir de tout un métier qui est en danger.

Est-ce que tu penses que l’exil c’est plus compliqué pour une femme que pour un homme?
C’est plus compliqué pour une femme surtout quand elle n’est pas avec sa famille. On n’a pas le cœur tranquille. Chaque fois, on se dit qu’il peut lui arriver quelque chose de mal. Et dans le contexte où la procédure de réunification familiale prend beaucoup de temps, vous comprenez pourquoi une femme doit s’inquiéter.

AssisesTours2016-5-1024x768

L’intervention d’Elyse Ngabire aux Assises du journalisme de Tours 2016

Comment t’es-tu sentie et te sens-tu en France en tant que journaliste réfugiée ?
Je me sens plus ou moins en sécurité. Malgré les derniers attentats, je reste persuadée que je ne suis pas ciblée personnellement. La sécurité c’est quelque chose de très important pour moi compte tenu du contexte de violence dans lequel se trouve mon pays depuis le 26 avril dernier à la suite de la décision du président Nkurunziza et de son parti de briguer le troisième mandat contre l’Accord d’Arusha et la Constitution burundaise.
En tant que journaliste réfugiée, je déplore l’absence de soutien des professionnels des médias français. Nous sommes un peu laissés à nous-mêmes et le risque d’abandonner ce métier est grand pour certains confrères et consœurs réfugiés.

Comment tu te vois dans 5 ans ?
Je souhaite ardemment continuer mon métier de journaliste et être un reporter spécialiste des questions en rapport avec le Burundi et pourquoi pas ailleurs dans le monde. Mon désir, c’est également celui d’aider des Burundais qui veulent écrire mais qui ne savent pas où commencer de réaliser leur rêve.

Quel est le message que tu considères le plus important à passer à l’opinion publique internationale ?
Des situations conflictuelles contraignent souvent des populations en général et des journalistes en particulier à quitter leurs domiciles et s’installer ailleurs. Le cas des journalistes réfugiés est très particulier. Les organisations des professionnels des médias sont appelés à agir vite pour que l’intégration professionnelle suive le chaleureaux accueil qui nous est reservé à la Maison des journalistes.
Aux citoyens des pays qui accueillent des réfugiés, je leur exhorte de traiter ces derniers avec humanisme car on ne choisit pas d’être réfugié.

 

La diaspora burundaise manifeste à Paris

[Par Elyse NGABIRE]

Samedi, 11 juin entre 14 et 18 heures à l’Esplanade des Invalides à Paris. Les manifestants demandent à la Cour pénale internationale de poursuivre le « tyran » Nkurunziza, responsable du massacre des citoyens au Burundi et condamnent le silence coupable de la communauté internationale.  Lire la suite